TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

31 décembre, 2008

BONNE ANNEE A TOUS

Classé dans : ACTU GENERALE,AFRIQUE DU SUD APARTHEID,AFRIQUE ET DIASPORA,AMERIQUE DU SUD CARAÏBES,AUTRES REPORTAGES,BLACK LIBERTY,BLACK USA LA LIBERTE,BLACK W Beauty,CENTRAFRIQUE,CES LEADERS /DIRIGEANTS/MILITANTS QUI AIMAIENT TANT L'A,CHANSON D'EGLISE/,CIVILISATIONS AFRICAINES,COLONISATION ET DECOLONISATION,COMITE FRANCAIS DE SOUTIEN A B.OBAMA,COMMUNAUTARISME ET ANTICOMMUNAUTARISME,CULTURE NOIRE /POESIES/CONTES/TRADITIONS COUTUMES,DIFFERENTES OFFRES INCLUS OFFRE D'EMPLOIS,DISCRIMINATION A L'EGARD DES NOIRS,DROIT ET MILITANTISME,DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME,ESCLAVAGE,ESCROQUERIE par mail,FAMILIAL ET PRIVE MON HISTOIRE:ROMAN,FAUSSES PROPOSITIONS,FEMMES NOIRES ET FEMMES DU MONDE,FRANCE Mondaine,FREIN AU DEVELOPPEMENT : LA FACE CORROMPUE DE L'AFRIQUE,GEOPOLITIQUE,histoires souvenirs,HOMME NOIRE DANS L'HISTOIRE,J'ESSAIE DE POETISER OU JE PROSE,LA GRANDE FRATERNITE : L'IDEALE,LES CONCEPTS DECRIVANT LA FACE INHUMAINE DE L'HOMME,MAGAZINES NOIRES/ BLACKS,MES MUSIQUES ELUES,METISSAGE /melange/multiculturel,NOIR OU BLACK MAIS ILLUSTRE,NOIRS/BLACK INVENTEURS,NOUVEAU TALENT DE LA CHANSON AFRICAINE ET AUTRES A DEC,PANAFRICANISME,PARCOURS/REUSSITE/MUSIQUE/CINEMA/SPORT/PROFESSION,PERSPECTIVE DE DEVELOPPEMENT,POLITIQUE,PRESENTATION,RACISME ET ANTIRACISME CONTEMPORAIN,SANTE,SOCIETE ET DIVERS,SPORT,TECHNOLOGIES,THEORIE DANS DIFFERENTES DISCIPLINES,TOUCHE PAS A MON ADN (CHARLIE HEBDO / SOS RACISME),USA ELECTIONS ET POLITIQUE ET AUTRES SUJETS,VIOLENCE ET SOUVENIRS QUELLE PERSPECTIVE? — tebawalito @ 16:26

medium0ba2oiseauvertblogdipitadidia1.jpgafricamaat.jpg10062211amusiciensafricainsaffiches.jpg290565peupledusoleilaffiches.jpg33okeralkeralaindeaffiches.jpg392796607small.jpg7361iledusoleilcouchantaffiches.jpg5463femmeavecperroquetaffiches.jpg3014sunsetaffiches.jpg10111671arefletsdunereineaffiches.jpgmedium0ba1blogdipitadidia.jpg3067angeldisplay1affiches.jpgj189enattendantpapaaffiches.jpghi5okitolela4.jpgfd1182bouquetderosesaffiches.jpgleracisme.jpghi5okitolela3.jpgL’ANNEE 2008 A ETE RICHE EN EVENNEMENTS, ELLE A ETE UNE ANNEE DE CHANGEMENT POUR LE MONDE ENTIER. LE SUCCES DES ELECTIONS USA EN EST UNE ILLUSTRATION. IL YA LA CRISE AUSSI. MAIS NOUS NE DEVONS PAS PERDRE ESPOIR.  AUSSI JE TIENS A VOUS SOUHAITER UNE ANNEE 2009 FAITE DE SANTE PARCE-QUE SANS ELLE RIEN N’EST POSSIBLE! QU’ELLE REMPLISSE VOTRE VIE D’AMOUR ET  DE REUSSITE DANS TOUTES VOS ENTREPRISES. QUE LA FRATERNITE SOIT L’ASPECT DOMINANT DE CETTE NOUVELLE ANNEE. SOYEZ A VOS CLAVIER PRÊTS A PARTIR POUR DE NOUVELLES INFOS, VIDEOS ET DE CROUSTILLANTS COMMENTAIRES. PENSEZ A TOUS CEUX QUI SOUFFRENT A TRAVERS LE MONDE. MERCI DE VOTRE FIDELITE

TEBAWALITO

16 décembre, 2008

Comment l’élite noire de Chicago a aidé Barack Obama dans son ascension

Comment l'élite noire de Chicago a aidé Barack Obama dans son ascension  dans ACTU GENERALE arttopright
Comment l’élite noire de Chicago a aidé Barack Obama dans son ascension
03/12/2008
 
transparent dans AUTRES REPORTAGES
Chicago est une des places fortes de l’Amérique noire. Le fait que Barack Obama se soit appuyé sur une partie de l’élite afro-américaine de la ville pour réussir n’est pas lié au hasard…
transparent dans BLACK USA LA LIBERTE
 
Par Paul Yange

 

transparent dans USA ELECTIONS ET POLITIQUE ET AUTRES SUJETSforumpuce artphototopleft artphototopright
transparent transparent Barack Obama et Marty Nesbitt transparent transparent  
transparent transparent Barack Obama et Marty Nesbitt transparent transparent  
artphotobasleft artphotobasright
transparent transparent

transparent
Si Al Capone et Michael Jordan ont longtemps été chacun dans leur style et chacun à leur époque un symbole de Chicago, Barack Obama vient de son côté de donner un nouveau lustre à cette ville puisque le nouveau président élu des Etats-Unis y a effectué l’essentiel de sa carrière politique avant d’être élu au sénat des Etats-Unis en 2004.

