TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

21 janvier, 2010

Cent ans dans la peau de l’esclave

Cent ans dans la peau de l’esclave
Et juste après cent ans de plus
Chercher des miettes sous les tables
Avant que les blancs ne marchent dessus
Dormir sur des paquets de planches
Chanter seulement le dimanche
Tu vois la femme noire
Dans le role de la bonne
Avec tout à coté
Tout tordu son bonhomme
Après ça faut pas que tu t’étonnes

C’est Eux qui ont fait
Eux qui ont fait
Son House et Charlie Patton
Howlin’ Wolf et Blind Lemon

Bien rouge le sang de l’Afrique
Sur la jolie fleur du coton
La toute nouvelle Amérique
La belle démocratie “Welcome”
Bateaux déportant les villages
Au bout de l’immense voyage
Gravé dans la mémoire
Pour des années-lumière
Chaque larme d’ivoire
Chaque collier de fer
Après ca faut pas que tu t’étonnes

C’est Eux qui ont fait
Eux qui ont fait
Son House et Charlie Patton
Howlin’ Wolf et Blind Lemon

Toujours plaire aux marchands de fantômes
Elle qu’on achète et lui que l’on donne
Naître avec la peine maximum
Toujours vivant dans ce que nous sommes
Peuple interdit du reste des hommes
Cherchant le bleu de l’ancien royaume
Eux qui ont fait faut pas que ca t’étonne

Son House et Charlie Patton
Blind Blake et Willie Dixon
Ma Rainey et Robert Johnson
Howlin’ Wolf et Blind Lemon…
Son House et Charlie Patton

Crisis of the one million Haitian orphans as Unicef warns the devastation has jumped to ‘unbearable proportions’ Un million d’orphelins haïtiens/

International 20/01/2010 – 22:59

Un million d’orphelins haïtiens

Les humanitaires ont fait état de plus d’un million d’orphelins haïtiens suite au violent séisme qui a frappé mardi dernier l’ile, a rapporté mercredi The Daily Mail. Les premiers orphelins accueillis aux États-Unis sont arrivés mercredi, au nombre de 53. Hillary Clintion, la secrétaire d’État américaine, a déclaré que neuf cents autres orphelins haïtiens devaient prochainement arriver aux États-Unis.   

  http://actu.europe1.fr/cmc/scanner/international/201003/un-million-d-orphelins-haitiens_289739.html?popup

Crisis of the one million Haitian orphans as Unicef warns the devastation has jumped to ‘unbearable proportions’

By Mail Foreign Service
Last updated at 11:55 PM on 19th January 2010

The first of Haiti’s evacuated orphans have arrived in the US to begin new lives, according to reports.

However aid groups fear as many as one million more on the island have been left without one or both parents following the last week’s devastating earthquake.

Just 26 children who cleared the process before the disaster struck have been taken out of the country – but Unicef has warned the scale of the crisis has jumped to ‘unbearable proportions’.

The lucky few arrived for medical care at Children’s Hospital in Pittsburgh early on Tuesday.

The children were not orphaned by the quake but were left homeless when their orphanage on the island collapsed. An article in The Times newspaper claims Unicef estimates 380,000 children had already lost one or both parents before the quake.

Haitian Orphans arrive for medical care at Childrens Hospital in Pittsburgh

Safe hands: Haitian orphans arrive for medical care at Children’s Hospital in Pittsburgh

A baby boy injured in last Tuesday's earthquake rests in the University de la Paix hospital in Port-au-Prince

A baby boy injured in the earthquake rests in the University de la Paix hospital in Port-au-Prince. It is estimated as many as one million children on the island have been left without one or both parents since the tragedy 

 

Tom DiFilipo, president of the Joint Council on International Children’s Services, (JCICS) told The Times: ‘Everyone seems to be estimating, whether it’s Unicef or medical groups on the ground, that we are going to have over one million orphans in Haiti at the end of this.

‘That is defined as children who have lost either a mother, or a father, or both. If a father dies, how does the mother cope in a situation where you have no home, no job, you’re living on the streets?

‘It’s an enormous figure, it’s incomprehensible. We didn’t have housing for them all before the earthquake, let alone now.’

Two young girls helping with the removal of debris at what used to be the Petionville market in Port-au-Prince

Two young girls helping with the removal of debris at what used to be the Petionville market in Port-au-Prince. Child advocacy groups say the crisis in Haiti has now jumped to ‘unbearable proportions’

More…

There are also fears that some children may be shipped overseas without proper checks to see if any extended family members are alive, given the chaotic state of communications on the island.

In a statement quoted by The Times, JCICS said: ‘Bringing children into the US, either by airlift or new adoption during a time of national emergency, can open the door for fraud, abuse and trafficking.

‘Every effort must be made in a timely fashion to locate living parents and extended family members. Many children who might appear to be orphaned may in fact only be temporarily separated from their family.’

Bill Clinton helps load supplies at the General Hospital downtown during his one day visit to Haiti

Bill Clinton helps load supplies at the General Hospital downtown during his one day visit to Haiti

US Secretary of State Hillary Clinton is being urged to speed up the paperwork for up to 900 children whose adoptions were almost complete before the catastrophe occurred.

Today it was announced that Haitian orphans will be allowed temporary entry to the US to receive care after the devastating event.

Homeland Security Secretary Janet Napolitano said: ‘We are committed to doing everything we can to help reunite families in Haiti during this very difficult time.

‘While we remain focused on family reunification in Haiti, authorising the use of humanitarian parole for orphans who are eligible for adoption in the United States will allow them to receive the care they need here.’

The ‘humanitarian parole policy’ will be applied on a case-by-case basis to children legally confirmed as orphans eligible for adoption in another country by the Haitian government and who are being adopted by US citizens.

Also eligible are children previously identified by an adoption service as eligible for inter-country adoption and who have been matched to prospective adoptive American parents, the Homeland Security Department said. 

One year old Misa Gureline Bestige reacts as she wakes up from sleeping on the street with her family and other displaced people in Port-au-Prince, Haiti

One year old Misa Gureline Bestige reacts as she wakes up from sleeping on the street with her family and other displaced people in Port-au-Prince, Haiti

Meanwhile the death toll is being estimated at a staggering 200,000, with 1.5 million left homeless as survivors continue to die in the streets and looters spread anarchy.

Violence flared again yesterday as hundreds clambered over the broken walls of shops to grab anything they could – including toothpaste, now valuable for lining nostrils against the stench of Port-au-Prince’s dead. Police fired into the air as young men fought each other over rum and beer with broken bottles and machetes.

Gang members who broke out of a heavily damaged prison following the quake are profiting from the disaster by taking advantage of a void left by police and peacekeepers focused on disaster relief.

‘If you don’t kill the criminals, they will all come back,’ a Haitian police officer shouted over a loudspeaker in the country’s most notorious slum, imploring citizens to take justice into their own hands.

In the sprawling Cite Soleil slum, gangsters are settling into the haunts they dominated before being locked up and resuming struggles for control that never really ended once they were inside the walls of the city’s notorious main penitentiary.

‘The trouble is starting,’ said Jean-Semaine Delice, a 51-year-old father from Cite Soleil. ‘People are starting to leave their homes to go to others.’

As police urged residents to fight criminals themselves, Delice said, ‘I think it’s a message we should listen to.’

There is the potential for violence in any disaster zone where food and medical aid are unable to keep up with fast-growing hunger and mass casualties. But the danger is multiplied in Haiti, where self-designated rebels and freedom fighters have consistently threatened the country’s fragile stability with a few weapons, some spare money for handouts and the ire of disaffected throngs.

‘Even as we are digging bodies out of buildings, they are trying to attack our officers,’ Cite Soleil police inspector Aristide Rosemond said, surrounded by officers wielding automatic weapons.

Neighbourhood residents say three people died and several women were raped in a small-scale turf war that gangsters nicknamed ‘Belony’ and ‘Bled’ launched in the seaside slum in the days following last Tuesday’s quake.

People who live here have been told not to count on security forces for help.

The Brazilian peacekeeping unit assigned to Cite Soleil lost 18 of its 145 soldiers in the earthquake.

Ten perished when the ‘Blue House’ – a landmark concrete tower converted into a UN post near the slum’s entrance – collapsed, leaving weapons and equipment readily available to fast-acting looters.

The UN peacekeeping mission also lost its chief, deputy chief and acting police commander.

