TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

3 août, 2010

Stokely Carmichael (1941-1998), un leader du Black Power

Carmichael (1941-1998), un leader du Black Power 
13/07/2010
 
Militant convaincu de la cause afro-américaine et défenseur des intérêts africains, Stokely Carmichael a inventé le terme de « Black Power ». Un temps marié à la chanteuse Miriam Makeba, il a partagé sa vie entre Trinidad-et-Tobago, les États-Unis et la Guinée.
 

Par Hugo Breant

 

Stokely Carmichael (1941-1998), un leader du Black Power  dans AUTRES REPORTAGES transparentforumpuce dans BLACK LIBERTY
transparent dans BLACK USA LA LIBERTE transparent dans BLACK W Beauty Stokely Carmichael transparent dans DISCRIMINATION A L'EGARD DES NOIRS transparent dans DROIT ET MILITANTISME  
transparent dans DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME transparent dans histoires souvenirs Stokely Carmichael transparent dans HOMME NOIRE DANS L'HISTOIRE transparent dans MAGAZINES NOIRES/ BLACKS  
artphotobasleft dans NOIR OU BLACK MAIS ILLUSTRE artphotobasright dans RACISME ET ANTIRACISME CONTEMPORAIN
transparent dans SOCIETE ET DIVERS transparent dans THEORIE DANS DIFFERENTES DISCIPLINES

Stokely Carmichael est né le 29 juin 1941 à Port-of-Spain, dans la petite île caribéenne de Trinidad-et-Tobago. Son père Adolphus, charpentier, et sa mère Mabel, hôtesse de l’air, quittent le pays, laissent leur enfant avec sa grand-mère et tentent d’améliorer leur situation économique aux États-Unis.

En 1952, alors âgé de onze ans, il part avec ses trois sœurs et rejoint ses parents à New York, dans le quartier de Harlem. Il devient le seul noir de la bande d’enfants de sa rue. Plus tard il dira qu’il était « le bon petit nègre avec qui tout le monde était gentil ». Malgré le manque de ressources de ses parents, il parvient à intégrer certaines bonnes écoles du Bronx, où la famille s’est installée rapidement, comme la Bronx High School of Science. Son père meurt peu après son arrivée aux États-Unis. Plus tard, Carmichael dira de son père devenu chauffeur de taxi qu’il a payé un grand prix pour son émigration, et tout cela pour travailler pour sa mort et finir comme il avait commencé, « pauvre et noir ».

Après avoir refusé des bourses pour entrer dans des écoles blanches réputées, il part étudier la philosophie et la science politique à l’Université. Il découvre notamment les travaux du socialiste afro-américain Bayard Rustin. Et c’est lors de son entrée à l’Université de Howard à Washington que Stokely Carmichael a commencé à s’engager, rejoignant ainsi les actions d’étudiants qu’il avait admiré durant les années précédentes. Il a d’abord rejoint la branche locale du Comité de coordination des étudiants non-violents (Student Nonvsiolent Coordinating Committee, SNCC).

 

forumpuce
transparent transparent Donnant un cours sur le panafricanisme transparent transparent  
transparent transparent Donnant un cours sur le panafricanisme transparent transparent  
artphotobasleft artphotobasright
transparent transparent

Lors de sa première année, il participe également à des « Freedom Rides » organisées par le CORE (Congress of Racial Equality) pour lutter contre la ségrégation dans les bus ou à des sits-in en Virginie ou en Caroline du Sud, ce qui lui vaut plusieurs arrestations et peines d’emprisonnement. Il a par exemple passé 49 jours dans la prison de Jackson, dans le Mississipi. Il avoue même avoir stoppé le décompte de ses arrestations au bout de la 32ème. Il a poursuivi son action dans le Sud du pays, et notamment en Alabama, où il a participé à la fondation du « Lowndes County Freedom Party ».