Chicago, capitale de l’Etat de l’Illinois, est la troisième ville des Etats-Unis et son quartier d’affaires accueille les sièges sociaux de nombreuses grandes entreprises américaines comme Boeing ou McDonald’s. Le PNB de la métropole a été estimé à 390 milliards de dollars en 2005, ce qui ferait de Chicago la 18ème puissance économique du monde si la ville était un pays. Chicago abrite également la plus grande bourse du monde spécialisée dans les matières premières. La population afro-américaine y estimée à 36,7%, soit 1,1 million d’habitants (Chicago intra muros).

La situation globale des africains-américains dans la ville n’est pas au mieux. Ainsi, selon une statistique citée par Business Week, 3% seulement des afro-américains de sexe masculin qui y entament l’école primaire publique obtiennent un diplôme universitaire. Chicago reste néanmoins l’une des places fortes de l’élite afro-américaine aux Etats-Unis, notamment dans la vie des affaires. Le siège de Harpo Inc, la société d’Oprah Winfrey, s’y trouve, de même que celui de la Johnson Publishing Company, dirigée par Linda Johnson Rice, fille de John Johnson fondateur du célèbre magazine Ebony, le magazine le plus influent consacré à la communauté noire aux Etats-Unis (2 millions d’exemplaires chaque mois).

Ariel Capital Fund, un des plus importants fonds de pension créé et dirigé par un afro-américain, John W Rogers, a son siège à Chicago. Rogers a connu Barack Obama via Craig Robinson, le frère de Michelle, avec qui il a joué au basket à l’université de Princeton. Rogers a également grandi à proximité de Valerie Jarrett (amie du couple Obama qui recruta Michelle à la mairie de Chicago) à Hyde Park et ils ont fréquenté la même école primaire, (où étaient d’ailleurs scolarisées les filles de Barack Obama avant qu’il ne remporte la présidentielle NDLR).

8 décembre, 2008

Obama présente ses projets pour la diplomatie et l’économie

Obama présente ses projets pour la diplomatie et l’économie

Barack Obama a donné, dimanche 7 décembre, sa plus longue interview à la télévision américaine depuis son élection il y a un mois. Interrogé par la chaîne NBC, le président élu a notamment affirmé que son administration serait disposée à discuter directement avec l’Iran, avec lequel Washington n’entretient plus de relations diplomatiques depuis la révolution islamique, il y a près de 30 ans.

 

Sur le même sujet

Obama présente ses projets pour la diplomatie et l'économie dans ACTU GENERALE h_12_ill_1128001_825985

Compte rendu Obama veut reconstruire l’Amérique

Se référant au programme nucléaire de l’Iran, que Washington soupçonne de vouloir se doter de l’arme atomique, M. Obama s’est déclaré « désireux de leur parler directement et de leur donner un choix clair, et, in fine, de les laisser se déterminer par rapport à deux voies, la dure et la facile. »Il a précisé que son administration continuerait en partenariat avec les autres grandes puissances la politique de la carotte et du bâton pour inciter l’Iran à renoncer à ses activités nucléaires sensibles.

« L’INDE À LE DROIT DE SE DÉFENDRE »

En matière de politique internationale, Barack Obama a également annoncé son intention de partir sur de nouvelles bases dans les relations avec Moscou, tout en reprochant à la Russie d’« intimider » ses voisins, dont la Géorgie. « Je pense qu’il est important pour nous de reprendre à zéro les relations entre les Etats-Unis et la Russie », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il souhaitait rencontrer prochainement son homologue russe Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine.

Évoquant les attentats à Bombay, le président élu a reconnu le droit d’un pays attaqué à se défendre mais sans aller jusqu’à reconnaître à l’Inde le droit de poursuivre au Pakistan des militants soupçonnés d’avoir orchestré les attentats de Bombay. M. Obama, qui s’est réservé le droit de mener des raids au Pakistan contre les talibans qui mènent des attaques en Afghanistan si Islamabad se montrait incapable de les combattre, a appelé à un « partenariat stratégique » contre le terrorisme, entre le Pakistan, l’Afghanistan et l’Inde.

7 décembre, 2008

Good Job OBAMA [Philippe COSTE Lexpress]

coste1thumb180x145.jpgGood Job OBAMA [Philippe COSTE Lexpress] dans ACTU GENERALE nycoste

Le pire ou…pas le pire?

