TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Recherche : lci élections us ellen

23 mars, 2009

Ndiaye: « Pas d’Obama sans action positive »LeJDD.fr

Dimanche 02 Novembre 2008

Ndiaye: « Pas d’Obama sans action positive« 

Propos recueillis par Anne-Laure Barret
LeJDD.fr

 

 Historien des Etats-Unis et auteur d’un essai remarqué sur les Noirs de France (La condition noire, essai sur une minorité française, Calmann-Lévy) Pap Ndiaye décrypte l’incroyable popularité du candidat démocrate à la Maison blanche, Barack Obama, en France. Pour lui, il est impensable, à court terme, de voir émerger un « Obama français » tant le système politique hexagonal est sclérosé.

Comment expliquer l’exceptionnelle popularité de Barack Obama en France?
Comme la plupart des Européens et des habitants de la planète, les Français voteraient massivement Obama s’ils en avaient la possibilité. Pourquoi? Premièrement parce que le monde veut tourner la page de l’administration Bush qui a été une faillite politique, économique et morale. Deuxièmement, parce qu’Obama n’est pas n’importe quel candidat. Il soulève des espoirs presque déraisonnables, quelque chose que l’on n’a pas connu depuis Kennedy en 1960. Comme Kennedy, Obama est jeune, différent. Son énergie, son charisme, sa personnalité attirent et intriguent. Les Français issus des minorités s’intéressent encore plus à lui. Ils éprouvent une sorte de fierté à l’idée que l’homme le plus puissant de la planète ne sera pas blanc. Je crois que sa victoire probable va contribuer à affaiblir les stéréotypes. Elle montrera que la réussite est possible pour les Noirs en politique et pas seulement dans le sport ou la musique. Sur la forme, sa campagne, efficace et digne, a montré qu’on pouvait faire de la politique autrement. Son élection pourrait mettre fin à une longue période de brutalité de la vie politique américaine qui a été théorisée et pratiquée par l’équipe Bush.

Pourrait-on voir un « Obama français » candidat à l’élection présidentielle?
Non, c’est impossible pour l’instant. On ne sait pas assez en France qu’aux Etats-Unis il y a 100.000 élus noirs de tous les niveaux, depuis les shérifs et les conseillers municipaux jusqu’au Sénat ou à la Chambre des représentants. Pour les Américains, un président noir c’est très nouveau mais de nombreux hommes politiques le sont. Le mouvement s’est enclenché en 1973 avec l’élection de Tom Bradley à Los Angeles. Toutes les grandes villes américaines ont connu un maire noir. En France, on ne dispose pas d’un tel vivier d’élus parmi lesquels pourrait émerger une figure charismatique comme Barack Obama.

Pourquoi la classe politique française est-elle si majoritairement blanche?
La société française n’est pas plus conservatrice que la société américaine. C’est notre système politique qui est en cause. Le cumul des mandats, interdit aux Etats-Unis, est un frein extraordinaire. Le contraste entre le monde politique français, blanc, masculin, d’un certain âge et la société française dans sa diversité est aveuglant. Comment les hommes politiques français peuvent-ils applaudir le candidat démocrate sans rien faire pour qu’un Obama puisse émerger chez nous?

« Pas d’Obama sans Luther King »

Y a-t-il d’autres moyens pour favoriser l’émergence de talents en France?
Il faudrait que les carrières politiques cessent d’être interminables. Très rares, dans l’histoire américaine, sont les candidats défaits à la présidentielle qui ont pu se représenter une nouvelle fois. Mais tout ne viendra pas d’en haut. Aux Etats-Unis, les groupes minoritaires ont pris la parole à partir des années 1960. Sans Martin Luther King, il n’y aurait pas eu Barack Obama. Il faut que les minorités soient plus visibles en France et qu’elles s’organisent pour exposer leurs difficultés. L’élection d’Obama contribuera à familiariser les gens avec l’idée que les hommes politiques de premier plan ne sont pas forcément blancs. Son exemple peut aider les minorités françaises à formuler leurs revendications.

Mais les Noirs de France existent-ils vraiment? Ils ne forment pas une vraie communauté comme aux Etats-Unis…
Aux Etats-Unis, on peut parler d’une communauté car les Noirs forment un groupe uni par une expérience historique commune, une culture commune. Les Noirs de France constituent un groupe plus hétérogène, mélange d’Africains et d’Antillais arrivés sur le sol français à partir des années 1960. Pour la France, je préfère parler d’une minorité, c’est-à-dire d’un groupe qui n’a pas en partage une culture mais une expérience sociale. On est noir parce qu’on est considéré comme noir. C’est le regard des autres qui constitue les Noirs de France. Etre noir en France, c’est aussi souvent associé à des expériences humiliantes, comme des contrôles policiers ou des difficultés immenses pour trouver un travail ou un appartement.

Nicolas Sarkozy, qui a promu au gouvernement Rachida Dati et Rama Yade, deux femmes issues de l’immigration, oeuvre-t-il suffisamment contre les discriminations?
C’est une politique d’affichage mais il n’y a pour l’instant pas grand-chose derrière. La lutte contre les discriminations est trop molle, timide. Trois ans après les émeutes des banlieues, rien n’a changé. Le décalage entre la rhétorique publique de lutte anti-discrimination et le peu d’avancées concrètes m’inquiètent beaucoup.

