TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > FREIN AU DEVELOPPEMENT : LA FACE CORROMPUE DE L'AFRIQUE

24 juillet, 2017

POUR APPORTER UNE AIDE AUX FEMMES CENTRAFRICAINES VICTIMES DE VIOLENCE OU EX DEPLACEES PARTICIPER AUX COLLECTES DE FONDS CLIQUEZ SUR LE LIEN ET SUIVEZ LES INSTRUCTIONS

Classé dans : ACTU GENERALE,AFRIQUE DU SUD APARTHEID,AFRIQUE ET DIASPORA,AMERIQUE DU SUD CARAÏBES,AUTRES REPORTAGES,BLACK LIBERTY,BLACK USA LA LIBERTE,BLACK W Beauty,CENTRAFRIQUE,CES LEADERS /DIRIGEANTS/MILITANTS QUI AIMAIENT TANT L'A,CHANSON D'EGLISE/,CIVILISATIONS AFRICAINES,COLONISATION ET DECOLONISATION,COMITE FRANCAIS DE SOUTIEN A B.OBAMA,COMMUNAUTARISME ET ANTICOMMUNAUTARISME,CULTURE NOIRE /POESIES/CONTES/TRADITIONS COUTUMES,DIFFERENTES OFFRES INCLUS OFFRE D'EMPLOIS,DISCRIMINATION A L'EGARD DES NOIRS,DROIT ET MILITANTISME,DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME,DROITS SOCIAL/DROITS DIVERS,ESCLAVAGE,ESCROQUERIE par mail,FAMILIAL ET PRIVE MON HISTOIRE:ROMAN,FAUSSES PROPOSITIONS,FEMMES NOIRES ET FEMMES DU MONDE,FRANCE Mondaine,FREIN AU DEVELOPPEMENT : LA FACE CORROMPUE DE L'AFRIQUE,GEOPOLITIQUE,histoires souvenirs,HOMME NOIRE DANS L'HISTOIRE,J'ESSAIE DE POETISER OU JE PROSE,LA GRANDE FRATERNITE : L'IDEALE,LES CONCEPTS DECRIVANT LA FACE INHUMAINE DE L'HOMME,livres auteurs africains et autres,MAGAZINES NOIRES/ BLACKS,MES MUSIQUES ELUES,METISSAGE /melange/multiculturel,NOIR OU BLACK MAIS ILLUSTRE,NOIRS/BLACK INVENTEURS,NOUVEAU TALENT DE LA CHANSON AFRICAINE ET AUTRES A DEC,PANAFRICANISME,PARCOURS/REUSSITE/MUSIQUE/CINEMA/SPORT/PROFESSION,PERSPECTIVE DE DEVELOPPEMENT,POLITIQUE,PRESENTATION,RACISME ET ANTIRACISME CONTEMPORAIN,SANTE,SOCIETE ET DIVERS,SPORT,TECHNOLOGIES,THEORIE DANS DIFFERENTES DISCIPLINES,TOUCHE PAS A MON ADN (CHARLIE HEBDO / SOS RACISME),USA ELECTIONS ET POLITIQUE ET AUTRES SUJETS,VIOLENCE ET SOUVENIRS QUELLE PERSPECTIVE?,VIOLS ET VIOLENCES FAITES AUX FEMMES EN PERIODE DE CONFLITS ARMEES ET EN TEMPS DE PAIX — tebawalito @ 18:22

gofundme.com/4973889983838963

Nous sommes une association  a but non lucratif crée et déclarée en le 6 juillet 2013 qui s’occupe des femmes victimes de violence en temps de guerre et en temps de paix.  La République Centrafricaine à connu un conflits en 2013 avec pour conséquences des déplacés internes, parmi lesquels des femmes et des enfants. Notre association œuvre auprès des ces femmes et enfants pour les aider à se reconstruire puis à devenir autonomes par les activités génératrices de revenus. Nous louons des terrains que nous mettons à leur disposition pour faire du maraichage. Nous les formons au tricotage, à la couture. Pour ce dernier, nous louons des machines à coudre que nous leur mettons à disposition. Notre objectif est d’arrêter de louer les terrains, les machines à coudre pour l’agriculture et les confections de vêtements. C’est pour cette raison que nous vous sollicitons pour nous aider par vos apports à rassembler 9000€ qui nous permettra d’acheter notre propre terrain et des machines à coudre qui appartiendrons à l’association . Ce qui lui permettra de les mettre à disposition des femmes afin de leur permettre de se former à l’agriculture marechaire et d’apprendre la couture de manière durable et sans pression. Avec ce terrain et ces machines a coudre, nous pourrons améliorer la vie de ces femmes et indirectement celles de leurs enfants par les activités génératrices de revenu à travers l’agriculture et la couture. En un mot « aider nous à les aider » merci
https://www.facebook.com/fedong.femmesendanger/media_set?set=a.1949769575267047.1073741884.100007020693478&type=3&pnref=story

5 août, 2013

FED FEMMES EN DANGER UNE NOUVELLE ONG EST NEE

 

 

www.facebook.com/FedOrganisationNonGouvernementale    

 

Image de prévisualisation YouTube

 

F.E.D (Femmes En Danger) est une ONG (association loi 1901) qui s’assigne comme objectif, de lutter contre l’impunité des auteurs de violences faites en temps de paix comme en temps de guerre, aux femmes d’Afrique en général, et d’Afrique Centrale…

 

POUR SIGNALER DES VIOLS ET VIOLENCES FAITES AUX FEMMES EN AFRIQUE ET AU CONGO RDC ET CENTRAFRIQUE QUI VIVENT ACTUELLEMENT CES EXACTIONS UN MAIL femmesendanger.fed@gmx.fr EN AJOUTANT VOTRE NOM PRENOM PAYS VILLE ADRESSE  ET MAIL OU AUTRES MOYENS DE VOUS JOINDRE;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Centrafrique au bord du « chaos » selon 5 ONG françaises

 

Cinq ONG françaises ont dénoncé mardi l’ »abandon » de la Centrafrique – où « l’État n’existe plus » et où la pénurie alimentaire menace – par une communauté internationale qui conditionne son aide à un improbable retour de la sécurité.