The police lost an uncounted number of personnel and equipment, leaving a group of officers who in large part are just recently recruited and trained.

‘The problem is they have weapons … so we cannot send the population or (just) any policemen’ to capture them, Prime Minister Jean-Max Bellerive said yesterday.

Bob Perito, coordinator of Haiti programs for the Washington-based US Institute of Peace think tank, said concerns about the gangs are legitimate – in the long run.

In the more immediate future, ‘the gangs may be more of a nuisance,’ Perito said in an interview from his Washington office.

‘They are not going to challenge the US military,’ he said.

‘But when the US decides the emergency is over and goes home, will the reconstituted UN peacekeeping force have the coherence necessary to suppress the problem?

There are 1,700 US troops on the ground in Haiti and 2,000 Marines off shore.

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/worldnews/article-1244339/Crisis-million-Haitian-orphans–emerges-26-left-island-earthquake-claimed-200-000-lives.html?ITO=1490#ixzz0dDIGTMUf

La France à l’ONU : Haïti [www.franceonu.org/]

jplhaiti3a8b7.jpgminustahfoode6959.jpgfranceonuhaiti.jpgLa France à l’ONU

Représentation permanente de la France
auprès des Nations Unies à New York -

 

 

   

La Mission permanente

Dossiers géographiques

Dossiers thématiques

L’Organisation des Nations unies

ACCUEIL » Dossiers géographiques » Amériques » Haïti

Haïti


1. Tremblement de terre en Haïti 

A la suite du terrible tremblement de terre qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010 et fait de nombreuses victimes aussi bien dans la population locale que parmi les agents de l’ONU sur place, les autorités françaises se sont immédiatement mobilisées pour se porter aussi vite que possible au secours des blessés et des sinistrés.

La France partage la vive émotion exprimée par le Secrétaire général des Nations unies. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, a marqué la stupeur de la France devant les conséquences de cette effroyable catastrophe et manifesté la solidarité de notre pays avec le peuple et les autorités d’Haïti, ainsi qu’avec l’ensemble des personnels de l’O.N.U. dont de nombreux collègues ont été victimes de leur dévouement.

La France, acteur majeur de l’aide humanitaire apportée à Haïti, travaille étroitement avec l’Organisation des Nations unies qui en assure la coordination. La mission permanente de la France à New York est en contact permanent avec les autorités de l’ONU afin de connaître le sort des personnels français sous drapeau onusien qui, servant à Haïti, n’ont pas encore été localisés.

Le Conseil de sécurité s’est réuni en consultations le 18 janvier pour écouter le secrétaire général à la suite de la visite de celui-ci sur place le 17 janvier. Le 19 janvier, le Conseil a adopté à l’unanimité la résolution 1908, augmentant les plafonds de personnels autorisés au sein de la MINUSTAH, de 2000 militaires et 1500 policiers, conformément à la demande du Secrétaire général formulée la veille. Cette augmentation portera le nombre de Casques bleus à plus de 12500.

Vue aérienne du siège des Nations Unies à Port-au-Prince, Haiti – 13 January 2010

UN Photo/Logan Abassi

- 20 janvier : DECLARATION DU PORTE-PAROLE DU MINISTERE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES

« HAITI / SECURITE

Pour répondre à la demande de soutien en matière de sécurité en Haïti des Nations unies, la France est favorable à ce que l’Union européenne mette rapidement en place une unité européenne de police / gendarmerie au service de la MINUSTAH pour une durée de six mois.

La France est disposée à y contribuer pour cette durée jusqu’à hauteur de 100 gendarmes afin de lui apporter le renfort temporaire que les Nations unies attendent.

Le Conseil des Affaires étrangères de lundi prochain, 25 janvier doit nous permettre, sous l’autorité de Mme Ashton de prendre une décision collective en ce sens.

Cette contribution concrète dans le domaine de la sécurité viendra compléter l’assistance européenne massive et rapide mise en place pour venir en aide à la population d’Haïti. »

- Aide française : point de situation au 20 janvier : le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait la déclaration suivante :

’’Immédiatement après le séisme qui a durement frappé Haïti le 12 janvier dernier, la France s’est fortement mobilisée pour venir en aide aux populations sinistrées et secourir les ressortissants français.

1. Moyens déployés

— A la date d’aujourd’hui, ce sont près de 800 personnels français qui sont engagés sur le terrain, avec notamment 667 personnels de la sécurité civile, 84 militaires, 30 personnels du ministère de la santé et 10 agents de renfort du ministère des Affaires étrangères et européennes.

— Les équipes de secours, assistées d’un hélicoptère et d’un avion de la sécurité civile, ont déjà achevé 13 chantiers et sont actuellement engagés sur quatre nouveaux sites d’intervention. Leur action a permis de dégager 14 survivants des décombres.

— Un hôpital de campagne (70 personnes, 33 tonnes) est installé depuis le 17 janvier dans l’enceinte du lycée français. Il est renforcé par un poste médical avancé (70 personnes, 6 tonnes) qui assure, en amont, l’accueil et les soins ambulatoires et, en aval, le renforcement des capacités d’hospitalisation. Un hélicoptère de la sécurité civile permet l’évacuation vers les structures hospitalières de Guadeloupe et de Martinique d’une partie des patients, en fonction de leurs pathologies. Au total, ce sont plus de 60 médecins français, constituant 40 équipes mobiles, qui son engagés sur le terrain.

— Pour répondre au défi sanitaire de l’approvisionnement des populations sinistrées en eau potable, une station de potabilisation d’eau a été installée et permet de fournir 20 000 personnes par jour.

— Trois à cinq avions militaires effectuent des rotations quotidiennes entre Haïti et les Antilles. Ces rotations ont déjà permis l’acheminement de 50 tonnes de matériel et de vivres de première urgence. Par ailleurs, un C-130 du ministère de la Défense est engagé pour acheminer du fret humanitaire et transporter des ressortissants évacués vers les Antilles.

— Les moyens d’assistance français sont également mis à la disposition des ONG dont 43 personnels se trouvent sur place. Cinq nouveaux travailleurs humanitaires et 15 tonnes de fret devraient quitter Paris aujourd’hui.

— Le centre de crise du MAEE a, par ailleurs, dépêché sur place une équipe de six spécialistes des questions consulaires et humanitaires. A Paris, les 50 agents du centre de crise restent pleinement mobilisés pour coordonner l’effort français. Depuis le début de la crise, une ’’cellule adoption’’ a été mise en place au sein du centre de crise et mobilise 7 agents du service de l’adoption internationale. Au sein de la ’’cellule de réponse téléphonique’’, ce sont près de 150 agents volontaires qui se sont relayés depuis le 12 janvier pour traiter les quelque 12 000 appels reçus à ce jour.

2. L’effort se poursuit

Un nouvel échelon de la sécurité civile de 93 personnes vient d’arriver sur place, de même que le bâtiment de transport léger (Batral) chargé de véhicules, de tentes et de fret humanitaire. De son côté, un transport de chalands de débarquement arrivera le 24 janvier avec des hélicoptères, des équipes médicales et 800 tonnes de matériel.

Cinq avions affrétés par le ministère des Affaires étrangères et européennes sont attendus à Port-au-Prince d’ici à vendredi avec un total de 55 tonnes de matériel de sécurité civile et de fret humanitaire préparé par des ONG.

3. Communauté française

Depuis le 13 janvier, les 3 à 5 rotations aériennes quotidiennes entre Haïti et les Antilles ont permis d’évacuer près de 1 000 personnes, dont 621 ressortissants français et 331 Haïtiens.

Grâce au travail des équipes sur place, 609 Français ont été localisés sains et saufs. 17 décès de Français ont malheureusement été confirmés tandis que nous restons toujours sans nouvelles de 16 de nos compatriotes.’’

Par ailleurs, Bernard Kouchner a diffusé le communiqué suivant le 18 janvier : « Poursuivant sa mobilisation au profit de la population haïtienne si durement éprouvée par le séisme du 12 janvier dernier, la France a décidé de répondre à l’appel d’urgence pour Haïti lancé par les Nations unies vendredi 16 janvier par une contribution de 10 millions d’euros. »

Cette contribution s’ajoute à une contribution de 2 millions d’euros à l’aide alimentaire d’urgence.

- Projet de conférence internationale sur Haïti : Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait le 18 janvier la déclaration suivante :

’’Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Bernard Kouchner s’est entretenu hier soir à l’initiative de son homologue canadien au cours d’une conférence téléphonique avec le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim ainsi qu’avec les autres membres du ’’groupe des amis d’Haiti’’ et le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy.