« Avec Obama notre monde sera meilleur »

Que faudrait-il faire, selon vous, pour les faire reculer?
Premièrement, il faudrait multiplier les procès à l’encontre des employeurs, des agents immobiliers, des propriétaires d’appartements. Deuxièmement, il faudrait mettre en place « l’action positive », ce que les Américains appellent l’ »affirmative action » et qui se déploie là-bas dans les universités, les administrations et pour l’attribution des marchés publics. Obama dit que sans l’affirmative action, il n’aurait jamais pu entrer à Harvard. L’action positive ne vise pas à promouvoir les mauvais étudiants mais à éviter un gâchis des talents. C’est l’expérience qu’a tentée, avec succès, Sciences-Po en ouvrant la porte aux étudiants issus des ZEP et qui est une grande réussite. Sciences-Po c’est formidable, mais quelles sont les grandes écoles qui ont suivi cet exemple?

Pour que l’action positive soit efficace, il faudrait d’abord savoir combien de gens cela pourrait concerner. Or la République bannit les statistiques ethniques…
On a besoin de données socio-économiques afin de mettre en lumière les difficultés vécues par les minorités. Il faut remettre en cause l’idéologie républicaniste qui interdit de réfléchir en utilisant des catégories ethno-raciales. Evidemment, il faut prendre des précautions et préserver l’anonymat. Il s’agit de faire des statistiques et non des fichiers nominatifs.

Obama n’a pas tellement mis en avant son côté noir…
Dans sa campagne, il a évité d’apparaître comme le candidat des Noirs. Il n’a pas fait campagne dans les quartiers pauvres des grandes villes, dans ces ghettos qui vont encore plus mal que nos banlieues. Il ne s’est pas adressé à la frange la plus pauvre de la population noire et latino dont la situation s’est formidablement dégradée ces dernières décennies et notamment avec le démantèlement de l’Etat-providence. Je pense qu’il a voulu éviter d’effaroucher l’électorat blanc modeste et que s’il est élu il fera des choses pour eux. Il y a des éléments dans son programme qui vont en ce sens : la mise en place d’un système d’assurance maladie universelle et la revalorisation des écoles publiques notamment. Il a préféré offrir aux Américains l’image d’un homme qui ne les culpabilisait pas, celle d’un individu aux origines diverses qui a réussi. Il ne leur a pas renvoyé l’histoire douloureuse de l’esclavage et de la ségrégation mais quelque chose de plus positif. Si Obama est élu, ce sera la plus formidable opération de communication jamais menée par les Etats-Unis. D’un pays voué aux gémonies, atteint dans sa crédibilité morale et politique par les années Bush, on passera au pays d’Obama. Il y aura des explosions de joie dans le monde entier, tous les dirigeants internationaux se précipiteront à Washington pour sa prise de fonction en janvier. Sans se réjouir de façon déraisonnable, car Obama sera un président américain qui fera le job sans verser dans un multilatéralisme débridé, je crois qu’avec Obama notre monde -si mal en point- ira mieux.

Vous aimez le traitement de l’actualité sur leJDD.fr ? Découvrez chaque dimanche, le Journal Du Dimanche en version PDF sur leJDD.fr ou dans un point de vente près de chez vous.

http://www.lejdd.fr/cmc/elections-americaines-2008/200844/ndiaye-pas-d-obama-sans-action-positive_161850.html

 

Hamé : « La condition des Noirs américains est abominable »

par Eric Mandel

mardi 4 novembre 2008 par Farid

Hamé, le rappeur du groupe La Rumeur, a passé une année aux Etats-Unis où il a étudié le cinéma à la Tisch School Of the Art. Pour leJDD.fr, il revient sur son expérience américaine, évoque les élections, Barack Obama et le système d’intégration à la française. Réflexions croisées sur la condition noire, les minorités et le communautarisme des deux côtés de l’Atlantique…

Vous avez vécu une année de campagne électorale. Impressions ?

Je suis rentré en juin dernier, donc j’ai surtout vécu les prémices avec les primaires. J’ai vécu les rendez-vous des Super Tuesday, c’est écrasant, envahissant, vertigineux, un incroyable spectacle. J’avais l’impression de me retrouver face à une énorme grand-messe. C’est très solennel, et ce n’est pas vécu sur le mode de la dérision, comme on pourrait avoir tendance à le percevoir en France. C’est presque comme un instant de crise, un truc extrêmement grave et inquiétant qui va déterminer une année zéro, en particulier sur cette élection. Dans la sphère universitaire que je fréquentais, les gens étaient démocrates à quasi 100% et à 70-80% pro-Obama. Mais je trouve qu’il y a un surinvestissement sur la figure d’Obama sans doute proportionnel au désir de changement des Américains. Moi, je n’y crois pas une seconde.

Il ne serait pas autant porteur d’un renouveau dans la vie politique américaine ?

Il représente, incarne, cristallise une évolution dans les lignes de fractures au sein de la société américaine. Mais il ne fera pas de miracle, il ne va pas bouleverser la vie des Américains au point où on semble vouloir l’entendre, une sorte de mise à plat de toutes les violences internes à la société US. En tout cas, l’engouement autour de sa personne marque la cristallisation d’un besoin réel de rompre avec la précédente administration, cette politique « fascisante » à l’intérieur et à l’extérieur, ce sont des mots que j’entendais de la part d’étudiants et de professeurs. Donc oui, il y a ce besoin de changer de vision, de politique, d’attitude. Et la figure d’Obama est le réceptacle de tout ça.

