TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

31 mars, 2008

Scandale Spitzer : David Paterson, devient le premier gouverneur noir de l’Etat de New York

davidpaterson1gouvnoirny.jpgScandale Spitzer : David Paterson, devient le premier gouverneur noir de l’Etat de New York

Linternationalmagazine.com , publié le 12/03/2008

Légende

-->http://www.linternationalmagazine.com/article3285.html

Après avoir été identifié comme le « client numéro 9″ d’un réseau de prostitution démantelé la semaine dernière, le gouverneur Eliot Spitzer a annoncé sa démission effective lundi. Il sera remplacé par le gouverneur adjoint David Paterson, qui deviendra le premier gouverneur noir de l’Etat.

Dans un contexte de campagne présidentielle, il faut rappeler que Spitzer est un « super délégué » théoriquement convoité. Obama et Clinton risquaient donc de courtiser son vote avec des pinces à linge sur le nez.

Ceci d’autant plus que les chaînes multiplient les « nos plus beaux scandales sexuels » avec les images de Bill Clinton post Lewinsky dont Hillary aurait bien aimée se passer, sans compter le crash qu’a connu le site du New York Times, à l’annonce de son scoop, et des touristes se précipitent au Mayflower pour prendre la chambre 871 en photo.

Lire aussi : Le gouverneur démocrate de l’Etat de New York, Eliot Spitzer, « client numéro 9″ d’un réseau de prostitution

 

 

Le gouverneur démocrate de l’Etat de New York, Eliot Spitzer, « client numéro 9″ d’un réseau de prostitution

Linternationalmagazine.com est partenaire de Rue 89 -

www.rue89.com – Par Guillemette Faure , publié le 12/03/2008

Légende

-->eliotspitzer.jpg

On l’appelait le shérif de Wall Street. Eliot Spitzer, gouverneur démocrate de l’Etat de New York, serait le « client numéro 9″ d’un réseau de prostitution démantelé la semaine dernière.

A l’intersection du sexe et du pouvoir, l’affaire a tout pour faire grand bruit aux Etats-Unis. Elle déboulonne une icone : l’incorruptible Spitzer, ancien procureur, pourfendeur de tous les réseaux mafieux, et de ceux de la prostitution en particulier.

L’affaire, qui éclate en pleine campagne électorale, embarrasse la candidate à la Maison Blanche Hillary Clinton, sénatrice de New York. Mode d’emploi du scandale.

Comment Eliot Spitzer s’est-il trouvé mis en cause ?

C’est d’abord une enquête de l’IRS (les services fiscaux) qui a mis le FBI sur la piste de transferts d’argents suspects réalisés par Eliot Spitzer. Ils avaient d’abord cru à une affaire de corruption, ou de financement illégal de partis politiques, avant de découvrir le destinataire de ces fonds, l’ »Emperor Club VIP », un club de call girls.

Le dossier de la police fédérale américaine, constitué à partir de 5000 écoutes et copies de SMS, contient entre autres des extraits d’un enregistrement du « client numéro 9″ organisant un rendez-vous dans un grand hôtel de Washington avec « Kristen ». Il dit avoir envoyé son acompte « comme dans le passé ». « Kristen » appelle son agente au club d’escortes après le rendez-vous. Elle a récupéré 2700 dollars qu’il devait encore, et un acompte de 1600 dollars sur la fois suivante.

Est-ce que c’est grave ?

« Un homme marié va voir une prostituée… en Europe, ça ne ferait même pas la dernière page des journaux.. » Alan Dershowtiz, célèbre professeur de droit iconoclaste d’Harvard, qui a compté Spitzer parmi ses étudiants, a défendu le gouverneur de New York sur MSNBC.

Pour le moment, Eliot Spitzer n’a été inculpé de rien. Le sera t-il ?

D’un point de vue légal, le « numéro 9″ a payé Kristen pour prendre le train de New York à Washington. Or, transporter des prostituées d’un Etat à l’autre constitue un crime fédéral. D’autres questions risquent d’être soulevées qui pourraient prêter à des accusations.

Par exemple relatives à l’utilisation de l’argent du contribuable (si les services de sécurité de Spitzer l’ont couvert et étaient dans l’hôtel par exemple). C’est surtout en terme d’image que l’affaire est désastreuse.

« C’est comme d’apprendre que Mère Teresa a accepté des pots de vin », résume un prof de droit au Financial Times. Eliot Spitzer s’est construit une image de Monsieur Propre à l’époque où il était procureur de New York. Essentiellement connu pour avoir fait le ménage à Wall Street, il a, pendant ces années, démantelé deux réseaux de prostitution à New York, dont l’un a conduit à 18 arrestations.

Etoile montante du parti démocrate, ce n’était un secret pour personne que si, après ses années de proc, il s’était présenté au siège de gouverneur (il a été élu très haut la main) plutôt qu’à la mairie de New York, c’est qu’il cultivait des ambitions nationales.

Or, les documents du FBI sont bourrés de détails salaces qui risquent de brouiller son image de champion de l’intégrité. Entre autres, l’agente de la call-gril la prévient qu’il s’agit d’un client « difficile » qui « pourrait vous demander des trucs que vous pourriez trouver peu sûrs ». La presse américaine relève déjà qu’il est sorti son hôtel le 14 février, le jour de la Saint-Valentin. Plus qu’un crime, une faute de goût !

Comment Eliot Spitzer a t-il réagi ?

Par une conférence de presse express, lundi, dans laquelle il s’est excusé d’ « avoir manqué à ses obligations envers sa famille » : Le Washington Post décrypte à merveille à quel point les excuses post-scandale sexuel sont toutes formatées sur le même modèle. La présence de l’épouse (sinon ça fait coupable), l’expression de remords tout en donnant l’impression qu’on contrôle la situation, le départ de la pièce avant les questions des journalistes. Un spectacle que les téléspectateurs regardent, fascinés d’apprendre que ces gens-là vivent des vies « aussi troublées que les nôtres ».

Quels sont les détails inutiles et croustillants ?

Le « Emperors Club VIP », où Spitzer faisait ses courses, se flattait sur son site Internet (fermé depuis) d’un catalogue de « modèles » mariant « beauté, élégance, érudition et un bon niveau d’éducation ». Le club notait ses call-girls sur une échelle de un à sept diamants. Les plus diamantées coûtaient 5500 dollars de l’heure.

Les clients, qui payaient par carte de crédit, étaient, sur leur relevé de compte, officiellement facturés par « QAT consulting ». Les enregistrements du FBI comptent d’ailleurs des questions de clients demandant ce qu’ils doivent dire à leur comptable.

Eliot Spitzer est descendu au Mayflower sous le nom de George Fox, ami de longue date et contributeur de ses campagnes. Dans ses conversations avec l’agente du club, « Numéro 9″ se dit d’abord enchanté qu’on lui attribue Kristen… avant de demander qu’on lui rappelle à quoi elle ressemble (« très jolie », 48 kilos, 1m65).

A quoi peut-on s’attendre maintenant ?

Politiquement, si Spitzer démissionne, il sera remplacé par David Paterson, qui deviendra le premier gouverneur noir de New York. Pour la présidentielle, Spitzer est un « super délégué » théoriquement convoité. Obama et Clinton risquent de courtiser son vote avec des pinces à linge sur le nez. A défaut de nouvelles infos, les chaînes risquent de multiplier les « nos plus beaux scandales sexuels » avec les images de Bill Clinton post Lewinsky dont Hillary se passerait bien.

Dommages collatéraux déjà observés : un crash du site du New York Times, à l’annonce de son scoop, et des touristes se précipitant au Mayflower pour prendre la chambre 871 en photo.

 

« L’Amérique peut-elle élire un président noir? »

http://mariapia.blogs.com/presidentielles2008/2008/03/lamrique-est-el.html  

L’Eléphant dans la chambre

Elephant « L’Amérique peut-elle élire un président noir? » titrait, très à propos, Libération hier. Une interrogation pertinente que les Américains ne pouvaient ou ne voulaient pas poser jusqu’ici. Curieusement, c’est à la faveur de la controverse sur les propos du pasteur de Barack Obama, Jeremiah Wright, que le tabou a été brisé. Comme si l’ombre d’un soupçon de racisme par association à l’encontre des blancs de la part du premier candidat noir à avoir une chance réelle d’emporter un scrutin présidentiel permettait de poser la vraie question, celle qui a été soigneusement esquivée jusqu’ici: l’Amérique est-elle en effet prête à élire un président de couleur?.

Rares sont les commentateurs qui s’étaient aventurés sur ce terrain. A deux reprises, au cours d’interviews, le consultant politique Dick Dresner m’a affirmé que Barack Obama n’a aucune chance de remporter la présidence parce qu’il est noir. Les premiers a avoir ouvertement abordé la question furent du reste les leaders de la communauté noire, hésitant à soutenir ce candidat métis de peur que la communauté blanche ne leur emboîte pas le pas. Nous étions encore en avril et dans l’expectative. Mais déjà, les sommes astronomiques levées par Obama surprenaient. Qui était donc prêt à soutenir ce candidat atypique, novice de surcroît sur la scène nationale? De grandes firmes de Wall Street lui accordaient plus de confiance qu’à Hillary Clinton, de nombreux petits donateurs surtout remplissaient ses coffres. On pensait encore à l’effet Howard Dean d’il y a quatre ans.

Et puis survint le tremblement de l’Iowa, quand cet état du Midwest à 92% blanc lui offrait une première place sans appel lors de ses caucus du mois de janvier. Il ne s’agissait plus d’un simple effet de mode mais d’une volonté réelle d’en finir avec la politique et surtout les dynasties du passé. Les scrutins suivants ont confirmé que la candidature du sénateur de l’Illinois était non seulement sérieuse mais solide. Il y a eu les mots d’ordre de grands journaux (le Boston Globe, le Dallas Morning News...), les soutiens de leaders du parti (John Kerry, Tom Daschle, Edward Kennedy, et, dernier en date, l’ancien candidat et gouverneur du Nouveau Mexique Bill Richardson).

Pendant tous ces mois, la question de la « race » – car c’est bien dans ces termes qu’elle est posée aux Etats-Unis – filtrait en sourdine. Les premiers à en jouer furent les Clinton qui tentèrent à plusieurs reprises – de manière souvent maladroite et tendancieuse – de rappeler à l’électorat les origines de leur principal rival, cherchant à faire de lui le candidat de la seule minorité noire.  Avec pour effet immédiat et désastreux pour leur propre campagne de rallier l’électorat noir derrière Barack Obama quand celui-ci était encore divisé jusqu’à tard dans l’automne entre les deux candidats.

Mais les propos incendiaires du pasteur Wright pourraient changer la donne. Même s’il convient de rappeler qu’une grande partie de ceux-ci étaient connus depuis longtemps. Mais on les ressort au moment idoine, avec des citations souvent sorties de leur contexte, quand il apparaît quasiment impossible mathématiquement pour Hillary Clinton de gagner l’investiture démocrate sauf scandale ou pataquès dans la campagne d’Obama.

Le sénateur, qui n’a eu de cesse de se présenter comme le candidat « post-racial », prônant l’unité, aussi bien politique, raciale que religieuse, ne pouvait désormais plus ignorer lui aussi l’éléphant dans la chambre pour reprendre une expression bien américaine. Mardi, il donnait un discours sur la « diversité raciale » à Philadelphie (extraits en français). Considéré par certains comme le discours le plus important donné sur le sujet depuis des années, il a été démoli par ceux qui attendaient qu’Obama répudie purement et simplement son ancien pasteur. (Wright a pris sa retraite de la Trinity United Church à la fin 2007).

Personnellement, je pense qu’Obama a prononcé un discours non seulement honnête mais indispensable. Se distançant de certains des propos de son pasteur, il a cependant refusé de le renier entièrement. Cela aurait signifié se renier lui-même. Et si certains des propos de Jeremiah Wright sentent le souffre, refuser de reconnaître la pertinence de certains autres équivaudrait à se voiler la face sur l’existence persistante d’un racisme ordinaire et insidieux dans la société américaine.