Dans un communiqué commun, Médecins sans frontières (MSF), Action contre la faim (ACF), Médecins du monde (MDM), Première urgence-Aide médicale internationale (PU-AMI) et Solidarités International (SI), ont fustigé « l’insuffisance de la présence des Nations unies sur le terrain et le manque de financement par la grande majorité des bailleurs de fonds », dont certains « conditionnent leurs financements à venir à une ré-instauration de la sécurité », un statu quo « aussi incompréhensible qu’inacceptable ».

Et la pénurie alimentaire menace, préviennent les ONG. « En 2012, les récoltes n’ont pas été bonnes » et « les réserves sont peu importantes », a expliqué Bérengère Tripon, de SI, lors d’une conférence de presse commune.

Ces réserves ont ensuite souvent été pillées, soit par des nomades, soit par la rébellion Séléka qui a pris le pouvoir en mars et multiplie les exactions (pillages, rackets, viols, meurtres). « On estime que la récolte 2013 couvrira un mois de besoins alimentaires alors qu’elle devrait en couvrir au moins six », selon Mme Tripon.

Toute la population est menacée par la faim. Thierry Mauricet, directeur général de PU-AMI, estime que « 147.000 personnes sont déjà en restriction alimentaire sévère », sur 4,5 millions d’habitants.

Et depuis début 2013, indique Alain Coutand d’ACF, « le nombre d’enfants admis dans nos centres nutritionnels a doublé » par rapport à 2012. La malnutrition sévère des enfants entraîne souvent des séquelles neurologiques irréversibles.

« Dans n’importe quel pays, on parlerait de catastrophe humanitaire. En Centrafrique, ça tombe dans l’oubli », s’est-il désolé.

Quant au système de santé, il agonise, l’approvisionnement en médicaments et fournitures médicales étant interrompu, l’accès aux soins impossible par endroits.

Une flambée de paludisme a occasionné 60.000 consultations au premier trimestre dans les structures soutenues par MSF, soit +38% par rapport à 2012, tandis que rougeole et pneumonie sont en augmentation.

Depuis des années, la Centrafrique, qui a la deuxième espérance de vie la plus basse au monde (48 ans), connaissait un taux de mortalité trois fois plus élevé que le seuil d’urgence définissant une crise humanitaire (un mort pour 10.000 habitants par jour). Et ce taux « est pire aujourd’hui », estime Mego Terzian, président de MSF, sans pouvoir le chiffrer.

La prise de pouvoir par la Séléka n’est que le dernier épisode d’une longue série de coups d’Etat et de rébellions depuis l’indépendance en 1960. Les rebelles Séléka sont eux-mêmes divisés et d’autres groupes armés sévissent.

Résultat, les agences onusiennes et beaucoup d’ONG ont fui. « Les ONG présentes ont toutes été pillées au moins une fois et l’État n’existe plus », a expliqué Thierry Mauricet (PU-AMI).

« Nous pouvons opérer actuellement », a ajouté Alain Coutand (ACF), « mais c’est très cher et très compliqué ».

« La communauté internationale doit considérer la Centrafrique comme une de ses priorités. (…) La situation est pire qu’elle n’a jamais été », a résumé André Munger, de MSF.

MICHEL DJOTODJA CRÉE DE TOUTES PIÈCES UN MÉLANGE DE GENRE, UNE ARMÉE CENTRAFRICAINE GONFLÉE DE 20000 ÉLÉMENTS SELEKAS (TCHADO-SOUDANNAIS) POUR MIEUX ASSURER SES ARRIERES EN 2014.

MICHEL DJOTODJA CRÉE DE TOUTES PIÈCES UN MÉLANGE DE GENRE, UNE ARMÉE CENTRAFRICAINE GONFLÉE DE 20000 ÉLÉMENTS SELEKAS (TCHADO-SOUDANNAIS) POUR MIEUX ASSURER SES ARRIERES EN 2014. DISONS NOUS LE, CE MONSIEUR NE QUITTERA JAMAIS LE POUVOIR SANS METTRE LE PAYS A FEU ET A SANG. AU MALI, ON A JAMAIS INTEGRE LES REBELS ISLAMISTES A L’ARMEE MALIENNE POUR ARRETER LA GUERRE, ET ORGANISER LES ELECTIONS. CHEZ NOUS, AVEC DES CORPS SELEKA ETRANGERS DANS NOTRE ARMEE, NOUS ALLONS DROIT AU MUR, AVEC A LA CLE UN GRAND TERRITOIRE TCHADIEN. CAR DE FAIT, PAR CETTE INTEGRATION DES ELEMENTS SELEKA LA RCA PASSE SOUS CONTRÔLE TCHADO-SOUDANNAIS. NOUS SERONT ASSUJETTIS A DEBY. NOUS AVONS DESORMAIS LES MAINS LIEES. QUE FERONS NOUS CIVILS CONTRE UNE ARMEE SELEKATISEE. DJOTODJA A TOUT SIMPLEMENT VENDU NOTRE PAYS A SON CHEF I.DEBY. MA QUESTION: COMMENT POURRONT NOUS PARLER D’INDEPENDANCE ALORS QUE NOUS SOMMES DEVENUS A NOTRE INSU TCHADIENS. POUR MOI LA SOLUTION SERA D’EN APPELER A LA MEDIATION INTERNATIONALE POUR DEGAGER CES SELEKAS DE NOTRE PAYS. QUANT A I. DEBY ET DJOTODJIA, ILS DOIVENT DISPARAITRE DANS LES GEOLES DE LA CPI point barre

