TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

30 octobre, 2009

La Cimade dénonce «l’industrialisation» des centres de rétention [liberation.fr]

Société 29/10/2009 à 16h33

La Cimade dénonce «l’industrialisation» des centres de rétention

L’association s’alarme du «mépris des droits» des étrangers en attente d’expulsion et appelle à la mobilisation contre l’ouverture d’un nouveau centre «ultra-sécuritaire» en Seine-et-Marne.

74 réactions

C. B.

Le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, au nord de Paris

Le centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, au nord de Paris (© AFP Stephane de Sakutin)

 Des centres de rétention de plus en plus carcéraux et déshumanisants, où les situations individuelles passent à l’arrière plan: c’est le tableau que dresse la Cimade, seule association présente à ce jour dans les lieux de rétention, où transitent les sans-papiers. L’association présentait ce matin son rapport annuel, véritable radiographie de chacun des 23 centres et 12 locaux de rétention administrative en France.

En 2008, 32.284 personnes de 163 nationalités ont été enfermées de 24 heures à 32 jours dans des centres de rétention en métropole, a décompté l’association. Dont 118 familles avec 222 enfants.

Même si «globalement, les conditions en rétention sont correctes», la Cimade s’alarme de la dégradation du «climat général» dans les centres, du fait d’un «mépris de plus en plus grand des droits des étrangers placés en rétention» allant de pair avec la «politique du chiffre». L’association s’inquiète aussi de l’état déplorable des lieux déplorables des lieux de rétention de l’outre-mer, comme à Mayotte.

L’association dénonce la dimension «de plus en plus carcérale» des centres, et d’une manière générale la «banalisation de l’enfermement» et «l’industrialisation de la rétention», qui plongent les personnes retenues dans une grande détresse. La Cimade constate de fréquentes automutilations et tentatives de suicides (neuf au centre de rétention de Vincennes pour le seul mois de mai 2009).

Nouveau centre «totalement déshumanisé»

En témoigne, selon la Cimade, l’ouverture programmée d’un nouveau centre de rétention au Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, véritable «méga-structure ultra sécuritaire». Ce complexe de deux fois 120 places viendra s’ajouter au centre de 140 places (le maximum autorisé par la réglementation) déjà existant dans cette commune.

Une telle concentration de personnes va favoriser le développement de tensions et violences en même temps qu’elle compliquera la tâche des intervenants, selon la Cimade, qui décrit un centre «immense, totalement déshumanisé, dont toutes les portes sont blindées, où tout est fait pour limiter le contact entre les personnes», équipé «de détecteurs de mouvements et de caméras dans tous les sens». 

Ce rapport de la Cimade, dressant un état des lieux exhaustif de chacun des centres, pourrait bien être le dernier du genre. Car l’association devrait être bientôt amenée, au terme d’un bras de fer engagé il y plus d’un an avec le ministère d’ lmmigration et de l’Identité nationale, à partager avec d’autres sa mission d’assistance dans les centres de rétention. Et donc renoncer à sa vue d’ensemble…  «Pluralisme» nécessaire, pour le gouvernement, «marginalisation» assurée des associations, pour la Cimade, convaincue que cet «éclatement» ne pourra «que réduire les droits des étrangers», en empêchant toute action globale et en mettant en concurrence par appel d’offre les associations.

http://www.liberation.fr/societe/0101600117-la-cimade-denonce-l-industrialisation-des-centres-de-retention

«Ils sont traités comme des clandestins, pas comme des enfants»Liberation.fr

Société 29/10/2009 à 17h25

«Ils sont traités comme des clandestins, pas comme des enfants»

L’ONG Human rights watch interpelle sur la situation des mineurs étrangers arrivant seuls en France, et retenus dans la zone d’attente de l’aéroport, sans réelle protection.

Par MARIE PIQUEMAL Blogguer cet article

-->


«Perdus en zone d’attente». Dans un rapport publié ce jeudi , l’ONG Human Rights Watch (HRW) alerte sur la situation des mineurs étrangers qui débarquent seuls à l’aéroport de Roissy à Paris et qui se voient refuser l’entrée en France.

Ils se retrouvent alors dans ce qu’on appelle la zone d’attente, enfermés au milieu d’adultes, sans protection particulière. «Ils sont traités comme n’importe quel immigré clandestin, et non comme des enfants. Ils peuvent être renvoyés dans leur pays d’origine ou dans un pays de transit n’importe quand», explique Simone Troller, auteure de cette étude.

Elle s’insurge contre l’existence même de ces zones d’attente, «fiction juridique permettant à la France de traiter des personnes qui se trouvent physiquement sur son territoire comme si elles étaient à l’extérieur du pays.» Autrement dit, les mineurs isolés qui se retrouvent dans ces zones d’attente aéroportuaires sont soumis à un régime judiciaire très différent (bien moins protecteur) de celui des enfants étrangers qui sont «sur le territoire français».