Philippe Coste

 

Pour vous donner une idée de la place que reserve l’histoire à George Bush, je peux vous dire qu’il y avait un débat public  à New York hier soir,  au Symphony Space de Broadway et 95eme rue, sur une motion ainsi intitulée : “Bush est le pire Président de ces 50 dernières années”.  Jacob Weisberg, redac chef du groupe Slate, et Simon Jenkins, le journaliste du Guardian, approuvaient la motion. En face, pour démontrer que Bush, non, n’est pas le pire president, on avait fait venir le néo conservateur Bill Kristol, et… rien moins que Karl Rove en personne.

Je vous passe les details, mais la soirée s’est achevée sur un scoop. Karl Rove, le Raspoutine dodu, l’architecte des campagnes de W, a assuré que Bush n’aurait pas envahi l’Irak si les services de renseignement américains n’avaient pas confirmé, à tort, la présence d’armes de destruction massives dans ce pays. C’est à hurler. Son administration a exercé les pires pressions sur la CIA pour qu’elle cautionne la thése du danger nucléaire et chimique de Saddam.

Bush, dans une interview sur ABC,  vient de raconter que son plus grand regret était cette erreur des services de renseignements. Cette contrition participe d’une campagne de derniére minute pour redorer sa postérité. Mais ce genre de salades ne l’arrangera pas.

Mother Hillary

Philippe Coste

 

Je pensais, en voyant Hillary aujourd’hui, en train de recevoir son fabuleux prix de consolation et de camaraderie des mains de son ancien rival, au rapport intime et conflictuel, un rien tordu aussi, qui lie le nouveau président à sa nouvelle ministre des affaires étrangères.

Elle incarne réellement, aux yeux d’Obama, une autre génération, alors que 13 ans seulement les séparent. La génération de sa mère.

Ann Dunham, née en 42, avait seulement 18 ans quand elle a mis au monde le petit Barack. Décédée en 1995, elle aurait à peine cinq ans de plus qu’Hillary aujourd’hui.  Obama en a parlé parfois en privé pendant la campagne, comme pour justifier une rébellion filiale envers son adversaire aux primaires. Mais visiblement il ne la haïssait point.

Dream Team

Philippe Coste

 obama dream team.jpgDans le genre « transition harmonieuse », Barack Obama aurait pu espérer mieux. A peine élu, ce Président doit faire face à la pire crise financière depuis 1929, et doit s’assurer, selon son conseiller économique de campagne Austan Goolsbee, « d’éviter qu’elle ne devienne effectivement la Depression de 1929″. 

Le choix de son équipe économique, lundi, revêtait ainsi une importance capitale, tant du point de vue des mesures à mettre en œuvre, au moment où le crédit gèle et le chômage explose, que de la gestuelle politique, à l’adresse des ménages américains et des entreprises, dont la terreur du lendemain cause la paralysie actuelle de l’économie.

De ce côté, essentiellement psychologique, le choix de Tim Geithner, 47 ans, pour le poste de Secrétaire au Trésor s’est révélé efficace.  Vendredi, l’annonce informelle de sa nomination a provoqué une remontée en flèche du Dow Jones. Geithner, ancien gouverneur régional de la Réserve Fédérale à New York, était l’ange gardien pragmatique de Wall Street lors de la catastrophe de cet automne. On lui doit, entre autre, d’avoir géré au mieux l’épisode Lehman Brothers en évitant une catastrophe en chaîne encore plus dramatique à la mi septembre, et orchestré les sauvetage d’AIG et de Bear Sterns.

Son profil s’apparenterait à celui d’un haut fonctionnaire américain. S’il n’a pas, comme Paulson, exercé dans le privé, il a officié depuis 1988 sous plusieurs Secrétaire au Trésor, Républicains et Démocrate, pris position pour un renforcement des réglementations financières, et surtout démontré sa connaissance intime des marchés. Sa culture mondiale est aussi un atout. Fils d’un fonctionnaire international, Geithner, qui parle le Japonais et le Chinois, a passé son enfance entre le Zimbabwe, l’Inde et la Chine.

Si Obama avait nommé Larry Summers au lieu de Geithner au Departement du Trésor, il aurait accrédité l’idée d’un retour en force des dignitaires de l’ère Clinton. En gardant le grand mamamouchi près de lui, comme son principal Conseiller économique, le président le libère de toute fonction bureaucratique, et du regard des medias,  pour en faire le pilier de sa politique de sa politique de stimulation de l’économie. Summers, comme son prédécesseur sous Clinton, Robert Rubin, était l’un des promoteurs d’une déréglementation financière incriminée dans la crise actuelle. Mais il n’a rien d’un idéologue. « Les circonstances ont changé ». Il est aujourd’hui l’un des principaux partisans de l’intervention de l’Etat dans la stabilisation des marchés et la remise à flot du pays.

Qui est Christina Romer ? La nouvelle patronne du Council of Economic Adviser d’Obama est une économiste de Berkeley décrite comme une encyclopédie, et un laboratoire vivant des politiques de relance et de l’impact de la fiscalité sur l’économie. Cette spécialiste de la crise de 29 arrive à point nommé, mais on s’inquiète un peu à Washington de sa capacité à s’imposer face à ce macho de Summers. Ce dernier, Président de Harvard, avait provoqué un scandale en doutant de la capacité des femmes à dominer les carrières scientifiques.