Barack Obama a donc choisi de replacer les mots de son pasteur dans le contexte racial d’aujourd’hui. Celui de la colère – affichée ou muette – d’une grande partie de la communauté noire. Sans remonter à l’esclavage ou à la ségrégation, il suffit de penser au nombre de noirs dans les prisons américaines, à Katrina, à la reconstruction de la Nouvelle Orléans (que j’ai abondamment relatée dans mon autre blog) qui se fait au mépris de sa population la plus démunie. Il suffit de s’entrentir sérieusement et avec sincérité avec n’importe quel noir américain pour comprendre que la discrimination demeure un fait réel et quotidien, dans l’enseignement, l’accès au travail, au logement, etc.

Une jeune femme de Harlem m’a donné un argument convaincant sur les raisons de son choix en faveur d’un homme noir plutôt que d’une femme blanche à la présidence, même si elle souhaite vivement voir un jour une femme à la Maison Blanche. « Tant qu’il ne sera pas naturel de voir un homme noir occuper des positions de pouvoir dans ce pays nous n’atteindrons pas l’égalité. Dans nos communautés, la femme blanche occupe déjà des fonctions de pouvoir, regardez qui enseignent dans nos écoles« .

Mais Barack Obama ne s’est pas contenté d’ »expliquer » la colère noire. Il a aussi parlé du  « ressentiment » des blancs, souvent issus de milieux défavorisés ou modestes, qui ne comprennent plus aujourd’hui les mesures anti-ségrégation datant de l’époque des droits civiques. Qui pestent de voir leurs enfants forcés de prendre le bus et faire des dizaines de kilomètres chaque matin pour aller dans une école loin de leur quartier au nom de la mixité raciale. Qui se sentent lésés de voir des Afro-américains obtenir des postes dans la fonction publique ou dans des universités d’état à la faveur des programmes d’affirmative action (on ne dit pas discrimination positive aux Etats-Unis), quand leurs propres enfants, avec des notes souvent équivalentes, se voient refuser des bourses ou des programmes similaires.

Bref, Barack Obama a eu l’audace de poser sur la table les vraies questions que l’Amérique doit encore se poser et résoudre 40 ans après les discours de Martin Luther King et l’adoption des lois sur les droits civiques. Celle par exemple du financement de l’école publique qui dépend aujourd’hui encore de l’impôt sur la propriété. Inutile de dire que la qualité des établissements scolaires dépend fatalement du niveau de revenu des parents d’élèves.

Le débat est ouvert. Les électeurs et les candidats seront-ils prêts à le poursuivre et à s’engager dans un dialogue honnête sur les disparités de l’Amérique, qui si elles sont avant tout économiques, affectent de manière disproportionnée les minorités noires, hispaniques et amérindiennes. John McCain a déjà suspendu un de ses employés qui a fait circuler un mail avec un lien à cette vidéo (laquelle donne une idée des attaques qui fuseront contre Obama s’il est le candidat démocrate). Hillary Clinton ne s’est pas prononcée publiquement sur le discours de Barack Obama, affirmant le jour où il l’a prononcé, qu’elle ne l’avait ni lu ni entendu.

Si la candidature de Barack Obama (il est en léger retrait dans certains sondages nationaux) flanche sur la  question raciale, cela en dira plus sur l’état de l’Amérique que sur les qualités du sénateur. Pour l’heure, son discours a été plutôt bien reçu, notamment chez les démocrates et les indépendants.

photo Miracle Man, Flickr

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/721619/27375794

Voici les sites qui parlent de L’Eléphant dans la chambre:

Commentaires

En France c’est même encore pire. Eux au moins ont des Sénateurs Noirs, y compris parmi les 9 juges de la célébrissime Cour suprême. Et quid du Conseil constitutionnel français, comme le juges y sont nommés, alors pourquoi ne pas y nommer un Noir ou un arabe ? Je précise que la question ne se pose pas seulement pour les Noirs, car aux USA il y a même des juges asiatiques. C’est sûr que la France est trop blanche…!

« Si la candidature de Barack Obama flanche sur la question raciale, cela en dira plus sur l’état de l’Amérique que sur les qualités du sénateur. »

Les Obamaniaques atteignent des sommets dans la mauvaise foi. C’est Obama lui-même qui a ravivé la question raciale, et personne d’autre. Il y a tant de candidats noirs ou hispaniques aptes à briguer la Maison-Blanche, dans les deux partis, mais les Démocrates ont choisi PRECISEMENT le plus à gauche, le plus inexpérimenté et le plus antiaméricain. Les vidéos de Wright étaient connues, bien sûr. C’est la CLE du succès d’Obama auprès de la vieille garde marxiste démocrate (Move On, Daily Kos, Code Pink, Nation of Islam…).

Un homme qui brûle un drapeau antiaméricain (les antiguerre) ou se moque d’un soldat amputé des deux bras en Irak (Michael Moore) est un héros chez les cinglés de la gauche barbare.

Obama a été lié pendant 20 ans à un pasteur qui vomit sur les Etats-Unis dans une église où le candidat de l’Illinois emmenait femme et enfants, et personne ne hausse un sourcil. Le pasteur d’Obama affirme que les Etats-Unis ont créé le sida pour provoquer un génocide parmi les Noirs. Qu’ils méritent le 11 septembre. Qu’ils représentent le Ku Klux Klan.

Les Obamaniaques s’en foutent. Obama est à leur image : totalement déconnecté du monde ; frusté de ne plus pouvoir changer la société après avoir misérablement échoué à imposer le totalitarisme communiste ; ébranlé de voir qu’aucune société de gauche n’a jamais réussi, ou que ce soit ; démoralisé de ne trouver des oreilles compatissantes qu’à Cuba ou en Afrique.

La gauche est toujours aussi pathétique, et Obama avec elle. Une vraie école d’adolescents n’étant jamais devenus adultes.

« Pour l’heure, son discours a été plutôt bien reçu, notamment chez les démocrates et les indépendants. »

La presse a plutôt reproché à Obama de ne pas expliquer son soutien à Wright et de brouiller la question en reprochant au peuple américain une affaire (ses liens avec le pasteur) qui ne concerne que lui.

La Trinity United Church est une église d’extrémistes qui ne saurait donner des leçons de morale aux Américains !

Quant à Katrina, pourquoi ne pas préciser que la population de la Nouvelle-Orléans est à 75% noire ? Qu’il est normal, en ce cas, qu’elle souffre en majorité ? Pourquoi tourner une affaire d’incomptence du gouverneur de Louisiane en une dénonciation raciale ? Quelle mauvaise foi !

C’est assez dingue de voir la gauche donner des leçons alors que les trois afroaméricains les plus prestigieux de ces dernières années ont tous été portés PAR DES REPUBLICAINS (Clarence Thomas, Condoleezza Rice et Colin Powell). Au mérite, je précise, contrairement à Obama.

Si les Obamaniaques se replient sur l’argument très faible de « la race », ils vont se casser la gueule. Les Américains veulent un unificateur, pas un militant raciste qui lance, dans une tirade méprisante, que sa grand-mère « réagit comme une blanche dans la rue ». L’audace d’espérer, vraiment ? Ou la volonté de haïr ?

« Bien accueilli », le discours d’Obama ? Il a perdu 18 points chez les indépendants, et la controverse continue. Vous noyez le poisson, Maria, mais personne n’est dupe. Obama jouait sur sa couleur de peau pour prétendre « unifier le pays ». Sans expérience politique, sans aucun bilan, il ne pouvait compter que sur la confiance qu’il inspirait pour espérer gagner. Voilà que cette confiance s’érode.
Et les espoirs de victoire avec.

drzz
http://leblogdrzz.over-blog.com

La seule chose que je trouve intéressante dans la controverse d’Obama, outre le fait que l’hypocrite est désormais démasqué, est celle persistance, dans les milieux de gauche obamaniaques, à minimiser les propos du pasteur Wright.

Il est clair pour de nombreux analystes que le parti démocrate devient de plus en plus un parti d’extrême-gauche. Les soutiens à Cindy Sheenan, Michael Moore, Howard Dean, John Kerry et aujourd’hui Barack Obama confirment que la gauche a perdu toute modération.

La controverse sur le pasteur Wright montre aussi le malaise face à des propos absolument déments. Les journalistes et soutiens des Démocrates ne diront jamais l’évidence – le pasteur Wright est un malade. Les vidéos le prouvent à n’importe quel esprit un peu sensé(http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17836065.html). Le drame c’est qu’il PLAIT à la gauche.

C’est ça, la gauche moderne. Un parti de gens haineux. Obama ne reniera pas son conglé de pasteur comme la gauche ne reniera pas son cinglé de candidat. C’est trop tard. On ne rattrape pas cinquante ans de désert intellectuel en six mois.

@DRZZ: même si la phrase de Maria que vous mettez en exergue dans votre premier message fleure effectivement bon la rechercher d’une excuse pratique pour laver Obama de tout reproche avant même qu’on sache s’il va perdre ou non, vous faites preuve de la même attitude condescendante qu’Hillary Clinton, dans le post « hillary condescendante – et raciste » su 13 janvier dernier ici même.

« les trois afroaméricains les plus prestigieux de ces dernières années ont tous été portés PAR DES REPUBLICAINS (Clarence Thomas, Condoleezza Rice et Colin Powell) »

Ben oui, c’est comme quand Hillary dit « le fait que le rêve de Martin Luther King a commencé à se réaliser lorsque le président Lindon Johnson a adopté la loi sur les droits civiques en 1964″.

Grosso modo, c’est « les noirs, c’est chouette quand ils l’ouvrent pas trop, qu’ils restent en deuxième ligne, et qu’il viennent jouer les utilités, mais faudrait quand même pas qu’ils veuillent commander et décider eux-même ! ».

J’aurais aimé avoir des chiffres sur le nombre de sénateurs/représentants/gouverneurs noirs dans chaque camps pour savoir si oui ou non il y a un déséquilibre entre Dem et Rep.

Les démocrates, eux, ont un postulant à l’investiture crédible, soutenu par des personnalités chevronnées, qui se trouve être noir. Hillary trouve amusant de faire des allusions à sa couleur, à son deuxième rpénom, fait donner son mari sur le thème « Obama n’est pas un vrai patriote »… Que vous faut-il de plus pour admettre que c’est elle qui pourrit le débat avec une réthorique digne des années 60 ?

@ drzz
je dois te dire que j’ai déjà remarqué tes propos sur ce site, c’est très raciste, ce n’est pas un jugement avec une logique, ni de valeur, mais un jugement brute, aveugle, un jugement de quelqu’un qui veut faire comprendre aux aures q’il est supérieur et les autres inférieur.
je te signale que je suis la mère d’un enfant metis et je suis vraiment fier de l’être, va te faire voir ailleur sale raciste que tu est ! arrête de te faire remarquer et encore de quelle façon NEGATIVEMENT.

@ coco : j’espère que votre message sera supprimé par la modération du blog.

@ john reed : j’ai noté dans le post que vous mentionnez que je ne trouvais pas que la phrase de Geraldine Ferraro sur « Obama n’en est là que parce qu’il est noir », je ne la trouvais pas choquante du tout. Et plutôt juste. L’homme n’a pas de bilan politique et n’a fait aucun coup d’éclat au Sénat. Le voilà aujourd’hui à appeler au changement, alors qu’il n’a jamais proposer une seule loi ou proposition pertinente en tant que sénateur.

Comment un candidat comme lui peut être jugé crédible ? Et comment expliquer son succès, sinon par sa couleur de peau et son soutien dans la communauté noire ? Pensez-vous qu’Obama serait là où il se trouve s’il n’existait pas de ressentiment à l’égard de Hillary chez les Démocrates ?

Ce sont des interrogations légitimes. Tout comme celles au sujet des diatribes du pasteur Wright.

Un proche de McCain a appellé à « détruire l’islam, cette fausse religion ». Vous ne me lirez jamais en défenseur d’une phrase aussi ridicule. Je ne cherche pas à l’excuser ni à la minimiser. Je la trouve débile et je le reconnais.

A l’opposé, les Obamaniaques soutiennent leur candidat quoiqu’il fasse, précisément parce qu’Obama n’a que son image comme carte de visite. McCain est un professionnel de la politique avec des décennies de décisions, de coups de gueules et d’amitiées diverses. Obama n’a rien de cela.

Je n’aime pas la mauvaise foi, et lorsque je lis que des phrases du pasteur Wright comme « que Dieu maudisse l’Amérique » sont jugées par Maria « sorties de leur contexte », je me demande sérieusement si les Obamaniaques savent encore ce que c’est que l’honnêteté.