Contrairement à ce que l’on croit, la zone d’attente ne se limite pas à un centre d’hébergement situé à l’intérieur de l’aéroport. «Vous pouvez aller dans un hôpital, un hôtel ou un tribunal situé à 20 km de l’aéroport sans être considéré d’un point de vue légal comme entré dans le territoire!»

«Je n’ai pas pu aller aux toilettes»

«La France, comme tout Etat souverain, a le droit de contrôler ses frontières, là n’est pas la question. Mais, elle ne peut pas, au nom de ces contrôles, mettre en danger des enfants!», s’indigne Simone Troller qui rappelle qu’en conservant ces zones d’attentes, la France viole les conventions internationales et en particulier le droit des enfants.

Sur le fond, le rapport d’HRW ne révèle rien de nouveau. La situation des mineurs étrangers isolés, arrivant dans les zones d’attentes, est régulièrement pointée du doigt par des associations de terrain comme l’Anafe, l’association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers.

En revanche, ce nouveau rapport a le mérite de mettre en avant des témoignages d’enfants, particulièrement éclairants. Une jeune fille de 16 ans: «D’abord, ils m’ont enfermée à clé dans une pièce. Il y avait plusieurs personnes, y compris des hommes, peut-être 8 ou 10 au total. J’ai essayé d’appeler la police pour aller aux toilettes mais il n’y avait personne. Je n’ai pas pu aller aux toilettes.»

«Nous n’avons pas compris que nous étions en France»

Les enfants interrogés se plaignent des menaces et humiliations récurrentes. La police aux frontières les menotteraient fréquemment, et les soumettraient à des fouilles corporelles. Selon HRW, la police contraindrait les enfants, y compris les très jeunes (tout juste six ans), à signer des papiers qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre. «Le policier nous a simplement demandé de signer ici, ici et ici. C’est ce qu’on a fait. On avait peur et on a signé. La police ne nous a rien expliqué… On a à peine vu ce qu’on a signé…», témoignent Najib B. et Mohamed A.

Ils racontent encore: «Quand nous sommes arrivés à l’aéroport de Roissy, le passeur nous a dit d’attendre. Nous n’avons pas compris que nous étions en France. Le passeur nous a laissés là, et n’est pas revenu. Nous avons attendu jusqu’à 4 heures du matin puis nous sommes allés voir la police. La police nous a dit de nous asseoir sur des chaises et d’attendre. Nous avons attendu deux jours.»

Selon la police, 1.092 mineurs étrangers auraient ainsi atterri, seuls, à l’aéroport de Roissy en 2008. Human Rights Watch parle de 1.002. Le chiffre est sujet à interprétation pour une raison simple : «il n’existe pas de test fiable pour définir l’âge d’un enfant. Les test actuels (à partir du poids, la taille, et d’une radiographie osseuse) comportent une marge d’erreur de cinq ans.»

Enfin, dernier problème soulevé par l’ONG: que deviennent ces enfants? La durée maximale de placement dans la zone d’attente est de 20 jours. Au delà, s’ils n’obtiennent pas de permission d’«entrer» dans le territoire, ils sont expulsés. «Mais rien ne garantit que ces enfants retrouveront leur famille, ou même leur pays d’origine. On a eu par exemple le cas d’un enfant tchadien renvoyé en Egypte parce que c’était le dernier pays où il avait fait escale…», conclut Simone Troller.

http://www.liberation.fr/societe/0101600129-ils-sont-traites-comme-des-clandestins-pas-comme-des-enfants

CENTRAFRIQUE :LES RETRAITES HAUSSENT LA VOIX

Classé dans : CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 4:40

LES RETRAITES HAUSSENT LA VOIX
Les fonctionnaires et agents de l’Etat à la retraite, à bout de souffle, compte tenu de leurs conditions de vie précaires, sont maintenant décidés à aller jusqu’au bout.

Après une Assemblée Générale de concertation pour harmoniser leurs points de vue, les retraités ont organisé la semaine dernière un sit-in, allant du rond-point du 4ème Arrondissement de Bangui, qui avait manifestement perturbé la circulation. Par cette action, les fonctionnaires et agents retraités ont voulu lancer un signal fort en direction du gouvernement. Cela faisait pitié de voir ces hommes et ces femmes, qui ont consacré toute leur jeunesse à servir l’Etat, se lancer dans pareilles actions pour réclamer ce qui, pour eux, est un droit, car durant les années où ils étaient en activités, ils ont cotisé pour garantir des jours meilleurs. Aujourd’hui, ces jours, qu’ils espéraient meilleurs, se sont transformés en véritable calvaire pour ne pas parler de cauchemar pour la plus grande partie d’entre eux .Beaucoup meurent de faim souvent dans l’anonymat le plus total. D’autres, atteints de sénilité, souffrent de maladie, abandonnés par tous et n’ont d’espoir que leurs pensions pour se soigner et subvenir à leurs besoins. Le rêve d’une retraite paisible et dorée est ainsi brisée parce que l’Etat, à qui ils ont fait confiance leur vie durant, les a laissés choir.