Ils ont procédé à une évaluation commune de la situation et des besoins de la population haïtienne et réaffirmé leur volonté de travailler ensemble en mutualisant les efforts en étroite liaison avec les Nations Unies.

Ils ont convenu qu’il fallait rapidement préparer la reconstruction et ouvrir une perspective positive à une population haïtienne traumatisée, mobiliser tous les acteurs de la communauté internationale, des Etats aux bailleurs de fonds et aux institutions financières internationales ainsi qu’aux ONG et aux entreprises, autour d’une stratégie cohérente. Dans cette perspective, Bernard Kouchner a insisté sur la nécessité de prendre en compte l’ensemble des dimensions de la reconstruction notamment l’indispensable renforcement des capacités du gouvernement haïtien. Cela doit passer par une conférence internationale susceptible de rassembler toutes les bonnes volontés, une première réunion préparatoire se tiendra à Montréal le 25 janvier prochain.

Bernard Kouchner a également eu des entretiens téléphoniques avec plusieurs de ses homologues européens ainsi qu’avec Catherine Ashton, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et de sécurité commune, avec lesquels il a évoqué la nécessité de renforcer l’action de l’Union européenne en Haïti pour l’aide humanitaire d’urgence, l’acheminement de l’aide et un soutien dans le domaine de la sécurité en appui aux Nations unies.’’

A Paris, une réponse téléphonique dédiée au public répond au 01.45.50.34.60. Depuis la France un numéro azur est également disponible : 0810 006 330.

(mise à jour 20 janvier 2010)

2. Présentation Retour à la table des matières

(octobre 2009)

- Dans ce pays qui est le plus pauvre des Amériques, l’augmentation du prix des denrées alimentaires de base a provoqué, en avril 2008, des émeutes de la faim. Fin août et début septembre 2008, quatre cyclones particulièrement dévastateurs ont touché le pays ; ils ont fait des centaines de morts, et détruit logements, infrastructures et récoltes.

- La solidarité de la France envers Haïti s’est traduite par une forte augmentation de notre aide publique en faveur d’Haïti. Son montant, qui était de 12 millions d’euros en 2005, a atteint 26 millions d’euros en 2008, et devrait approcher 30 millions en 2009.

- En septembre 2008, au lendemain des ouragans qui ont frappé Haïti, Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie, s’est rendu à Port-au-Prince et aux Gonaïves. Des aides d’urgence, d’un montant significatif, 7 millions d’euros, ont été immédiatement débloqués.

La MINUSTAH

Les membres du contingent philippin de la MINUSTAH servent un repas chaud aux enfants de l’Institut académique spécial Amanda Marga. UN Photo/Marco Dormino – 24 mars 2009

- Suite au départ du président Aristide en février 2004, la communauté internationale est intervenue, autorisée par une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU à déployer immédiatement en Haïti une Force Multinationale Intérimaire (FMI) pour une période de trois mois (Etats-Unis, Canada, France).

En juin 2004 (Résolution 1542), la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) a succédé à la FMI. Le mandat de la MINUSTAH est renouvelé tous les ans (résolution 1780 en 2007, résolution 1840 en 2008, et résolution 1892 en octobre 2009).

La MINUSTAH contribue activement à la consolidation de la stabilité et de l’Etat de droit en Haïti. La mission appuie le processus électoral, soutient les efforts des autorités haïtiennes pour lutter contre les groupes armés et les trafics, aide au renforcement de la police nationale haïtienne et à la réforme de l’administration de la justice, tout en apportant une assistance humanitaire et une aide au développement.

La France fournit un contingent 65 policiers et gendarmes ainsi que 2 militaires à la MINUSTAH qui participent à la réorganisation de la police nationale haïtienne.

- Les membres du Conseil de sécurité ont effectué une mission en Haïti en mars 2009 pour évaluer la situation sur le terrain, rencontrer les autorités et la MINUSTAH.

M. Jean-Pierre Lacroix, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations unies de 2006 à 2009, lors de la mission du Conseil de sécurité en Haïti. UN Photo/Marco Dormino – 16 mars 2009

Observations de la mission du Conseil de sécurité en Haïti (11 – 14 mars 2009)(extrait du rapport de mission S/2009/175)

Situation d’ensemble en matière de sécurité

53. Depuis le déploiement de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), la situation s’est généralement améliorée en matière de sécurité, comme en témoignent la baisse des taux de la criminalité et la confiance grandissante du public dans la Police nationale haïtienne. Cependant, les progrès enregistrés dans ce domaine restent fragiles en raison, pour une bonne part, des mauvaises conditions de vie de la majorité de la population et des tensions politiques latentes. La sécurité sociale et économique doit donc aller de pair avec la sécurité physique pour qu’Haïti parvienne à une stabilité durable. Le trafic de drogue continue de faire peser une menace importante sur la sécurité. C’est un problème qu’Haïti ne peut affronter seul et qui exige le soutien des autres pays de la région.

Dialogue politique et élections

54. Haïti ne peut se permettre une autre crise politique. Le Gouvernement et le Parlement doivent coopérer l’un avec l’autre pour jeter les bases de la stabilité et du développement à long terme du pays. Le processus de réforme constitutionnelle devrait aboutir à une proposition qui garantisse le bon fonctionnement des institutions et favorise le développement économique et social. En même temps, il est indispensable que le Gouvernement continue d’oeuvrer avec les partis politiques, le secteur privé et la société civile pour parvenir à un large consensus sur les questions de première importance pour la stabilité et le développement du pays. Une réforme s’impose pour la simplification du système électoral. Il en résulterait parallèlement un allègement du fardeau financier pour le budget de l’État et une plus grande stabilité du pays. Tout doit être fait pour assurer un processus électoral qui soit libre, équitable et ouvert à tous.

Extension de l’autorité de l’État

55. Le contrôle des frontières terrestres et maritimes en Haïti et la fourniture des services de base par les autorités haïtiennes sont les deux volets fondamentaux de l’action que doit mener l’État pour étendre et renforcer son autorité. La gestion intégrée et la sécurité des frontières, en tant qu’enjeu régional au sens large, constituent un problème commun appelant des solutions communes, et c’est là une tâche pour laquelle Haïti a besoin du soutien de la communauté internationale. En ce qui concerne la prestation des services de base, l’action du Gouvernement haïtien dépend de ses moyens ; la capacité de l’État est fragile en l’absence d’une économie forte. Le Gouvernement d’Haïti devrait tirer pleinement parti du soutien international dont il bénéficie pour développer sa capacité de fournir les services dont son peuple a besoin.

État de droit et droits de l’homme

56. En vue d’atteindre les objectifs fixés dans le plan de réforme national de la Police nationale haïtienne, des progrès ont été faits en matière de professionnalisation de cette police, de renforcement de sa capacité institutionnelle et de la mise en place de son infrastructure. Il s’agit là d’un programme ambitieux qui requiert le soutien de la communauté internationale.

57. L’existence d’institutions judiciaires fonctionnelles et crédibles est une condition préalable au renforcement de l’état de droit en Haïti. Si des mesures importantes ont déjà été prises dans ce domaine, des difficultés institutionnelles attendent d’être traitées. En matière d’administration diligente de la justice, le pouvoir judiciaire a fait preuve d’une capacité limitée qui a entraîné une forte hausse de la population carcérale, laquelle continue de vivre dans des conditions d’entassement et voit ses droits fondamentaux violés. Le Gouvernement haïtien doit mettre à exécution son plan stratégique prévoyant l’expansion du système pénitentiaire du pays et l’examen de la situation actuelle des prisonniers en détention préventive.

Situation humanitaire

58. Haïti est particulièrement vulnérable aux ouragans et aux tempêtes tropicales venant de l’océan Atlantique. Des progrès ont été enregistrés dans le domaine de la prévention des catastrophes et de la réduction des risques grâce aux efforts déployés pour aménager les bassins fluviaux et à la mise en oeuvre de projets à haute intensité de main-d’oeuvre destinés à atténuer la vulnérabilité en disposant le sol en terrasses, en construisant des petites digues, en déroutant des cours d’eau et en réparant des canaux. Il demeure essentiel que les autorités haïtiennes travaillent étroitement avec la communauté internationale pour faciliter l’acheminement de l’aide en matière de secours, de relèvement, de reconstruction et de développement à long terme.