Contrairement aux militants noirs modérés, soutenant Martin Luther King, qui prônaient la non-violence comme un principe, Carmichael l’envisage plutôt comme une tactique. Lui ne revendiquait pas une simple intégration des Noirs-Américains dans un monde blanc mais plutôt une reconnaissance de la culture afro-américaine. Ceci ne l’a toutefois pas empêché de participer à la célèbre « Freedom March » organisée par Martin Luther King.

Il critique notamment ce qu’il appelle le « racisme institutionnel » qui sévit aux États-Unis dans les années 1960 à la fois dans les institutions publiques, les entreprises et les universités. D’après lui, il existe dans le pays « une incapacité collective d’une organisation à procurer un service approprié et professionnel à des individus en raison de leur couleur de peau, de leur culture ou de leur origine ethnique ».

transparentforumpuce artphototopleft artphototopright
transparent

transparent

Stokely Carmichael

transparent

transparent

 

transparent

transparent

Stokely Carmichael

transparent

transparent

 

artphotobasleft

 

artphotobasright

 

transparent

transparent

 

 

transparent
En 1967, il renonce à la direction du SNCC, qu’il occupait depuis 1965 à la suite du modéré John Lewis, et écrit, avec Charles Hamilton, un livre intitulé Black Power. Il rejoint alors le Black Panthers Party fondé en 1966 par Huey Newton et Bobby Seale. Ce parti, inspiré par l’action de Malcom X se rapproche très rapidement des idéologies marxiste et maoïste. Il critique à plusieurs reprises la guerre du Vietnam. Le magazine Time raconte notamment que lors d’un séjour à Cuba, il déclarait : « Nous ne voulons pas la paix au Vietnam, nous voulons que les Vietnamiens battent les États-Unis ».

En 1968, il devient maréchal puis Premier ministre honoraire des Black Panthers et voyage au Vietnam du Nord, en Chine, à Alger, Prague ou Paris. Il a notamment participé au Congrès « Dialectics of Liberation » à Londres et à la Conférence de la OLAS (Organizacion Latinoamericana de Solidaridad) à Cuba. Alors qu’il est accueilli à la Havane par Fidel Castro comme un héros révolutionnaire à qui le pays offre même l’asile, il annonce clairement ses intentions : « Nous sommes en train de préparer des groupes de guérilla urbaine pour la défense de nos villes. Il s’agira bientôt d’un combat à mort ». À son retour aux États-Unis, les autorités saisissent son passeport.

Son arrivée au sein des Blacks Panthers coïncide avec les problèmes de Huey Newton, emprisonné en octobre 1967 après avoir été accusé d’avoir tué un policier à Oakland. Sa présence crée très rapidement des dissensions au sein du mouvement. Notamment autour de la question de la possible présence de Blancs dans les manifestations des Blacks Panthers. Carmichael y est lui totalement hostile. Il critique ainsi l’alliance du Black Panthers Party avec le groupe à majorité blanche Peace and Freedom. Il préfère mettre en place un Black United Front censé unir tous les Noirs, de gauche comme de droite.

transparentforumpuce artphototopleft artphototopright
transparent transparent Miriam Makeba et Stokely Carmichael (à droite) en septembre 1968 transparent transparent  
transparent transparent Miriam Makeba et Stokely Carmichael (à droite) en septembre 1968
© afp/getty
transparent transparent  
artphotobasleft artphotobasright
transparent transparent

transparent
Alors que la répression contre les Black Panthers s’étend, le parti fusionne avec le SNCC. L’orientation que prend le parti est de plus en plus radicale. Les arrestations de membres se multiplient et Newton demande à tous de défendre leur logement, par la violence s’il le faut. C’est également le concept de « black power » qui fait l’objet de nombreuses critiques. Certains y voyant l’annonce d’une guerre raciale anti-blanche très destructrice. Le magazine Time le décrivait ainsi comme un raciste à l’envers et « un pourvoyeur de négritude et de nihilisme ».