Des FACA à la création unilatérale d’une nouvelle Armée Républicaine
La République Centrafricaine a été fortement ébranlée depuis le 10 décembre 2012 avec la naissance d’une rébellion dénommée SELEKA. Cette rébellion se diverge des précédents non seulement par son mode opératoire dans les tactiques de combats, mais qu’en sus, les parrains et caciques de cette rébellion ont inscrit dans leur agenda, un projet déstabilisateur de mettre tout en cendre. C’est ainsi que dès les premières heures du déclenchement des hostilités, l’administration n’a été épargnée, toutes les institutions incarnant l’État, les symboles de la République, immortalisant l’histoire de la nation ont été littéralement soit pillé pour ne pas laisser de trace, soit emportés pour d’autres destinations. Cette folie meurtrière et de destruction a atteint son point culminant à partir du 24 mars 2013 avec la prise de la capitale Bangui. En tout cas, tous les ingrédients étaient déjà réunis pour prolonger la souffrance d’une population déjà au seuil de l’extrême pauvreté du malthusianisme économique. Comment expliquer d’une part une telle avancée aussi fulgurante soit elle et en une vitesse éclair des éléments Séléka sur le théâtre des opérations ? Notre armée nationale n’a-t-elle pas du tout déméritée pour qu’à chaque fois, sous prétexte d’un repli tactique, elle a pu et à chaque fois capitulée devant l’ennemi ? Mais pourquoi ce désastre ? Certes parce qu’il y’a eu trahison de la patrie au rang desquels figure en bonne place un bon nombre d’officiers.

Par principe, l’armée est apolitique. Elle est investie de la mission cardinale de veiller au grain sur la défense de la patrie assortie du serment de défendre l’intégrité territoriale. L’armée a toujours joué un rôle prédominant dans l’histoire de la république centrafricaine. Telle n’est pas la réalité aujourd’hui. L’armée centrafricaine s’est démarquée de sa mission régalienne. Le clientélisme, l’amateurisme, le manque de cohésion et d’harmonie (esprit de corps), la mauvaise manière de servir ont été le nœud gordien qui nous conduit à l’échafaud. Par ce comportement, l’armée à signé son acte de décès pour devenir l’otage et l’esclave d’une bande d’aventurier sans cœur ni conscience et c’est le peuple centrafricain qui paie le lourd tribut. Que dirait t’on aujourd’hui d’un officier ayant reçu son galon au prix d’un dur labeur, en comparaison d’un énergumène soldat de 2è classe ou d’un civil qui arbore avec emphase et de manière outrecuidante le grade de colonel, général et qu’un officier gradé digne de ce nom puisse aller lui rendre honneur ? C’est pour dire que nous sommes tous assis sur un volcan. Le tissu social aura du mal à se colmater. Les plaies sont trop béantes pour se refermer au bout d’une décennie. Ce qui promet de lendemain difficile même sans Djotodia. En négligeant délibérément de combattre la force ennemie, l’armée centrafricaine a perdu tous ses repères pour redevenir un supplétif de l’armée tchadienne aux ordres de N’Djamena et des paranoïas de Deby qui décide de tout. La nomination de nombreux tchadiens musulmans au perchoir en sont l’une des illustrations.

Ceux qui ont ternie l’image de notre armée, sont d’abord ces vieux généraux inactifs sur le terrain, mais budgétivores, laxistes et corrompus. Jetant en pâtures les secrets de la défense qui engagent la vie de toute une nation. Que y’a-t-il de d’anormal ou de coupable lorsque les gouvernants s’en procurent de matériels et autres arsenaux militaires pour insuffler une dynamique à une armée ? En Centrafrique, poser un tel acte, est considéré comme un crime. Tel est le cas du nébuleux Prosper NDOUBA du quotidien en ligne (Centrafrique Presse Info), qui par des affabulations grotesques a jeté l’opprobre sur le pays. C’est ainsi qu’il est aujourd’hui récompensé du poste de Ministre, conseiller spécial de DOTODJIA.

Même la plupart des jeunes officiers sortis des grandes écoles de formation, des académies militaires brillent par une inertie, une incompétence notoire et un manque du devoir de servir. L’armée qui est la grande muette sert maintenant d’appât aux appétits voraces des politiciens, des secrets dévoilés aux organes de presse, des plans de tactiques de combats éventés au grand jour. Bref !la définition de l’armée se disant apolitique n’est qu’une leurre, une réalité de façade. Puisque ce sont nos officiers qui ont trahit la nation centrafricaine puis de sacrifier le peuple aux mains des bourreaux et autres mercenaires sanguinaires. La plupart sont des hommes malléables, imbu d’esprit mercantile et obnubilés par les affaires, le grand luxe que de défendre la patrie au nom de laquelle ils ont prêté serment. Comment expliquer aussi le fait que des officiers ayant des salaires et autres traitements considérables par rapport à un fonctionnaire de la fonction publique puissent s’apitoyer et de détourner les maigres indemnités (PGA) et salaires des soldats qui sont actifs sur le terrain sous de fallacieux prétexte de sanctions ? Sur le théâtre des opérations lorsque les FACA était en bute avec les seleka, qu’est ce qu’on n’a pas constaté sur différents fronts ? Depuis Ndélé en passant par Bria, le commandement des opérations ne faisait que demander aux troupes de décrocher sans combattre. Pire encore, à Bambari, dans le feu des combats, les hauts gradés se sont battu en retraite, abandonnant les éléments qui au moment de se rabattre pour s’approvisionner en minutions avaient la désagréable surprise de constater que leurs supérieurs ont prit la poudre d’escampette. Complicité ou capitulation ? En tout cas, la réponse n’est pas à rechercher dans les profondeurs des pensées. A chaque front, Djotodia et ses complices ont corrompu nos officiers par des pourboires. Une moto précède la ligne de front pour remettre de somme d’argent à celui qui conduisait la troupe. Les arsenaux et matériels remis pour le combat sont parfois sciemment abandonnés pour ravitailler séléka.

Lorsque Séléka a enclenchée les hostilités, l’opposition dite démocratique servait de courroie de transmission entre et le milieu opérationnel des FACA et séléka. Par ce biais, les officiers FACA subrogés ont reçu chacun un pactole en espèce sonnante et trébuchante. Même le général DOLE WAYA qui a fait preuve d’une prouesse héroïque lors de l’attaque des éléments de BABA LADE, est également tombé plus bas. Non seulement du fait qu’il ait accepté le poste de Chef d’Etat Major alors que ses frères d’armes sont constamment traqués, tués par des dizaines pour ne se faire entourer que par une cohorte de mercenaires tchado soudanais arborant avec emphase des grades de Colonel, Généraux etc,qu’ils ont reçu dans quel centre de formation ou académie militaire d’où on ne sait. Mais que de tel comportement d’un officier de si haut rang, qui a un cursus militaire bien rempli, mérite probablement des questionnements.