Melodie Barnes : regardez bien, c’est la gauche américaine qui accède au Domestic Policy Council  d’Obama. La chef conseillère en matière de politique intérieure, affaire sociales, immigration et justice provient du Center for American Progress, un think tank et un lobby progressiste de Washington, et a été pendant des années l’une des principales conseillères de Ted Kennedy. Le Domestic Policy Council était la cinquième roue du carrosse sous George Bush, un président dont la politique intérieure s’est limitée aux baisses d’impôts et à une réforme totalement ratée de l’enseignement public. Avec Obama, il en ira autrement.  

        

Le pacte de Janet

Philippe Coste

 

En attendant qu’Hillary accepte le Departement d’Etat, une autre femme devrait prendre la tête du puissant Department of Homeland Security, l’agence qui chapeaute l’immigration, le contrôle des frontières et  coordonne la lutte contre le terrorisme :  Janet Napolitano, 50 ans, alliée de la première heure d’Obama contre Hillary aux primaires, est aujourd’hui gouverneur Democrate d’Arizona, un Etat frontalier particulièrement concerné par les problèmes d’immigration clandestine, où elle a fait preuve « de bon sens centriste », en renforçant les contrôles aux frontières tout en militant pour la réforme de l’immigration qui prévoit la régularisation et l’intégration des familles « sans papiers ».

 Sa nomination aurait un autre avantage : Napolitano, qui arriverait en fin de mandat de gouverneur en 2010, comptait briguer le siège de Sénateur de John McCain, (élu du même Etat), qu’elle toise déjà de 10 points dans les sondages locaux. Or, Obama a passé un pacte avec son ancien rival des Présidentielles lors de leur récente rencontre à Chicago, et a grand besoin de lui au Congrès pour l’aider à faire voter son programme dès janvier 2009. En retirant Napolitano de son chemin, le Président fait un cadeau inestimable à McCain et s’assure ainsi de sa collaboration.

        

Good Job

Philippe Coste

 

Obama a donné sa première interview depuis son élection ce dimanche soir sur 60 minutes. 24 millions d’Américains le regardaient. Plusieurs sensations : d’abord l’intelligence limpide du personnage ; une élégance simple dans le propos, qui laisse penser que ce nouveau venu, qui quatre ans plus tôt n’était encore qu’un élu local du South Side de Chicago, n’a pas encore endossé tous les atours du politicien, employé tous les trucs de scène des magiciens du prime time. Il marche à sa propre essence, et ce n’est pas mal.

La première surprise, c’est qu’il ne semble avoir rien changé à ses promesses et programmes de campagne, établies avant le crash de l’automne : le déficit budgétaire, qui n’était pas sa priorité, reste au second plan vu qu’il espère toujours convaincre le Congres de voter en urgence, même avant son entrée à la Maison Blanche, un plan de relance et un très cher « New Deal » des industries d’énergies renouvelables. Le fait que le prix du pétrole, l’épouvantail à 147 dollars le baril, soit retombé sous la barre des 60 dollars ne change rien à son plan d’indépendance énergétique. « Ce sera peut être plus difficile politiquement à faire passer, reconnait-il. Mais le problème reste le même ».

Le nouveau président a bien compris ce qui se passe dans la tête de ses électeurs. La crise, au lieu de rehausser les attentes, semble les avoir calmées. Les Américains sont prêts à des sacrifices, des vaches maigres, tant qu’ils se sentent en phase avec leurs dirigeants. C’est son côté Roosevelt . S’il promet d’agir, plus que de prononcer des discours, il s’engage à informer.

Le clou de l’interview : leur couple. Si c’est du chiqué, cette manière de se couper la parole, de rebondir sur la parole de l’autre comme dans un diner à la cuisine, c’est bien, très bien joué. On les croit lorsqu’ils assurent qu’ils sont sans doute les personnes les plus « normales » qui aient jamais mis les pieds à la Maison Blanche. Obsession visible pour leurs filles. L’école (privée surement, comme à Chicago, mais laquelle ?)   devient le réceptacle d’une symbolique colossale dont ils tentent de les protéger.

Michelle est somptueuse. Elle a cette allure entière et accessible de star des années 50. Une sensualité candide imprégnée d’intelligence. Inquiète maintenant de son image, de l’apparat de la fonction. La symbolique encore. Elle profite de l’interview pour réparer sa gaffe ancienne, ce moment où elle avait dit que l’ascension de Barack en politique lui avait donné la première occasion de sa vie « d’être fière de son pays». Michelle raconte qu’en voyant le panneau « President-elect Obama » crever l’écran, le 4 novembre, elle lui a dit « tu es le 44eme président des Etats-Unis. Quel pays !» J’ai du mal à croire à l’histoire. Elle a du lui dire ce qu’elle lui répète depuis son premier discours de 2004, à Boston : « Good Job»

http://blogs.lexpress.fr/nycoste/

Centrafrique: arrivée à Bangui de l’ex-président Ange-Félix Patassé

Classé dans : CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 23:07

[sozowala] Centrafrique: arrivée à Bangui de l’ex-président Ange-Félix Patassé

Dimanche 7 Décembre 2008 17h49mn 18s

De:

À:

sozowala@yahoogroupes.fr

Centrafrique: arrivée à Bangui de l’ex-président Ange-Félix Patassé
BANGUI – L’ancien président centrafricain Ange-Félix Patassé est
arrivé dimanche à Bangui, après plus de cinq ans d’exil au Togo, pour
participer au « Dialogue politique inclusif », forum sur la paix en
Centrafrique qui s’ouvre lundi, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Je ne suis pas venu pour juger, mais pour trouver un terrain
d’entente et aborder les problèmes de la République centrafricaine » ,
a déclaré brièvement à la presse M. Patassé, arrivé peu après 13H00
(12H00 GMT) de Lomé à bord d’un avion spécial affrété par le Gabon.