Marié à la chanteuse sud-africaine et militante anti-apartheid, Miriam Makeba, il déménage en 1969 en Guinée, donne quelques cours à l’Université de Conakry et devient conseiller du président Ahmed Sekou Touré. Quant à Makeba, elle devient représentante de la Guinée auprès de l’Organisation des Nations-Unies. Ce mariage a d’ailleurs scellé la rupture entre la chanteuse et les États-Unis puisque dès l’annonce de son union avec le leader du mouvement noir, plusieurs contrats et concerts ont été annulés. D’après Carmichael, le FBI suivait régulièrement le couple dans ses moindres déplacements. Carmichael et Makeba se séparent dès 1973.

Avant de partir en Guinée, il fonde une antenne américaine au « All-African People’s Revolutionary Party », un groupe panafricain établi un an plus tôt en Guinée. Convaincu par les idéaux socialistes et panafricanistes, Stokely Carmichael fait publier en 1971 un livre intitulé Stokely Speaks : Black Power Back to Panafricanism. Cet ouvrage marque l’apogée de sa vision internationaliste. D’après lui, la fin du racisme aux États-Unis devait aussi passer par la fin de l’impérialisme des grandes puissances internationales contre les pays du Sud, et plus particulièrement africains.

transparentforumpuce artphototopleft artphototopright
transparent transparent 17559 transparent transparent  
transparent transparent transparent transparent  
artphotobasleft artphotobasright
transparent transparent

transparent
Lorsqu’il définit le « black power », Carmichael explique : « nous voulons le contrôle des institutions des communautés où nous vivons, et nous voulons contrôler la terre, et nous voulons arrêter l’exploitation des populations non-blanches à travers le monde ».

Il se marie avec Marlyatou Barry, une médecin guinéenne avec qui il finit par divorcer. En 1978, il change de nom et se fait appeler Kwame Ture, en hommage à deux figures de l’indépendance africaine, Kwame Nkrumah et Sekou Touré. À la mort de Sekou Touré, il est emprisonné à plusieurs reprises, et sans raison, par le régime militaire montant en Guinée.

Même si l’état de Trinidad-et-Tobago et le leader musulman Louis Farrakhan ont participé au financement de ses soins à Cuba, il meurt à l’âge de 57 ans d’un cancer de la prostate, à Conakry, le 15 novembre 1998. D’après lui, ce cancer aurait été introduit dans son corps par les « impérialistes américains » du FBI.

Son ami de longue date, Bob Brown dit de lui qu’il était un battant qui « a lutté toute sa vie. Il a lutté jusqu’à la dernière seconde de la dernière minute de la dernière de son dernier jour ». Son fils Bokabiro avouait lors de ses funérailles que son père aurait été très content de rester en Guinée. Stokely Carmichael repose donc aujourd’hui dans un cimetière de Conakry. En 2003, ses mémoires ont été publiées à titre posthume sous le titre « Ready for Revolution ».

Les fichiers du FBI concernant Stokely Carmichaël

transparent
pucemenu http://foia.fbi.gov/foiaindex/carmichael_stokely.htm

Stokely Carmichael, alias Kwame Ture, vu ici le 23 janvier 1969, était l’ex Black Panther qui a inventé l’expression  »Black Power » (photo AP)

transparent
17575

Stokely Carmichael évoque le black power et la guerre du Vietnam sur le campus de la Florida A&M university le 16 avril 1967 (AP Photo/stf)

transparent
17577

Stokely Carmichael aux côtés de Martin Luther King en juin 1966 lors de la marche contre la peur dans le Mississippi (Photo Flip Schulke/Corbis)

transparent
17587

 

http://www.grioo.com/ar,stokely_carmichael_un_leader_du_black_power ,19410.html

23 juillet, 2010

KOTA KPALE PRINCESS LEONI KANGALA (P.L.K.) MUSIQUE CENTRAFRICAINE

Image de prévisualisation YouTube

le prince Albert II de Monaco officiellement fiancé à la Sud-africaine Charlene Wittstock

le prince Albert II de Monaco officiellement fiancé à la Sud-africaine Charlene Wittstock

arton646788099.jpg

Photos : DR

mercredi 23 juin 2010, par le prince Albert II de Monaco officiellement fiancé à la Sud-africaine Charlene Wittstock dans ACTU GENERALE fdfeb03ad9d275ee9a8762d162740959 Staff Culturefemme

Le prince Albert Alexandre II de Monaco, 52 ans, et Charlene Wittstock, 32 ans, se sont officiellement fiancés, d’après un communiqué du Rocher. Le couple a récemment été vu ensemble lors du mariage de la princesse Victoria de Suède.