Depuis toujours, le général DOLE WAYA entretien une relation étroite avec feu Charles MASSI président fondateur du FODEM (Forum Démocratique pour la Modernité) avec des ramifications sous-jacentes. A fortiori, avec son fils adoptif Nerris, porte parole de la Séléka avec qui il filtrait les informations concernant les dispositifs des FACA. La preuve pourrait se vérifier à travers les différents commentaires et précisions de ce dernier sur les médias à l’époque des faits.

C’est au regard de tous les services rendus que Djotodia l’a nommé chef d’état major, mais sans base consistante, d’autant plus que les éléments qu’il est appelé à commander sont à 90% des non centrafricains, des gens d’une autre culture, d’une autre civilisation sans notion de base sur le métier des armes mais ne sachant qu’appuyer sur la gâchette avec le style de combat par choc inhérent au pays de notre voisin le déstabilisateur. Fera t’il long feu avec cette trahison qu’il porte en lui jusqu’à la moelle osseuse et de s’exonérer des charges qui pèsent sur sa conscience ?

Aussitôt dit, aussitôt fait. Djotodia sur instruction expresse de son mentor et colonisateur de Centrafrique Idriss Deby a décidé contre toute attente, de changer l’appellation Forces armées Centrafricaines (FACA), avec une nouvelle Armée Républicaine Centrafricaine (ARC), battant en brèche la fierté nationale que représente cet attribu, les symboles de la nation inaugurés au début de l’indépendance de notre pays. Feu Jean Bédel BOKASSA, sur appel du feu président David DACKO ont à travers l’histoire, imprimés une marque de conscience nationale en créant l’armée centrafricaine et il sera injuste pour des personnes ayant martyrisé le peuple de s’arroger ce rôle. A moins que derrière cette façade de changement de terminologie se cachent des velléités islamophobes.

Depuis toujours, Djotodia et sa clique manifestaient la ferme volonté de saper les bases qui constituent le socle de notre nation. Est-ce que la reforme du secteur de la sécurité nécessite un changement de dénomination des institutions surtout pour un pouvoir illégal, illégitime qui n’a pas reçu l’onction morale du peuple par le suffrage universel ? Cette question mérite un examen minutieux au cas par cas. Mais par delà tout, cette soit distante Armée Républicaine de Centrafricaine (ARC), ne sera qu’un groupe supplétif aux ordres de N’Djamena et de « l’empereur de centrafrique Idriss Deby », puis un danger, facteur d’embrasement pour l’Afrique en générale et la sous région d’Afrique Centrale en particulier.

Homme lige de Deby, Djotodia a emboité le pas à son mentor qui déclarait fin mars début avril sur rfi (radio France internationale), dans l’émission « Internationale », que la RCA ne dispose d’aucune armée nationale, d’aucune force de police ni de gendarmerie et qu’il fallait tout reprendre à zéro, ignorant au passage qu’il existait des hommes et des femmes qui ont fait le renom de cette armée avec une conscience nationale de défendre la patrie. Cette déclaration n’est pas passée inaperçu aux yeux des observateurs politiques avisés. Pas plus tard, qu’hier encore, Djotodia nous ait fait l’une de ses rodomontades biscornues en martelant et régurgitant les même propos de son maitre, ignorant les FACA. « Réellement, ces gens-là n’existent plus, a reconnu le président par intérim. Il faut qu’ensemble nous reconstituions l’armée centrafricaine, une nouvelle armée. Une armée que nous dénommons déjà l’Armée républicaine de Centrafrique Ensemble Maintenant
afrique. Ce ne sera plus les Faca. Il faut une armée forte. Nous allons faire le brassage. Les ex-Séléka et les ex-Faca vont former une nouvelle armée. » sans calcul des conséquences qui en découleront. Encore une fois de plus Djotodia a craché au visage des centrafricains. Quel sera l’équilibre des forces qui vont intégrer d’une part cette fameuse ARC du moment où le président de la transition ignore en même temps l’existence des éléments FACA et de parler de brassage d’autre part si ce n’est pas une force constituer exclusivement des islamistes séléka au vu de l’effectif infime des FACA ?

En créant la fameuse ARC, le président de la transition veut asseoir une armée aux ordres de Deby et sur lequel ce dernier pourrait s’appuyer pour préserver son pouvoir en cas d’attaque, mais aussi, d’étendre l’éventail de son hégémonie en s’attaquant au Congo Brazzaville, la RDC, le Sud Soudan en passant par la partie septentrionale du Cameroun. Et d’aventure si ses adversaires parvenaient à l’éjecter du pouvoir, ce serait à partir de cette base arrière que constitue la Centrafrique qu’il aurait à s’appuyer pour se réorganiser. En tout état de cause, l’avenir nous en dira plus.

Henri DIOGÈNE

Henri DIOGÈNE

- See more at: http://fr.africatime.com/republique_centrafricaine/articles/de-lautopsie-des-faca-la-creation-unilaterale-dune-nouvelle-armee-republicaine#sthash.sctOZluQ.dpuf

7 novembre, 2012

La Justice centrafricaine se donne en spectacle!

La Justice centrafricaine se donne en spectacle!

par Melissa Sonny, lundi 30 avril 2012, 14:35 ·

Voilà près d’un an que cette histoire dure.

M.Léonard Sonny a son cabinet d’audit et de conseils en centre ville, où il loue un local. Il paie ses loyers régulièrement par chèque au propriétaire, qui est une société:la société CATTIN. Monsieur CATTIN, citoyen français réside en France, et a des représentants légaux ici à Bangui qui gèrent ses biens. Le cabinet d’audit de mon père, PricewaterhouseCoopers-Centrafrique est locataire depuis 17ans.

En 2010, M.Sonny reçoit un courrier de M.Serge SINGHA BENGBA, qui prétend être le nouveau propriétaire de l’immeuble où le cabinet est locataire. Ce monsieur demande que les loyers lui soient désormais versés; évidemment sans contrat de bail!