On oppose souvent le modèle d’intégration américain au système français…

Il s’agit de deux systèmes basés sur des mythes différents. En France, c’est le mythe d’une nation une et indivisible, un modèle très centralisateur, bref jacobin. Avec une sorte de méfiance et de suspicion par rapport à l’altérité et à l’hétérogénéité. On a toujours ce besoin de vouloir faire entrer dans le même moule des choses complètement différentes, quitte à les éradiquer, les nier. Aux Etats-Unis, il n’y a pas cette dimension d’une intégration par l’individu. L’intégration se fait à partir de sa communauté. Et surtout à partir du fric. Ce qui a changé pour les Noirs, c’est qu’en trente ans, il y a eu une formidable diversification sociale et une infime frange de la communauté noire a pu accomplir une ascension sociale fulgurante. A tel point qu’aujourd’hui, parmi les plus grandes fortunes américaines, on trouve des Noirs américains. Une partie de la communauté noire a prouvé qu’elle pouvait aux affaires être plus efficace que ses congénères noirs.

Et en France ?

En France, démographiquement, ça n’existe pas. Aux Etats-Unis, le poids économique que ces Noirs représentent se traduit ensuite dans la visibilité politique et la présence d’un candidat noir à la présidence. C’est une répercussion normale. En France, ce n’est pas le cas, le fameux « plafond de verre » n’a pas encore explosé. Je ne sais pas si ça va avoir lieu, je ne sais pas s’il faut lutter dans ce sens, se livrer à l’exercice du lobbying. Je n’en sais rien. Certains semblent le penser, il existe des tentatives en ce sens… Mais c’est un aveu cuisant d’échec et d’hypocrisie révélée de ce système d’intégration au mérite, comme on le conçoit en France… Ce système a échoué. Mais la condition globale des Noirs américains, elle est juste abominable. J’ai pu le constater à Brooklyn, Staten Island, il existe une sous-humanité où les Noirs sont sur-représentés. Il suffit de se référer à la réalité du système pénitentiaire américain où les afro-américains représentent 80% de la population carcérale.

Un candidat noir aux USA, cela ne risque-t-il pas d’aiguiser les revendications communautaires en France ?

C’est déjà le cas, sur le thème : « pourquoi ce qui se passe là-bas ne pourra jamais se produire ici ? » Une question qui n’aurait pas pu être posée il y a deux ans. Par ricochet, on en revient à nous et le problème de la surreprésentation des minorités au bas de l’échelle, aux étages inférieurs. Du coup, ça interroge notre système de manière structurelle, vu qu’appartenance raciale et sociale bien souvent se superposent. Est-ce qu’on n’a pas loupé un train ? Y-aurait-il en France une question raciale qu’il s’agirait d’appréhender avec la même crudité qu’aux Etats-Unis ? D’autant que le système US a toujours servi de repoussoir pour justifier et vanter les mérites du système à la française, ou la conception que l’on se fait de l’altérité et de l’égalité. Ce vernis, il est en train de se craqueler. Donc oui, la candidature d’Obama, c’est un levier incroyable dans la tête des gens et des minorités… Donc est-ce que les « Beurgeoisies » et les « Blackgeoisies » locales vont être cooptées par les mêmes qui il y a quelques années fermaient les portes ? Je n’en sais franchement rien.

Et les nominations de Rachida Dati, Fadela Amara, Rama Yade ?

C’est une manière assez habile de déplacer le débat, on leur souffle leurs textes. Ce sont des figures qu’on monte en exemple mais pour mieux refermer et verrouiller les portes. Je ne trouve pas ça très ambitieux comme politique d’ouverture. Les problèmes sont collectifs et sociaux, y répondre par des promotions individuelles, c’est déplacer le problème. Il ne s’agit pas de nommer un arabe ou un noir à des postes régaliens pour avoir dans le même temps une politique à destination des populations dont ils sont issus extrêmement rétrogrades, mener une politique complètement infamante en matière d’immigration, avec un renforcement toujours croissant du maillage répressif au sein des quartiers… On donne le change en faisant la promotion de quelques figures qui vont allègrement relayer un discours qu’ils n’ont pas produit, mais le problème est entier et il s’est même aggravé depuis les émeutes de 2005.

Et vous comptez retourner aux Etats-Unis ?

Oui l’année prochaine, je m’y suis créé des opportunités, on m’en propose d’autres, j’y retourne. Je n’ai pas une vision monolithique des Etats-Unis. C’est le pays par excellence du contraste et de l’anachronisme où une chose et son contraire peuvent se côtoyer. Ce qui est fascinant dans la vie américaine, c’est la multiplicité des niches… Dans le domaine de la création, des choses sublimes se font à partir de capitaux, de structures de production privées… L’Amérique, c’est un système fédéral, complètement décentralisé, multipolaire. Le culte de l’initiative individuelle qui produit beaucoup de désastres mais offre aussi de belles opportunités. Il y a des angles morts, ce que j’appelle des niches, et dans ces niches se créent des expériences artistiques d’une audace et d’une inventivité incroyables. Je suis très curieux de tout ça. J’ai encore le sentiment que les Etats-Unis restent un eldorado pour les gens qui se voient refuser des opportunités là où ils se trouvent. Un pays de tous les possibles, conformément à son mythe fondateur.