59. La sécurité alimentaire reste l’un des plus grands soucis dans le pays. La faible productivité de l’agriculture témoigne des difficultés rencontrées dans un secteur qui emploie plus de 50 % de la population. À cet égard, l’adoption de politiques agricoles destinées à stimuler la production est impérative. Des financements supplémentaires sont nécessaires pour faire face aux besoins humanitaires importants qui persistent en Haïti.

Développement économique et social

60. Haïti a subi de sérieux revers en 2008. Certes, le pays est confronté à de redoutables défis, mais il y a tout lieu d’être optimiste quant aux chances de voir Haïti, avec l’appui de ses partenaires internationaux, se relever des difficultés de l’année écoulée. Il lui faut d’urgence une aide internationale supplémentaire pour faire face à ses besoins immédiats, sur les plans humanitaire, du relèvement et de la reconstruction. La prochaine conférence des donateurs de haut niveau à Washington sera cruciale de ce point de vue.

61. Parallèlement, la conférence des donateurs devrait être perçue comme une occasion de créer un nouveau partenariat entre Haïti et la communauté internationale, qui se fonde sur un engagement commun de créer des emplois, de renforcer la sécurité alimentaire, d’assurer le développement économique, d’améliorer la prestation des services de base et restaurer l’environnement. Le Gouvernement devrait donc poursuivre sa collaboration avec le secteur privé, les partis politiques et la société civile en vue de mettre en place le cadre législatif et réglementaire nécessaire pour promouvoir l’investissement privé et tirer parti des possibilités de création rapide d’emplois qu’offrent la loi américaine « HOPE II Act » et d’autres accords commerciaux préférentiels de ce type. La communauté internationale, qui mise de toute évidence sur la réussite d’Haïti, continuera d’accompagner le développement politique, économique et social du pays. Toutefois, si elle est disposée à continuer de jouer un rôle d’appui, la responsabilité en incombe au premier chef aux Haïtiens eux-mêmes.

Coopération régionale

62. La région de l’Amérique latine et des Caraïbes joue un rôle important s’agissant d’aider Haïti à s’insérer pleinement dans son contexte régional. Son engagement à soutenir Haïti sur le chemin d’une meilleure sécurité et du développement est digne d’éloges.

Le rôle des Nations Unies

63. Compte tenu des progrès à accomplir pour que la Police nationale d’Haïti soit en mesure d’assumer pleinement ses responsabilités, le maintien de la présence de la MINUSTAH demeure essentiel pour l’instant. Le retrait ultérieur des contingents et de la police de la MINUSTAH devra se faire graduellement en fonction du renforcement progressif de la capacité institutionnelle haïtienne et de l’évolution de la situation sur le terrain. Il est également important, pour l’avenir du pays, de renforcer les moyens dont disposent les autorités haïtiennes pour assurer la stabilité économique et le développement et d’examiner le rôle de l’Organisation des Nations Unies à cet égard. Si l’appui fourni par celle-ci demeure essentiel, la participation à long terme des autres partenaires, bilatéraux et multilatéraux, notamment des organisations régionales, des fondations privées et des donateurs non traditionnels, sera indispensable pour permettre à Haïti de poursuivre sur la voie de la stabilité et du développement durable.

- Le 9 septembre 2009, le Conseil de sécurité a tenu un débat public sur la question de Haïti. M. Bill Clinton, envoyé spécial du Secrétaire général pour Haïti, et Mme Michèle Duvivier Pierre-Louis, Premier ministre d’Haïti, ainsi qu’une trentaine de délégations ont pris part au débat.

Le représentant permanent français a noté les progrès importants accomplis ces dernières années et a appelé les partenaires d’Haïti à ne pas baisser la garde : « Il est de notre responsabilité collective de continuer à appuyer les efforts des autorités haïtiennes en vue de la stabilisation du pays, du renforcement des institutions démocratiques et du développement durable. Les Nations unies et les autorités haïtiennes doivent poursuivre le travail engagé. La France continuera d’apporter son soutien aux Nations unies comme au gouvernement haïtien. »

- Le soutien de la communauté internationale à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) s’est traduit, le 13 octobre 2009, par l’adoption à l’unanimité de la résolution 1892 du Conseil de sécurité, qui proroge son mandat jusqu’au 15 octobre 2010.

3. Interventions de la France à New York Retour à la table des matières

- 18 janvier 2010 – Conseil de sécurité : Haïti – Remarques à la presse de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

- 9 septembre 2009 – Conseil de sécurité : Haïti – Intervention de M. Gérard Araud, représentant permanent de la France auprès des Nations unies

4. Textes de référence Retour à la table des matières

- Résolution 1892 (2009) renouvelant le mandat de la MINUSTAH

- 6 avril 2009 – Déclaration du Président du Conseil de sécurité

- 11 au 14 mars 2009 – Rapport sur la mission du Conseil de sécurité en Haïti

- Résolution 1840 (2008) renouvelant le mandat de la MINUSTAH

- Résolution 1542 du 30 avril 2004 régissant le mandat de la MINUSTAH

5. Liens utiles Retour à la table des matières

- Rubrique sur les Opérations de maintien de la paix de l’ONU

- Fiche pays sur le site France-Diplomatie

- Dossier d’actualité de l’ONU

- Site de la MINUSTAH

http://www.franceonu.org/spip.php?article3867

L’Afrique tend la main à Haïti [www.afrik.com]

EconomieCaraïbesPan AfriqueDiasporaSolidaritéHumanitaire

L’Afrique tend la main à Haïti

Après le terrible séisme, le continent apporte son aide à l’île des Caraïbes

Un vaste élan de solidarité internationale se déploie vers Haïti, après que l’île des Caraïbes a été touchée le 12 janvier par un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. Les dégâts sont considérables et les autorités haïtiennes redoutent un bilan outrepassant les 100 000 morts. Malgré ses difficultés, le continent africain s’engage lui aussi. Du Sénégal au Congo, en passant par le Nigeria et le Rwanda, les propositions d’aide se multiplient.

  mercredi 20 janvier 2010 / par Laura Adolphe

Dans le déluge de dons et d’offres de services qui déferlent sur Haïti, l’Afrique propose des contributions pour venir en aide aux Haïtiens meurtris par le séisme du mardi 12 janvier.

Montrant la voie, le Gabon a décidé de débloquer un million de dollars pour Haïti dès le jeudi 14 janvier. L’Afrique du Sud lui a emboîté le pas, le gouvernement annonçant la semaine dernière un ensemble de mesures d’assistance en trois phases : déploiement de médecins avec une équipe de secours menée par l’organisation Rescue South Africa, envoi de praticiens légistes pour l’aide à l’identification des corps et d’une aide humanitaire en partenariat avec des ONG sud-africaines.

Du côté du Nigéria, un contingent de 121 policiers, servant dans le cadre de la mission des Nations Unies en Haïti, travaille avec les équipes de secours dans la capitale, Port-au-Prince. Le vice-président nigérian, Jonathan Goodluck, a dit dans un communiqué qu’« au moment où la communauté internationale se mobilise pour aider Haïti, elle peut compter sur le Nigeria ».

L’Afrique du Nord n’est pas en reste. Deux avions marocains, chargés de produits médicaux et pharmaceutiques, sont arrivés dimanche matin à Port au Prince, d’après l’agence de presse MAP.

Les pays les plus pauvres font aussi preuve de solidarité. Le Rwanda a promis une aide de 100 000 dollars et le Liberia une contribution de 50 000 dollars. Une goutte d’eau dans la mare des donations internationales, mais qui, mise en rapport avec les budgets de ces États, est plus que symbolique.

Générosité et controverse

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo a annoncé qu’il envoyait 2,5 millions de dollars à Haïti après le séisme dévastateur. Cette annonce a fait controverse dans un pays qui traverse une grave crise. Un certain nombre de Congolais ont critiqué l’offre de Kinshasa. D’après le politologue Ntanda Nkere de l’Université de Kinshasa, « c’est une contradiction de voir un pays si généreux alors qu’il traverse lui-même une crise financière », rapporte BBC. Après des années de conflits, des millions de gens vivent dans la pauvreté en RDC. Mais le ministre de l’information congolais, Lambert Mende, a déclaré que « le Congo n’est pas en faillite. Il faut toujours être prêt à aider un pays frère ».