Trouvant étrange que le propriétaire, la société CATTIN n’ait pas fait la publicité de la vente de l’immeuble, ni même informé les locataires de la vente de l’immeuble, M.Sonny contacte le propriétaire, M.CATTIN, qui répond ne jamais avoir vendu son immeuble.

 

CATTIN entreprend des poursuites judiciaires contre la personne qui a vendu l’immeuble:M.LANZOU, fonctionnaire nommé au ministère des finances en 2009. Voilà un an que le procès n’a toujours pas eu lieu, reporté à 4 reprises. Pour quelles raisons?

En 1987, la société CATTIN avait fait un prêt à la banque BCAD pour financer ses activités de café. Au milieu des années 1990, la BCAD rencontre des difficultés, et ses actionnaires décident de sa liquidation. La liquidation est clôturée en 1998. Dès lors la BCAD n’existe plus, elle ne peut donc plus exercer et ni jouir de ses droits.

La BCAD ne peut donc plus rembourser l’argent des déposants, comme elle ne peut plus réclamer ses créances. La BCAD ne peut donc plus réclamer la créance de CATTIN depuis 1998, puisqu’elle n’a plus d’existence (juridique).

 

En 2010, ce brave fonctionnaire, M.LANZOU, directeur des affaires administratives et juridiques, fraichement nommé au Ministère des finances, décide de ressusciter la banque BCAD et de recouvrer les ses créances. Or une liquidation judiciaire clôturée par ordonnance du tribunal ne peut plus être réouverte. M.LANZOU s’auto-nomme « administrateur et liquidateur » de la banque. A ce titre, il va voir des gens à qui la banque avait consenti des prêts et leur réclame de l’argent au nom de cette banque morte il y a 12ans.

Puisque la banque n’existe plus, à qui verse-t-il l’argent collecté?

 

Lors de son prêt en 1987, la société CATTIN avait hypothéqué sonimmeuble. Or avec la disparition de la banque, la dette de CATTIN s’éteind, ainsi que la garantie qu’est l’immeuble; l’hypothèque n’étant qu’une garantie en cas de non-remboursement de la dette. Mais comment peut-il y avoir garantie de non-remboursement, puisqu’il n’y a plus de dette, plus rien à rembourser?

 

M.LANZOU fait fi de ces considérations et vend l’immeuble de CATTIN au député Serge SINGHA Bengba, au nom de la BCAD.

A qui M.LANZOU a-t-il versé l’argent encaissé, puisque la banque n’existe plus? M.Lanzou vendra aussi d’autres biens immeubles de la même manière au nom de la BCAD. Il réclamera même aux locataires de lui verser directement des loyers; ce qui sera fait!

 

Depuis 3MOIS, M.Lanzou est en prison (Ngaragba) pour cette affaire.

 

Voilà que M.SINGHA et une partie du Tribunal ne veulent pas entendre raison, et prennent des décisions d’expulser le cabinet de M.SONNY, qui n’est que locataire. Pourquoi M.Singha qui a acheté un bien volé en toute connaissance de cause, ne réclame-il pas son argent à M. Lanzou?

Il y a des contestations sérieuses sur la propriété de l’immeuble, et le tribunal ne cesse de repousser le procès Cattin contre Lanzou. Le Tribunal étant trop impliqué des cette mafia, il se refuse de la juger.

 

Bien que le procès pour décider de la propriété n’ait pas encore eu lieu, des décisions d’expulsion sont prises par le même tribunal qui s’obstine à ne pas régler le problème de fond.

ll faut savoir que les décisions d’expulsion prises ne sont jamais notifiées au cabinet.Le cabinet est expulsé et ensuite reçoit des jours plus tard

la notification d’expulsion, parce qu’il va lui-même la chercher au tribunal!

Les expulsions ont également lieu sans procès verbal d’explusion!

 

Les expulsions, ce sont la garde présidentielle, les forces de police, la gendarmerie qui vient, encercler l’immeuble, bloquer la circulation, et à l’aide de délinquants, sortir le matériel: dossiers confidentiels de clients(il s’agit d’informations financières),photocopieur brisé, car balancé dans les escaliers, disques durs, écrans jetés dans la rue…

 

L’acharnement sur le cabinet de M.SONNY est dû au fait, qu’il détient des informations compromettantes, qui remet sérieusement en cause le fonctionnement de la justice centrafricaine, et d’autres professionnels tels que banquiers,notaires, domaine…

M.Singha qui a acheté un bien volé, est déjà aller l’hypothéquer à la banque contre  un crédit de 250millions Fcfa.

 

M.Singha procède à des expulsions à sa guise ( au total le cabinet a été expulsé 7fois!) des locataires et du propriétaire!

M.Singha a même fait saisir le compte bancaire de M.Sonny avec qui il n’a aucun contrat de bail!

La semaine dernière, M.Singha donne « pouvoir spécial » (sur format A4, hein!) à un agent d’exécution (même pas un avocat), maître Dameyo, pour retirer de l’argent sur le compte!

Qui est M.Singha pour prétendre prendre de l’argent sur le compte d’autrui sans aucun contrat??!

 

Beaucoup de magistrats sont mouillés, beaucoup trop de monde sont mouillés;une République malade et complètement pourrie.

 

ps: au cours de cette expulsion du jeudi 26 avril, le député Sonny M’pokomandji a été molesté, et jeté comme un sac de manioc à l’arrière d’un des pick-up de la police. Il restera 2 heures à l’OCRB (office centrafricain de répression du banditisme), sans aucune raison.

21 avril, 2012

Tué pour l’empêcher de libérer l’Afrique dès 2014

Octobre 24, 2011

 

‘L’éliminer avant ou perdre le contrôle total de l’Afrique à partir de 2014’ voici toute la raison qui guida la France, les États-Unis, la Grande Bretagne et leurs alliés dans leur campagne contre Kadhafi.

Monnaie, fond monétaire africain, banque centrale africaine, télécommunications, transports, États-Unis d’Afrique… Muammar Kadhafi avait ingénieusement tout planifié, se fixant  comme délai l’année 2014 pour la création de la banque centrale, le fond monétaire et bien d’autres encore pour affranchir le continent noir après un demi-siècle d’indépendance aux allures de parole suivie d’aucun acte  ou de « gouverner sans régner ».

