TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

14 mai, 2011

Bambari : Les Instituteurs contractuels en grève 10/05/2011

Classé dans : ACTU GENERALE,CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 0:47

[sozowala] Bambari : Les Instituteurs contractuels en grève 10/05/2011

Vendredi 13 mai 2011 23h56

 

 

De:

 

 

À:

sozowala@yahoogroupes.fr

 

Bambari : Les Instituteurs contractuels en grève 10/05/2011

Les instituteurs contractuels de Bambari ont décidé ce matin d’entrer en grève pour réclamer leur intégration dans la Fonction publique centrafricaine.

Ils ont manifesté dans la cour de la Mairie de Bambari avant de décider de maintenir la grève pour soutenir leurs collègues de Bangui en négociation avec les autorités sur cette question.

Radio Béoko de Bambari rapporte que les manifestants ont décidé de rester en grève jusqu’à ce qu’une réponse positive leur soit donnée par le ministère de l’Education nationale, dans le cas contraire, ils mettraient en place d’autres stratégies pour amener le gouvernement à leur donner satisfaction.

Bientôt la deuxième édition de la Foire transfrontalière du réseau des femmes ac

Classé dans : ACTU GENERALE,CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 0:43

[sozowala] Bientôt la deuxième édition de la Foire transfrontalière du réseau des femmes ac

Vendredi 13 mai 2011 23h58

De:

À:

sozowala@yahoogroupes.fr

Bientôt la deuxième édition de la Foire transfrontalière du réseau des femmes actives de la CEMAC

BANGUI, 10 mai (Beafrika Sango) – La deuxième édition de la Foire transfrontalière de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale (FOTRAC), se déroulera du 25 juin au 3 juillet prochain à KYE-OSSI, frontière commune entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée Equatoriale, a annonce la présidente de le Réseau des Femmes Actives de la CEMAC (REFAC), Jeanne Danielle Nlaté depuis Yaoundé.

La « FOTRAC », Foire Transfrontalière des pays de la Cemac, est une Foire multisectorielle. Elle va mobiliser les acteurs de développement des pays de la Communauté, les administrations, les Chambres consulaires, les Organisations internationales, les Chancelleries, les Instituts de Recherche et les Opérateurs économiques.

Cette foire est un espace d’échanges, de partage d’expériences surtout dirigé en faveur des femmes dans le cadre de l’amélioration de leurs conditions de vie en milieu urbain et rural pour une meilleure implication dans le processus de développement de la sous région.

Dans cette optique les activités prévues dans le cadre de la FOTRAC 2011 sont entre autres les expositions-ventes dans le village de la Foire, les espaces d’échange entre les différents exposants pour d’éventuels partenariats et joint-ventures, les exposants avec les visiteurs, des espaces de promotion, de divers ateliers de formation des femmes à la transformation et la conservation des produits agro-pastoraux et autres.

La foire de KYE-OSSI propose également des animations culturelles avec des artistes de renommée internationale de la sous-région et des groupes de danse traditionnelle. Par ailleurs un tournoi de football féminin et masculin baptisé « Tournoi de la fraternité » regroupant les équipes de la vallée du Ntem du Cameroun, Bitam du Gabon, et Ebebiyin de la Guinée Equatoriale sera dispute au stade municipal d’Ambam.

La finale de ce tournoi se jouera le 02 Juillet 2011 alors qu’une marche sportive pour la paix et l’intégration sous-régionale, une campagne de sensibilisation santé sur les grandes pandémies et les endémies de l’heure dans la sous-région, notamment le VIH/Sida, le diabète, l’hypertension, le cancer du sein, etc., seront organisées a l’occasion de la FOTRAC 2011.

Il convient de rappeler que la FOTRAC 2011 de KYE-OSSI intervient après la première édition tenue à Ambam en 2010 toujours à l’initiative du REFAC.

Le REFAC : Réseau des Femmes Actives de la CEMAC œuvre pour la lutte contre la pauvreté en milieu féminin dans de la sous-région d’Afrique centrale, prenant en compte tous les secteurs dans lesquels ils interviennent, pour un développement durable et l’autonomisation de la femme.

Dans cette optique, le REFAC aide les femmes à contribuer elles-mêmes à leur épanouissement tout en les mettant en relation pour des échanges fructueux et de partages.

Le REFAC a pour objectif de favoriser l’intégration sous-régionale des femmes avec un accent particulier sur la lutte contre la pauvreté. Son siège est a Yaounde au Cameroun avec des antennes au Gabon, en République Centrafricaine, au Tchad, et bientôt au Congo Brazzaville, et en Guinée Equatoriale.

Les activités du REFAC tournent autour du développement agro-pastoral et artisanal, des voyages d’échange et d’étude, de découvertes des sites, des symposiums, des séminaires, des formations, des échanges culturels, des activités sportives.