Source : http://www.lejdd.fr/cmc/elections-americaines-2008/200844/hame-la-condition-des-noirs-americains-est-abominable_161834.html

15 octobre, 2007

L’OUVERTURE TREBUCHE SUR L’AMENDEMENT MARIANI [commentaires suite et fin]

L'OUVERTURE TREBUCHE SUR L'AMENDEMENT MARIANI [commentaires suite et fin] dans AFRIQUE ET DIASPORA logo_lci.fr

LE BLOG POLITIQUE Pierre-Luc Séguillon

 

Présentation

LCI Pierre-Luc Séguillon

Pierre-Luc Séguillon

P. rolonger les débats  abordés dans l’édito quotidien

 L. ivrer les à côtés de  l’interview politique matinale

 S. usciter vos commentaires et y répondre

 

Tous les blogs

givelet dans CENTRAFRIQUEDamien Givelet

LCI est à vous

praud_petit dans COMMUNAUTARISME ET ANTICOMMUNAUTARISMEPascal Praud

On refait le match

servicepolitique2 dans DROIT ET MILITANTISME Le service politique 

 Echos des partis

 cedric_petit dans POLITIQUE
Cédric Ingrand

High-tech

 julien_petit

Julien Arnaud

Question d’actu

 expert_petit

Valérie Expert

On en parle

 rabilloud_petit
Jean-François Rabilloud

La matinale

boulanger2Pascal Boulanger

Auto-info

expert_libraires_2004_92

Valérie Expert
Coups de coeur des libraires


jacques_collet_barre_nav_blogsJacques Collet

MusiqueS

Mercredi 10 Octobre 2007

L’OUVERTURE TREBUCHE SUR L’AMENDEMENT MARIANI

thierry-marianiLes deux amendements du député UMP du Vaucluse Thierry Mariani, celui du test ADN pour le regroupement familial et celui restreignant l’accès aux centres d’accueil aux seuls SDF munis de papiers en règle auront eu pour principal effet de révéler les limites du projet fédérateur de
Nicolas Sarkozy et de sa politique d’ouverture.

Le chef de l’Etat prétend en effet très largement fédérer tous les  électorats, de l’extrême droite au centre voire, pour partie, à la gauche grâce à l’ouverture envers plusieurs personnalités (
Bernard Kouchner ,
Jean-Pierre Jouyet , Fadela Amara, Jean-Marie Bockel ou
Martin Hirsch ). L’épisode Mariani démontre qu’à vouloir faire le grand écart, on finit par trébucher.

La troisième loi sur l’immigration voulue par
Nicolas Sarkozy avait pour premier objet de flatter l’électorat la droite en durcissant un peu plus encore les conditions d’entrée des étrangers sur le territoire français. Plus royaliste que le roi, Didier Mariani dont l’élection dans le Vaucluse dépend pour beaucoup de l’électorat frontiste, a voulu aller plus loin encore dans les signes donnés à l’extrême droite.

Mais à trop tirer sur la corde, elle ses casse.

La majorité s’est déchirée sur le sujet.

Des députés de l’UMP, pas toujours très courageux mais certainement mal à l’aise ont fait en sorte d’être absents de l’hémicycle au nomment du vote. Les sénateurs ont largement édulcoré l’amendement traitant de l’usage des tests ADN pour le regroupement familial. Trois anciens premiers ministres ,
Edouard Balladur ,
Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin ont expliqué que le plus sage serait de renoncer à cet amendement.
Charles Pasqua , qui n’a pas la réputation d’avoir été un ministre de l’Intérieur particulièrement favorable à l’immigration, a récusé ce recours à l’ADN.

 fadela_amara

Quant aux ministres de l’ouverture – à l’exception de Jean-Marie Bockel, ils ont dit chacun à leur manière leur malaise  et leur mécontentement.
Bernard Kouchner a exprimé ses «  réserves »,
Martin Hirsch « , son opposition » et Fadela Amara son dégoût estimant  « dégeulasse » cet amendement destiné selon elle à «  instrumentaliser l’immigration » ce qui a conduit les députés de la majorité à se sentir «  injuriés » .

Le bilan de ces deux amendements est donc affligeant pour l’Exécutif.

Ils ont brouillé le message de la loi elle-même dont l’Elysée attendait qu’elle contribuât à fixer l’électorat FN.

Ils ont divisé la majorité.

Ils ont ébranlé les ministres d’ouverture.

Ils ont attisé les crispations des élus de l’UMP à l’encontre de l’ouverture.

Ils ont suscité la réprobation de nos partenaires africains.

Ils ont conduit le gouvernement à une reculade sans gloire. Le premier amendement est totalement édulcoré, le second quasi retiré.

Le président n’en poursuivra pas moins la politique d’ouverture au moins jusqu’aux municipales. C’est ainsi pense-t-il qu’il pourra continuer à déstabiliser la gauche, asphyxier le Modem, élargir sa base et faire oublier les difficultés économiques du gouvernement.