Après avoir émis l’idée en 2000 lors du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine(OUA) à Lomé de concrétiser le rêve de Kwame Nkrumah et de Cheikh Anta Diop, et obtenu la création de l’Union Africaine (UA) quelques années plus tard, le guide libyen pousse le bouchon plus loin.

Satellite africain et Afriqiya : Deux idées concrètes pour l’unité

Mouammar Kadhafi pousse ses pairs à acheter un satellite africain pour que l’Afrique ait son indépendance en matière de communication. Il  préfinance cet achat avec plusieurs centaines de millions de dollars américains.

«  Il sait dépenser sans compter(…) ainsi pour acheter le satellite africain, il a mis trois cent millions de dollars sur la table » témoigne Moustapha Cissé, ancien ambassadeur du Sénégal en Libye et ex-conseiller spécial de l’ex-président sénégalais Abdiou Diouf en charge du monde arabo-islamique.

Le Guide de la Jamahiriya Libyenne offrit ainsi RASCOM-QAF1, le premier satellite de télécommunications entièrement dédié au continent africain et ses îles. Il a été mis en orbite le 20 décembre 2007! Cela a été le premier lancement de l’histoire pour tous les pays africains.

Kadhafi lance également la compagnie de transport aérien, Afriqiyah Airawyas, qui assure la liaison entre les capitales africaines et régions du continent. La compagnie offrait 4 vols réguliers entre Tripoli et Dakar, Abidjan et le Caire…etc. « Beaucoup de gens utilisaient la ligne Afriqiyah pour aller à Paris. Parce qu’on pouvait faire Dakar,Tripoli, Paris, et retour à 400 mille FCFA (615 Euros) » ajoute le diplomate sénégalais.

« Alors Tripoli était devenue une plateforme de communication entre l’Afrique, le monde arabe et l’Europe ».

 

La monnaie et la banque centrale africaine en 2014

Khadafi avait proposé la mise en place d’une union monétaire africaine (UMA). Il avait dégagé 30 milliards (dollars) pour la création de l’UMA qui devrait avoir Yaoundé (Cameroun) pour siège. Il avait également prévue la création d’une banque centrale africaine (BCA), qui devrait installer son quartier général à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria. Il était question que cette banque africaine commence à émettre une monnaie africaine à partir de 2014.

« Ce qui ne plaît pas aux occidentaux parce que ça nous permettrait de nous passer du CFA et des autres monnaies qui ne font que briser nos économies » s’indigne M.Cissé

Un investisseur africain en Afrique

Khadafi avait une politique africaine très dynamique. Du Sénégal au Tchad, en passant par le la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Libéria, le Bénin, le Togo, le Nigéria, le Niger, le Mali, etc. Le guide Libyen a investi des milliards de dollars dans les secteurs agricoles, hydrocarbures, hôtellerie et tourisme, et dans l’équipement.

Au Mali, le plus petit investissement libyen est chiffré à 50 milliards (FCFA) dans l’industrie hôtelière. « Ces investissements libyens dans l’hôtellerie sont estimés à plus de 50 milliards de francs CFA », a déclaré Oumar Balla Touré, directeur général de l’Office malien du tourisme.

Plusieurs autres centaines de milliards ont été investis dans le secteur agricole. Pour les maliens  Khadafi est « un homme qui s’est engagé pour la cause africaine »

Le Conseil nationale de transition (CNT) est considéré au Mali comme un organe rebelle soutenu par la communauté internationale.

Dès le début de la révolte à Benghazi, et l’entrée de l’aviation étrangère, des associations musulmanes et des partis politiques avaient organisé à Bamako des manifestations de soutien à Khadafi, dénonçant une « invasion occidentale « .

Le guide libyen a, par railleurs, dégagé plusieurs milliards de dollars pour la création de banques sahélo-sahariennes au Sénégal, Mali, Niger, Mauritanie, Tchad, etc, et le rachat de plusieurs compagnies occidentales en Afrique pour réduire leur emprise sur les économies du continent.

C’est par exemple le cas de Mobile Oil, du groupe américain Exxon Mobile, qui est devenu Oil Libya dans la majeure partie de la sous-région Ouest africaine.

La Guinée-Conakry doit sa toute première chaîne de télévision à Mouammar Khadafi ; il le lui a offert au nom du peuple Libyen comme présent au « peuple frère » de la Guinée en 1979. Il a également équipé l’armée guinéenne, de l’armement lourde aux uniformes des soldats pendant plusieurs décennies. Sans compter un appui financier gigantesque.

« Et maintenant certains financiers disent que les investissements libyens dans la sous-région dépassent les investissements » fait remarqué l’ambassadeur Moustapha Cissé.

La vie des libyens de l’ère Khadafi

1-      La Libye est le dernier pays sur la liste des pays endettés ! La dette à 3,3% du PIB ! En   France, elle est à 84,5% ! Aux USA à 88,9% ! Au Japon à 225,8% !

2-      L’électricité à suage domestique était gratuite !

3-      L’eau à usage domestique était gratuite !

4-      Le prix d’un litre d’essence  était de 0,08 Euros !

5-      Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts !

6-      Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas !

7-      Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 Euros par mois !

8-      Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, « gouvernement » attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois !

http://wadr.org/fr/site/news_fr/2278/Tu%C3%A9-pour-l%E2%80%99emp%C3%AAcher-de-lib%C3%A9rer-l%E2%80%99Afrique-d%C3%A8s-2014.htm

Tué pour l’empêcher de libérer l’Afrique dès 2014 dans ACTU GENERALE get_img-300x172

 

18 mars, 2012

George Clooney arrêté dans une manifestation à Washington devant l’ambassade du Soudan

 

 

 

 

 

 

 

 

George Clooney a été arrêté vendredi à Washington en manifestant devant l’ambassade du Soudan, dernière action d’éclat de l’acteur américain qui cherche à attirer l’attention sur « les crimes de guerre » et la crise humanitaire qui se déroulent selon lui dans le sud du pays

Selon son agent Stan Rosenfield, les manifestants étaient devant l’ambassade pour lutter contre « la violence perpétrée par le gouvernement du Soudan contre des innocents, hommes, femmes et enfants », a-t-il déclaré à au site TMZ.