D’autres activités sont menées dans le cadre de la santé à travers les campagnes de sensibilisation, de promotion et de prévention, avec notamment le VIH, la drépanocytose, le diabète, le cancer et autres, la distribution des moustiquaires imprégnées dans les zones à risques, le soutien et l’assistance aux personnes fragilisées par les maladies ou vivant dans la précarité (enfants, femmes, personnes âgées.

Mardi 10 Mai 2011 – 13:54

JS/Bêafrika Sango

A quand la fin du calvaire des clients d’ECOBANK Centrafrique ?

Classé dans : ACTU GENERALE,CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 0:38

[sozowala] A quand la fin du calvaire des clients d’ECOBANK Centrafrique ?

Samedi 14 mai 2011 0h00

 

 

De:

 

 

À:

sozowala@yahoogroupes.fr

 

A quand la fin du calvaire des clients d’ECOBANK Centrafrique ?

BANGUI, 9 mai (Beafrika Sango) — Samedi 7 mai 2011 : Dans la cour des différentes agences d’Ecobank, c’est le même scénario chaque jour. Dans ces agences totalement dépourvues de toutes structures d’accueil, fonctionnaires, agents de l’Etat et retraités font la queue comme des écoliers pour percevoir leur salaire ou leur pension.

A cause du soleil accablant et la chaleur suffocante, ils déposent leur pièce d’identité à même-le-sol et entrent dans la banque à l’appel de leur nom, sautant de joie, comme un élève admis au baccalauréat.

Comme si ce traitement ne suffisait pas, les clients d’Ecobank ont découvert ces derniers temps une nouvelle expression qui accentue leur calvaire : « Problème de connexion », ce qui veut dire concrètement, pas de paye. Et c’est la même situation chaque mois.

Cette expression bizarre fait le malheur des travailleurs centrafricains, qui ont déjà un salaire très modeste, qui ne leur permet pas de couvrir le mois et sont obligés de se ruer vers la banque, dès qu’ils ont l’écho que le salaire est versé, pour prendre de l’argent : erreur d’appréciation. Les clients ne cachent pas leur courroux, ils veulent quitter purement et simplement ce masque de banque, mais ne savent comment faire.

« Je pense qu’Ecobank est en faillite, mais elle ne veut pas nous le dire et se contente de se cacher derrière le problème de connexion », estime un client qui a parcouru le samedi 7 mai, plus de quatre agences d’Ecobank sans aucun résultat.

« Je ne sais pas si la bancarisation des salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat imposée par le gouvernement pour assainir les finances publiques était un envoi en enfer. Les travailleurs souffrent alors que les salaires sont bel et bien versés par le gouvernement », déplore un client de cette banque qui a passé une semaine sans avoir la possibilité de percevoir son salaire à cause de la connexion.

A Ecobank, l’urgence n’existe pas. Si vous devez rapidement retirer de l’argent, pour aller faire face à une ordonnance médicale pour sauver la vie d’un parent, c’est un cadavre que vous allez retrouver à l’hôpital. Parce que vous aurez passé toute une journée à Ecobank, parce que vous serez passé dans toutes les agences d’Ecobank de Bangui sans percevoir le moindre sou, à cause de la fameuse connexion, commente un autre client.

En plus, si vous devez payer l’écolage de vos enfants qui fréquentent dans un établissement privé, là encore vous allez les retrouver à la maison à la fin d’une journée de travail bien remplie. Non pas parce que vous n’avez pas d’argent, mais parce que le problème de connexion d’Ecobank vous aura privé de votre salaire, pourtant versé par l’Etat.

Et pourtant Ecobank propose de jour en jour des services nouveaux entre autres SMS banking, guichet automatique, des services qui mettent le Centrafricain au même diapason que les autres citoyens du monde. Mais ces services tentaculaires ne sont que coquilles vides.

Les yeux des clients sont tournés vers le gouvernement, qui à ce jour, est le dernier rempart pour les sauver de cette situation misérable. Parce que lorsqu’un travail perd toute une semaine à faire le pieds-de-grue devant la banque pour attendre son salaire, c’est l’administration qui est bloquée. Les dossiers ne seront pas traités, les malades vont souffrir, les élèves n’auront pas d’enseignants parce que administrateur civil, médecin et enseignant attendent leur gain.

Et c’est l’Etat qui perd. C’est pourquoi le gouvernement centrafricain doit prendre ses responsabilités en trouvant une solution dans les meilleurs délais pour sauver les clients d’Ecobank de cette situation, pour qu’il n’y ait plus de problème de connexion à Ecobank à la fin du mois.

Lundi 9 Mai 2011 – 16:58

Jimson Kazonghot/Bêafrika Sango

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...