Née au Zimbabwe, Charlene Wittstock, désormais de nationalité sud-africaine, est une ancienne nageuse professionnelle. Avec ces fiançailles, Albert de Monaco laisse derrière lui un passé d’éternel célibataire, et dont les révélations d’enfants illégitimes ont en leur temps fait la une de la presse.

En 2005, Nicole Coste, une ancienne hôtesse de l’air d’origine togolaise, accorde une interview-fleuve à Paris Match [1]et y révèle l’existence d’un fils eu avec le prince, Alexandre Coste, né le 24 août 2003 à Paris. Dans cette interview, Nicole Coste affirmait qu’Albert de Monaco, après avoir fait effectuer un test ADN, avait reconnu son enfant devant notaire. La jeune femme, mère de deux autres enfants, déclarait alors : « Je veux qu’Alexandre grandisse normalement avec un père. Que cessent les mensonges. Moi, je n’en peux plus de mentir, de me cacher et de passer pour la maîtresse de ses amis. »

nicolecoste79b80.jpg

Nicole Coste avouait : « Je veux rétablir la vérité pour que ses deux frères aient une image digne de leur mère. » Le 6 juillet 2005, Albert II de Monaco faisait diffuser un communiqué où il reconnaissait publiquement son fils. L’idylle entre la Togolaise et Albert de Monaco aurait notamment souffert de l’hostilité de son père, le défunt prince Rainier. Quoique reconnu, le petit Alexandre ne peut pas prétendre à la succession de son père au motif qu’il est né hors mariage civil et religieux. S’il porte le même prénom que son père, Alexandre ne porte pas le nom « Grimaldi ». En effet, selon la constitution du Rocher modifiée en 2002 par le père d’Albert II, la succession au trône se fait de père en fils et en descendance directe et légitime. Par contre, en ce qui concerne le patrimoine du prince régnant, en cas de décès, le fils de Nicole Coste aurait droit à la même part d’héritage que ses éventuels frères et sœurs qui naîtraient dans le cadre du mariage. La fortune du prince régnant est estimée à 2 milliards d’euros.

Autre enfant illégitime reconnu par le prince de Monaco, Jazmin Grâce Rotolo, née en 1992 à Palm Springs (Californie). Sa mère, l’Américaine Grace Rotolo, affirmait que Jazmin avait été conçu durant une relation qu’elle avait eu avec Albert II pendant l’été 1991. A l’époque serveuse, elle passait ses vacances sur la Côte d’Azur. ©Culturefemme.com

Un bébé blanc pour un couple 100% africain : selon les scientifiques, la fillette blonde n’est pas albinos

bebenoirblond.jpgUn bébé blanc pour un couple 100% africain : selon les scientifiques, la fillette blonde n’est pas albinos

Photos : DR

mercredi 21 juillet 2010, par Un bébé blanc pour un couple 100% africain : selon les scientifiques, la fillette blonde n’est pas albinos dans ACTU GENERALE 56b835787a4aee95602ca0b1b3efc8cc Minsili ZANGA

Ben et Angela Ihegboro, un couple de Nigérians installé dans le Sud de Londres, ont donné naissance à une petite fille blonde aux yeux bleus. Pourtant les deux parents sont noirs, et leur histoire familiale ne fait présence d’aucun ancêtre blanc.

C’est l’histoire qui étonne toute la Grande-Bretagne, et suscite moult commentaires émus sur la toile depuis que le les médias britanniques s’en sont fait l’écho depuis le 20 juillet.