L’acteur a expliqué devant de très nombreuses caméras qu’il exigeait que le gouvernement soudanais autorise la communauté internationale à envoyer une aide humanitaire « avant que cela ne devienne la pire crise humanitaire à la surface du globe »

« L’autre chose que nous demandons est très simple: que le gouvernement de Khartoum arrête de tuer au hasard des hommes, des femmes et des enfants innocents », a-t-il lancé. « Arrêtez de les violer et arrêtez de les affamer, c’est tout ce que nous demandons », a ajouté l’acteur.

D’autres arrestations

Les forces de l’ordre auraient demandé à la foule de se disperser à plusieurs reprises avant de procéder aux arrestations pour désobéissance civile. Au total, une douzaine de participants auraient été interpelés devant l’ambassade: George Clooney, des militants des droits de l’Homme, au minimum un membre du Congrès, des citoyens, mais aussi… Nick Clooney, le père de l’acteur.

George Clooney a été menotté devant l’ambassade avant d’être contraint de monter à l’arrière d’une camionnette de police.

Avec son arrestation, la star aura réussi sa manifestation: son arrestation apporte une couverture médiatique sans précédent à cette crise humanitaire. Quelques heures après son arrestation, les messages de soutiens d’autres célébrités affluent sur les réseaux sociaux. On notera par exemple celui de l’actrice Mia Farrow qui demande elle aussi que s’arrêtent la famine, les viols et les meurtres:

Une mission au Kordofan

George Clooney a effectué récemment une mission clandestine au Kordofan-Sud, un Etat du Soudan où des combats entre l’armée de Khartoum et des rebelles favorables à un rattachement au Soudan du Sud ont entraîné une famine. Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en juillet dernier.

A son retour aux Etats-Unis, le héros de « The Descendants » a déclaré mardi que les forces armées soudanaises commettaient des « crimes de guerre » en s’attaquant à des civils dans cette région.

Le rôle de la Chine

Reçu jeudi par Barack Obama, George Clooney a rapporté que le président américain allait faire pression sur le président chinois Hu Jintao pour éviter un désastre humanitaire au Soudan.

Selon l’acteur, la Chine, principal partenaire de Khartoum, est plus encline à prendre en considération des arguments économiques que moraux dans la mesure où le conflit entre le Soudan et le Soudan du Sud a un impact négatif sur les livraisons de pétrole à Pékin.

L’acteur a aussi participé mercredi à une audition au Sénat américain au cours de laquelle des responsables américains ont souligné qu’environ 250.000 personnes étaient menacées par une pénurie de vivres au Kordofan-Sud.Pas de droits sur l'album George Clooney arrêté dans une manifestation à Washington devant l'ambassade du Soudan dans ACTU GENERALE r-GEORGE-CLOONEY-ARESTATION-large5701-300x125slide_214631_788348_large-300x218 dans DISCRIMINATION A L'EGARD DES NOIRS
http://www.huffingtonpost.fr/2012/03/16/george-clooney-arrestation-manifestation-washington_n_1353498.html?ref=mostpopular#s788381

3 août, 2011

UN TRUC DE OUF REGARDEZ ET DIFFUSEZ « LE RACISME C’EST SOUVENT L’INCULTURE ET L’IGNORANCE » A CE QU’IL PARAIT, IL MANQUE UN CHROMOSOME AU NOIRS ECOUTEZ L’ABERRATION SUR YOUTUBE


Bubblestat

Image de prévisualisation YouTube

13 juillet, 2011

L’EX PRESIDENT BRESILIEN LULA HUMILIE LES PRESIDENTS AFRICAINS AU SOMMET DE L’UNION AFRICAINE

Message de l’ex-président Lula à ses homologues Africains : Cessez de baisser votre pantalon devant les occidentaux.
Message de l’ex-président Lula à ses homologues Africains : Cessez de baisser votre pantalon devant les occidentaux.
L’EX PRESIDENT BRESILIEN LULA HUMILIE LES PRESIDENTS AFRICAINS AU SOMMET DE L’UNION AFRICAINE

L’EX PRESIDENT BRESILIEN LULA HUMILIE LES PRESIDENTS AFRICAINS AU SOMMET DE L’UNION AFRICAINE

Suivant l’exemple de l’amerique Latine , l’Afrique devrait decider de prendre sa vrai independance qui est aux mains des occidentaux , Le continent Africain qui est riche de gisement mineral et de terre fertile , aurait en effet toutes le potentialités pour devenir le première puissance economique planetaire , mais elle est encore opprimée sous la coupole coloniale des grandes puissances de la terre. ce sont les parole de l’ex -president bresilien LULA DA SILVA ,qui etait la semaine dernière en Guinée equatoriale pour la reunion des chef d’etats Africains .
Lula a invité les chef d’etat à ouvrir les yeux sur ce qui se passe en Afrique ces derniers mois , en libye et en cote d’ivoire : l’interference de la France et des etats unis constitue un sérieux danger pour la souveraineté Africaine et pour les futures générations.
durant l’assemblée generale sur le role des jeunes africains, une session detachées de la reunion avec theme la crise libyenne, Lula a accusé les chefs Africains d’ètre avides , d’assoifés de pouvoir , de trahir leurs propres pays et surtout d’ètre des servants de l’occident ! qui saccagent le continent noir et déciment sa souveraineté. La devise de ces chefs d’etats étant : « chacun pour soi , Dieu pour tous » ne portera loin l’Afrique,Il faut le sens de responsabilité, d’humilité,de dignité et d’Unité pour bien gouverner ! critiquant le fait que les leaders africains qui sont arrivés au pouvoir par un coup d’état ou pour le vouloir des puissances occidentales .Il a ensuite critiqué et denoncé le monopole des 5 pays du monde. ajoutant que: L’UNION AFRICAINE a 1,4 milliard d’habitants, l’AMERIQUE LATINE 400 000 d’habitants et que c’est inconcevable que les USA, LA FRANCE,LA CHINE,LA RUSSIE ET LA GRANDE BRETAGNE dictent la loi au conseil de securité de l’ONU !!!! surtout que la crise ecomìnomique mondiale provient des etats unis .
et il a deploré le fait que l’UNION AFRICAINE soit financé seulement par 5 pays africains et le reste par des dons occidentaux.Par consequent, Pour cela , L’UA ne peut pas faire les interéts de l’Afrique et avoir un poids au niveau international . C’est cette mème U.A qui legitime les coups d’ètats,les rebellions ou actions illegales pour l’obtention du pouvoir en Afrique, ignorant la volonté du peuple et la finalité des élections .Beaucoup de chefs d’etats presents avaient la tète basse à qui il a réitéré l’invasion Francaise dans le continent noir ! LA FRANCE nourrit et arme les rebelles dans les pays qui ont cessé d’ètre leurs colonies . avec des interferences dans les affaires internes des pays africains ! c’est clair la reference avec le cas de la Cote d’Ivoire, où Paris avec l’utilisation de la force a enlevé le president GBAGBO pour mettre à son poste ouattara.
Si pour la Cote d’Ivoire ,rien a été fait pour arréter le coup d’état ,l’union Africaine peut demander le cessez le feu immediat en LIbye. en soutien s’est ajouté le president Jacob zuma, un des chefs opposants qui tient tète à l’occident disant qu’ils n’ont pas le droit d’assassiber KADAFI.