Ne soyez plus royaliste que le roi, ou ce perdra sa tête.
drzz
http://leblogdrzz.over-blog.com

Je suis si agacé que j’oublie des mots dans mes interventions… Je disais donc, en conclusion : ne soyez pas plus royaliste que le roi, ou ce dernier perdra sa tête.

Reconnaissez qu’Obama a un vrai problème et qu’il en est totalement responsable. Reconnaissez que les propos du pasteur Wright sont à vomir, et que vous n’auriez jamais fréquenté une église comme la sienne.

Enfin, j’espère…

On parle beaucoup du pasteur d’Obama, Jeremiah Wright, mais pas de James Meeks, un autre extrémiste et autre « conseiller spirituel » de Barack Obama :
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17913790.html

Vous trouvez ses paroles sensées ? Justes ? Modérées ? Intelligentes ? Vous écouteriez un tel personnage ?

Voyons…

Quelqu’un a-t-il noté que Martin Luther King n’aurait jamais accepté les paroles d’un Wright ou d’un Meeks ?

Qu’Obama lorgne vers Malcolm X plutôt que vers Martin Luther King ?

Hello ?

@Drzz:

Je ne nie pas que sa couleur soit un « avantage » et sans doute pratiquement la seule raison pour laquelle certains le soutiennent. De même, je vous rejoins pour dire que le vote Pro-Obama dans le camps démocrate, est en partie (bonne partie/petite partie ?) un vote anti- Clinton.

Il n’en demeure pas moins que le camps d’Hillary, et la candidate elle-même, n’ont pas manqué de faire usage d’allusions déplacées.

Lorsque Mme Ferraro dit qu’il en est là « QUE parce qu’il est noir », permettez moi d’objecter respectueusement. Non, son seul mérite n’est pas d’être noir. Mme Ferraro dit qu’il n’y rien d’autre à conserver chez Obama que sa couleur de peau, elle lui enlève TOUT mérite personnel, TOUTE qualité. Et bien moi je trouve cela indigne.

Elle a les mêmes arguments que les anti-discrimination positive. Je suis moi-même peu favorable à cette politique, parce qu’elle n’est qu’un pis-aller. Il n’empêche que les étudiants qui intègrent une université au bénéfice de ces politiques (laissons de côté les joueurs de Basket, Foot US et autre Base-ball), le font après avoir passé des tests et sur la base de mérites réels.

Au final, je joins ma voix à la vôtre pour affirmer haut et fort le dégoût que m’inspire les paroles de l’ancien pasteur d’Obama. Non pas que la responsabilité des gouvernements américains successifs ne soit pas engagée dans l’émergence des Talibans ou de Saddam Hussein, mais parce que personne, quelque soit sa faute, ne mérite le 11 septembre, qui n’a tué que des innocents.

Mais je continue aussi à penser que, derrière toutes les rationalsiations qu’avanceront ses adversaires, certains opposants sont gênés, consicemment ou inconsciemment, par des préjugés raciaux. Les mêmes critiques, même réelles, seraient sans doute bien moins fortes s’il était un homme blanc, protestant.

Je pense qu’on m’a mal compris. Si j’étais américain je voterais OBAMA. C’est lui qui aura l’élan nécessaire pour redresser la belle et grande Amérique.

@DRZZ

Franchement tu decoi grave,COCO a raison,ais un monologue et tu prouve comment tu es un SALE RACISTE tu as enfin montré ton vrai visage heureusement j’ai pas lu tous tes postes.MARIA SVP FAITES CE QU’IL FAUT!!!
Votre blog serai une vitrine pour les racistes.
Je voi aussi que JOHN REED lui a emboité les pas.BEN BRAVOOO c’est chouette ici!!

Pour mieux connaître la politique d’un pays, il faut la subir Il est vrai que la politique américaine a fait des millions des morts surtout dans le tiers monde. ça vous le voyez pas. Loin de soutenir les propos du pasteur d’OBAMA que je déplore mais que je comprends.
Je tiens à souligner je regrette la stratégie des clintons qui veulent jouer sur le racisme pour avoir le pouvoir me déplait. Bill Clinton lui même a fait de la maison blanche une maison de prostitution. des spermes dans tous les couloirs. Le problème ce n’est ni le christianisme ni l’Islam. Oui on peut dire que l’Islam est une fausse réligion mais le christianisme, voulez vous que je vous dise les méfais du christianisme dans le monde? Je veux un débat saint, arguments contre arguments et sur ce point MCCain et Obama font une bonne campagne.

A DRZZ,
J’ai juste une question : Comment qualifies Tu ce que les noirs ont endurés et continuent à endurer?

« Personnellement, je pense qu’Obama a prononcé un discours non seulement honnête mais indispensable. » Dixit Maria Pia

Tout est dit. Ce blog est pro-obama. C’est d’époque.

Hillary n’a pourtant pas encore perdu. C’est elle ou les Dems échoueront en nov.

Obama n’est que du vent. Triste vent d’espoir sans lien aucun avec les USA, sa réalité et son devenir.

Les obamanites – , sympatiques illusionsites mais, hélas, véritables et dangereux psychotiques de l’espoir – devraient se faire une cure de Zanax, ça les apaiserait.

Un noir à la tête de l’hyper-puissance, il faudrait au moins qu’il fasse 50° à l’ombre.

Ne rêvez plus les gauchos, c’est fait pour MCcain, et c’est bien fait pour vous, les drôles de rêveurs.

@ Clair et net : je ne sais pas si Hillary arrivera à remonter la pente. Elle a grossièrement menti sur son voyage en Bosnie, en 1996, et ça fait rire toute l’Amérique :
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-18087296.html

Quant à coco et Laurent, les deux trolls, le même constat : les bobos sont les premiers à citer la race à tort et à travers, alors je parle ici de compétence.

Obama et ses soutiens éludent cette question pour revenir, constamment, à la race.

Mais vous êtes en CM2, cette nuance doit vous échapper.

contunier a verse wa!!!! vs les rasistes vs ne que des sals mek quesque lislam fais ? et quel son les vrais terroriste mondial ? vs ne les connaisse pas ? vs voulez que je vous disse,la critanisme en premier plan l’israel et les usa je sais que sa va faire mal au hypocrite mais ne vous en faite pas quant la troisieme guerre viendra vs allez reveiller reste endormir

Je voulais juste faire comprendre à certains commentateurs de cet article que, jamais Obama n’a cherché a abordé la question raciale dans sa campagne. Il évitait toujours d’en parler avant qu’arrive la polemique sur les propos controversés de son pasteur.
Obama n’a jamais voulu bâtir sa candidature sur la question de sa race. En aucun jour il a cherché à se victimiser sur les attaques qu’ils subissaient pour simples questions de sa race.
En écoutant bien son discours sur les questions raciales aux Etats-unis, vous comprendrez qu’il est le seul à avoir oser toucher là où les politiques américains refusent d’y affronter en face.
Avant l’élection présidentielle en France, plusieurs personnes disaient que Nicolas Sarkozy ne pourrait jamais devenir président en France, car il n’est pas français de souche, mais aujourd’hui c’est le contraire qui se fait,c’est un français issu de l’immigration qui est devenu président de la république française.
Obama peut être comparer à Sarkozy, car c’est sa vision pour l’amérique qui lui fait attirer l’attention du peuple americain et du monde.
Sincèrement, en ecoutant MCcain et Hillary, on sent vraiment quelque chose du passé.Ils cherchent à se démarquer d’Obama que sur la question de la sécurité et de l’économie(vielles recettes de toutes les campagnes électorales), sans pour autant être en mesure d’incarner une nouvelle vision qui pourrait bien changer les problèmes profondes qui rongent l’amérique.
Pour finir, je tiens à préciser que je ne suis pas un pro-Obama, mais un simple observateur qui dit des choses telles qu’il les voient.

Ah oui, et le plaisantin qui a emprunté mon identité à 18:19 a oublié que je cite toujours l’URL de mon blog dans la case correspondante.

On opte pour les méthodes staliniennes par ici. Si vous n’êtes pas d’accord, on prend votre identité et on parle à votre place.

@ Joseph : « Je voulais juste faire comprendre à certains commentateurs de cet article que, jamais Obama n’a cherché a abordé la question raciale dans sa campagne. »

Vraiment ?

Michelle Obama, novembre 2007 : « Barack est un Noir. Vous savez, il se fait tirer dessus lorsqu’il se rend à la station d’essence. »
(http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17914257.html)
Barack Obama, mars 2008 : « ma grand-mère réagit comme une blanche lorsqu’elle arpente une rue et rencontre quelqu’un qu’elle ne connaît pas. »
(http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17997669.html)

« Sincèrement, en ecoutant MCcain et Hillary, on sent vraiment quelque chose du passé.Ils cherchent à se démarquer d’Obama que sur la question de la sécurité et de l’économie(vielles recettes de toutes les campagnes électorales) »

Nous ne sommes pas en 1960. La question raciale ne fait plus la une des journaux, contraierment à ce que pense Obama. Condi Rice et Colin Powell ont été à la Maison Blanche, comme bien d’autres avant eux, que ce soit au Sénat ou à la Chambre.

Les Démocrates avaient une autoroute devant eux, mais plutôt que faire campagne sur les sujets où ils sont forts, il penchent à l’extrême-gauche pour plaire à leur base de plus en plus intégriste.

Résultat : l’économie et la sécurité sont les thèmes phares de cette élection, comme le prouvent les sondages. La question des races ne l’est absolument pas.

Et qui est la minorité-phare des Etats-Unis ? Les Noirs ? Non, les Hispaniques. Devinez pour quel candidat ils vont voter si Obama, champion de la cause noire – et uniquement noire – obtient la nomination ?

Il ne faudrait pas que le cauchemar français de voir une personne de couleur ou de couleur « non blanche » accédée aux plus hautes fonctions dans l’une des plus grandes puissances mondiales aveugle certains. Ils se reconnaitront.
Je veux bien croire qu’Obama n’a pas autant d’ »experience » qu’Hilary.Mais de quelles experiences parle -t-on? Si je ne m’abuse, tous les présidents disposent bien de conseillers et d’un jugement personnel. et n’en deplaise à certains Obama en a bien une et elle vaut au moins autant que celle d’Hilary.
Et l’améerique a une sacrée longueur d’avance par rapport à l’europe, et à la France en particulier. Et ceci je l’espere lui permettra de ne pas tomber dans la critique bete et méchante d’une soi-disante inexperience d’un candidat ou de la couleur de la peau. Oui Obama est « noir » c’est un mot qui définit une personne de cette couleur de peau, mais ce n’est qu’un mot. Il s’agit d’abord d’un homme.

@claire et net
Quelle méchanceté dans vos ecrits , comment une personne en plein 21e siecle peut penser et dire des grossieretés pareilles, en vous lisant , je ressens que vous ressentez de la haine , du rancoeur pour les noirs et de la jalousie pour Obama ,(sale raciste) heureusement il y a des gens qui ne sont pas comme vous sur cette planete. Les noirs, sont très intelligents et c’est ce qui vous font fait peur, ce qui devra arriver , finira par y arriver, soyez tranquil. Pense-y et honte à vous

Petites erreurs dans les liens donnés ci-dessus

Citation de Michelle Obama
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17997669.html

Citation de Barack Obama
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17997669.html

Au lieu d’exprimer vos haines contre Obama ou contre HRC pourquoi vous n’élevez pas le débat en le transposant à la France?

LUNDI 24 MARS
Hillary Clinton a plus d’argent pour le scrutin du 4 novembre que pour les primaires
Hillary Clinton aura plus de fonds à sa disposition que Barack Obama pour l’élection présidentielle du 4 novembre, si elle est élue candidate du Parti démocrate, que pour les primaires, montrent les chiffres fournis à la commission électorale fédérale. A la fin février, M. Obama avait levé 55 millions de dollars et Mme Clinton 35 millions.