Mais l’épisode Mariani aura surtout et avant tout mis en évidence les limites de cet élargissement simultané vers l’extrême droite et vers la gauche: la dépolitisation a ses limites. Le clivage droite gauche ne saurait être effacé d’un coup de baguette magique. Le débauchage ne transcende pas les divergences idéologiques. A l’ignorer ou à feindre l’ignorer et à brouiller volontairement les lignes politiques pour des raisons tactiques,
Nicolas Sarkozy court à la longue un danger réel : déstabiliser son propre socle électoral naturel.

publié par Pierre-Luc Séguillon dans: blogpls
Recommander

Commentaires

« Le débauchage ne transcende pas les divergences idéologiques ». Je vous cite PLS.  Merci de le dire ouvertement, l’ouverture selon M. Sarkozy se ramène à du débauchage et n’a qu’un but politicien : étouffer les adversaires. Mais n’est pas Napoléon qui veut. Cette stratégie à courte vue risque de se retourner rapidement contre le gouvernement, dont le positionnement devient inaudible ( dans un même gouvernement, vous avez des gens pour et des gens contre une même mesure, ça fait désordre et au final, on décide quoi ?) et surtout dont les électeurs traditionnels sont désorientés et risquent de repartir soit vers le FN pour les extrêmes soit vers le MoDem pour les libéraux qui au moins ont des positions plus lisibles et claires.

Commentaire n° 1 posté par: evelyne44 le 10/10/2007 – 20:21:05

Si vous croyez que l’électorat FN croit à une xeme loi sur l’immigration, vous n’avez jamais discuté avec qui que ce soit dans la rue. Maintenant l’electorat qui ne voulait plus du tout de Chirac, il s’est plus réfugié dans l’abstention que dans le vote FN et il retournera à l’abstention si Sarko ne tient pas ses engagements.


Tous les thémes défendus par la gauche: Etat, Immigration, Justice, Prevention ne trouveront pas de solution car la droite n’a aucun relais.


Le point important pour les électeurs de droite, c’est qu’enfin la droite sortent des tabous et du bréviaire imposés par la gauche ( dont le Modem, Bayrou ayant remplacé  Baylet  et Chirac notre radsoc international). Fillon a beaucoup plus gagné que Sarko contrairement aux sondages bidons.

Commentaire n° 2 posté par: geronimo le 11/10/2007 – 11:23:05

Vous avez ete pas mal l’autre soir face a lui mr Seguillon..vraiment…il s’ets bien senti mal a l’aise.


Mais je suis surtout content de voir le Dr Kahn prendre possition et dire qu’en effet voter ce genre de loi a 4h30 du matin avec 23 deputes est une honte pour la democratie francaise…ou etaient les deputes socialistes dans cette affaire…eux aussi devraient se poser des questions non?

Commentaire n° 3 posté par: Mekil le 11/10/2007 – 11:26:34

Il faut ne jamais avoir vécu dans des pays délabrés par la misère et/ou la guerre pour comprendre que loin d’être un écueil et une « honte » pour notre démocratie, cet amendement donnerait enfin à quelques familles la chance de se regrouper.


Il faut que l’environnement médiatico-politique français soit à ce point rétrograge, frileux et bien sûr déconnecté de la voix populaire pour ne pas comprendre que la forme importe peu, pourvu qu’on ait des résultats. Ras-le-bol des scrogneux-gneux baveux qui se flagellent à grands coups d’hypocrisie et de fausses vertus à chaque fois que l’un ou l’autre s’exprime crument. Tant que les propos illustrent (avec des mots tirés du dictionnaire d’ailleurs!) des pensées, des prises de position ou des convictions, ils sont légitimes. En revanche, toute attaque personnelle par l’injure est condamnable (n’est-ce pas M. Devédjian?).


Enfin, la démocratie vit et s’exprime même à l’intérieur d’un parti majoritaire au pouvoir, par la controverse, la critique, les contre-propositions. L’ouverture fait appel à l’intelligence mise à disposition de l’intérêt général d’un pays dont le retard accumulé dans tous les domaines ne permet plus de se faire des guéguerres politiciennes, dont l’absurdité révèle souvent l’absence d’idées et de projets. Un peu de perspective et de hauteur de vue SVP!


Et je souligne pour conclure que le FN n’est pas mort, mais tient une petite victoire certes, mais consistante, dans l’ouverture du débat sur la proportionnelle. Méfiance!

Commentaire n° 4 posté par: Jeff de Burlats le 11/10/2007 – 11:55:50

Voter une loi à 23 ??


pas besoin de tous ces parlementaires si on peut faire passer tout et rien avec  peu de représentanst ???


Ils n’assument donc pas leur opinion pour ne pas oser se présenter au vote !!

Commentaire n° 5 posté par: ll(site web) le 11/10/2007 – 14:50:43

« flatter l’électorat [de -NDLR] la droite en durcissant un peu plus encore les conditions d’entrée des étrangers » Désolé, mais c’est un peu court de prétendre que l’électeur de droite soit anti-immigration et donc par symétrie que l’électeur de gauche soit pro-immigration, car entre les positions des partis (parfois plus tactiques que de conviction) et celles de leurs électorats, il y a, et sur ce sujet particulièrement, une distance certaine. Certes, le bobo de gauche va s’afficher pro-immigration, générosité qui « fait bien » mais ne lui « coûte » rien . Mais pour l’électeur de gauche en quartier difficile, cela risque d’être très différent.

Commentaire n° 6 posté par: Foxie le 11/10/2007 – 15:09:24

Ne pas prendre en compte l’immigration comme facteur de croissance serait suicidaire au vu du grand nombres de retraites qui nous attend dans 5, 10 ans.


Comme disait Bernard Guetta ce matin..l’etat ferait bien de frapper durement tous ceux qui embauchent au « black » des salaries sans papiers, faisant miroiter a leurs familles et amis au pays que c’est simple de bosser chez nous….là au moins les choses seraient claires…mais chuuuut, les entrepreneurs du BTP votent a droite, ils ne faudraient pas les vexer, et encore moins augmenter la masse salariale de Messieurs Bouygues et Vinci…pfff…triste France que nous devenons!!