Parmi les nombreuses propositions africaines, le président sénégalais Abdoulaye Wade remporte la palme de l’offre la plus ambitieuse. D’une part, le Sénégal a décidé de doubler son aide à Haïti en la faisant passer à un million de dollars. D’autre part, il a déclaré dimanche qu’il offrait aux Haïtiens une terre libre, justifiant son geste par « la récurrence des calamités » qui tombent sur leur île.

Le président sénégalais estime que l’Histoire des Haïtiens, descendants d’esclaves noirs acheminés d’Afrique vers les Caraïbes aux siècles passés, leur donne droit à une nouvelle vie sur le continent. « Ce que nous disons tout simplement, c’est que les Haïtiens ne se sont pas transportés là-bas tout seuls. Ils sont là-bas du fait de cinq siècles d’esclavage », a déclaré Abdoulaye Wade.

Son idée n’est pas sans rappeler la création, au XIXème siècle, du Liberia, initialement destiné aux esclaves américains affranchis. La proposition sera soumise à l’Union africaine lors du sommet qui se tiendra à Addis Abeba le 25 janvier.

Le Sénégal a en outre décidé d’organiser un Téléthon et une émission Africavision avec les grandes chaînes de télévision du continent pour mobiliser d’importantes ressources en vue de soulager les Haïtiens.

Aider les Haïtiens est un gros effort pour des pays africains qui, pour la plupart, connaissent de grandes difficultés économiques et financières. Mais c’est un geste qui marque, on ne peut plus concrètement, leur solidarité avec ce peuple noir martyre des Amériques.

http://www.afrik.com/article18533.html

Le devoir particulier de la France envers Haïti [Une tribune de l’écrivain Claude Ribbe]

SociétéCaraïbesFranceCatastrophe naturelleHistoirePolitique

Le devoir particulier de la France envers Haïti

Une tribune de l’écrivain Claude Ribbe

Haïti est frappée, une fois de plus, mais Haïti se relèvera, malgré ses souffrances. Haïti existe et continuera d’exister, n’en déplaise aux racistes. J’entends pleurer les crocodiles. La fatalité. Une malédiction peut-être. Le diable probablement. Ces reptiles affligés sous-entendent que les Haïtiens auraient fait certainement quelque chose de terrible pour que la nature s’acharne à ce point sur eux. Cependant, aussi spectaculaire soit-il, le séisme qui fait aujourd’hui des milliers, des dizaines de milliers de victimes peut-être, est-il plus violent que les catastrophes imposées à ce pays depuis trois siècles par des hommes ?

    jeudi 14 janvier 2010 / par Claude Ribbe, pour l’autre afrik

Et puisqu’il faut bien qu’un Français au moins le dise, j’avoue, en tant que français, que mon pays porte, à l’égard des malheurs d’Haïti, une responsabilité particulière. La France y a déporté pendant cent cinquante ans un million d’hommes, de femmes et d’enfants d’Afrique, niant qu’ils fussent des êtres humains, les exploitant en esclavage d’une manière qui ne leur laissait qu’une espérance de vie de quelques années seulement. Ces hommes, ces femmes et ces enfants ont pris les armes. Deux ans plus tôt, les bourgeois de Nantes et de Bordeaux, devenus députés, pensaient qu’ils pourraient se déclarer, eux, libres et égaux tout en continuant de s’enrichir en trafiquant les Africains.

Les Haïtiens, en abattant l’esclavage, ont rendu la déclaration des droits de l’homme universelle, sans distinction de couleur. Napoléon a voulu les remettre dans les fers. Ne pouvant y parvenir, il a tenté l’extermination sur le fondement de la couleur, utilisant tous les moyens, ouvrant en quelque sorte la voie à toutes les barbaries. Ce n’est pas à Napoléon qu’il faut en vouloir, mais à ceux qui aujourd’hui encore tentent de défendre ses bassesses parce qu’ils aimeraient les reproduire.

L’indépendance était la seule issue. Les Haïtiens ont gagné la guerre contre l’armée qui faisait trembler l’Europe et le monde. Vingt et un ans plus tard, les Français, pour se rembourser du prix des esclaves qu’ils avaient perdus, ont imposé par la force un traité par lequel les Haïtiens se condamnaient d’avance à la misère. Cent vingt-cinq millions de francs or, réduits à quatre vingt dix millions, mais alourdis des intérêts des emprunts que naturellement des banquiers français s’étaient empressés de consentir. Le principal représentait au bas mot l’équivalent d’un milliard d’euros. On ne sait trop à quelle somme on aboutirait si l’on tenait compte de la dépense globale imposée aux Haïtiens par cette opération de racket. Ils ont mis plus d’un siècle à payer. En 1972 encore, la France ergotait sur des sommes dérisoires qu’elle exigea avant de signer un prétendu traité de coopération. En 2004, un grand admirateur de Napoléon, devenu ministre des Affaires étrangères, a fini d’enfoncer Haïti dans le marasme en y soutenant un coup d’État qui a occasionné, hélas, par ses conséquences, autant de morts qu’on risque d’en dénombrer après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Des rapports objectifs l’attestent. Aucun Français n’a eu le courage de se dresser contre cette révoltante injustice ni de dénoncer l’enlèvement d’un président démocratiquement élu. Personne n’a osé protester contre ce coup d’État qui n’avait d’autre but que d’empêcher Haïti de célébrer le bicentenaire de son indépendance. Personne excepté moi. Il est des circonstances où la voix discordante d’un seul homme peut sauver l’honneur d’un pays tout entier. L’histoire l’a démontré. L’histoire peut le démontrer encore.

Au moment où le tremblement de terre a frappé Port-au-Prince, les pays qui se vantent de constituer la communauté internationale (dont les Africains et leurs descendants seraient implicitement exclus) s’apprêtaient à organiser des élections prétendument démocratiques, en interdisant au principal parti haïtien d’y prendre part, quitte à obtenir un résultat acceptable avec deux pour cent de participation au scrutin.

Le chef de ce parti éliminé par le monde dit civilisé, en exil forcé depuis six ans, protégé des assassins par l’Union africaine et la Caricom, n’aurait pas le droit de rentrer chez lui parce qu’il dérangerait le jeu dont quelques anciens pays esclavagistes auraient fixé les règles ?

Certes, le passé est le passé. En tant que français qui n’a pas dédaigné de porter les armes pour son pays (ce qui n’est pas le cas de tous ceux qui me critiquent) je ne cherche pas à humilier ma patrie. Mais certains trous de mémoire ne sont-ils pas plus humiliants encore que certains repentirs ?

J’observe que les chefs d’État de la République française se sont rendus dans tous les pays du monde. Tous les pays, sauf un : Haïti. Cette absence ne trahirait-elle pas un embarras ? Une gêne obscure ? La France n’a peut être pas de dette à l’égard d’Haïti. Mais n’aurait-elle pas un devoir ?

C’est pourquoi j’appelle le président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, d’abord à débloquer, pour cette ancienne colonie, qui n’a pas renoncé à parler notre langue, une somme assez significative pour qu’elle n’ait pas l’air d’une misérable et indigne aumône qui ridiculiserait la France eu égard à l’effort consenti par d’autres nations qui n’ont, elles, rien à se reprocher.

Je l’appelle également à se rendre dès à présent en Haïti pour qu’il soit ainsi le premier chef d’État de la République à accomplir ce geste fort. Au nom de la dignité de la France, au nom de l’identité nationale dont il veut que nous débattions. Oui, de l’identité nationale, car, sans même tenir compte des dizaines de milliers de Français d’origine haïtienne qui apprécieraient ce signe de solidarité, Haïti, qui fit vivre pendant cent cinquante ans un Français sur huit, fait partie intégrante, comme l’histoire de l’esclavage, de l’identité nationale, aussi sûrement que ma part de refoulé fait partie de moi-même.

J’appelle du même coup le président de la République française à rendre à l’instant ses droits au plus méritant des Haïtiens de France, le général Alexandre Dumas, père du célèbre écrivain, qui s’est sacrifié pour la Révolution et la République et dont on refuse depuis deux cent huit ans, simplement à cause de sa couleur et de son origine, de lui rendre la place qu’il mérite dans le cœur et la mémoire des Français.