Des retraités qui broient du noir
Face à leur calvaire, les retraités de l’Etat, disent qu’ils ont bien appris la leçon. Le sit-in du 4ème arrondissement n’était qu’un ballon d’essai et les répercussions n’ont pas répondu à leurs attentes.

Sitôt après le mouvement d’humeur des retraités, le Conseil National de la Médiation a décidé de s’investir pour nouer un dialogue entre le gouvernement et le collectif de ces anciens fonctionnaires et agents de l’Etat qui broient dorénavant du noir. Pour lui permettre de mener avec sérénité les négociations, le Médiateur de la République a publié un communiqué invitant les retraités au calme et à la sérénité.

Des discussions furent entamées par Mgr. Paulin Pomodimo avec le Premier ministre, Chef du gouvernement, M. Faustin Archange Touadéra.

Au départ, les retraités avaient exigé deux trimestres de pension après les deux mois payés récemment par le gouvernement aux fonctionnaires en activité. Quand le dernier mois a été payé, les retraités ont raidi leur position, exigeant du gouvernement trois trimestres de pension. Malgré les arguments avancés par le Médiateur de la République, Mgr. Paulin Pomodimo, présentant une situation des retraités qui frise l’apocalypse, M. Faustin Archange Touadéra , Premier ministre, Chef du gouvernement est demeuré inflexible et déclaré à la médiation qu’il ne peut verser qu’un seul trimestre de pension. L’insistance du Médiateur de la République n’a rien donné.

Des négociations qui ont accouché d’une souris

Les fonctionnaires et agents de l’Etat retraités, informés de l’issue des négociations entre le Premier ministre et le Médiateur de la République, se sont dressés sur leurs ergots et réfléchissent maintenant à tous les scénarios possibles. Pour les leaders du collectif des retraités, l’échec des négociations entre le Médiateur de la République et le Premier ministre, n’est pas une surprise car, pour eux, la mauvaise fois du gouvernement ne pouvait pas permettre à Faustin Archange Touadéra d’ouvrir les vannes pour payer deux ou trois trimestres aux retraités.

Dans ce pays, soulignent les retraités, il faut brandir les muscles et être forts pour avoir gain de cause dans les revendications. Quand les syndicats haussent le ton, le gouvernement frémit, parce qu’il les sait capables de perturber le fonctionnement des écoles, de paralyser les hôpitaux et de causer des désagréments dans les administrations publiques. Le gouvernement, d’après les retraités, n’a rien à craindre des « croulants’ ‘ du 4e âge qui n’ont aucun moyen de coercition pour les inquiéter. Ce genre de raisonnement, que les retraités considèrent comme une insulte, les a vraiment énervé.

C’est ainsi que les fonctionnaires et agents de l’Etat à la retraite ont pris la ferme résolution pour une véritable action d’envergure qui fera parler d’eux.

Avec ces hommes et femmes du 4e âge, devenus vulnérables, le gouvernement va avoir du pain sur la planche.

Vendredi 23 Octobre 2009
Madimba – Nimba
Lu 4 fois

Source :
http://www.leconfid ent.net

Le « zébulon de l’Outre mer » en citation directe. [A.R.M.A.D.A ]

A.R.M.A.D.A

Agir pour les Réparations Maintenant pour les Africains et Descendants d’Africains

Le « zébulon de l’Outre mer » en citation directe.

Nous venons d’apprendre que Patrick Karam, le Délégué à l’Outre Mer si controversé, est l’objet d’une citation directe devant le TGI pour abus de fonds publics.Il devra comparaître face à la 11e chambre correctionnelle de Paris, 2e section, le mercredi 18 novembre 2009 à 9 heures.Il est accusé d’avoir utilisé les fonds publics pour satisfaire les nombreux procès privés qu’il intente régulièrement contre les membres de la communauté d’Outre Mer.ARMADA vous tiendra informé de l’évolution de cette affaire dans les semaines à venir.

Somalie : l’amour n’a pas d’âge ( !?!)

Somali man, ’112′, weds girl, 17

Ahmed Muhamed Dore and his new wife Safia Abdulleh

The couple posed for photos at the wedding celebrations

Hundreds of people have attended a wedding in central Somalia between a man who says he is 112 years old, and his teenage wife.

Ahmed Muhamed Dore – who already has 13 children by five wives – said he would like to have more with his new wife, Safia Abdulleh, who is 17 years old.

« Today God helped me realise my dream, » Mr Dore said, after the wedding in the region of Galguduud.

The bride’s family said she was « happy with her new husband ».

Mr Dore said he and his bride – who is young enough to be his great-great-grand-daughter – were from the same village in Somalia and that he had waited for her to grow up to propose.

« I didn’t force her, but used my experience to convince her of my love; and then we agreed to marry, » the groom said.

Goat-skin documents

The BBC’s Mohammed Olad Hassan in Mogadishu says the marriage, in the town of Guriceel, is being described by Somali historians as the first of its kind in the Horn of Africa nation for more than a century.