Commentaire n° 7 posté par: Mekil le 12/10/2007 – 10:28:54

L’avantage avec l’omniprésence du président et la course permanente, c’est de révéler plus rapidement les failles énormes de la politique de Sarkozy.
On ne peut tromper le peuple longtemps, ce qui ne veut pas dire qu’il va réagir.
Je ne vois pas comment on peut demander à quelqu’un de se rallier en faisant soumission, tout en lui demandant d’avoir des idées originales, de se taire quand il est pas d’accord, tout en parlant d’ouverture…
Certains y ont cru…
En tout cas, ce n’est pas du tout l’ouverture que préconisait François Bayrou.

Commentaire n° 8 posté par: Orange Libre(site web) le 12/10/2007 – 14:08:43

Le commentaire de Mekil qui se veut contre la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy en défend malgré elle l’aspect immigration choisie et critères professionnnels.
En effet, si on compte sur les immigrés pour financer les retraites dans le futur (ce qui  a d’ailleurs aussi un petit parfum « exploitation »), ce n’est pas en laissant rentrer des gens qui ne vont vivre que de prestations sociales .

Commentaire n° 9 posté par: Foxie le 12/10/2007 – 16:51:23

Rupture. Ouverture. Fédération.  L’ouverture trébuche sur un amendement qui n’aurait jamais du voir le jour. La Rupture risque de se produire à l’intérieur de la majorité, avec des résultats contraires à ceux espérés. La Fédération (de tous les électorats, de l’extrème droite au centre, voir, pour partie, à la gauche grâce à l’ouverture….je vous cite), idéologie utopique et illogique. Lorsque l’on constate qu’à l’intérieur d’une même famille politique il y a divergences d’opinions sur des sujets dits sensibles, telle que l’immigration ou les régimes spéciaux, on peut se poser la question de  »comment consensuer » sur une tel sujet, par der politiques aux théories diamétralement opposées. Le Chef de l’Etat peut être le Président de tous les français sans fédérer qui que ce soit, et avec un Gouvernement légitimé par le résultat des urnes. Si ouverture il y avait, elle aurait du avoir lieu dans d’autres Institutions que dans le Gouvernement. Il n’y a aucune raison qui justifie de continuer l’ouverture dans les élection Municipales, chacun sait que  les Municipales n’ont rien en commun avec la Présidentielle et les Législatives. Le bilan affligéant pour l’Exécutif du à l’épisode Mariani, nous prouve, si besoin est, que les « mariages arrangés » sont de coute durée. Vous dites: « Le débauchage ne tranchende pas les divergences idéologiques ». Personnellement je ne pense pas qu’il y ai eu débauchage de qui que ce soit, il y a eu de la part de chef de l’Etat « Une Invitation », à des personnalités socialistes, à un dialogue constructif et à une participation souhaitée, à l’élaborations de projets socialo-économiques du Gouvernement Ces personnalités ont choisi de participer et contribuer, je ne vois pas où est le débauchage. Ce sont des personnes résponsables, libres de ne pas accépter l’Invitation, comme d’autres l’ont fait. Mais au fond, les amendements Mariani et le « dégueulasse » de Mme Fadela Amara, devraient logiquement apporter à l’Opinion, aux Médias et aux Politique, matière à réfléction. Il ne s’agit pas seulement « d’instrumentaliser l’immigration », de parler d’identité Nationale, d’intégration ou de confession, il s’agit d’ouvrir un Grand Débat, National, Européen, Mondial, sur  « Les Civilisations dans la Mondialisation (ou la Mondialisation et les Civilisations). On a bon « tourner au tour du pot », le problème il est là ! Quant au racisme, il existe parce que l’on s’en sert à des fins fins politico-personnel, une façon comme un’autre pour des arrivistes de faire parler d’eux et de se placer dans l’establishment. L’arrivisme pousse à l’antagonisme et à la déchéance du vaincu.

Commentaire n° 10 posté par: palloporo(site web) le 13/10/2007 – 00:58:40


MONSIEUR SEGUILLON POUVEZ VOUS PUBLIER CE TEXTE EN L’ISOLANT


LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE NICOLAS SARKOZY


Votre excellence à l’instar du nazisme, de l’apartheid et de toutes sortes racismes frisant l’intention embryonnaire d’un futur génocide programmé (ADN), je me permets, aussi petite que je sois, d’attirer votre attention sur un naufrage certain de votre bateau. La sagesse voudrait, monsieur le président, que vous sachiez, lorsque vous embarquez dans un bateau à quel chauffeur vous confiez votre vie et vers quelle destination, il vous conduit.  Vous n’avez pas été le ministre le plus apprécié des noirs, sous le régime de notre ancien président CHIRAC. Vous n’avez jamais répondu aux différentes invitations que vous adressaient ça et là les différentes associations des noirs. Si je puis dire ainsi, y compris celles des associations de noirs de l’UMP. Nous noir(e)s de France, du moins en me referant, à certains sites africains, que je m’abstiendrai de citer,  ici ,   avons cru à un certain dédain de votre part vis à vis des noirs.