Ben Ihegboro, 44 ans, et sa femme Angela, 35 ans, sont tous deux d’origine nigériane et vivent en Grande-Bretagne depuis 5 ans. Ben est chargé de clientèle dans une compagnie ferroviaire de la place, et la famille vit à Woolwich dans le Sud de Londres. Semaine dernière, Angela Ihegbero a donné naissance à une petite fille née par césarienne à l’hôpital Queen Mary. Angela et son mari sont déjà parents de deux enfants en bas-âge, Chisom, un petit garçon de 4 ans, et Dumebi, une petite fille de deux ans. Chisom et Dumebi sont noirs comme leurs parents, et la nature vient de leur donner une petite-sœur blanche. Ben et Angela ont eu la surprise de leur vie car Angela Ihegboro, enceinte de son troisième enfant, s’attendait à tout sauf à accoucher d’une petite blanche de surcroît blonde aux yeux bleus.

Il ne s’agit ni de métissage, ni d’albinisme selon les experts

bbblancparentsafricains3aa5e41.jpg

Non, le troisième enfant du couple Ihegboro n’est pas très claire de peau (comme c’est souvent le cas pour nombre de bébés africains à la naissance). L’enfant n’est pas non plus albinos, les scientifiques qui se sont penchés sur le cas sont formels. Et comme le dit son père au journal The Sun : « elle ne ressemble pas à un enfant albinos de toute façon – pas comme ceux que j’ai vu au Nigeria ou dans les livres. Elle ressemble juste à un bébé blanc en bonne santé. » Enfin, si à la vue de sa fille Ben avoue s’être demandé si elle était vraiment de lui, l’homme, qui dit avoir toute confiance en sa femme et mère de ses deux premiers enfants, n’est pas un cocu qui s’ignore. Angela n’a pas eu une aventure cachée avec un blanc, car, la petite Nmachi Ihegboro (prénom qui selon les parents signifie « beauté de dieu »), selon les tests génétiques, n’est pas métisse. Là encore, même s’il existe des métis très clairs de peau, pour les experts qui continuent d’être subjugués par le cas de Nmachi, même si ça avait le cas, un métis ne peut génétiquement avoir l’apparence de la petite fille, ni la texture/structure de ses cheveux. Les parents de Nmachi sont formels, leurs deux familles respectives ne sont pas métissés : « Nous ne connaissons pas d’ancêtre blanc » Et même si le couple Ihegboro avait été métissé, cela n’expliquerait en rien le physique de Nmachi, notamment son abondante chevelure blonde et bouclée. Pour Bryan Sykes, directeur de génétique humaine à l’Université d’Oxford qui s’exprime dans The Sun : « Dans les populations mélangées, la variante de teinte de peau plus claire peut resurgir sur un enfant – et cela peut parfois être étonnamment différent de la peau des parents. Cela pourrait être le cas là où il y a beaucoup de mélange génétique, comme au sein des populations afro-caribéennes. Mais au Nigeria, il y a peu de mélange. » Selon le professeur Sykes, Ben et Angela Ihegboro auraient eu besoin d’une certaine dose de mixité raciale (ancêtres blancs) pour qu’on ait la probabilité de voir une version « blanche » de leurs gènes transmise.

Au-delà de la perplexité, la petite Nmachi considéré par ses parents comme un bébé miracle