 

map

Our reporter says reaction to news of the marriage has been mixed.

Some people said while it was allowed under Islamic law, they were concerned about the age gap, but others were happy that age was not a barrier to love.

Mr Dore told the BBC he was born in Dhusamareeb in central Somalia in 1897 – and has a traditional birth certificate, written on goat skin by his father.

Our correspondent says he has an interesting history – in 1941 he joined the British colonial forces as a soldier for 10 years and then served as a police officer after Somalia won independence in 1960.

Altogether, Mr Dore has 114 children and grandchildren. His oldest son is 80 years old and three of his wives have died.

He says he hopes his new bride will give him more children.

« It is a blessing to have someone you love to take care of you, » he said.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/8331136.stm

Somalie : l’amour n’a pas d’âge ( !?!)

| | Commentaires (9)

somalie.jpgLa Somalie ne fait pas vraiment partie de ma zone moyenne-orientale, mais parce que je me suis déjà penchée sur ce blog sur la question des mariages précoces, l’information mérite d’être relevée : un homme de 112 ans vient d’y épouser une jeune femme de 17 ans. Faites le calcul : 95 bougies de différence. Oui, vous avez bien lu…

Le correspondant de la BBC à Mogadiscio nous en dit plus sur le site Internet de la télévision britannique. Célébré, dit-il, dans la région de Galguduud, la cérémonie a compté sur la présence de plusieurs centaines d’invités. Il faut dire qu’il y a déjà de quoi remplir une salle entière, en ne réunissant que les membres de la famille du mari.

L’homme, un certain Ahmed Muhamed Dore en est, en effet, à son sixième mariage et comptabilise un total de 114 enfants et petits-enfants – le plus âgé de ses fils ayant 80 ans….Il rêve, bien évidemment, d’élargir sa descendance avec sa nouvelle dulcinée.

En Somalie, la loi qui s’inspire de la charia autorise la polygamie. Mais selon la BBC, si certaines personnes s’étonnent de la différence d’âge entre les deux époux, d’autres y voient un symbole d’amour…

9 commentaires

Anonyme a dit :

attention à la polygamie… c’est important de cuisiner!

rachel a dit :

c’est une honte je ne voie pas d’amour dans les yeux de la petite honte a ceux qui permettent se gent de chose sur quelle planète vivent ils? que dieu les maudissent nous ne sommes plus a la préhistoir

Arma a dit :

C’est de l’amour et de la folie.

Mo a dit :

way to go old man

Quandjesuispascontentjevomis a dit :

A tout les anti-charia du monde, je rappelle:
- johnny et laeticia, le delta est de 32 ans.
- eric besson et sa nouvelle copine: 29 ans

je pense qu’il y a un problème moral et un problème d’argent et de pouvoir qui dépasse toutes les frontières, un qui s’appuie sur une religion, l’autre sur la l’idéologie libertaire de mai 68.

le résultat est le même: une femme oui, mais pas trop vieille.

c’est moche pour les vieilles.

laraison a dit :

Répugnant….Il est déjà momifié…

Gilles a dit :

on s’en fout !

arnaud a dit :

nnnn

Merveille a dit :

N’ayez crainte ! Je ne pense pas que le viagra puisse l’aider. La jeune fille peut dormir tranquille!;-)

http://blog.lefigaro.fr/iran/2009/10/somalie-lamour-na-pas-dage.html

L’économie américaine repasse dans le vert

L’économie américaine repasse dans le vert

Les Etats-Unis sont sortis de la récession pendant l’été, selon la première estimation officielle du PIB américain du troisième trimestre publiée, jeudi 29 octobre, par le département du commerce à Washington. Après quatre trimestres consécutifs de recul, la plus longue récession du pays depuis la crise des années 1930, le produit intérieur brut de la première économie mondiale a progressé au troisième trimestre de 3,5 % en rythme annuel par rapport au trimestre précédent, indique le ministère.

La Bourse de New York a terminé en forte hausse jeudi, dans un marché ranimé par le retour de la croissance aux Etats-Unis après plusieurs séances moroses : le Dow Jones a gagné 2,05 %, après cinq séances consécutives en recul, et le Nasdaq 1,84 %. (avec AFP)

 

Sur le même sujet

L'économie américaine repasse dans le vert dans ACTU GENERALE h_12_ill_1156833_de83_obama

Décryptage Le plan de relance de Barack Obama pour l’économie américaine est remis en question

Un centre commercial à Manhattan.

Le président américain Barack Obama a vu dans ces chiffres le signe que « la récession est en train de se dissiper ». « Cependant, cette nouvelle bienvenue n’est qu’une avancée, et le chemin est encore long jusqu’à un rétablissement économique complet », écrit dans un communiqué de la Maison Blanche Christina Romer, conseillère économique en chef du président. Le secrétaire au Trésor Timothy Geithner tempère, lui aussi, cette nouvelle ; il estime que « la récession reste vive et mordante » pour des millions de gens. De plus, les chiffres du ministère sont susceptibles d’être fortement modifiés fin novembre lors de la publication de la deuxième estimation de la croissance, sur la base de données économiques plus complètes.