Voici que qu’écrivait le fils de ce héros en 1838 : Il serait bon que les Haïtiens apprissent à la vieille Europe, si fière de son antiquité et de sa civilisation, qu’ils n’ont cessé d’être français qu’après avoir fourni leur contingent de gloire à la France.

http://www.afrik.com/article18486.html

Des haitiens veulent retourner au Sénégal [www.afrik.com]

CommuniquésCaraïbesSénégal

Des haitiens veulent retourner au Sénégal

Offre de retour en Afrique : Intéressés par la proposition d’Abdoulaye Wade, un groupe de 25 Haïtiens écrit à El Hadji Gorgui Wade Ndoye, directeur du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

   mercredi 20 janvier 2010

Un groupe de 25 Haïtiens victimes du séisme du 12 janvier a exprimé son souhait de rentrer « au bercail, au Sénégal » selon les termes de la lettre électronique que j’ai reçue (voir plus loin), ce 20 janvier, de la part d’un journaliste haïtien lui même victime et intéressé par l’offre du Président Wade du Sénégal d’accueillir les Frères d’Haïti en Afrique. Ce groupe a lu mon article sur ce sujet posté sur mon blog de la Tribune de Genève. Le souhait exprimé est que je puisse les mettre en contact avec la Présidence de République du Sénégal pour une suite favorable à leur requête. N’étant pas membre du Gouvernement et n’ayant aucun contact direct avec le Palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor, je publie donc la lettre sur mon blog http://gorguindoye.blog.tdg.ch/, comme ce fut le cas avec la déclaration d’Abdoulaye Wade. Peut-être qu’un membre du Gouvernement lira ce blog et prendra contact afin que je puisse transmettre les coordonnées (adresse, téléphone et email) du groupe demandeur.

Sainte-Suzanne, Haïti- « Salut. Je viens de lire la mention dans laquelle le président du Sénégal, Son Excellence Abdoulaye Wade, offre terre et rapatriement aux haïtiens qui souhaiteraient revenir à leurs origines. Je fais partie d’un groupe de victimes qui seraient intéressées par cette offre extraordinaire et d’une générosité hors pair. Nous avons tout perdu dans cette catastrophe et souhaitons laisser ce cauchemar derrière nous. J’ai pu seulement sauver ma femme, et mes deux parents comme ils étaient partis au village. Il ne me reste que moi-même.

J’ai pu sauver mon passeport et celui de ma femme. Un groupe de 25 personnes constitue la première vague de la diaspora africaine ayant choisi de retourner au bercail, c’est-à-dire au Sénégal. Parmi ces 25 âmes, il convient de signaler la présence de plusieurs couples, jeunes professionnels et deux familles complètes. Pourriez-vous, je vous prie, me donner plus d’infos à partir de mon adresse e-mail : loui…@gmail.com.
Dans l’attente d’une réponse positive, je vous prie de croire, à l’expression de mes vifs désirs d’entamer un nouveau départ et de croire à mes salutations distinguées ».

M.E, (avec téléphone, adresse etc…)

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, journaliste sénégalais accrédité à l’ONU-Genève, directeur de publication du magazine panafricain en ligne www.ContinentPremier.com

http://www.afrik.com/article18536.html

La diaspora haïtienne de France se mobilise [Afrik.com ]

La diaspora haïtienne de France se mobilise [Afrik.com ] dans ACTU GENERALE

SociétéCaraïbesFranceCatastrophe naturelleDiasporaSolidaritéHumanitaire

http://www.afrik.com/article18499.html

La diaspora haïtienne de France se mobilise

La Plateforme d’associations franco-haïtiennes organise un grand rassemblement, samedi à Paris, en hommage aux victimes du séisme

Suite au tremblement de terre qui a ravagé Haïti mardi dernier, les autorités du pays évoquent un bilan qui pourrait s’élever à plusieurs dizaines de milliers de victimes. La diaspora haïtienne, partout dans le monde, se mobilise pour leur venir en aide. En France, la Plateforme d’associations franco-haïtiennes (Pahfha), qui regroupe plusieurs dizaines d’organisations, est à pied d’œuvre. Afrik.com s’est entretenu avec l’un de ses responsables, Romel Louis-Jacques.

vendredi 15 janvier 2010 / par Franck Salin


Romel Louis-Jacques

Réconforter les Haïtiens de France inquiets du sort de leurs familles, récolter des dons pour aider les survivants du séisme, rendre hommage aux victimes… Les membres de la Plateforme d’associations franco-haïtiennes (Pahfha) ne ménagent pas leurs efforts pour faire face à la catastrophe qui s’est abattue sur leur pays.

Afrik.com : Avez-vous des nouvelles de votre famille en Haïti ? Avez-vous pu être rassuré ?
Romel Louis-Jacques :
Oui, je suis rassuré. Je ne suis pas personnellement rentré en contact avec elle, mais via ma famille installée à Miami, j’ai pu prendre des nouvelles de Haïti. Dans ma famille, il n’y a qu’un décès à déplorer.

Afrik.com : Le réseau téléphonique américain serait donc plus performant que le français pour les appels vers Haïti…
Romel Louis-Jacques :
Oui, manifestement. Mes parents qui sont là-bas ont pu rentrer en contact avec Haïti. Mon frère, qui est à Miami pour affaires, a appelé depuis son portable et il a réussi. Il a de grosses difficultés pour contacter Port-au-Prince, mais elles sont moindres comparées à celles que nous avons ici. Toutefois, il semble que depuis hier soir, les choses deviennent plus compliquées, même depuis les Etats-Unis. Dans la journée d’hier et le jour de la catastrophe, on a pu avoir des nouvelles, mais depuis hier soir les appels ne passent plus. Il semble, en revanche, qu’il y ait un début d’amélioration en Haïti même : j’ai reçu un e-mail, envoyé par un portable depuis Port-au-Prince, qui m’a fait un bilan de la situation. Il est catastrophique.

Afrik.com : La plateforme arrive-t-elle à aider les Haïtiens de France à avoir des nouvelles de leurs familles ? Comment leur apporte-elle son soutien ?
Romel Louis-Jacques :
Non, dans les conditions actuelles, nous n’arrivons pas à leur permettre d’avoir des nouvelles de leurs familles. Les gens nous appellent depuis hier dans le cadre d’une permanence téléphonique que nous avons mise en place, à Paris, avec la Maison de Haïti. Dans ce cadre, nous leur apportons un soutien moral, psychologique, dont ils ont grand besoin. Echanger leur fait du bien, et ils sont réconfortés de savoir qu’il est possible d’avoir quelqu’un au téléphone. Ca crée un lien, ça les soulage de savoir qu’il y a un endroit qu’ils peuvent contacter, un endroit qui rassemble les informations et les met à leur disposition.

Afrik.com : Quel est le numéro de téléphone de cette permanence, et quels jours est-elle ouverte ?
Romel Louis-Jacques :
Le numéro est le 01 44 62 92 87. Pour le moment, elle se tient tous les jeudis après-midi. Mais nous sommes en train de mettre en place une permanence physique plus large. En attendant, les gens peuvent laisser leurs messages, leurs demandes d’infos sur le répondeur. Ils peuvent aussi laisser leur contact en précisant leurs compétences. Nous sommes à la recherche de personnes capables de soigner, de reconstruire… Ce type de profils nous intéresse.

Afrik.com : Récoltez-vous des dons pour les victimes du séisme ?
Romel Louis-Jacques :
Depuis l’annonce de la catastrophe, il nous a tenu à cœur d’assurer une coordination des différentes actions. Nous organisons d’ailleurs demain une réunion de coordination. Nous diffusons cette information pour que tous ceux qui ont envie de lancer une collecte se mettent en contact avec nous. Cette coordination est indispensable pour que les donateurs s’y retrouvent, pour que la collecte ait une crédibilité. C’est important aussi pour bien assurer le stockage des dons en nature, et nous assurer que ceux qui organisent les levées maîtrisent les questions logistiques. Il ne faudrait pas qu’ils se retrouvent avec des stocks sur les bras comme ça a pu arriver autrefois, lors d’autres événements.

Afrik.com : Demain, samedi 15 janvier, de 16h à 19h, vous organisez un grand rassemblement au Parvis des droits de l’homme, au Trocadéro, à Paris. Vous invitez tous les participants à amener une bougie. Quels sont les objectifs de cette manifestation ?
Romel Louis-Jacques :
Nous avons appelé au niveau de la Plateforme à un grand rassemblement pour rendre hommages aux victimes du séisme et montrer aux rescapés que nous sommes là pour mobiliser des fournitures, des revenus. Nous voulons aussi, lors de ce rassemblement, annoncer les futures actions que nous allons mettre en œuvre pour soutenir la population haïtienne.