Un silence d’ombre dans la salle de l’UA où les présidents qui sont les talons de l’occident étaient nombreux en occurence ABDOULAYE WADE du Senegal qui a sejourné à Benghasi pour reconnaitre le gouvernement des rebelles , BLAISE COMPAORE du Burkina Faso qui ha soutenu la rebellion de OUATTARA en Coted’Ivoire contre GBAGBO, YOWERI MUSEVENI de l’Uganda qui combat les AL Shabaab en Somalie , PAUL KAGAME du Rwanda qui saccage pour le compte de l’occident et puis SASSOU N’GUESSO du Congo Brazzaville , IDRISS DEBY du TCHAD,PAUL BIYA du Cameroun, FAURE GNASSINGBE du togo,ODINBA ALI BONGO du Gabon et le dernier récruté qui s’est ajouté à la dependance des des puissances de l’oppression est ALLASSANE OUATTARA de la cote d’ivoire !

TEXTE EN ITALIEN ENTIEREMENT TRADUIT EN FRANCAIS PAR KOUAME CELESTIN N’BRAH
LE LIEN D’UN JOURNAL OFFICIEL ITALIEN :WWW.rinascita.eu
by Lendo Kumbu

http://afrohistorama.over-blog.com/article-message-du-president-lula-a-ses-homologues-africains-cessez-de-baisser-votre-pantalon-devant-les-o-78972700.html

27 décembre, 2010

La Françafrique mise à nu (2) : Bokassa, un empereur français

bokafrikcom.jpg

CultureAfrique CentraleCentrafriqueLittérature

La Françafrique mise à nu (2) : Bokassa, un empereur français

La Françafrique à nu (2)

jeudi 6 juillet 2000

Deux livres document vont faire date : le premier Bokassa 1er, un empereur français, est la première véritable biographie du dictateur centrafricain, mort en 1996. Le second, Noir Silence, donne à voir et à comprendre une Afrique d’aujourd’hui dans ses improbables relations avec la France. Les deux ouvrages apportent un éclairage cru sur ce qu’est, encore aujourd’hui, le délétère système appelé Françafrique.

Bokassa, ce cher parent des présidents français

Il se voulait le  » papa « de tous les Centrafricains mais le fils de Charles De Gaulle. Il vénérait son  » cher parent «  Valéry Giscard d’Estaing qu’il couvrait de plaquettes de diamants à chacun de ses passages à Bangui. Si Jean-Bedel Bokassa, officier de l’armée française, maréchal président à vie, premier empereur de Centrafrique, était considéré par tous, comme le  » bouffon nègre «  de l’Afrique, c’est aller vite en besogne sur une chose : cette  » bouffonnerie tropicale «  a été soutenue, financée, organisée pendant treize ans par la France, trop soucieuse de perpétuer un siècle de présence en Centrafrique.

De 1966 à 1979, treize ans de règne sanglant, de détournements financiers à peine maquillés, en somme une  » dictature ordinaire «  menée par un soudard mégalomaniaque et infantile. Pendant cette période, la France ne fera aucun commentaire sur le régime. Seules comptent la  » santé financière de l’Etat, et celle, excellente à l’époque, des expatriés européens sur place « .

Figure du post-colonialisme

Faire toute la lumière sur la responsabilité française, ne pas réduire l’histoire à la personnalité fantasque et complexe d’un seul homme : voilà le grand mérite de ce document édifiant. Les deux auteurs, Stephen Smith et Géraldine Faes, ont enquêté dans les coulisses de la vie intime et politique de Bokassa : 93 protagonistes témoignent, chefs d’Etat français et africains, ambassadeurs, journalistes, l’épouse française de Bokassa, nombre de ses enfants, etc. Les auteurs ont interviewé Bokassa à sa sortie de prison en 1993 puis avant sa mort en 1996.

L’ouvrage rouvre notamment le dossier trop vite refermé des diamants qui a accompagné la chute de Valéry Giscard d’Estaing. La lecture de cette première grande biographie est salutaire à plus d’un titre. Car si Bokassa reste  » indéfendable « , il n’est ni plus ni moins que  » l’archétype de toute une génération de dirigeants dans les anciennes colonies françaises du continent « ,  » un satrape assez ordinaire de la Françafrique, ce continent fusionnel dont on parle tant depuis qu’il n’existe plus « .

Géraldine Faes a été rédactrice en chef Afrique noire de la revue Jeune Afrique et rédactrice en chef de L’Autre Afrique.

Stephen Smith est depuis 1988, responsable Afrique du quotidien Libération

Commander le livre : Bokassa Ier, un empereur français.- Par Stephen Smith et Géraldine Faes
Éditions Calmann-Levy

http://www.afrik.com/article529.html

;

 

 

12345
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...