Il s’agit néanmoins de la plus forte hausse du PIB constatée depuis le troisième trimestre de 2007, marqué par l’explosion de la bulle de crédits immobiliers à risques (subprimes) qui allait précipiter le monde dans la crise. Les Etats-Unis ont donc fait mieux que ne le pensaient les analystes, qui tablaient sur une croissance à 3,2 %.

La reprise a été tirée par la consommation des ménages, qui a progressé de 3,4 % par rapport au printemps, apportant ainsi 2,36 points de croissance au pays. Mettant fin à sept trimestres consécutifs de baisse, l’investissement a crû de 11,5 %, sa plus forte progression depuis 2005. L’investissement des ménages dans le logement, notamment, a bondi de 23,4 %, après trois ans et demi de recul consécutif. Pour les entreprises, la hausse n’a été que de 2,3 %. Le nombre de nouveaux chômeurs aux Etats-Unis s’est de son côté quasi stabilisé lors de la semaine achevée le 25 octobre.

Le seul grand poste du PIB ayant freiné la croissance est le commerce extérieur, qui a eu un effet négatif de 0,53 point, les importations ayant progressé plus fortement que les exportations. Signalant les difficultés qui attendent encore l’économie américaine, le dernier rapport de conjoncture de la banque centrale (Fed) relevait le 21 octobre que l’économie du pays s’améliorait certes, mais de manière « faible » et « éparse » selon les secteurs d’activité et les régions.

Suite à cette annonce, et après plusieurs séances moroses, la Bourse de New York a ouvert en hausse jeudi, le Dow Jones gagnait 0,62 % et le Nasdaq 0,89 %.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/10/29/economie-les-etats-unis-repassent-dans-le-vert_1260180_3222.html#ens_id=863164&xtor=AL-32280151

ONU: un « Mr sécurité alimentaire » nommé

ONU: un « Mr sécurité alimentaire » nommé

AFP
29/10/2009 | Mise à jour : 22:23
figcom_sep_bulle=’avec’;|

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a nommé le Britannique David Nabarro représentant spécial pour la sécurité alimentaire et la nutrition, a annoncé sa porte-parole, Michèle Montas.

Médecin expert en matière de santé publique, M. Nabarro, 60 ans, est depuis septembre 2005 coordinateur de l’ONU pour la lutte contre la grippe aviaire. Il conserve cette fonction, a précisé Mme Montas.

M. Nabarro était en outre depuis janvier dernier coordinateur du groupe d’action de l’ONU sur la sécurité alimentaire.

Dans son nouveau rôle, M. Nabarro aura en plus la tâche d’assister M. Ban dans ses efforts pour soutenir les initiatives prises par les Etats pour assurer la sécurité alimentaire à leurs ressortissants, a indiqué la porte-parole.

La faim a progressé dans le monde en raison de la crise économique mondiale en 2008-2009 et touche aujourd’hui 1,02 milliard de personnes, soit un sixième de la population mondiale, selon un rapport publié la 14 octobre par la FAO, l’agence de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/29/01011-20091029FILWWW00677-onu-un-mr-securite-alimentaire-nomme.php

Le président américain, qui a reçu le prix Nobel de la paix vendredi, a estimé ne pas le mériter. Il se rendra cependant à Oslo pour la remise du prix.

Obama : «Ce prix Nobel
est un appel à l’action»

Bastien Hugues et Constance Jamet (lefigaro.fr) avec agences
13/10/2009 | Mise à jour : 08:52
Commentaires Le président américain, qui a reçu le prix Nobel de la paix vendredi, a estimé ne pas le mériter. Il se rendra cependant à Oslo pour la remise du prix. dans ACTU GENERALE bulle_comment 529

Barack Obama a reconnu qu'il acceptait le Nobel de la paix tout en étant commandant en chef d'un pays engagé dans des guerres en Irak et en Afghanistan.
Barack Obama a reconnu qu’il acceptait le Nobel de la paix tout en étant commandant en chef d’un pays engagé dans des guerres en Irak et en Afghanistan. Crédits photo : AP

Le président américain, qui a reçu le prix Nobel de la paix vendredi, a estimé ne pas le mériter. Il se rendra cependant à Oslo pour la remise du prix.

coeur- dans AFRIQUE ET DIASPORAUne énorme surprise. C’est «pour ses efforts extraordinaires en vue de renforcer la diplomatie internationale et la coopération entre les peuples» que le comité Nobel a attribué vendredi son prix le plus prestigieux – celui de la paix – à Barack Obama.