Mais Hillary Clinton a moins d’argent disponible tout de suite car une partie de ses fonds ne sera utilisable que si elle devient candidate, et une autre partie est constituée de dettes. Fin février, Mme Clinton avait 10,9 millions de dollars en cash, contre 31,6 millions pour son rival. Son endettement s’élevait à 8,7 millions de dollars, en excluant les cinq millions qu’elle a empruntés à titre personnel. Le sénateur de l’Illinois, lui, n’avait que 625 000 dollars à rembourser. Hors endettement, Hillary Clinton ne dispose donc plus que de 2,2 millions de dollars pour les primaires à venir, en Pennsylvanie notamment. En revanche, pour l’élection du 4 novembre, la sénatrice de New York a déjà levé 22 millions de dollars, contre 7 millions à Obama. Selon un porte-parole de Mme Clinton, l’argent continue d’arriver au QG de campagne, preuve que les électeurs démocrates sont loin de considérer la course à l’investiture comme terminée.

Bonjour à tous les internautes,

franchement, il n’y rien de spécial dans cette controverse,que Barack Obama ou Hillary Clinton soit désigné(e) candidat(e) des démocrates, c’est pareil, cela ne changera pas grand chose au cours du monde alors pourquoi tant de polémiques?

C’est triste de voir des questions aussi banales que la quetion raciale occuper tant d’esprit en plein XXIème siècle; mais bon,il faut croire que l’humanité à encore du chemin à faire avant de s’attaquer aux vrais problèmes que sont le partage des richesses, la santé pour tous, et le respect mutuel des cultures et des réligions; questions qui dépassent largement l’enjeu racial.

J’ose croire que les citoyens du monde entier commenceront eux-mêmes les transformations mentales nécessaires à ce monde que nous espérons tous car aucun n’homme politique ou intellectuel ne pourra à lui seul amorcer ces changements indispensables pour la paix des générations futures.

Respectueusement, à tous les internautes.

Les blancs ont si peur de voir un noir à la tête des USA!! Humm… je vois la crainte! faudrait surtout pas que ça se généralise. Ne vous inquiétez pas on ne va pas vous réduire à l’esclavage comme vous l’avez fait. On vous a deja démontré en afrique du sud qu’on a de la hauteur. Vos actes minables vous empêchent de changer et pourtant, il va falloir accepter. En france même, dans la recherche les noirs sont nombreux, du talent y’en a et croyez bien, les choses devront changer car je vois mal comment les français pourraient duper encore les africains par exemple. WAIT AND SEE.

oui monsieur peut reusir la ou on lattend pas cest un tres grand homme politique.
voyez cest le parti democrata qui la choisie donc on doit le prendre au serieux.
cest la verite l’amerique doit changer sa maniere de faire la politique accepter discuter avec ton ennemi nest pas une faiblesse.
je demande a bill clinton q u il fut un tres grand president je lui demande de laisser son comportement ce nest pas forvement que ces sa femme quil ne doit revoir son rang dancien president.
merci

Quelle horreur ce topic !
Maria, j’espérais qu’un peu de recul vous ferait du bien, et vous permettrait de mesurer certaines de vos erreurs…raté !

Votre dénonciation des propos d’Hillary Clinton est protégée par la liberté d’expression au USA, mais en France, ils seraient passible du délit de dénonciation calomnieuse, ou/et diffamation.
A moins que vous ne puissiez expliquer votre position, ce que je vous défie de faire (j’ai expliqué la mienne sur le topic concerné, que je n’avais pas lu avant aujourd’hui).
Le grosso modo est inacceptable quand on porte de telle accusations (n’est ce pas john.reed ?). C’est trop facile de vouloir discréditer quelqu’un comme ça, d’exploiter les blessures et le rejet pour couper court à la réflexion. C’est surtout indigne des idéaux que vous pensez incarner.

Maria, j’ai trop souvent vu des accusations de racisme chez les Obamaistes, contre bien peu de cris au sexisme chez les défenseurs de Clinton. Pourtant, je n’ai pas lu beaucoup de termes racistes, alors que les qualificatifs employés à l’encontre d’Hillary dépassaient souvent les limites.
On oscille en permanence entre une description idéalisé de votre héros et les attaques vociférantes de ses supporteurs.

Je vous voie prétendre au complot sur le moment ou surgissent les propos de Wright, mais je vous signale que si on s’en était rendu compte en Janvier, Clinton aurait largement gagné à l’heure qu’il est, et que si c’était sorti plus tard, celà aurait probablement été, dans un contexte de campagne présidentielle, un atout majeur pour les républicains.
Je vous voie décrire Obama comme le candidat post-racial, mais illustrer celà par le vote « d’une femme de Harlem » qui est tout à fait orienté racialement.
Vous voulez faire d’Obama le candidat des minorités (juste après avoir parlé de candidat « post-racial »…) mais les latinos et les asiatiques votent plus majoritairement Clinton que les blancs.
Vous exigez des Etats-unis qu’ils comprennent le discours d’Obama mais vous refusez de comprendre les 3 lignes prononcées par Hillary Clinton, vous attendez implicitement que les attaques cessent sur Wright mais vous ressuscitez celles que le clan Obama a lancé contre Clinton sur les 3 lignes incriminées.

Vous attisez le feu en choisissant ce thème difficile, et en le traitant avec autant de mauvaise foi.

Quelle horreur ce topic !
Maria, j’espérais qu’un peu de recul vous ferait du bien, et vous permettrait de mesurer certaines de vos erreurs…raté !

Votre dénonciation des propos d’Hillary Clinton est protégée par la liberté d’expression au USA, mais en France, elle serait passible du délit de dénonciation calomnieuse, ou/et diffamation.
A moins que vous ne puissiez expliquer votre position, ce que je vous défie de faire (j’ai expliqué la mienne sur le topic concerné, que je n’avais pas lu avant aujourd’hui).
Le grosso modo est inacceptable quand on porte de telle accusations (n’est ce pas john.reed ?). C’est trop facile de vouloir discréditer quelqu’un comme ça, d’exploiter les blessures et le rejet pour couper court à la réflexion. C’est surtout indigne des idéaux que vous pensez incarner.

Maria, j’ai trop souvent vu des accusations de racisme chez les Obamaistes, contre bien peu de cris au sexisme chez les défenseurs de Clinton. Pourtant, je n’ai pas lu beaucoup de termes racistes avant aujourd’hui, alors que les qualificatifs employés à l’encontre d’Hillary dépassaient souvent les limites.
On oscille en permanence entre une description idéalisé de votre héros et les attaques vociférantes de ses supporteurs.

Je vous voie prétendre au complot sur le moment ou surgissent les propos de Wright, mais je vous signale que si on s’en était rendu compte en Janvier, Clinton aurait largement gagné à l’heure qu’il est, et que si c’était sorti plus tard, celà aurait probablement été, dans un contexte de campagne présidentielle, un atout majeur pour les républicains.
Je vous voie décrire Obama comme le candidat post-racial, mais illustrer celà par le vote « d’une femme de Harlem » qui est tout à fait orienté racialement.
Vous voulez faire d’Obama le candidat des minorités (juste après avoir parlé de candidat « post-racial »…) mais les latinos et les asiatiques votent plus majoritairement Clinton que les blancs.
Vous exigez des Etats-unis qu’ils comprennent le discours d’Obama mais vous refusez de comprendre les 3 lignes prononcées par Hillary Clinton, vous attendez implicitement que les attaques cessent sur Wright mais vous ressuscitez celles que le clan Obama a lancé contre Clinton sur les 3 lignes incriminées.

Vous attisez le feu en choisissant ce thème difficile, et en le traitant avec autant de mauvaise foi.

J’ai réédité mon commentaire pour corriger une faute d’accord nuisible à sa compréhension, et une autre précision malheureusement nécessaire.
Merci de supprimer ce commentaire et la 1ere version du précédent.

Je vois que certains se lâchent sur ce blog. Tant mieux pour eux s’ils trouvent une tribune à leurs débilités. Sûrement l’une des vertus de l’anonymat…et peut être une réponse au politiquement correct. Je ne sais. Mais une chose est sûre: les petits hommes (sens générique) ne peuvent avoir autre chose que de petits instincts. Je crois vraiment que certaines générations n’ont jamais que les dirigeants qu’elles méritent (je porte mon regard vers l’Hexagone…).
Braquer sur l’aspect ethnique est un exercice simple et est à la mesure voire symptomatique du peu de trafic dans leur câblage neuronal : je ne parviens pas à aligner 2 lignes d’argument mais je vocifère des insultes et des phrases sans queue ni tête. Je communique mon mal-être donc j’existe.
Ils se reconnaîtront.

C’est un process connu et quasi animal, indentifiable et, somme toute, vieux comme le monde: on prend un individu quelconque, on considère qu’il ne vaut pas grand chose en tant que personne et que ses caractéristiques principales ne peuvent être entrevues qu’au travers de celles supposées inhérentes au groupe auquel on veut le rattacher. C’est efficace et totalement irrationnel mais cela rassure les simples d’esprit. Car le but, inconscient on non avoué au fond, est de me rassurer moi…définitivement (car évidemment, en tant qu’individu je ne pense pas valoir un copeck en dehors de mon groupe ethnique). Pour ce faire on s’imagine donc, en retour, être détenteurs de certaines caractéristiques (et peut être et surtout des qualités supérieures) communes au groupe auquel on s’identifie ou auquel on croit appartenir.
Pourtant les combats et les enjeux à venir sont tout sauf ethniques. Ces combats seront culturels et idéologiques ou ne seront pas. Je ne suis même pas sûr que le religieux tienne une si grande place. Ceux qui croient en ces vieilles postures font déjà partie du passé à mon sens.
Les lignes se sont déplacées et les vrais géants sortent peu à peu de leur léthargie.
De ce point de vue, comme dans de beaucoup de domaines, les américains ont un peu d’avance. Ils tendent effectivement et instinctivement à dépasser l’aspect ethnique et à se percevoir et se concevoir comme un ensemble homogène lié par des valeurs. La jeune génération en est plus consciente ou le pressent. La réalité est celle là.

Obama peut, à mon sens, difficilement être élu président à sa 1ère tentative. Je serais surpris qu’il y parvienne. Mais il aura plus de chances la prochaine fois, beaucoup plus. Mieux, il se pourrait que son influence soit plus percutante s’il n’était jamais élu! Je pense aux prochaines générations.

Les ‘rentes de situation’ issues du passé et dont certains s’inquiètent, à juste titre, de voir s’évaporer…peu à peu feront partie du passé et c’est un fait. Les enfants du Bon Dieu, ne sont pas des putains d’animaux! Où qu’ils se trouvent. Au Moyen-Orient, en Afrique ou en Occident. Ils ne se laisseront pas faire. Les nantis, les voleurs institutionnels et le ‘braqueurs’ de ressources naturelles n’ont jamais révolutionné et changé quoi ce soit dans l’histoire de l’humanité. Sachez-le les aigris ! Si vous êtres trop fainéants pour ouvrir un livre d’Histoire, croyez-moi sur parole !

Ceux que ça révulse feraient mieux de s’y habituer, de s’y adapter…ou de disparaître : vous savez comme ces bestioles préhistoriques qui n’ont su ou pu s’adapter à leur nouvel environnement. Ils peuvent aussi procéder à une auto-selection naturelle volontaire, si cette dynamique est trop insoutenable. Personne ne les regrettera. Pas moi. La terre continuera de tourner.
à bon entendeur.

Hillary Clinton a relancé la polémique sur l’ancien pasteur controversé de son rival pour l’investiture démocrate à la présidentielle Barack Obama, assurant qu’à sa place elle n’aurait pas « choisi » de continuer à fréquenter son église.
« A en juger par tout ce qu’on a vu et entendu, (le pasteur Jeremiah Wright) n’aurait pas été mon pasteur », a déclaré Mme Clinton lors d’un point de presse pendant une étape de campagne à Greensburg, en Pennsylvanie (est).
« Nous n’avons pas le choix en ce qui concerne nos familles, mais nous avons le choix quand il s’agit du pasteur et de l’église que nous fréquentons », a ajouté Mme Clinton.