Pour plus d’informations :

- Le site de la Plateforme d’associations franco-haïtiennes (PAFHA)
- 
E-mail de la PAFHA

http://www.afrik.com/article18499.html

Barack Obama fait de l’aide aux Haïtiens une priorité [l'express]

haitiobama.jpgBarack Obama fait de l’aide aux Haïtiens une priorité

 

 

 

Par Reuters, publié le 15/01/2010 à 07:50

     

WASHINGTON – Barack Obama a annoncé le déblocage immédiat de 100 millions de dollars en faveur d’Haïti, frappé mardi par un violent séisme, et a sollicité l’aide de deux anciens présidents américains en promettant aux Haïtiens qu’ils ne seraient « pas abandonnés ».

Barack Obama a annoncé le déblocage immédiat de 100 millions de dollars en faveur d’Haïti, frappé mardi par un violent séisme. Il a sollicité l’aide de deux anciens présidents américains en promettant aux Haïtiens qu’ils ne seraient « pas abandonnés ». (Reuters/Larry Downing)

Soucieux de s’inscrire au premier plan des efforts qui s’organisent face à une crise humanitaire majeure, le chef de la Maison blanche a demandé jeudi à ses principaux collaborateurs de considérer comme leur priorité de réagir à la situation créée par le tremblement de terre.

Lors d’une allocution télévisée, il a confirmé l’envoi de troupes et de bâtiments de marine pour soutenir les secours.

L’ex-président Bill Clinton, déjà émissaire spécial des Nations unies pour Haïti, et son successeur George W. Bush ont donné leur accord à Obama pour participer aux efforts menés au profit d’Haïti. Obama s’est entretenu à ce sujet mercredi soir avec Bush par téléphone.

« Tous deux ont accepté d’y participer« , a indiqué Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, ajoutant que des précisions seraient fournies dans les prochains jours. En 2004, Clinton et le père de Bush, l’ex-président George H.W. Bush, s’étaient joints aux initiatives prises après le tsunami qui fit 226.000 morts en 2004 dans 13 pays d’Asie du Sud.

« Dans les jours et les semaines à venir, nous allons mobiliser l’attention des citoyens américains et des entreprises américaines sur l’aide d’urgence qu’ils peuvent apporter à Haïti« , ont dit Bill Clinton et George W. Bush.

Obama, qui affronte son premier test lié à des opérations de secours internationales depuis son entrée en fonctions il y a un an, a promis une contribution américaine initiale de 100 millions de dollars et a prescrit à son gouvernement « une action rapide, coordonnée et combative pour sauver des vies et soutenir le redressement en Haïti« .

L’aide commence à arriver dans le pays, où la Croix-Rouge haïtienne redoute que le séisme n’ait fait de 45.000 à 50.000 morts et trois millions de blessés ou sans-abri.

« VOUS NE SEREZ PAS ABANDONNÉS« 

« Au peuple d’Haïti, nous disons clairement et avec conviction: vous ne serez pas abandonnés, vous ne serez pas oubliés. En cette heure où vous êtes dans le plus grand besoin, l’Amérique se tient auprès de vous. Le monde se tient auprès de vous« , a déclaré Obama.

Plusieurs vedettes des garde-côtes assurent déjà sur place des services comme la fourniture d’eau et un soutien technique pour une énorme opération logistique.

Washington enverra à Haïti jusqu’à 3.500 parachutistes de la 82e division aéroportée pour aider les forces de l’Onu dans les opérations de secours et de maintien de l’ordre. Les premiers éléments de la 82e division devaient arriver à Port-au-Prince dès jeudi afin de préparer la venue du gros des troupes.

Un corps expéditionnaire de « marines » est en cours de déploiement, ainsi que le porte-avions à propulsion nucléaire USS Carl Vinson et un navire-hôpital, le Comfort.

L’état-major de la IIe Flotte de l’US Navy, basé à Norfolk (Virginie), a ordonné l’appareillage à bref délai de trois navires amphibies. Le plus gros, l’USS Bataan, peut transporter jusqu’à 2.000 « marines » et des hélicoptères.

Le porte-avions USS Carl Vinson, avec 4 à 5.000 marins et 19 hélicoptères à son bord, est attendu vendredi. Ce bâtiment dispose de trois salles d’opération, de plusieurs dizaines de lits d’hôpital et de ravitaillement en eau potable.

Le navire-hôpital, USNS Comfort, ne devrait pas être sur place avant le 22 janvier. Il dispose de 12 antennes chirurgicales et de 250 lits.

Lors de son allocution, Obama était entouré du secrétaire à la Défense Robert Gates, de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, de la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano et du vice-président Joe Biden.

Le président américain s’emploie de toute évidence à écarter tout risque de comparaison avec l’administration Bush, dont l’image avait pâti de la lenteur initiale de sa réaction au passage de l’ouragan Katrina sur la Louisiane en 2005.

Des membres de l’entourage professionnel d’Obama ont fait des mises au point régulières sur son action au profit d’Haïti, en particulier ses consultations avec des spécialistes ou des dirigeants étrangers.

Le chef de la Maison blanche a dit avoir clairement fait comprendre aux responsables de l’administration que la question d’Haïti « doit être la priorité de leurs ministères et de leurs services pour le moment« .

http://www.lexpress.fr/actualites/2/barack-obama-fait-de-l-aide-aux-haitiens-une-priorite_842230.html

Haïti : le couple Clinton sur le devant de la scène

Haïti : le couple Clinton sur le devant de la scène

Flore Galaud (lefigaro.fr)
14/01/2010 | Mise à jour : 15:57

Haïti : le couple Clinton sur le devant de la scène dans ACTU GENERALE e9bcdc6c-0101-11df-8cd2-2683d580a52f
Crédits photo : AFP

Alors qu’Hillary Clinton a interrompu sa tournée dans le Pacifique pour coordonner l’aide américaine, son mari, Bill, envoyé spécial de l’ONU, s’attelle à lever des fonds.

coeur- dans AMERIQUE DU SUD CARAÏBESJamais le couple n’était apparu aussi mobilisé pour une même cause. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et son époux, l’ancien président Bill, travaillent de concert pour venir en aide à la population haïtienne depuis le tremblement de terre meurtrier qui a secoué l’île mardi soir.

Ainsi, événement rare et significatif, qui témoigne de l’importance accordée par les Etats-Unis à cette catastrophe, Hillary Clinton a écourté sa tournée dans le Pacifique et est rentrée jeudi à Washington, afin de coordonner au mieux l’aide américaine. Mercredi, déjà, elle avait passé de longues heures au siège du commandement militaire américain du Pacifique, où elle s’était notamment entretenue par téléphone au sujet d’Haïti avec ses homologues français Bernard Kouchner et brésilien Carlos Amorim.

Des dons pour la fondation Clinton

Bill Clinton, de son côté, qui avait été désigné le 19 mai dernier envoyé spécial pour Haïti à l’ONU par le secrétaire général Ban Ki-moon «pour aider à galvaniser les efforts de reconstruction sociale et économique», multiplie les appels aux contributions financières. Mercredi, l’ancien président américain a ainsi expliqué à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies à New York que «même un ou deux dollars» pouvait aider dans la prise en charge de la population de l’île.

Si l’ONU n’a pas encore formellement lancé d’appels aux dons, Bill Clinton, lui, n’a pas souhaité attendre, quitte à mettre en avant sa fondation, lancé en 1997 pour mener des campagnes de lutte contre la maladie, la pauvreté et le changement climatique. «Nous avons besoin d’eau de nourriture, d’abris et de premiers secours», a-t-il indiqué, insistant bien sur le caractère d’urgence de la situation. «Vous avez un site, www.clintonfoundation.org/haitiearthquake, qui vous permet d’envoyer rapidement de l’argent». Un appel qui a trouvé écho auprès de nombreuses personnalités, comme le cycliste américain Lance Armstrong qui a promis jeudi de verser 250.000 dollars à la Fondation Clinton.

«Ce n’est pas un combat perdu»

 

Mais Bill Clinton n’a pas souhaité limiter son rôle aux dons, quitte à empiéter sur les plates-bandes de son épouse Hillary. L’actuel émissaire de l’ONU en Haïti a ainsi insisté sur CNN sur les difficultés d’acheminement rencontrées par les secours à travers les axes routiers, endommagés par le séisme. «Nous avons besoin de davantage d’hélicoptères», a-t-il expliqué, soulignant que la Minustah [la mission onusienne sur place, ndlr] n’en possède que sept. «Nous pouvons les utiliser là où les routes sont infranchissables», a-t-il observé. Une demande qui a été aussitôt satisfaite par les Etats-Unis, qui a envoyé mercredi soir un porte-avions avec à son bord plusieurs hélicoptères.