Le président américain, très étonné par ce choix qu’il accueille avec «une profonde humilité», a accepté la prestigieuse récompense dans laquelle il voit «un appel à l’action». Il se rendra à Oslo, le 10 décembre, pour la recevoir mais a souligné qu’il «ne méritait pas de figurer aux côtés des immenses personnalités» ayant reçu le Nobel avant lui.

«Ce prix n’est pas une «reconnaissance de ce que j’aurais pu faire mais une reconnaissance des objectifs» que la Maison-Blanche a fixés pour les Etats-Unis et le monde. «Ce prix doit être partagé par chaque personne qui se bat pour la justice et la dignité». C’est un «appel lancé à tous les pays pour qu’ils se dressent face aux défis communs du XXIe siècle», tels que la prolifération nucléaire ou la lutte contre le réchauffement climatique. «Ces défis peuvent être relevés à condition qu’ils ne soient pas portés par une seule personne», a-t-il prévenu.

Le comité Nobel, qui avait reçu 205 candidatures cette année -un record -, a ainsi salué «la vision et les efforts d’Obama pour un monde sans armes nucléaires». Le président américain a «créé un nouveau climat dans les relations politiques internationales. La diplomatie multilatérale a repris une position centrale, avec l’accent mis sur le rôle des Nations unies et des autres institutions internationales», souligne le comité.

D’ailleurs, vendredi après-midi, le président démocrate n’a pas minimisé l’ampleur de ces dossiers. Lucide face aux grandes espérances qu’il alimente, il a confié devant les caméras : «La prolifération nucléaire, je ne pourrai pas tout faire pendant ma présidence. Ce ne sera peut-être pas achevé de mon vivant». Le président a également réaffiché sa préoccupation au sujet du Proche-Orient. «Il faudra régler les conflits qui ont engendré tant de souffrances , les Palestiniens et les Israéliens ont le droit de vivre côte à côte chacun dans leur pays», a-t-il souligné.Barack Obama a rappelé qu’il acceptait le Nobel alors que Washington est engagé en Irak et en Afghanistan. «Nous devons affronter le monde tel que nous le connaissons», a-t-il noté.

Mais le 44e locataire de la Maison-Blanche s’est employé à éviter que son propos ne paraisse trop solennel. Il a rapporté comment ses deux filles l’ont aidé à «mettre les choses en perspective». «Malia est entrée et a dit: ‘Papa, tu as gagné le prix Nobel de la paix et c’est l’anniversaire de Bo [le chien de la famille]».

  http://www.dailymotion.com/video/xar6hb

Après Roosevelt, Wilson et Carter…

Dans la course au Nobel, le nom du président américain avait été mentionné mais beaucoup d’experts considéraient qu’il était trop tôt pour le récompenser. Elu en novembre dernier, Barack Obama a prêté serment en janvier dernier. L’attribution du plus fameux prix international devrait en tout cas lui apporter encore davantage de prestige. Mais les premiers commentaires ont montré combien le Nobel renforçait aussi les attentes internationales envers le président américain. Au sein même des Etats-Unis, Barack Obama s’apprête également à affronter des défis complexes, comme l’adoption de sa réforme du système de santé et la baisse du chômage.

Barack Obama fera don à une oeuvre caritative des 10 millions de couronnes suédoises (près d’un million d’euros) que l’on remet au lauréat du Nobel. Le président n’a pas décidé encore quelle organisation serait choisie. Il est le troisième président américain en exercice à remporter le prix Nobel de la paix. Theodore Roosevelt avait été récompensé en 1906 et Woodrow Wilson en 1919. L’ancien locataire de la Maison Blanche Jimmy Carter l’a obtenu en 2002.

NOBEL : OBAMA /RÉACTIONS – A l’image de celle de Lech Walesa, prix Nobel 1983, la plupart des premières réactions saluent l’engagement du président américain, mais attendent des actes concrets.

«Si vite ? Il n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit…»

lefigaro.fr avec agences
10/10/2009 | Mise à jour : 19:10 
Commentaires NOBEL : OBAMA /RÉACTIONS - A l'image de celle de Lech Walesa, prix Nobel 1983, la plupart des premières réactions saluent l'engagement du président américain, mais attendent des actes concrets. dans ACTU GENERALE bulle_comment 37

RÉACTIONS – A l’image de celle de Lech Walesa, prix Nobel 1983, la plupart des premières réactions saluent l’engagement du président américain, mais attendent des actes concrets.

coeur- dans AFRIQUE ET DIASPORA

- «Barack Obama est honoré et a accueilli le prix Nobel de la paix avec humilité» a fait savoir le porte-parole du président Robert Gibbs, qui a dû réveiller le président américain pour lui apprendre la nouvelle, un peu avant 6h du matin heure locale. Le principal intéressé s’exprimera dans l’après-midi.

- Saïd Obama, demi-frère kenyan de Barack Obama : «C’est un honneur pour la famille… nous sommes très contents que l’un d’entre nous ait été consacré. Nous félicitons Barack. Ce prix touche beaucoup de monde car le président représente «des gens d’horizons très divers.»