Les blancs ont si peur de voir un noir à la tête des USA!! Humm… je vois la crainte! faudrait surtout pas que ça se généralise. Ne vous inquiétez pas on ne va pas vous réduire à l’esclavage comme vous l’avez fait. On vous a deja démontré en afrique du sud qu’on a de la hauteur. Vos actes minables vous empêchent de changer et pourtant, il va falloir accepter. En france même, dans la recherche les noirs sont nombreux, du talent y’en a et croyez bien, les choses devront changer car je vois mal comment les français pourraient duper encore les africains par exemple. WAIT AND SEE.

j’ai très honte le l’homme car à ce niveau,il est plus bête qu’une bête,plus ignorant que l’imberbe.j’ai honte car au 21è siècle alors même que l’Afrique du sud par son illustre Mandela,à prouvé que la couleur de la peau,la taille,le poids ne distaiguaient l’homme de l’autre,qu’aujourd’hui des ignardS qui ne comprennent rien à la vie se lèvent et nous ramène 1000 ans en arrière.réveillez-vous pauvres cons,le monde évolue,moi je suis noir,j’ai été victime d’un accident,c’est le sang d’un géneureux blanc qui m’a été transfusé,mon voisin de lit ,blanc de naissance à reçu d’un géneureux noir un coeur,preuve que pauvres cons,vous êtes à la traine du monde,vous ne savez que manger,boire ,fumer,vous êtes incapables de réfléchir,qu’est ce que la mondialisation,un monde sans frontière,que faites-vous de la lutte contre la la destruction de la couche d’ozone,c’est un combat universel,car ne survivra,ni blanc ,ni noir,ni arabe ,ni indien ,ni asiatique,quand celle-ci sera détruite,prenez garde à vous, vous qui êtes pleins de haine,prenez garde à vous vous qui diviser,que se soit en France, aux usa,ou en Afrique noirs et blancs,hispaniques,asiatiques vivrons ensemble.je vous maudis vous qui critiquer Obama parce qu’il est noir,je vous maudis,vous qui critiquer mme Clinton parce qu’elle est femme,et j’en appelle à toutes les femmes,mais aussi aux hommes intègres peu importe leur race ,leur couleur ,la lutte qui a été et qui est celle de l’émancipation totale de la femme doit s’étendre aux minorités discriminées,aux faibles etc,soyez maudis vous qui vous croyez être supérieur et qui asservissez ou qui croyez avoir reçu une providence pour penser que seul telle catégorie est apte ou a le droit de dirriger un pays,heureusement,notre chère président par son mérite,par son programme à répondre au aspirations du peuple Français,a été élu confortablement,transcendant toutes les attaques mis exergue sur ses origines,preuve que le racisme est un mal,le cancer,et que parfois il touche des gens de même couleur, et doit être combattu énergiquement.Je suis aussi ravi d’une chose vous êtes une minorité qui va disparaître bientot,votre fin approche et vous avez si peur pauvres êtres.Allez pourrir en enfer,car nous nous vivrons ensemble,noirs,blanc,hispaniques,hasiatiques arabes,indiens etc…tant pis pour les jaloux si Obama suit Le chemin de mon bien aimé président et devient aux USA ce leader dont a besoin les USA.
Monsieur Obama a pris ces distances avec le pasteur et ses propos ,que voulez vous de plus,qu’il renonce a l’investiture,alors que les démocratesveulent faire de lui leur candidat? ils n’ya que des gens comme vous qui pouvez rêver de ttl scénario,je pari qu’on en perdra certains d’entre vous par arrêt cardiaque le jour des résultat et de la victoire de monsieur obama,bonne chance en enfer.

Je trouve l’esprit de votre el kadj d’une nullité. Il n’ya aucune richesse dans son analyse on se croirait chez les racistes du klukluxklan. Ces horribles personnes qui refusent toute ouverture raciale et qui ne pense qu’à réduire le noir au rang d’homme préhistorique incapable de raisonnement et bon à rester le paillasson des blancs. La haine, le génocide viennent des personnes vils comme lui, dépourvu de progrès et vivant toujours dans la nostalgie du passé ou le noir ne trouve place que dans les champs des blancs sudistes. Nous abordons une ère ou noirs et blancs sont entrain d’atteindre le dégré de civilisation qui permet à l’humanité de faire un bond en avant afin d’atteindre un idéal de fraternité, voila qu’un imbécile se permet de continuer à voir le noir que sous l’angle des jummelles de son nombril haineux plein de rejet de l’autre. Quelle tristesse de permettre des commentaires aussi sordides sur votre blog!!! Une noire en colère!! http://tebawalito.unblog.fr

je voudrai m’excuser auprès d’elkadj car si je ne me trompe pas ma colère s’est trompé de cible. C’est à DRZZ que je m’adresse ce raciste arriéré. http://tebawalito.unblog.fr

1 mot sur cette phrase de Maria Pia:

« Pendant tous ces mois, la question de la « race » – car c’est bien dans ces termes qu’elle est posée aux Etats-Unis – filtrait en sourdine. »

Bien se rappeller qu’en Anglais le mot « race » est tout a fait politiquement correct, en tout cas aux US ou la definition est differente. (NB: l’Anglais n’est pas defini / controle par l’equivalent de notre Academie Francaise; chaque pays est libre de choisir ‘son’ dictionnaire).

Utiliser « race » en Francais, sans l’employer dans une tournure comme ‘la race humaine’ et en designant donc un individu ou groupe d’individu, revient a admettre l’existence de races, ce qui va totalement a l’encontre de « Les hommes naissent libres et egaux en droits ».

L’utiliser en Anglais aux US ne choquera personne. Meme si cela laisse surement la porte bien plus grande ouverte au racisme, cela ne va pas necessairement de pair… ou si? A verifier, la definition de « racisme ».

Au final, les mots n’ont toute leur valeur qu’avec ceux qui les emploient.

je me demande pourquoi les propos du pasteur ont faits tant de bruits sachant qu’ils existaient depuis lontemps.on va me repondre tout simplement que le pasteur est un proche d’obama et que ses adversaire veulent a tout prix tirer profit de cela.mais il y a une autre raison qu’on a jamais dit et qui ne peut pas etre ecarte:ces propos sont verites,l’amerique ne peut pas se regarder en face pour s’auto-critiquer; c’est pourquoi les sermons du pasteur sonnent si mal aux tympans des nationnalistes americains.la verite blesse!
ce n’est pas du tout un secret pour quiconque que l’amerique est un pays machiavelique et immoral.tout monde le sait sauf peut etre les americains qui croient en l’illusion que les USA sont le pays de la liberte.je dirais au contaire le pays du racisme,des prejujes et discriminations.
souvenez vous de l’affaire d’allende,de lumumba,de Noriega au nicaragua,tout pres de nous de l’irak(arme atomique ou est-tu-o!-non! petrole!petrole!)
ce que les allemands ont fait aux juifs les americains l’ont faits noirs.je suis completement d’accord avec le pasteur sur ses propos.les americains peuvent faire pire que le SIDA et le 11 septembre.c’est pourquoi les propos du pasteur ont une si importante ampleur.
on dit que Obama a sa place grace a ses couleurs je crois que c’est le pire des mensonges,cette consideration est completement infondee ne vise qu’a minimiser la personnalite d’Obama.ce sont des conderations racistes.Aux USA un noir doit oblagatoire obtenir 200%pour reussir tandis que c’est different pour les blanc. la societe americaine est organisée de facon a empecher l’emencipation de noirs(les ghettos en sont un exemple le plus frapant). je ne crois pas
qu’on a fait a barack de cadeaux il a bien merite sa place.d’alleurs il a fait ses preuves.on ne votera jamais un candidat parcequ’il est noirs en amerique tout simplement;bien au contraire,le discours d’OBAMA a ete les plus ressembleurs,le slogan CHANGEMENT avait bien resonne,son oratoire a touche le coeur des amricains,d’alleurs il a des admirateurs partout dans le monde.souvenez-vous il y un an hillary etait la candidate naturelle.souvenez vous aussi lorsque barack avait presente sa candidature certaines personne prenaient son mon pour une marque de savon tellement il etait ignore de la population!
les etats unis evoluent mais ne changent pas.c’est peut etre le pays le plus conservateurs au monde.les etats unis depuis la revolution americaine ne connait jamais de changement veritable,voire de revolution.les conservateurs n’auront jamais aime que c’est un noirs qui leurs apportent le changement c’est pourquoi ils jouent toutes les cartes possible meme celles racistes pour empecher que les choses arrivent.mais ce qu’ils ne savent pas ce qu’on ne peut arreter la marche de l’histoire.depuis la guerre de secession c’est la premiere fois j’ai l’impression que quelque chose est entrain de changer reellement en amerique.mais……!

 

 

 

 

la plupart des commentaires faits sur les blogs a propos de cettte controverse ne sont objectifs. car tres peu ont vraiment lu ou ecoute les propos de Wright ou de Obama sur le sujet. ne vous contentez pas des commentaires et citations des journalistes mais cherchez les discours complets avant de vous faire une opinion.

drzz est un sale raciste pur et dur qui s’est trompé ère. Je trouve ses propos consernant la question choquants son analyse n’est que provacation et vecteur de haine.
C’est étonnant et à la limite ridicule ce genre de raisonnement d’une personne que j’espère intelligemment stable en ce 21 siècle.
Si tu n’est pas capable de t’affirmer dans un monde multiculturel, sucide toi tu auras peut être une planète à toi tout seul. Notre monde n’en serai que bénéfique.

ce drzz qui ecrit des propos stupides est vraiment taré as tu pu dépasser le ce? vraiment minable tu n y connais rien alors fiches nous la paix avec ton ancephalopatologie est ce que tu ne bave pas en regardant la télé? tu dois etre completement fada.NE PERMETTEZ PAS CES GENRES DE PROPOS RACISTES PARCE QUE CES ININTELIGENTS NE SERONT QUE FAIRE SI CE N EST QU AGRAVER LES SITUATIONS ils n ont rien dans la cervelle pauvres petits commes vous devez soufrir d navoir pas un peu d inteligence pour depasser le ce

A drzz;c’est inouï à quel point l’avis sur les questions aussi sensibles que la couleur de la race peut inspirer des gens comme toi.Que sais tu sur le racisme?l’as tu seulement vécu?Toutes les personnes qui n’ont pas la « bonne » couleur supposée(la blanche) vivent des choses au quotidiens(les noirs encore plus) que tu ne peux imaginer.Et Barack Obama subit le même sort que ses semblables à travers le monde.Aux USA,il y a peu de temps encore,les noirs représentaient la minorité la plus importante du pays(soit près de 30millions d’âmes).C’est désormais les hispaniques qui le sont.Et aujourd’hui encore on est obligé de subir,de supporter le cynisme,voire l’hypocrisie exacerbée de crétins qui se disent plus futés,plus intelligents à cause de leur couleur de peau?
Dans qu’elle monde vivez-vous?Obama a été élu sénateur de l’illinois au même titre que Clinton de Washington.Vous pouvez me dire en quoi elle est plus compétente que lui à diriger le pays?les USA comme tous les autres pays ont ils seulement été gouvernés par des présidents Chevronnés?Et puis c’est quoi cette manie,cette hantise gratuite qui consiste à faire croire que lors qu’on est de gauche on est pas capable de mener des politiques économiques indispensables au pays
comme si le libéralisme économique qui envoi des familles entière,des couches de populations dans le mur étaient la panacée.il est des hommes comme des femmes qui s’endurcissent lorsqu’ils sont confrontés aux difficultés,c’est connu.Lors que les Kennedy prirent le pouvoir dans les années 50,ils incarnaient le renouveau.On dirige un pays avec ses convictions et non avec des préjugés de couleur ni de race.Et le monde n’est pas forcément « blanc »;s’étendre sur les questions raciales et éluder le problème de fond à savoir la capacité à mener la prédestiné d’un pays,la valeur intrinsèque de l’individu est très dérisoire. On ne peut pas comme ça surfer sur des sujets aussi complexe que « la gouvernance »d’un pays aussi grand que les USA en usant d’arguments aussi superficiels les uns que les autres alors qu’on comprend assez mal ce qui se passe chez soi.Le racisme est une tare et une fatalité pour les gens qui en sont victimes.Toutes les sociétés occidentales le savent personne ne veut aborder la question.Dès qu’un pasteur noir décrie ce qui vraisemblablement est la réalité,tout le monde s’en offusque.Ces gens ont trop soufferts et cela depuis des générations et le fait d’être mis à l’écart constamment aujourd’hui encore est une profonde injustice,surtout au sein des sociétés qui se disent civilisées.Je ne suis pas devin mais Obama sera élu président.La culture anglo saxonne n’a rien de commun avec celle des européens,c’est un autre monde.Tous ceux qui ont côtoyé un américain vous le diront: »l’Amérique n’est pas la France ».Modérons nos propos et nos analyses de profanes.