Il a notamment remercié les autorités, dont l’actuel président
François Bozizé qui l’a chassé du pouvoir en mars 2003, ainsi
que « toutes les communautés centrafricaines qui ont prié pour ce
retour », lui permettant ainsi de « participer au dialogue fraternel ».

L’organisation de ce forum, qui se tiendra jusqu’au 20 décembre, « est
un signe que, de part et d’autre, il y a eu approche pour qu’il y ait
compréhension entre les Centrafricains » , a-t-il estimé.

L’ex-président Patassé a été accueilli à l’aéroport par plusieurs
membres du gouvernement, dont le ministre de l’Intérieur, le général
Paul-Raymond Ndougou, et celui de la Communication, Cyriaque Gonda,
également coordonnateur du Dialogue, devant rassembler pouvoir,
opposition, rébellions et société civile pour tenter de ramener la
paix en Centrafrique, déstabilisé par des années de crise sociale,
l’insécurité et des rébellions.

Après sa déclaration à la presse, M. Patassé a été transporté dans un
hélicoptère vers sa résidence. Durant son séjour, sa sécurité sera
assurée par la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique
(Micopax), dont des éléments avaient été déployés à l’aéroport pour
son arrivée.

Confrontée à une crise financière et sociale, la Centrafrique est
également en proie depuis quelques années à des rébellions et une
insécurité, avec des exactions de rebelles, « coupeurs de routes » et
militaires notamment dans le Nord.

(©AFP / 07 décembre 2008 14h34)

__._,_.___

CENTR AFRIQUE : Le retour des bannis

Classé dans : CENTRAFRIQUE — tebawalito @ 23:05

sozowala] Le retour des bannis 

Samedi 6 Décembre 2008 8h22mn 37s De:  

À:  sozowala@yahoogroupes.fr Le retour des bannis
Des opposants et chefs rebelles en exil sont arrivés ces derniers
jours à Bangui en vue du « Dialogue politique inclusif », qui réunira
pouvoir, opposition, rébellions et société civile pour ramener la
paix en Centrafrique, a-t-on appris vendredi de plusieurs sources. Le
capitaine Abacar Sabone, chef du Mouvement des libérateurs
centrafricains pour la Justice (MLCJ, rébellion), a affirmé être
rentré du Bénin mercredi soir, pour participer au Dialogue (8-20
décembre).
Il a ajouté qu’il signerait samedi un cessez-le-feu et un accord
global de paix avec le gouvernement, grâce à une médiation conduite
par le Tchad.

Autre personnalité revenue d’exil pour le forum: Prosper Ndouba,
porte-parole de l’ex-président (1993-2003) Ange-Félix Patassé, ayant
vécu au Togo puis en France, d’après le comité d’organisation du
Dialogue.

M. Ndouba a précédé de quelques jours M. Patassé qui, selon la
présidence centrafricaine, est attendu dimanche à Bangui. Il s’était
établi au Togo après avoir été renversé en 2003 par François Bozizé,
qui a été élu en 2005.

Le président de l’Armée populaire pour la restauration de la
démocratie (APRD, rébellion), Jean-Jacques Demafouth, a de son côté
annoncé jeudi qu’il serait à Bangui « ce week-end », marquant la fin de
six ans d’exil en France.

L’ex-Premier ministre Martin Ziguélé (photo), qui a remplacé M.
Patassé à la tête du Mouvement de libération du peuple centrafricain
(MLPC, opposition), a de son côté écourté un séjour en France pour le
forum, selon son entourage.

« Les Centrafricains, les (pays) voisins et la communauté
internationale savent que sans ce Dialogue, notre pays sombrera dans
les affres de la violence », a estimé devant la presse M. Ziguélé.

Confrontée à une crise financière et sociale, la Centrafrique est
également en proie depuis quelques années à des rébellions et une
insécurité, avec des exactions de rebelles, « coupeurs de routes » et
militaire notamment dans le Nord.

Publié le 6 décembre 2008.

http://www.afriquec entrale.info/ central.php? o=1&s=119& d=3&i=1935   

Prison à 12 ans : M. Fillon désavoue Mme Dati

Actualités

Prison à 12 ans : M. Fillon désavoue Mme Dati dans ACTU GENERALE lemondefr_pet

Société

 dans DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME dans POLITIQUE

Le premier ministre exclut de donner suite à l’une des propositions de la commission Varinard

Prison à 12 ans : M. Fillon désavoue Mme Dati

Le premier ministre, François Fillon, le 5 décembre 2008, lors de l'inauguration de l'A41.

AFP/JEAN-PIERRE CLATOT

« Il y a d’autres solutions pour traiter y compris les cas les plus extrêmes de violence concernant les enfants de 12 ans », a dit le chef du gouvernement vendredi.