-John McCain, rival républicain de Barack Obama dans la course à la Maison Blanche : «Je me joins à mes compatriotes américains pour exprimer notre fierté envers notre président».

- Ban Ki-moon secrtétaire général de l’ONU : «Le président Obama personnifie un nouvel esprit de dialogue et d’engagement personnel sur les plus grands problèmes mondiaux comme le réchauffement climatique, le désarmement nucléaire et une grande variété de menaces à la paix et à la sécurité internationale».

- Nicolas Sarkozy, président de la République française : «En vous décernant son prix le plus prestigieux, le comité récompense votre engagement déterminé pour les droits de l’Homme, pour la justice et pour la propagation de la paix à travers le monde, selon les volontés de son fondateur, Alfred Nobel. Il rend aussi justice à votre vision en faveur de la tolérance et du dialogue entre les Etats, les cultures et les civilisations. Il consacre, enfin, le retour de l’Amérique dans le coeur de tous les peuples du monde. (…). Je suis convaincu que chacun, partout dans le monde, y puisera une volonté encore plus forte de coopérer avec vous-même et avec l’Amérique pour atteindre ces objectifs communs. Sachez que sur ce chemin, vous pourrez compter sur mon soutien résolu et sur celui de la France.»

«Un Mandela plus jeune»

 

- Lech Walesa, prix Nobel de la Paix 1983 : «Si vite? Trop vite! Il n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Pour le moment il ne fait que proposer (…) Parfois, le Comité Nobel donne son prix pour encourager une action responsable. Alors, donnons-lui une chance, à Obama».

- L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix 1984 : «C’est un choix imaginatif et quelque peu surprenant. Mais c’est merveilleux. Il est un Mandela plus jeune. Il porte les espoirs du monde».

- Hamid Karzaï, président de l’Afghanistan : Le président américain Barack Obama est la «bonne personne» pour une telle distinction.

- Un conseiller du président iranien Ahmadinejad : «Nous espérons que cela l’incitera à emprunter la voie qui apportera la justice dans le monde. Nous ne sommes pas contrariés et nous espérons qu’en recevant ce prix, il commencera à entreprendre des démarches concrètes en vue de mettre fin à l’injustice dans le monde.»

- Shimon Peres, président d’Israël, prix Nobel de la Paix 1994 : «Vous avez apporté à l’humanité toute entière un nouvel espoir . Sous votre leadership, la paix est devenue une vraie priorité». «Très peu de leaders sont parvenus à changer l’état d’esprit du monde en si peu de temps et avec un tel impact».

- Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu : «Je me réjouis d’oeuvrer en étroite collaboration avec Barack Obama pendant les prochaines années pour faire avancer la paix et donner l’espoir aux peuples de la région»,.

- Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas : «J’espère que la paix prévaudra en Palestine et dans la région sous la présidence de M. Obama grâce à l’instauration d’un Etat palestinien».

-Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a estimé que le président américain avait «encore beaucoup de choses à faire avant de mériter» le Nobel. «Il n’a rien présenté aux Palestiniens, si ce n’est des promesses et des bonnes intentions. Dans le même temps, il accorde tout soutien absolu à l’occupation [israélienne]».

- Le chef de la Ligue arabe : «Cette récompense prouve que le monde est convaincu des déclarations [d'Obama] en ce qui concerne aussi bien le désarmement nucléaire que ses intentions de trouver des solutions immédiates aux problèmes du monde, y compris le conflit israélo-arabe».

- L’ancien président cubain Fidel Castro a jugé samedi que ce choix était une «mesure positive». «Beaucoup pensent qu’il n’a pas encore gagné le droit de recevoir une telle distinction», écrit Fidel Castro dans un éditorial publié dans la presse officielle. «Mais nous aimerions voir, plus qu’un prix pour le président américain, une critique des politiques génocidaires suivies par plus d’un président de ce pays».

«Un encouragement au désarmement nucléaire»

 

- Le Vatican estime que l’attribution du Nobel au président américain représente un encouragement en faveur du «désarmement nucléaire» et de «la paix dans le monde».

- José Luis Rodriguez Zapatero, premier ministre espagnol : «Ce prix, à l’ntérêt hautement stratégique», est une «incitation, un soutien au président pour qu’il remporte des succès dans la recherche de la paix».

- La chancelière allemande Angela Merkel : Ce prix constitue une «incitation pour le président et pour nous tous» à «oeuvrer encore mieux pour la paix dans le monde». «Il y a beaucoup de choses à faire, mais une fenêtre d’opportunités a été ouverte et l’engagement du président américain pour un monde débarrassé des armes nucléaires est un objectif que nous devons essayer d’atteindre dans les prochaines années».

- Mohamed ElBaradei, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique : «Obama a ravivé l’espoir d’un monde en paix avec lui-même. Il a fait preuve d’un leadership extraordinaire en prônant un monde dénucléarisé et d’un engagement inébranlable pour la diplomatie, le respect mutuel et le dialogue comme étant les meilleurs moyens de résoudre les conflits.»