« Dès qu’un pasteur noir décrie ce qui vraisemblablement est la réalité,tout le monde s’en offusque. »
Ben voyons !!! Reggio, si tu considères que les blancs ont « vraisemblablement » créé le SIDA pour provoquer un génocide chez les noirs, ne viens pas donner de leçons sur le racisme, à qui que ce soit.

Une précision supplémentaire, les libéraux sont justement les démocrates, pas les républicains. L’inverse n’est pas vrai, les démocrates ne sont pas tous libéraux, puisque ce parti s’étend du centre (libéral) et la gauche.
Cette remarque s’applique aussi à Drzz, qui assimile les démocrates à leur aile gauche, ce qui est aussi grossier et/ou malhonnête que de limiter le parti républicain aux créationnistes.

DRZZ: apprend déja à bien écrire le français avant de mettre des tartines sur internet. retourne à ton cours de français.

Ce drzz est un raciste qui sue la haine

28% des électeurs de Hillary voteront McCain si Obama passe, selon Gallup. Soit +8% acquis grâce à la polémique du pasteur Wright. La Maison-Blanche restera au GOP.

Quant aux grands esprits qui m’ont envoyé tout leur amour, c’est trop me faire d’honneur. Je vais vous laisser entre vous, la discussion ne vole pas haut et johnreed, le seul à écrire quelque chose de sensé, est parti, lui aussi.

Je vais laisser la gamins discuter entre eux.

http://leblogdrzz.over-blog.com

@clairetnet
j ai supprime un de vos commentaires, j ai deja dit que ce blog se voulait un lieu ouvert au debat, les divergences d opinion y sont les bienvenues pour autant qu elles soient respectueuses les unes des autres et ne tombent pas dans l insulte, la diffamation ou la vulgarite.

@tous; je ne peux que vous encourager a poursuivre vos debats tous en respectant les idees des uns et des autres

19% des votants d’Obama se reporteraient sur McCain si Hillary remporte la mise.
28% des électeurs de Hillary feraient de même si Obama est nominé.
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-18129861.html

@ Maria : si vous pouviez faire le ménage des commentaires désobligeants. Ils font fuir les vrais commentateurs et attirent les idiots.

Obama en est la parce qu’il est noir? La question est certes légitime, mais très vite on peut répondre par la négative. Sa principale qualité quand même, c’est son esprit vif, sa prose eloquante, de ses capacités d’orateur.

@Elkadj
« C’est Obama lui-même qui a ravivé la question raciale, et personne d’autre. Il y a tant de candidats noirs ou hispaniques aptes à briguer la Maison-Blanche, dans les deux partis, mais les Démocrates ont choisi PRECISEMENT le plus à gauche, le plus inexpérimenté et le plus antiaméricain. »

Comment peux-t-on dire qu’Obama est le plus à gauche des candidats. Ses propositions électorales (si vous les avez lues) notemment concernant la sécurité sociale sont plus à droite que celles des autres candidats. Même en Angleterre le système de sécurité sociale est plus étatique et interventioniste que ce que propose Obama!

Le plus anti-américan? Saorkozy est-t-il anti-francais parce qu’il souhaite faire évoluer les mentalités en France? On peux ne pas être d’accord sur l’évolution à apporter. Un désaveu du peuple (ce qui n’est même pas le cas pour Obama pour l’instant). ne rend pas l’homme anti-patriotique C’est un traitement logique absurde.

Le plus inexpérimenté des 3 candidats démocrates? Que reste-t-il aux autres candidats pour démonter Obama, une fois la race eliminée. L’age!

Il est sans doute rageant pour les autre candidats, qui voient bien qu’un jeune candidat avec des vue économiques intelligentes a plus de facilité et d’aplomb qu’eux.

Mais ce qui compte c’est la capacité à apprendre vite, pas la durée d’apprentissage d’un poste. D’autre candidats sont sénateurs depuis plus longtemps. Est-ce un gage de réussite dans un nouveau poste? Le peuple américain recruite selon un calcul entrepreneurial simple: mieux vaux un candidat à fort potential, dynamisme et convaincsnt qu’un candidat expérimenté sans grosse marge d’èvolution future et qui ne suscite pas l’entousiasme des clients.

Une vision idéologique et économique pertinente et intelligente, une capacité d’inspiration, une force de conviction dimplomatique est tout ce qu’il faut à un bon président. Pour la paperasse et les affaires courrantes, il y aura une équipe derrière qui elle sera parfaitement familière avec les rouages de la maison politique.

Ce sont à mon sens plus ces qualités que sa race qui propulsent Obama vers le sommet, que sa couleur. Je ne pense pas que l’américain median est pris d’un désir d’un élan de pitié et de soutien envers Obama à cause de sa race. Un candidat à l’investiture noir, n’ayant rien à envier aux blancs est tout simplement le pire support de discrimination positive. Une telle discrimination peux jouer pour des postes à faible qualification, dans des couches sociales défavorisées, mais certainement pas pur l’élite politique. D’ailleurs, si on regarde les statistiques historiques des élections américaines, ses chances de victoire serait alors nulles! Est-ce vraiment ce qui a poussé son parti à le mettre en avant?

Quand on observe la dérive diabolique d’Hillary (la « Tonya Harding » de la politique), on ne peut qu’imaginer avec effroi tout ce qu’à dû endurer Bill Clinton de la part d’une telle personne. Ce n’est pas un hasard si Bill est partie chercher un peu d’humanité chez des sécretaires et des stagiaires dont il a souillé l’honneur. On ne peut vraiment que le plaindre d’avoir épousé une telle dame.

Souhaitons simplement qu’elle n’ait transmis trop de gènes à sa fille. Ce serait dommage.

19% des votants d’Obama se reporteraient sur McCain si Hillary remporte la mise.
28% des électeurs de Hillary feraient de même si Obama est nominé.

C’est plutôt la preuve que 28% des votants d’Hillary dans ces primaires sont des Républicains qui retourneront à McCain.

Obama sera candidat a décidé l’instance fédérale du parti démocrate américain .toi qui sais bien manier pourcentage,et toi qui es si aveugle sur cette information sûr et fiable.mme cliton ne pouvant plus rejoindre Obama en terme de déléguesl’instance a décider que le candidat démocrate sera désigné avant le mois d’août pour que la partie démocrate ne se déchire d’avantage ,dire le candidat désignè entête par la majorité des démocrates sera le candidat démocrate en novembre malgré la divertion de mme cliton qui veux se battre jusqu’au bouten signe de désespoir,ayant comprise que les dés étaient jetés pour elle.elle veut absolument nuire au démocrate en s’accrochant au primaire,faisant ainsi le jeu de MC CAIN.comment quelqu’un qui manque d’argent pour les primaires peut t-elle prétendre en avoir pour la campagne présidentielle,si ce n’est autre chose qu’une ultime maneovre de diversion tant elle a honte de prendre son courage et d’annoncçer comme le très respectueux John Edouar q’elle se retirait.pourquoi at-elle Gagné le texas ,parce que les républicains qui craingnent d’être faceà Obama en novembre sont allé en masse voter pour elle,et pourquoi être surpris que ces 28% de républicain choisissent de voter pour mc cain face à obama en novembre?refléchisser avant d’avancer n’importe quoi,ce sblog est un vrai lieu de débat qui mérite d’acceuillir des hommes refléchis et intelligents.je rappelle à tout ce qui critiquent les phote d’ortographes,que ces des erreurs de frappe et rien d’autre,car tous qui participent sur ce blog,aiment la langue française,et dans cette langue,il n’ya ni noir,ni bla,c,ni quique se soit,il ya la langua française .

drzz,tu feraiS mieux d’enrichir nos débatS car nous avons compris qui tu étaiS,ton incompétance atteint des sommetS,telle QUE la pauvreté de ton analyse n’a de mérite que la haine raciste qui t’habite.je te rappelle que lors du 11 septembre 2001(triste évenement )la mort n’a pa choisi entre blancs et noirs, jaunes ou rouges.des noirs sont morts,des blancs aussi,preuves encore que nos destins sont communs et que au lieu de semer la haine,la xénophobie,mets ton cerveau en valeur,car ton dégré de démarrage reflexionnelle est en retad d’un siècle sur nous autres qui pronons l’harmonie entre les peuples ,où les compétances comme celles de monsieurs Obama nous sont utiles,en dépie de sa couleur de peau,de ses origines.juge l’homme pour ce qu’il est réellement ,cesse d’oculter ses valeurs de vaillant sénateur,de rassembleurs ,d’espoir de l’Amériques qui somnolent et qui s’enfonce dans la crise.certe madame Cliton elle aussi a des compétances pour être présdente,non parce qu’elle est femme,mais parce qu’elle aussi a des capacités tout comme mr Obama à dirriger les USA.
je te conseille de manger des carottes crus,de boire du lait le matin pour développer un peu plus ton cerveau,il a besoin de grandir.

drzz et claire.net,avez vous eu vent des derniers sondages?Obama revient en force pour le sprint final,abat les jaloux

C’est curieux tout de meme que Obama soit noir uniquement parce-que la majorité blanche l’a décidé. Il n’est pas plus noir que blanc. Si l’origine de son pere fait de lui un noir, alors Sarko n’est pas francais et la prince Charles est allemand . Les plus malins vont maintenant me dire que je confond nationalité et race. Malheureusement la notion de race n’existe pas scientifiquement.

Aujourd’hui,notre monde est globale n’est-il pas important d’en parler de ségréga-
tions racistes en contre le sénateur Barack Obama qui a tous les compétences nécéssaires
pour diriger la maison blanche,qu’il est important pour que tous les américains compétants donnent leurs appuis à Obama qui est un noir omnipotent, et tout le reste du monde va réapprendre une nouvelle lec0n démocratique sur les Etats-unis…

Tant qu’on regardera la couleur de la peau et non les qualités et la sincérité d’un candidat je pense qu’on avancera jamais putain on est en 2008 et tout ce que vous avez à dire c’est qu’Obama est noir donc il ne doit pas être président c’est frustrant de voir cela à l’aube du 21ème siècle,qu’il soit noir ou blanc vert jaune violet rien à foutre il a des capacités ce candidat à diriger les états-unis d’amérique il est le plus sérieu de plus étant donné qu’il a grandi dans les rues de chicago il c’est ce que c’est d’affronter les problèmes alors que les autres candidats qui sont clinton et mc cain ont vécu dans des familles aisés comme georges bush en tous cas qui s’en fout de tous les américains qui sont morts en irak et qui ne regrette rien de cela je pense que les américains devraient se poser la question doit-on élire des gens indifférents ou quelqu’un qui c’est ce qu’est la misère et qui n’a jamais été pour une quelconque guerre en irak

Obama est mulâtre. Pourquoi le présente-t-on presque exclusivement comme un Noir ? Il est à la fois Noir et Blanc. Il est également ni Noir ni Blanc. Il est les deux. Pourtant, je n’ai entendu personne parler de lui comme étant un Blanc. Ni les Noirs, ni les Blancs. Une goutte de sang noir et vous êtes Noir, dirait-on ! Une goutte de sang blanc ne fera jamais de vous un Blanc, dirait-on ! Encore une fois, deux poids, deux mesures !

je m’apprêtais à intervenir sur ce blog…comme à l’accoutumé puis je me suis ravisé, réalisant que ça volait trop haut…

vous avez parfaitement raison MTK, j’ai supprimé à nouveau quelques commentaires et je vais fermer les commentaires à ce post.

L’utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

After the speech » election 2008 [http://usa2008.20minutes.fr/2008/03/breves-de-campa.html?cid=108832358#comment-108832358]

« INTERVIEW – «Entre Hillary et Obama, ça va se jouer sur un coup de poker»After the speech »

14 mars 2008

BREVES DE CAMPAGNE – Mrs. Clinton, M.McCain and M. Obama au Sénat / Spin doctor ou docteur Maboul ?