François Fillon a mis un coup d’arrêt, vendredi 5 décembre, au projet d’emprisonner des mineurs dès l’âge de 12 ans, prévu par la commission Varinard, chargée d’une réflexion sur la réforme de la justice des mineurs. Le premier ministre désavoue du même coup la ministre de la justice Rachida Dati, qui apparaît de plus en plus fragilisée.

 dans SOCIETE ET DIVERS

Les faits Prison à 12 ans : François Fillon tacle Rachida Dati

A l'intérieur de la prison de la Santé, à Paris.

Les faits Contre-propositions sur la justice des mineurs

Document Les propositions du Club Droits, justice & sécurités

Entretien Le rapport sur la justice des mineurs est « une profonde régression »

Les faits Rachida Dati justifie la proposition de fixer à 12 ans l’âge de la responsabilité pénale

Eclairage Au centre fermé de Beauvais, « c’est important qu’ils sachent qu’on ne lâche rien »

abonneContent Edition abonnés Archive : L’UMP relance l’idée du dépistage précoce des comportements agressifs

« Je crois qu’il faut que les choses soient très très claires, je suis totalement hostile à ce que l’on mette en prison des enfants de 12 ans et le gouvernement n’a pas de projet pour modifier la législation en ce sens », a dit le premier ministre lors d’une conférence de presse, qui portait sur le plan de relance. « Il y a un débat qui a été ouvert à la demande du gouvernement et à la demande du président de la République sur la rénovation des textes qui concernent la majorité pénale. C’est un débat qui est important, qui va avoir lieu, dont on tirera toutes les conséquences, mais je dis tout de suite qu’il n’est pas question que ses conséquences aboutissent à la mise en prison d’enfants de 12 ans », a-t-il encore précisé. Selon le premier ministre, « il y a d’autres solutions pour traiter y compris les cas les plus extrêmes de violences concernant les enfants de 12 ans ».

La fermeté de la déclaration de François Fillon est undésaveu de la ministre de la justice Rachida Dati, qui était loin de s’indigner de cette mesure, lors de la remise officielle du rapport, mercredi dernier. « Dire qu’un mineur d’aujourd’hui peut justifier une sanction pénale à partir de 12 ans me semble simplement correspondre au bon sens », avait expliqué la ministre en précisant : « La sanction n’est pas forcément la prison. Mais les juges pour mineurs doivent pouvoir disposer d’une palette de réponses adaptées à tous les cas. On fixe un âge, on fixe une palette de sanctions qui va jusqu’à l’incarcération, mais dans des règles tout à fait établies et très claires pour tout le monde. » Dans un communiqué publié vendredi, après l’intervention de M. Fillon, la chancellerie indique que la garde des sceaux « ne s’est en aucune façon prononcée sur l’incarcération des mineurs de 12 ans. Rachida Dati avait clairement indiqué que la possibilité d’une sanction pénale n’impliquait pas l’incarcération. »

La possibilité d’emprisonner des enfants de 12 ans, au lieu de 13 ans aujourd’hui, a déclenché une très forte indignation, des milieux associatifs, scientifiques ou politiques. La commission présidée par le recteur André Varinard propose de fixer un âge de responsabilité pénale à 12 ans. Il était jusque-là laissé à l’appréciation du juge, en charge d’établir la capacité de discernement de l’enfant. En 2006, 432 enfants de 11 ans et 1 280 jeunes de 12 ans ont été condamnés par les tribunaux pour enfants.

Pour la commission, « le mineur de plus de 12 ans sera présumé pénalement responsable dans les mêmes conditions qu’un majeur ». C’est sur cette base qu’elle avait rendu possible l’incarcération des mineurs criminels de plus de 12 ans – une quinzaine de cas par an, selon M. Varinard -, à laquelle le gouvernement a renoncé. La commission prévoit aussi le placement en garde à vue pendant 24 heures, renouvelables sous conditions, dès l’âge de 12 ans.

« L’annonce de François Fillon est une bonne nouvelle, estime Catherine Sultan, présidente de l’Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille. Cela montre le côté déraisonnable de l’emprisonnement à 12 ans. Pour paraphraser madame Dati, c’est du bon sens d’y renoncer. Mais de nombreux points sont inquiétants dans le rapport, qui veut des structures plus contenantes pour les enfants de 10 ans et affiche une volonté de tolérance zéro pour les mineurs qui est grave. »

La mise au point très ferme de François Fillon fragilise un peu plus la garde des sceaux, qui connaît un automne noir. Rachida Dati est ouvertement critiquée par la plupart des professions judiciaires, à commencer par les magistrats et les directeurs de prison. Alors qu’il est question d’un remaniement ministériel, la ministre semble accumuler les maladresses sous l’oeil de l’Elysée, conscient de l’importance du symbole qu’elle représente, mais aussi des difficultés qu’elle provoque.