bbblancparentsafricains24b6c3.jpg

Les jeunes grand-frère et grande-soeur de Nmachi vont devoir s’habituer à leur petite-soeur blanche et comme le dit le père : « Notre autre fille Dumebi a seulement deux ans donc elle est trop jeune pour comprendre. Mais notre garçon (Ndlr : 4 ans) continue à venir pour regarder sa sœur, puis s’assied et l’observe, perplexe. » Et Ben Ihegboro de continuer sur une note humoristique à propos de la perplexité de son fils de quatre ans : « Nous sommes une famille noire. Soudainement il a une sœur blanche. » Le père aussi s’avoue « déconcerté » et confesse que sa femme et lui, au-delà de la joie d’être à nouveau parents, souhaitent tout de même savoir ce qui est arrivé. Puis il continue : « Mais nous comprenons que la vie est très étrange. Tout ce qui importe au final, c’est qu’elle est en bonne santé et que nous l’aimons. C’est une fière anglo-nigériane. » Au final, le couple nigérian, serein dans une vidéo diffusée sur le site du journal The Sun, dit que passée la première surprise, il a accueilli la petite Nmachi avec bonheur, comme ils l’auraient fait si elle avait été noire. Pour eux, c’est leur bébé, un don de Dieu, et malgré les questions que se posent la grande-sœur et grand-frère de Nmachi à la vue de leur petite-sœur, la famille savoure l’arrivée de ce nouveau membre. Et comme le dit Angela, souriante : « Elle est belle et je l’aime. Sa couleur n’a pas d’importance. Elle est un bébé miracle. » Pour le généticien Bryan Sykes, l’aspect de Nmachi Ihegboro pourrait venir d’une mutation génétique d’origine inconnue. Le professeur avoue que pour l’instant, c’est l’explication la plus rationnelle qu’on puisse fournir face à cette naissance qu’il considère comme « extraordinaire. » ©Culturefemme.com (Minsili ZANGA)

Source : The Sun

http://www.culturefemme.com/article6564.html

13 juillet, 2010

Mandela assistera à la cérémonie de clôture

Football » Coupe du Monde » article

Mandela assistera à la cérémonie de clôture dans ACTU GENERALE pxy_38924243_35104956_640554_9112649

Mandela assistera à la cérémonie de clôture

11.07.10 – 17:04 Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid, a décidé de venir « saluer les fans » dans le stade de Soccer City à Johannesburg juste avant la cérémonie de clôture du Mondial-2010 de football, a annoncé son petit-fils.

« Il a décidé de venir. Il arrivera juste avant le début de la cérémonie pour saluer les supporters avant de rentrer à la maison« , où il regardera la finale entre l’Espagne et les Pays-Bas, a déclaré Nkosi Zwelivelile Mandela, qui s’exprimait au nom de la famille du prix Nobel de la paix. « C’est vraiment pour dire merci et rendre hommage à tous les fans« , a-t-il souligné, précisant que son grand-père ne resterait sans doute pas plus de 30 minutes à Soccer City. La présence de Nelson Mandela à la finale de la Coupe du monde était restée jusqu’à présent incertaine en raison de son grand âge (bientôt 92 ans) et du décès de l’une de ses arrière-petites-filles dans un accident de la route la veille de l’ouverture du Mondial. (MDP)
Belga

http://www.rtbf.be/sport/nelson-mandela-assistera-a-la-ceremonie-de-cloture-du-mondial-84139

[gv data= »http://www.youtube.com/?v=gjT0XCcW1S

http://www.dailymotion.com/video/xe0754

Afrique du sud fifa 2010 chansons concert d ouverture/ l’AFIQUE DU SUD A ASSURé CHAPEAU BRAVO POUR L’ORGANISATION

 K’Naan Waving Flag-Fifa World Cup 2010/ Afrique du sud fifa 2010 chanson concert d ouverture

Image de prévisualisation YouTube

K’Naan Waving Flag-Fifa World Cup 2010 Live@ Kick Off Concert HQ

Image de prévisualisation YouTube

Shakira – Waka Waka (This Time for Africa) (The Official 2010 FIFA

K’naan – Wavin’ Flag (2010 FIFA World Cup™ Kick-off Concert)

Image de prévisualisation YouTube

10 juillet, 2010

OBAMA yes we can

ici on se métisse :

 Image de prévisualisation YouTube

RAMA YADE chanson

Image de prévisualisation YouTube

10 juin, 2010

LABO ETHNIK DU 18-19-20 JUIN 2010 [DEFILE DE MODE]

laboethnikgrioo.jpg

123456...19
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...