 Lors des élections, beaucoup d’entre nous, attendaient les résultats en esperant, que Ségolène ROYAL  gagnera, pour épargner aux immigrés certaines maltraitances de l’ordre de celles, que nous vivons aujourd’hui en France (ADN). Pour ma part, je n’ai jamais eu peur de vous, car voyez vous monsieur le président, j’ai toujours pensé,vu la complexité de la politique, que l’attitude, que vous avez affichez durant la période préélectorale, était  de circonstance. Mais, au fond, il existe quelque part en vous un être peut-être profondément humain,  qui n’a pas encore l’occasion de le démontrer ou par pudeur s’empêche de l’exprimer. Néanmoins,  peu importe les résultats : Vous ou ROYAL, finalement, ce qui compte c’est le personnage, sa manière de se mettre en scène  dans cette présidence, qui nous mettra en confiance ou pas. Pour l’iinstant, c’est trop tôt pour en juger et seul le temps pourra confirmer ou infirmer les actes que vous posez aujourd’hui. Ceci dit je suis honnête, je ne vous ai pas voté. Mais j’étais bien consciente que vous n’aurez pas besoin de mon vote pour parvenir au sommet. Vous y êtes parvenu. Lors du verdict, j’ai aperçu un autre homme. Un homme à visage humain. Cela était déjà visible, lorsque l’UMP vous a désigné, pour le mener à la victoire. Mais là n’est pas la question. Ceci étant, j’admire votre courage et votre détermination.


 Votre excellence!j’en viens à la mienne de question qui me préoccupe. lorsque vous avez été élu, vous avez créé la surprise en parlant de fraternité et d’aide en vous adressant à l’Afrique . Pourtant, votre comportement antérieur témoignait, si je puis le dire ainsi,  d’une détestation des Africains, qui feront partie des  Karcherisé.  A vous entendre, les auteurs de nombreux voitures brûlées, lors des évenements des banlieues seraient ces maliens issus de familles polygames, dont les parents musulmans égorgent des moutons en appartement [je caricature ].


Et pourtant, votre discours, le jour de votre élection l’a démenti. Vous nous avez encore agréablement surpris en nommant dans votre gouvernement une noire  d’eben, je précise très jeune. Nous noirs n’avons pas été préparés à cela, mais c’était une agréable surprise. Jamais, avant vous un président Français n’a fait confiance à une noire, aussi jeune et qui vous voue une véritable admiration d’ailleurs (voir interview R. YADE : youtube et dailymotion). Les nouvelles font état d’une relation démocratique entre vous deux.   Vous la laissez vous dire ce qu’elle pense. Mais qui aurait cru ça de vous????????? Pourtant les faits sont têtus,  vous le faites.


Troisième surprise, l’un de vos premiers voyage était effectué  en destination de l’Afrique. C’était très beau, mais une grosse tâche dans votre discours au Sénégal. Cela a mis la jeunesse en rogne, parcequ’il était paternaliste et infantilisant. Mais nous savons que, celui qui a rédigé pour vous ce discours s’était tout simplement trompé de génération et que son texte n’était pas adapté à l’attente de la jeunesse Africaine. Ce discours vous a mis en porte à faux avec cette jeunesse qui attendait tant de cette rencontre. C’est bien domage. A présent c’est une autre histoire, vous avez les réponses si vous prennez le temps de les lire, vous saurez désormais comment orienter votre politique Africaine. Néanmoins, je ne sais pas, une intuition, pour le developpement de l’Afrique,  j’ai envie de vous faire confiance pourquoi??


 Vous avez parlé de co-developpement avec l’Afrique. C’est une bonne chose mais, ne soyez pas sourds aux propositions de la jeunesse Africaine, sinon vous foncerez dans le mur.  Je comprends, que vous arrivez au pouvoir à un tournant mondial très difficile en ce qui concerne l’Afrique. Car celle-ci est entrain de prendre un essort, que plus rien ne peut arrêter. Et cet essort ne s’intègre plus aux anciennes politiques françaises mener par la France en sa direction. C’est maintenant à la France de suivre sa lancée et de s’y adapter.


Les anciens contrats post coloniaux signés autours des matières energétiques et minières entre les Etats Africains indépendants et leur colonisatrice n’étaient valable, que pour une certaine période que je qualifierai de transitoire, ou les besoins des populations autochtones étaient très basics. Nous parlons des années 1960. Mais aujourd’hui, après plus de quarante ans un contrats non révisé est un contrat devenu inadapté et obsolète. Vous avez du voir venir, car par cette transition, je vous mène sur les affaires de ELF/TOTAL et AREVA dans l’exploitation et l’expoliation des sous sol de certains pays Africains. Dès, que les dirigeants veulent riposter ces compagnies financent la rébélion et c’est la grande crise.


Votre excellence, cela ne peut plus durer. Car au delà de tous ces conflits internes armées, le monde oublis ces ENFANTS AFRICAINS QUI MEURENT DE FAIM.  Je ne m’étalerais pas sur toute l’Afrique,  je prendrai l’exemple de la Centrafrique, mon pays d’origine :  dernièrement à la télévision Française, pour la première fois, il est fait mention de la richesse du sous-sol Centrafricain. Dans ce pays  les fonctionnaires représentent la majorité de la population active.  Grâce aux rémunérations, qu’ils reçoivent mensuellement de l’Etat Centrafricain, ils arrivent non seulement à faire vivre  leur famille dite  nucléaire, mais aussi par extension la famille élargie. Le secteur privé étant peu developpé. 