Alain Salles

http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/06/prison-a-12-ans-m-fillon-desavoue-mme-dati_1127626_3224.html#xtor=EPR-32280155&ens_id=628859

La France, mauvaise élève des droits de l’homme, selon Hessel

Classé dans : DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME — tebawalito @ 22:23

La France, mauvaise élève des droits de l’homme, selon Hessel

il y a 4 heures 11 min

Reuters Elizabeth Pineau

La France ne peut se targuer d’être exemplaire en matière de droits humains vu sa façon de traiter les étrangers et les prisonniers, estime Stéphane Hessel, co-auteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Lire la suite l’article

La France, mauvaise élève des droits de l'homme, selon Hessel dans DROIT INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME LA FRANCE N’EST PAS EXEMPLAIRE DANS LE DOMAINE DES DROITS DE L’HOMME, D’APRÈS STÉPHANE …Plus Agrandir la photo

A 91 printemps, le vieil homme aux manières délicieuses est l’invité permanent des cérémonies du 60e anniversaire de ce texte adopté le 10 décembre 1948 à Paris par les 48 pays membres de la toute jeune Organisation des Nations unies.

Ces cérémonies culmineront mercredi par une soirée au palais de Chaillot, où Stéphane Hessel lira le préambule de la Déclaration avant la projection de 22 courts-métrages réalisés par autant de metteurs en scène du monde entier.

Le diplomate avait à peine 30 ans lorsqu’il entama les travaux conduisant à la rédaction du texte.

Soixante ans plus tard, malgré son grand âge, l’ancien résistant, qui joua aussi les médiateurs pour les sans-papiers, veut rester un aiguillon pour les autorités françaises.

« Non, elle ne doit en aucun cas s’enorgueillir, c’est toujours mauvais », répond-il quand Reuters lui demande si la France de 2008 peut se vanter d’être encore la patrie des droits de l’homme.

« Elle doit constater que si elle fait certaines choses correctement il y en a d’autres qu’elle ne fait pas bien. Notamment, elle s’occupe mal de ses immigrés, elle s’occupe mal de ses sans-papiers et elle ne s’occupe pas bien du tout non plus des questions d’asile », ajoute-t-il.

En avril 2007, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour la façon dont elle renvoie les étrangers menacés dans leur pays d’origine.

Plus récemment, elle lui a demandé de surseoir à un projet de charter franco-britannique visant à rapatrier vers leur pays des Afghans en situation irrégulière.

« PAS À LA HAUTEUR »

« La France ne fait pas ce qu’elle devrait car elle a une tradition de pays d’immigration et de pays d’asile. Elle n’est pas la hauteur », regrette Stéphane Hessel.

Le diplomate se fait aussi le garant des droits des détenus à l’heure où les prisons françaises enferment plus de 64.000 personnes, un chiffre record qui s’ajoute à la multiplication des suicides de détenus — plus d’une centaine cette année.

Le 16 octobre, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné Paris pour manquement à son obligation de « protéger le droit à la vie d’un détenu ».

« Nous devrions faire un effort pour avoir des prisons un peu moins inhumaines », insiste Stéphane Hessel.

Distillées de débats en réunions, ses mises en garde visent d’abord l’Elysée.

« Tous mes messages, je les adresse toujours au président de la République française, quel que soit son nom », dit-il.

« Le nom actuel est celui d’un fils d’immigré. Donc s’il y a quelqu’un qui devrait savoir qu’il faut considérer l’immigration non comme un fléau mais comme une richesse, c’est bien notre président actuel Nicolas Sarkozy », fait-il remarquer à propos du chef de l’Etat, qui est d’origine hongroise.

Aux yeux de Stéphane Hessel, l’actuel président « pourrait en faire beaucoup plus », tout comme la secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, Rama Yade. « Elle est très sympathique. Mais fait-elle assez pour promouvoir les droits de l’homme dans le monde ? Je n’en suis pas absolument convaincu. »

Malgré ses critiques, Stéphane Hessel ne veut pas se laisser aller au pessimisme et relève les avancées obtenues en 60 ans sur le chemin des libertés.

« Il y a eu la fin du stalinisme, la fin de la colonisation, la fin de l’apartheid, nous avons un Tribunal pénal international pour juger les tyrans : bien sûr que les choses progressent », lançait-il le mois dernier lors d’un débat en présence de l’écrivain bangladaise Taslima Nasreen, chassée de son pays pour avoir critiqué les extrémistes islamistes.

Mais quand on lui demande si les Jeux olympiques de cet été à Pékin ont permis d’améliorer les droits humains en Chine, sa réponse est sans appel : « Ça n’a servi à rien. »

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

http://fr.news.yahoo.com/4/20081207/tts-france-droits-hessel-ca02f96.html

Du porc irlandais contaminé à la dioxine, 25 pays concernés

Classé dans : SANTE — tebawalito @ 22:06

Du porc irlandais contaminé à la dioxine, 25 pays concernés

 

Reuters Andras Gergely

L’Irlande annonce qu’entre 20 et 25 pays sont certainement concernés par les exportations de porc contaminé à la dioxine, contamination qui a contraint Dublin à rappeler tous les produits à base de viande porcine. Lire la suite l’article

Photos/Vidéos liées

Du porc irlandais contaminé à la dioxine, 25 pays concernés dans SANTE DUBLIN DEMANDE LE RETRAIT DE VIANDE DE PORC CONTAMINÉE À LA DIOXINE Agrandir la photo

Articles liés

Dans la journée, les autorités irlandaises avaient affirmé que cette contamination provenait d’une seule entreprise et que cette source avait été circonscrite.