- Le directeur de la Fondation Mandela, Verne Harris : «La Fondation Nelson Mandela, au nom de son fondateur Nelson Mandela, salue l’attribution du Prix Nobel de la Paix au président Barack Obama. Nous sommes certains que ce prix va lui permettre de renforcer son engagement, en tant que leader de la nation la plus puissante du monde, pour continuer de promouvoir la paix et la fin de la pauvreté.»

- La Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme : «Le Prix Nobel de la Paix à Obama, c’est aussi une incitation méritée à ne pas revenir sur les principes universels qu’il a remis à l’honneur(…) On l’a entendu sur les principes. Aujourd’hui, il faut le passage à l’acte: le prix Nobel peut l’encourager.»

http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/09/01003-20091009ARTFIG00450-si-vite-il-n-a-pas-eu-le-temps-de-faire-quoi-que-ce-soit-.php

Le PIB américain au troisième trimestre a augmenté de 3,5% en rythme annuel, après quatre trimestres consécutifs de baisse.



  • Les Etats-Unis sortent de la récession

    P.A. (lefigaro.fr)
    29/10/2009 | Mise à jour : 17:32
    Commentaires Le PIB américain au troisième trimestre a augmenté de 3,5% en rythme annuel, après quatre trimestres consécutifs de baisse. dans ACTU GENERALE bulle_comment 56 figcom_sep_bulle=false; |ajouter-selection dans AFRIQUE ET DIASPORA Ajouter à ma sélection .

    57af059c-c48a-11de-b243-bf4ad921cfbe dans AMERIQUE DU SUD CARAÏBES
    Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

    Le PIB américain au troisième trimestre a augmenté de 3,5% en rythme annuel, après quatre trimestres consécutifs de baisse.

    coeur- dans AUTRES REPORTAGES

    Les Etats-Unis sont sortis de la récession pendant l’été. C’est ce qui ressort de la première estimation officielle de la croissance, publiée jeudi par le département du Commerce à Washington. Le PIB a ainsi crû de 3,5% en rythme annuel au troisième trimestre, là où les analystes s’attendaient à une progression proche de 3%. Cette forte croissance met du coup un terme à quatre trimestres consécutifs de recul du PIB et se révèle être la plus forte progression depuis le troisième trimestre de 2007 et l’explosion de la bulle des crédits immobiliers à risques américains, dits «subprime».

    La consommation des ménages, qui compte pour plus des deux tiers à la croissance de l’économie américaine, a apporté 2,36 points de croissance au pays, progressant de 3,4% par rapport au printemps dernier. La baisse des déstockages des entreprises (comptabilisée comme un investissement) a apporté 0,94 point de croissance, tandis que l’investissement a crû de 11,5% après sept trimestres consécutifs de baisse. En revanche, le commerce extérieur a impacté négativement le PIB, avec un effet négatif de 0,53 point, les importations ayant progressé plus fortement que les exportations. Pour Bart van Ark, analyste auprès du Conference Board, les chiffres du PIB «montrent clairement que la situation s’améliore, même s’il y a encore du chemin à faire et que l’on a du mal à anticiper la durabilité de ces signaux de reprise».

    Le président américain Barack Obama a de son côté adopté un ton similaire. «C’est l’indication que cette récession est en train de se dissiper et que les mesures que nous avons prises ont fait la différence (…) mais je sais aussi que nous avons encore un long chemin à parcourir avant de remettre complètement sur pied notre économie et de nous remettre de ce qui a été le déclin le plus long et le plus profond que nous ayons vécu depuis la Grande dépression» , a-t-il déclaré.

    «Si les chiffres publiés aujourd’hui représentent un réel progrès, ce n’est pas seulement à l’aune de la croissance du PIB que je mesure la vitalité de notre économie, c’est aussi en mesurant si nous créons des emplois, si les foyers sont plus à même de payer leurs factures, et si nos entreprises embauchent et vont bien», a-t-il ajouté à un parterre de représentants des petites entreprises.

    Christina Romer, conseillère économique en chef de Barack Obama, a rappelé dans un communiqué que réduire le chômage était la grande préoccupation du gouvernement américain. Elle a souligné qu’une inversion des tendances du chômage était traditionnellement à la traîne de la reprise de l’activité économique. «Il faudra que le PIB progresse de manière soutenue et robuste pour que le taux de chômage diminue de manière substantielle», a-t-elle mis en garde.

    Parallèlement à cette publication, qui donne du tonus aux places financières européennes et américaines, le département du Travail publiait les données concernant nouvelles inscriptions au chômage lors de la semaine achevée le 25 octobre. Celles-ci ont très légèrement reculé, à 530.000 contre 531.000 la semaine précédente. Les analystes tablaient sur une baisse plus marquée, à 525.000. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/10/29/04016-20091029ARTFIG00511-etats-unis-le-pib-americain-au-plus-haut-depuis-deux-ans-.php#xtor=AL-5

12
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...