Jeudi 13 mars

 

Au boulot. Battre la campagne c’est bien, mais trop sécher ses devoirs au Sénat, c’est mal. Nos trois candidats s’y sont donc rendus tous ensemble pour la première fois depuis octobre. D’abord parce qu’il s’agissait du vote du budget fédéral, et ensuite parce qu’il y a peu d’endroit aux Etats-Unis qui réunissent autant de superdélégués sur un ausssi petit périmètre. McCain forcément a fait moins d’effet mais les leaders démocrates n’ont pu voulu se montrer trop conciliant en le laissant repartir trop vite à un fundraiser prévu dans la soirée. Hillary et Barack ont échangé quelques mots.

Peut-être ont-ils parlé de Geraldine Ferraro ? Celle-ci (voir plus bas) a finalement fait ses valises de l’équipe de campagne de Clinton. Sans renier d’un iota ses propos et en enfonçant même le clou. « L’équipe de campagne d’Obama m’attaque pour vous [Hillary Clinton, ndlr] faire du mal. Je ne laisserai pas cela arriver », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Autre exemple du masochisme croissant de deux campagnes qui semblent bien décidés à infuser au sein de l’électorat démocrate les divisions partisanes qui ont tant fait pour pourrir le débat politique et scinder l’Amérique en deux : Mark Penn, le stratégiste d’Hillary Clinton dont on vous a déjà parlé ici, a apporté une nouvelle preuve que si Hillary Clinton décroche la nomination, ce sera davantage en dépit de son équipe que grâce à elle. Lors d’un conference call avec la presse, celui dont on sait qu’il fait l’objet d’une détestation quasi unanime au sein même du staff de campagne en a rajouté une couche en avançant que si Obama perdait la primaire de Pennsylvanie, il ne pourrait jamais remporter les élections face à McCain. Sûr, ça va calmer le climat délétère de cette campagne.

Délétère toujours, et la question va suivre longtemps Obama : dans quelle mesure partage-t-il les prêches enflammés du Révérend Jeremiah Wright Jr., pasteur de la Trinity United church of Christ de Chicago où Obama a ses habitudes ? Les prêches enflammés du révérend cadrent mal avec l’image de candidat post-racial sur laquelle repose la candidature d’Obama et ce dernier va devoir ramer pour gommer l’impression négative de cet encombrant soutien. Les commentateurs conservateurs se sont emparés de l’affaire et comptent bien la marteler jusqu’en novembre :

Preacher
envoyé par krs601

Gilles Bouvaist, à New York

Mercredi 12 mars

 

Obama rebondit. Mardi dernier, il a raté l’occasion de plier l’affaire en concédant l’Ohio et le Texas (enfin c’est plus compliqué pour le Texas: il a perdu la primaire, qui comptait pour deux tiers, mais il a gagné –largement- le caucus, qui comptait pour un tiers; au final, il devrait donc s’en sortir avec plus de délégués). Hier, il s’est repris, balayant Hillary dans le Mississippi. Au pays de Tom Sawyer, où environ 70% des démocrates enregistrés sont noirs, Obama l’a emporté par 61% contre 37% à Hillary (en même temps il n’y avait que 33 délégués en jeu). Dans le décompte national, ça donne, d’après CNN, Obama 1611 vs 1480 Clinton, en comptant les intentions des Super Délégués et 1404 vs 1243 sans.

Chacun son tour. Il y a quelques jours, c’est Samantha Power, de l’équipe d’Obama, qui s’égarait, disant off the record que Clinton était «un monstre prêt à tout pour gagner». Ca lui a coûté sa place. Aujourd’hui, tout le monde s’enflamme autour des mots de Geraldine Ferraro, du financial comitee d’Hillary. «Si Obama était blanc, il ne serait pas dans la position dans laquelle il est aujourd’hui», a-t-elle lâché. Elle n’en est pas à son coup d’essai vu qu’elle avait déjà dit à peu près la même chose de Jesse Jackson. Alors que la polémique enfle, elle refuse de s’excuser, défendant sa position. De son côté, Hillary a exprimé son désaccord sur les propos, mais pour l’instant, garde Ferraro dans son équipe.

Marre de la campagne? Rien de tel qu’un bon vieux scandale mêlant sex’n’politics pour faire un break. Où comment Eliot Spitzer, gouverneur démocrate de l’Etat de New York, ancien mister clean du parti, se voit obligé de démissionner, après son implication supposée comme client dans un réseau de prostitution de luxe. Pour tout comprendre, lire les articles de Gilles ici et .

Philippe Berry, à San Diego

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2684118/27042332

Voici les sites qui parlent de BREVES DE CAMPAGNE – Mrs. Clinton, M.McCain and M. Obama au Sénat / Spin doctor ou docteur Maboul ?:

Commentaires

C’est très drôle de voir comment les médias tentent de sauver un Obama que l’Amérique vient de découvrir particulièrement raciste et extrémiste.

C’est pathétique. On dirait la gauche qui tente de sauver Ségolène quand elle commençait à déraper sévère.

Pas un mot sur le pasteur d’Obama qui a officié jusqu’en décember dernier, pas une vidéo sur lui, pas un mot sur cette Trinity United Church, pas un mot sur le prix décerné à Farrakhan qui traite les Juifs de « suceurs de sang »…

Pathétique, disais-je. Mais les Américains ont compris qu’Obama parlait un double langage. Il est grillé.

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17783225.html

Personne ne commente les propos de Wright… Personne ne dit son effarement qu’Obama puisse faire partie d’une église aussi haineuse que la Trinity United.

Silence complet. Certains lui pardonnent déjà.

Obama était membre d’une église qui vomit les Etats-Unis ? Pas important, il se présente seulement pour briguer la présidence américaine…

Obama a fait baptisé ses enfants par un prêtre qui clame que le Sida est une invention de l’Amérique pour tuer les Noirs ? Pas de réaction à gauche et en Europe. C’est pas important le racisme, s’il est dirigé à l’égard de Blancs.

Obama avait comme confident et ami (« mon oncle » a-t-il dit) un prêtre qui a décerné un prix à Louis Farrakhan, qualifié de « Hitler noir » par la LICRA américaine ? Pas un mot. C’est pas important, l’antisémitisme.

Ah, la gauche dans toute sa splendeur. Obama est tout pardonné. Il aurait pu s’inscrire dans un parti néonazi, personne ne lui en tiendrait rigueur. Et c’est précisément ce qu’il a fait.

drzz
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17783225.html

Le néonazi!!! c’est vous monsieur. Dans tous les blogs ou vous avez fait des commentaires les lecteurs ont découvert ce salle raciste que vous êtes. Haineux bêtes et méchant. Vous servant de votre venin contre les noirs et métisses pour pourrir les vrais débats dans les blogs. C’est par des personnes comme vous, qui prônez la supériorité des races que les crimes contres l’humanité et les génocides arrivent. J’espère que les personnes qui prônent la fraternité comme moi vous enverront en enfer dans leurs commentaires. Vous reniez toutes les atrocités vécus dans le passé par les noirs, en transformant le disours d’OBAMA à celui d’un néonazi. Le monde change, la majorité des blancs veulent ce changement et leur sincérité les oblige à regarder en face ce passé commun d’améliorer le présent pour avancer vers une commune direction. Quelle tristesse de constater qu’il existe encore dans notre monde des êtres immondes du kukluxklan comme vous!!!!!!!!!Assassin!!!!

Obama parle aussi aux français:blog de la diversité [20minutes]http://diversite.blog.20minutes.fr/archive/2008/03/26/obama-parle-aussi-aux-francais.html

26.03.2008

Obama parle aussi aux français

Barack Obama a prononcé la semaine dernière à Philadelphie, un très beau discours sur la persistance des préjugés liés aux couleurs de la peau. Il a trouvé des mots extraordinaires pour s’adresser à tous ses concitoyens noirs et blancs auxquels il a proposé de dépasser la couleur de peau pour travailler à un avenir meilleur pour leurs enfants et leur pays.J’ai été ému par ce discours que vous pouvez visionner ici:


Depuis, j’ai vu de très nombreuses reprises de ce discours, j’ai entendu les commentateurs s’en emparer, l’analyser, le décortiquer j’en ai vu de très belles traductions.Et pourtant peu de personnes, très peu font le lien entre la situation décrite par Barack Obama aux Etats-Unis et la situation des noirs et des blancs en France.

Barack Obama décrit hélas, une situation que nous connaissons bien en France, pour la vivre au quotidien. Tout cela me fait subitement penser à l’année 2005, il y a 3 ans déjà, l’année de la création du CRAN, lorsque le cyclone Katrina ravageait la nouvelle Orléans aux Etats-Unis laissant sur le carreau, des milliers de personnes.Les observateurs français étaient, unanimes sur les victimes : des noirs et des pauvres.

Et pourtant au même moment en France il y avait des morts dans les incendies d’hôtels sociaux à Paris. Trois incendies en quatre mois, des dizaines de morts, des dizaines d’enfants.« Ils étaient noirs et ça, ça compte», a noté justement le scientifique Albert Jacquard. A part ce dernier, et Martin Hirsch alors président d’Emmaüs France, il ne s’est trouvé aucune autorité de référence pour faire remarquer que toutes les personnes mortes étaient noires.

Ce « détail » qui n’a pas été relevé par les commentateurs jetait peut-être une lumière trop crue sur la réalité des discriminations dans notre pays.Les mêmes observateurs qui voient les difficultés des blancs et des noirs à vivre en fraternité aux Etats-Unis, refusent toujours aujourd’hui de voir cela en France.L’amertume qui menaçait de m’envahir s’est vite transformée en tristesse.

Je suis triste car les années passent et les choses si changent peu, malgré les considérables efforts de quelques-uns.
Je suis triste car le gouvernement actuel trouve toujours une bonne raison pour ne pas agir en profondeur sur la question des discriminations en France.
Je suis triste car l’opposition regarde ailleurs au lieu de s’emparer du sujet.
Je suis triste que le mot « fraternité » ne soit plus qu’un mot sans sens.
Je suis triste que
es grandes voix qui pourraient s’élever se taisent.
Bientôt ce sera le 10 mai 2008, la commémoration du 160ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage.
Les populations noires de France et leurs amis défileront de la République à la Batille, non pas pour se plaindre, mais pour dire qu’il y a encore des chaînes à faire tomber au sein de notre belle République, et ce sera ici, en France, pas aux Etats-Unis.

Peut-être beaucoup comprendront-ils enfin que ces chaînes toujours présentes dans certaines têtes disent aussi d’autres enchaînements, d’autres misères, celles des sans-logis, des chômeurs, celles de tous ceux qui souhaitent eux aussi que la fraternité ne soit pas qu’un mot…vain.

07:50 Lien permanent | Commentaires (6) | Envoyer cette note | Tags : Obama, France, couleur discriminations

Commentaires

Bravo pour l’anaphore!…

Ecrit par : laval | 27.03.2008

Obama a-t-il seulement parlé aussi aux Français? Ce discours d’Obama a pour ma part une portée universelle. Il a parlé au monde entier. Pour la restauration de la dignité humaine. Tout simplement.

Ecrit par : Amos | 27.03.2008

Vs devriez écouter ts ses discours. Vs comprendriez qu’il n’est pas un petit saint (lui également) ce Monsieur. Les noirs morts en France par incendie, quelle comparaison. Ns, en France, ns distribuons de l’argent chaque aux personnes qui arrivent et qui non jamais contribuées à « l’élévation de ce pays », de l’argent Allocations f. pr leurs enfants, l’école gratuite, les soins gratuits, des aides…etc…Rien aux USA de tt cela. Comparaison absurde. Au USA, il faut mériter ce pays, si l’on veut être américain, ne sont-ils pas ds le vrai ? En France, il y a encore peu d’années derrières nous, les francais malgré des années de labeur n’avaient pas la moindre aide sociale. De quoi et pourquoi les nouveaux arrivants sur notre sol, sont ils aussi demandeurs des impots durement gagnés par les contribuables francais ? Pourquoi ne sont-ils pas aussi exigeants de leur chef d’état ? J’aimerais un réponse vraie.
Quand à sa dignité humaine ? Il reve tt simplement d’un poste bien assis.

Ecrit par : hirondelle | 28.03.2008

TOI L HIRONDELLE TA RIEN PIGER VA DONC POSER T FESSE EN ITALIE ET TU VA COMPRENDRE CE QUE LES NOIR RESSENTE

Ecrit par : LE BOSS | 28.03.2008

Je n’avais pas suivi ce discours de Barack Obama, merci pour cette vidéo et donc pour ce rappel.