 Le développement économique de la RCA, n’est pas à la hauteur de son  sous sol. Une petite minorité avec l’aide de ces compagnies Françaises s’accaparent les richesses, alors que le peuple meurent de faim de maladie et ne peuvent bénéficier de l’éducation, parceque les salaires et les pensions ne sont jamais payés. Des enfants qui sont emportés à la moindre maladie, parce-que leurs petits corps affaiblis par la famine ne peut résister.


Chaque matin, les enfants Centrafricains se réveillent avec l’angoisse au ventre. C’est le début d’une longue et horrible attente, semblable à celle du couloir de la mort. A quand l’execution???????????????


Le savez vous votre excellence????????Savez-vous monsieur le Président, ce que représente pour un enfant se reveiller le matin en Centrafrique? Non évidemment vous êtes dans l’opulence en France. En Centrafrique se reveiller le matin pour un enfant, c’est revenir à nouveau se confronter à cette dure réalité : celle d’attendre sans aucune certitude, si aujourd’hui, il aura à manger ou pas? si par miracle , il y’a à manger, combien de fois pourra-t-il manger dans la journée?? Savez ce que représente pour un enfant aller le ventre vide le matin à l’école. La concentration, l’amour de la vie et la force de survie est telle dans ces populations, que cela relève de l’extraordinaire. En Centrafrique, il n’existe pas de service social avec des assistants sociaux vers lesquels la population démunie peut se retourner. Les solidarités sont familiales. Un seul fonctionnaire peut être le soutien financier d’au moins une trentaine de personnes. C’est énorme. Les enfants sont rachitiques portant sur des petits corps flétris des grosses têtes lourdes [on se croirait à l'époque des biafrais].


Monsieur le président vous êtes un être humain. Et j’en appele à votre humanité, au delà de tout clivage politique.  Je reste convaincue, qu’en dépit de tout vous restez un homme “un être humain”. C’est avec douleur, que je viens par cette lettre ouverte, je ne sais pas si elle vous atteindra, mais je l’espère, vous demander de prendre des mesures fermes et draconniennes à l’égard des compagnies qui expolient l’Afrique et affament ces enfants, afin de rétablir la justice. On ne le dit pas assez, mais je suis consciente, que votre mission aujourd’hui est très difficile, parceque vous êtes le président sur lequel les Africains comptaient pour le changement, c’est à dire celui qui viendra défaire tout ces contrats. Mais malheureusement votre tâche est difficile dans un contexte de grande mutation que vit l’Afrique.


Pensez à vos enfants et dites vous, si c’était le petit Louis votre dernier fils, qui vivait le calvaire de ces enfants; cela ne vous arrangera pas. Je sais, que ce sont des petits noirs, mais cela n’enlève en rien le fait qu’ils appartiennent à l’espèce humaine et donc faisant partie de l’ humanité. Aujourd’hui, vous êtes plus sur la scène international, laissant à votre gouvernement les reformes et qui payent? Les les  immigrés, que MAIRIANI HORTEFEUX et consort massacrent à coups d’ADN. Mais à t-on seulement penser à RAMA YADE????????Comment peut-on travailler avec une personne et massacrer, ainsi tout ce qui lui ressemble??????


 Monsieur le président le massacre[test ADN] n’a pas encore commencé. Vous pouvez l’arrêter. La Balle est dans votre camps. Si aujourd’hui une certaine detestation de la France commence à gagner les jeunes Africains, c’est parce-que ces compagnies françaises qui exploitent les richesses de leurs sous sol ne reversent rien pour leur subsistance. Elles  transfèrent toute  la devise en france.  l’Etat Centrafricain à cause ce comportement est en faillite, depuis et incapable de payer ces fonctionnaires.  En France vos fameux ministres leur claquent la porte au nez à coup d’ADN; Ils meurent dans les océans en voulant rejoindre l’occident pour trouver un peu de pain. C’est une honte.


Je me suis informée sur le site SOZOWALA.com, que vous avez convoqué le président de la Centrfrique pour ce mois d’octobre 07. vous grandirez plus la France à jouer carte sur table. Il n’est que justice, que si les compagnies françaises  apportent la technologie et la logistique, qu’elles aient aussi  droit au moins à 45% du gâteau (je ne suis pas économiste, et par ce chiffre je peux heurter les centrafricains, mais ça reste de l’ordre de la proposition) et la centrafrique propriétaire du sous sol puisse detenir les 55%.  Ce qui lui permettra d’avoir de l’autonomie, car elle aura les devises suffisantes, pour payer régulièrement ses fonctionnaires et injecter des fonds dans le pays, afin de faire revenir  la vie . Je compte sur vos promesses electorales, en vous disant de lire ma lettre, car des millions d’enfants centrafricains espèrent sur vous. Mes oncles restés en Centrafrique me tiennent régulièrement au courant des nouvelles. Je vous écrirais d’ici quelques mois, si je ressens une volonté de votre part de changer les choses. En vous remerciant du temps que vous consacrerez à ce texte. Recevez votre excellence l’expression de mon profond respect. TEBAWALTO http://tebawalito.unblog.fr j’attends votre réponse et sur tout de l’action! En vous remerciant.

LA FRATERNITE C’EST S’OUVRIR A L’AUTRE, MAIS POUR VOTRE POSTE? C’EST AUSSI RETABLIR LA JUSTICE LA OU L’INJUSTICE FAIT FUREUR.


A VOTRE DISPOSITION VOTRE EXCELLENCE

Commentaire n° 11 posté par: tebawalito(site web) le 13/10/2007 – 05:33:50

Ajouter un commentaire

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...