« Nous pensons que c’est de l’ordre de 20 à 25 pays. En tout cas, c’est moins de 30″, a déclaré Paddy Rogan, chef des services vétérinaires irlandais, dans une conférence de presse.

Le gouvernement irlandais a ordonné samedi le rappel de tous les produits à base de porc fabriqués dans le pays des magasins, restaurants et usines en raison d’une contamination à la dioxine qui, sous certaines formes et concentrations, et si elle est absorbée pendant une longue période, peut causer des cancers et d’autres problèmes de santé.

Dix exploitations – produisant moins de 10% de la viande de porc en Irlande – ont utilisé la nourriture contaminée et le rappel est une mesure de précaution, a souligné l’Association irlandaise des industries de transformation de la viande de porc.

« Un seul petit fournisseur de nourriture est concerné et la source concernée a été circonscrite et est en cours de retrait », ajoute l’association qui fait état d’un chiffre d’affaires annuel de 500 millions d’euros.

Le ministre de l’Agriculture, Brendan Smith, a confirmé à la chaîne publique RTE qu’un « nombre très limité d’exploitations » avaient été ravitaillées par ce fournisseur.

Mais selon la radio Newstalk, neuf exploitations d’Irlande du Nord ont elles aussi utilisé de la nourriture contaminée.

A Belfast, le Département d’ l’Agriculture et du Développement rural n’a pas encore réagi à ces informations qui citaient comme source la ministre Michelle Gildernew.

A Londres, l’agence britannique de sécurité alimentaire (FSA) a invité les consommateurs à ne pas consommer de viande de porc et de produits à base de porc d’Irlande et d’Irlande du nord.

Mais la FSA s’est voulue rassurante: « Il ne faut pas trop s’inquiéter. Ce n’est pas un risque toxique immédiat. Avec les dioxines, c’est un problème lorsque vous y êtes exposé à un haut niveau sur une longue période. Nous parlons ici d’un problème survenu depuis septembre seulement. »

COMBUSTIBLE NON ADAPTÉ

Le ministre irlandais de l’Alimentation, Trevor Sargent, a expliqué à RTE que les excédents de pâte, les sous-produits cuits ou non cuits de la boulangerie, sont souvent séchés pour pouvoir servir de nourriture animale. Le processus de séchage nécessite que le combustible convienne pour l’alimentation.

« Nous soupçonnons que cette fois, le combustible utilisé ne convenait pas, ce qui a entraîné la contamination à l’origine d’une telle crise mais qui n’affecte qu’une petite quantité de porcs », a-t-il dit.

Les autorités analysent aussi des échantillons provenant de 37 élevages bovins mais elles ont affirmé que le risque de contamination y était minime parce que le bétail paît dans les prés la plus grande partie de l’année.

Le gouvernement a restreint les déplacements d’animaux dans les élevages bovins, mais il n’a pas imposé de restrictions à la vente ou à la consommation de boeuf.

La Commission européenne a estimé dimanche que l’Irlande avait agi de manière appropriée en rappelant les produits à base de viande de porc.

Elle a indiqué que la nourriture animale contaminée avait été distribuée dans 10 exploitations irlandaises à des niveaux 100 fois supérieurs au maximum autorisé par l’UE.

« Les porcs de ces exploitations ont été, après abattage, traités dans des usines responsables de 80% environ du total de la production de viande de porc et de produits à base de porc en Irlande », a-t-elle précisé.

L’Irlande a exporté l’an dernier pour 368 millions d’euros de viande de porc, dont la moitié en Grande-Bretagne, selon la fédération irlandaise de l’industrie alimentaire.

Avec Kate Kelland à Londres, Jeremy Smith à Bruxelles, version française Nicole Dupont

Pr Montagnier : un vaccin thérapeutique contre le virus du SIDA d’ici « 4 à 5 ans »

Pr Montagnier : un vaccin thérapeutique contre le virus du SIDA d’ici « 4 à 5 ans »

Hier, 22h05

Le Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du SIDA, a déclaré samedi qu’il croyait à la mise au point d’un vaccin thérapeutique pour traiter le VIH dans les cinq ans qui viennent.

  Le Pr Montagnier a déclaré à des journalistes qu’il croyait que c’était « une question de quatre à cinq ans », avant qu’un vaccin thérapeutique contre le virus du SIDA soit développé, sans donner plus de détails.

Les scientifiques ont élaboré des médicaments capables d’entraver la maladie, mais il n’existe pas de vaccin pour prévenir ou traiter le virus.

La mise au point d’un vaccin thérapeutique serait une étape clé dans la lutte contre le VIH, selon le Pr Montagnier.

Un vaccin thérapeutique permettrait de traiter des personnes déjà infectées par le virus, afin d’en amoindrir l’impact, contrairement à un vaccin préventif qui, idéalement, protégerait les personnes du virus.

Luc Montagnier est arrivé à Stockholm avec d’autres lauréats du Prix Nobel samedi, pour participer à une série de festivités et à la cérémonie de remise de prix, qui aura lieu le 10 décembre.

Le scientifique de 76 ans partage le Prix Nobel avec Françoise Barré-Sinoussi, 61 ans, pour la découverte du virus du SIDA. AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20081206/twl-sida-nobel-montagnier-1be00ca.html

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...