Bill Clinton a par ailleurs appelé les dirigeants mondiaux à «ne pas baisser les bras» avec Haïti. «Ce n’est pas un combat perdu: nous pouvons surmonter ça et il est aujourd’hui plus important que jamais de répondre à l’aspiration du peuple et du gouvernement haïtiens de devenir nos partenaires et de mettre fin à deux siècles de malheur», a-t-il plaidé.

Le premier ministre haïtien craint plus de 100.000 morts [lefigaro.fr/international]

Le premier ministre haïtien craint plus de 100.000 morts

lefigaro.fr (avec agences)
14/01/2010 | Mise à jour : 15:56

 

De nombreux bâtiments publics de Port-au-Prince se sont effondrés sous la secousse.
De nombreux bâtiments publics de Port-au-Prince se sont effondrés sous la secousse. Crédits photo : AP

Alors qu’aucun bilan n’a encore été officialisé après le violent séisme qui a frappé Haïti mardi, le premier ministre Jean-Max Bellerive craint que le bilan ne dépasse les 100.000 morts. Washington et Paris ont d’ores et déjà envoyé de l’aide.

Le premier ministre haïtien craint plus de 100.000 morts [lefigaro.fr/international] dans ACTU GENERALE coeur-

Haïti s’attend à un bilan effroyable, après le puissant tremblement de terre qui l’a frappé mardi. S’exprimant sur la chaîne américaine CNN, le premier ministre du pays, Jean-Max Bellerive, a dit mercredi craindre qu’il ne s’élève «bien au-dessus de 100.000 morts».

«J’espère que ce n’est pas vrai parce que j’espère que les gens ont eu le temps de sortir, a-t-il ajouté. Mais tellement, tellement de bâtiments, tellement de quartiers ont été totalement détruits, et dans certains quartiers, on ne voit même plus personne, donc je ne sais pas où sont ces gens».Dans sa première déclaration depuis le drame, au journal américain Miami Herald, le président d’Haïti René Préval avait dit redouter que le séisme ait fait des milliers de morts, se refusant toutefois à avancer un chiffre.

Un énorme tremblement de terre de magnitude 7 a frappé mardi soir Haïti non loin de Port-au-Prince, sa capitale surpeuplée, provoquant une «catastrophe majeure» dans le pays le plus pauvre d’Amérique. La violente secousse s’est produite à 16 heures 53 heure locale (22h53 à Paris), à environ 15 km à l’ouest de Port-au-Prince.

Le séisme, le plus violent qu’ait connu Haïti depuis 200 ans, a été ressenti jusqu’à Guantanamo, selon le porte-parole du camp de détention américain à Cuba, situé à environ 300 km de la capitale haïtienne. Ressentie en République dominicaine voisine (les deux pays se partagent l’île d’Hispaniola), la secousse n’y a pas fait de dégâts, ont indiqué les autorités locales. Deux fortes répliques ont rapidement suivi : une première de magnitude 5,9 a frappé à 17 heures, heure locale (23 heures à Paris), soit sept minutes après le premier séisme. Une deuxième réplique de 5,5 a été ressentie ensuite à 22h12.

 

cd05a9e8-0032-11df-a79c-04c13e678add dans AMERIQUE DU SUD CARAÏBES

 

L’ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, a décrit mercredi une situation «épouvantable» à Port-au-Prince: «Certaines rues sont jonchées de cadavres et on voit des gens, on voit apparaître une jambe, un bras dans des tas de ferraille et de béton» (Voir les vidéos ci-dessous – attention certaines images peuvent choquer). «Il va falloir reloger deux millions de personnes, a-t-il poursuivi. Les gens sont dans la rue et vont passer la nuit dans la rue et maintenant certains d’entre eux, avec leur seule bonne volonté, cherchent à retrouver les cadavres sous les décombres».

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a déclaré mercredi soir qu’environ 200 Français étaient «regroupés dans les restes de l’ambassade et à la résidence, qui elle-même a été endommagée» à Port-au-Prince. «Il y en a une cinquantaine que recherchent activement nos amis de l’ambassade, qui se seraient trouvés dans des zones très dangereuses, ou dans des zones qui ont été plus ou moins détruites», a-t-il ajouté. 1.400 Français se trouvent en Haïti, dont 1.200 à Port-au-Prince.

Les Nations Unies, qui entretiennent une force de stabilisation forte de 9.000 hommes en Haïti, ont de leur côté annoncé que 50 à 100 employés étaient portés manquants. Le siège de l’organisation a été complètement détruit et un bilan provisoire fait état de 22 morts dans ses rangs.

Un journaliste d’une télévision haïtienne Haitipal, captée sur Internet, a rapporté que de nombreux bâtiments publics de Port-au-Prince s’étaient effondrés. Il a évoqué «le Palais national, le ministère des Finances, le ministère des Travaux public, le ministère de la Communication et de la Culture, le Palais de justice, l’Ecole normale supérieure». Le journaliste a aussi affirmé que les bâtiments du Parlement ainsi que la cathédrale de Port-au-Prince s’étaient effondrés. L’ambassadeur d’Haïti au Mexique a toutefois assuré que le président d’Haïti, René Preval, «est vivant».

Des secours français envoyés en renfort

 

«Des hôpitaux se sont effondrés. Certaines écoles sont remplies de cadavres», a décrit le président René Préval.
«Des hôpitaux se sont effondrés. Certaines écoles sont remplies de cadavres», a décrit le président René Préval.

 

Répondant à l’appel à l’aide du président haïtien, la communauté internationale se mobilise. Evoquant une tragédie «cruelle», le président américain Barack Obama a promis une action «rapide, coordonnée et énergique» pour sauver des vies en Haïti, situé à quelques centaines de kilomètres au sud des Etats-Unis. Des équipes américaines de recherche et de secours doivent arriver sur place dans les prochaines heures.

Nicolas Sarkozy a de son côté fait part de son «effroi» et de sa «profonde émotion». A sa demande, le secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, doit se rendre samedi à Port-au-Prince.

Mercredi soir, un Airbus A310 a quitté la base aérienne d’Istres pour Haïti, avec notamment à son bord une soixantaine de membres de l’unité d’instruction et d’intervention de la Sécurité civile (UIISC) de Brignoles, spécialisée dans les secours d’urgence. Plus tôt dans la soirée, trois avions militaires avaient par ailleurs décollé de Martinique avec des renforts. Un détachement de trente pompiers des Bouches-du-Rhône doit par ailleurs s’envoler jeudi d’Istres.

De leur côté, les ONG françaises (Médecins sans frontières, Médecins du Monde , Action contre la faim, Croix-Rouge) se mobilisent aussi pour envoyer des moyens sur place, et lancent des appels aux dons. Médecins sans frontières, qui soigne des centaines de blessés à Port-au-Prince, décrit une situation «chaotique».

Haïti victime d’une série de catastrophes naturelles

Une alerte au tsunami a aussitôt été émise pour une grande partie des Antilles par le centre américain d’alerte au tsunami dans le Pacifique. L’alerte «s’applique aux pays au sein ou frontaliers de la mer des Caraïbes, à l’exception de Porto Rico et des Iles Vierges», a averti le centre. Une alerte spécifique a également été émise pour Haïti, Cuba, les Bahamas et la République dominicaine.

Haïti a déjà été frappé par une série de catastrophes naturelles, notamment par une série d’ouragans meurtriers en 2008 qui ont fait plus de 800 morts et environ un million de sinistrés. Quelque 100.000 maisons avaient alors été endommagées. Le pays a une population d’environ 9 millions d’habitants, dont plus de deux millions vivent à Port-au-Prince et ses environs. Quelque 70% des Haïtiens vivent avec moins de deux dollars par jour.

VOS TÉMOIGNAGES – Vous avez des informations sur la situation en Haïti et l’organisation des secours ? Envoyez-nous vos témoignages, photos, vidéos à l’adresse temoin@lefigaro.fr http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/13/01003-20100113ARTFIG00373-haiti-ravage-par-un-violent-seisme-.php

do-spe-haiti dans DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME

12
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...