Ecrit par : Cfa | 30.03.2008

Nous n’avons pas la même histoire qu’aux USA, mais l’esclavage reste commun. Ce qui est important aujourd’hui, c’est de garder la mémoire alerte pour que ces actes qui ne glorifient personne ne se reproduisent. Le discours d’OBAMA reste universel. Il lui fallait poser les choses sans tricher. Il l’a fait honnêtement. Cela dérange les adeptes d’une continuité des idées kukluxklan, mais dans notre monde civilisé, personne n’a plus à subir les idées extrèmes. Il n’ya aucun procès à faire à OBAMA. Oui la France, est généreuse. Mais n’oublions pas que cette générosité en tout cas pour les noirs a une racine que je vous conseillerai de chercher dans les rapports Nord Sud. Les noirs d’Afrique ne sont pas arrivée par hasard en France et ne bénéficient pas par hasard de la générosité de la France. La colonisation et notre histoire nous unis à elle. Et nous restons même uni pour l’avenir. Lisez l’histoire et les coulisses de l’histoire pauvre hirondelle!!!!!!!!!!!!!!!

Ecrit par : tebawalito | 31.03.2008

 Image de prévisualisation YouTube

Abu Issa sauveteur de la Centrafrique ? [Afriquecentrale]

centrafriquedr.jpgcentrafricaine1.gifcentrafriqueenafrique1.jpgcentrafriqueabu.jpgAbu Issa sauveteur de la Centrafrique ?

Le président de Centrafrique, François Bozizé, a célébré le 5e anniversaire de sa prise du pouvoir en lançant ce qui est présenté comme le « plus grand projet de l’histoire du pays »: un complexe immobilier de 500 millions d’euros, a annoncé la radio nationale.

Le projet, dont le coût s’élève à 327 milliards Francs CFA (500 millions d’eruros) étalé sur cinq années, comprend la construction d’un complexe hôtelier de classe internationale, un centre commercial moderne, un groupe scolaire allant de la maternelle au lycée, des logements de haut standing ainsi que divers aménagements culturels et touristiques, de même source.

Le complexe sera construit par la Centrafricaine de Développement et d’Investissements (CDI), sur « l’île des singes » appelée également Bongossoua, située entre les rives centrafricaine et congolaise de l’Oubangui, en face de la capitale centrafricaine Bangui.

Le financement est assuré par un consortium regroupant des représentant de de 25 pays d’Asie, du Golfe et d’Europe, dont le chef de file est la société « IAS International » du Qatari Issam Abdul Salam M. Abu Issa (photo) venu personnellement de Doha pour le lancement des travaux, selon la radio.

Lors de la cérémonie de lancement des travaux, le ministre centrafricain de l’Urbanisme et de la Reconstruction des Edifices Publics, Jean-Serge Wafio a promis « une indemnisation juste et équitable » aux quelques centaines d’habitants de l’île, essentiellement des pêcheurs et des cultivateurs. Ils seront relogés dans l’est de la capitale centrafricaine.

IAS est active dans le pétrole, le diamant et l’or et la banque (Palestine International Bank), notamment. Outre l’immobilier, Isam Abou Issa s’intéresse au pétrole et à la création, d’un établissement bancaire en Centrafrique.

Publié le 16 mars 2008.

Les barbares de la LRA: Centrafrique [Afriquecentrale]

centrafrique1.jpgcentrafriquedictiosmdk1.jpg

Les barbares de la LRA

Plus de 150 personnes, dont 55 enfants, ont été prises en otages et victimes « d’actes ignobles » par des hommes « utilisant des tactiques » des rebelles ougandais, fin février début mars dans l’est de la Centrafrique, selon un document de travail des Nations unies. « Plus de 300 hommes armés ont attaqué les villages de Bambouti, Gbassigbiri, Ligoua et Obo aux frontières avec la République démocratique du Congo (RDC) et le Soudan. Les stratégies d’attaques et les langues utilisées sont celles de la LRA (Armée de résistance du Seigneur, rébellion ougandaise) », selon ce document, citant l’équipe de l’ONU qui revient de la région.

« Les otages, hommes et femmes ont été contraints à porter des vivres et autres effets pillés (…). Aucun des 55 enfants, pour la plupart âgés de moins de 15 ans, n’a été remis en liberté. Plusieurs femmes ont rapporté qu’elles avaient subi des violences sexuelles de la part des assaillants », affirme le texte, initialement présenté comme un communiqué mais dont l’ONU a ensuite précisé qu’il ne s’agissait que d’un document de travail.

Quelque 40 adultes ont été libérés. Selon les témoignages cités, « des cris de femmes victimes d’abus sexuels sont perçus la nuit dans les camps des ravisseurs ».

« Ces actes ignobles de violences discriminatoires contre des hommes, des femmes et de jeunes innocents, constituent de graves violations des droits de l’Homme », selon John Holmes, secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, cité dans ce texte.

« La violence perpétrée porte les marques de la LRA », a affirmé Toby Lanzer coordinateur de l’aide humanitaire de l’ONU en Centrafrique, espérant que « ces exactions qui constituent des traitements inhumains et dégradants contre les victimes ne resteront pas impunies ».

Fin mars, Bangui avait reconnu que des combattants étaient entrés en Centrafrique sans pouvoir les identifier comme des membres de la LRA de Joseph Kony, leur dirigeant recherché par la Cour pénale internationale (CPI) et qui se serait réfugié dans ce pays.
Kampala avait de son côté fait état de « renseignements crédibles » selon lesquels il s’agissait de la LRA.

Peuplée de près de 60.000 habitants, la région du Haut-Mbomou où ont eu lieu ces violences comporte des zones de non droit où sont perpétrées chaque année de nombreuses attaques de bandes armées, notamment des braconniers soudanais souvent puissamment armés qui déciment la faune centrafricaine.
Placée sous l’autorité d’un préfet, qui est un officier de l’armée, la localité d’Obo dispose d’un détachement des Forces armées centrafricaines (FACA).

Joseph Kony et trois hauts responsables de la LRA sont visés par des mandats d’arrêt de la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Fin février, Kampala avait annoncé avoir conclu avec la LRA un accord de désarmement, de démobilisation et de réinsertion sociale des rebelles, dernière étape avant la signature d’un accord de paix définitif. Celui-ci devrait être signé début avril même en l’absence du chef de la LRA Joseph Kony, ont affirmé jeudi les autorités ougandaises.

La guerre civile dans le nord de l’Ouganda a fait des dizaines de milliers de morts en plus de vingt ans et provoqué le déplacement de près de deux millions de personnes. Les pourparlers entre Kampala et la LRA ont débuté en juillet 2006.

Publié le 29 mars 2008.

Global Witness demande de la transparence [Afriquecentrale]

Global Witness demande de la transparence

Les renégociations des contrats miniers en République démocratique du Congo (RDC) doivent être « transparentes » et « équitables », plaident un collectif de 15 ONG locales et internationales dans un communiqué transmis publié mercredi. Les ONG, notamment l’Institut néerlandais NiZA et les organisations britanniques Global Witness et Raid, saluent la publication, quatre mois après son parachèvement, du rapport d’une commission gouvernementale qui recommande la résiliation d’une vingtaine de contrats et la renégociation d’une quarantaine d’autres sur 61 partenariats examinés.

La commission recommande notamment de renégocier les partenariats conclus entre des entreprises publiques de RDC et le premier groupe minier mondial BHP Billiton, les sud-africains Anglogold Ashanti et De Beers, ainsi que le géant minier américain Freeport-McMoRan.

Saluant un « pas important vers le rétablissement de la confiance » dans le secteur minier, les ONG font toutefois part de leurs « préoccupations quant au manque de clarté qui entoure la prochaine étape, cruciale, du processus, à savoir la renégociation des contrats ».

« De nombreuses entreprises participent d’ores et déjà à des négociations, alors que le processus n’a même pas encore démarré officiellement. Dans un cas au moins, celui de CAMEC (compagnie cotée à Londres et détenant des parts d’une société mixte d’exploitation de cobalt en RDC), les négociations auraient déjà été conclues de manière satisfaisante », soulignent les ONG.

« Le gouvernement se doit de faire connaître publiquement le processus qu’il compte suivre, y compris les critères utilisés lors des renégociations, et de publier les contrats révisés », plaide le collectif.

Mi-mars, le gouvernement congolais a annoncé avoir mis en place une équipe spéciale interministérielle chargée d’examiner les « réponses des investisseurs » aux critiques de la commission. Il propose de les « contacter » ensuite pour « l’étape suivante du processus, selon les conclusions qui seront retenues (renégociation ou résiliation) ».

Pour les ONG, « le but ultime de cet exercice devrait être d’assurer à la population congolaise de bénéficier de la richesse de son pays », un des plus pauvres de la planète, ravagé par des années de conflits et de mauvaise gestion.

Or selon le collectif, « de par sa composition, cette équipe spéciale (…) ne fournit aucune garantie d’impartialité ou d’indépendance » et devrait comprendre des experts juridiques internationaux et des membres de la société civile.

La RDC recèle d’immenses ressources naturelles, dont 34% des réserves mondiales connues de cobalt et 10% des réserves de cuivre. Un total de 4.542 titres miniers ont été octroyés à 642 sociétés sur l’ensemble du territoire.

Selon l’ONU, 75% des 60 millions d’habitants de RDC vivent avec moins de un dollar par jour.

Publié le 26 mars 2008.

Les lacunes du code minier Congo (RDC) [Afriquecentrale

congordc.jpghttp://afriquecentrale.info/central.php?o=6&s=1424&d=3&i=1440

Les lacunes du code minier

Le gouvernement a ouvert mercredi à Kinshasa des « états généraux » du secteur minier en République démocratique du Congo (RDC), en vue d’évaluer l’application du code minier, six ans après sa mise en œuvre.

Les participants – experts miniers, ministres des gouvernements central et provinciaux, délégués des régies financières, négociants miniers – vont plancher, pendant trois jours, sur les lacunes constatées dans l’exécution du code minier, « en vue de proposer des mesures correctives » avec le concours de tous les acteurs du secteur.

Le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, a rappelé, à l’ouverture des travaux, que l’objectif poursuivi par la révision des contrats miniers lancée en 2007 était de permettre à l’Etat – lésé dans de nombreux cas – de chercher « l’équilibre des avantages » entre l’Etat et les partenaires privés, dont certains ne respectent pas le code minier.

Sur 60 premiers contrats miniers examinés par une commission nationale depuis juin 2007, « cinq seulement sont en production », « six en étude de faisabilité » et les titres couvrant les 49 autres contrats devront faire l’objet d’un « examen approfondi », pouvant aboutir à une renégociation ou une résiliation, a affirmé M. Kabwelulu.

Un total de 4.542 titres miniers et de carrières ont été octroyés sur l’ensemble du territoire national, et les concessions couvertes par ces titres représentent 33 % de la superficie du pays, a-t-il précisé, déplorant que les régions concernées soient en dépit de leurs ressources « restées toujours pauvres et sans contrepartie ».

Le ministre a rappelé que l’application du code minier devait notamment s’accompagner de la mise sur pied d’une commission de validation des droits miniers, qui « n’a pas fonctionné dans les normes et n’a pu jusqu’à sa dissolution élaborer aucun rapport ».

Le code prévoyait aussi « la délimitation des aires protégées », des zones d’exploitation artisanale, « vitales pour les populations locales », et la « délimitation des gisements à soumettre à appel d’offre ». Or, des surfaces protégées ont été « carrément octroyées comme sites miniers » et la gestion des autres zones n’est pratiquement pas réglementée.

Le gouvernement attend de ce forum des « recommandations et suggestions » notamment en ce qui concerne « la part de l’Etat dans le capital social des sociétés minières », la « répartition des compétences entre le ministre des Mines et les ministres provinciaux » de ce secteur, la « prise en compte des intérêts des populations locales », le « gel des concessions », la « sécurité juridique » des opérateurs et la « commercialisation des minerais ».

La RDC recèle d’immenses ressources naturelles, dont 34% des réserves mondiales connues de cobalt et 10% des réserves de cuivre. Les experts du secteur estiment que plus de 90% des exportations sont illégales.

Publié le 13 mars 2008.

La fraude minière reste un fléau

Des experts et membres du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) ont recommandé lundi la révision de certaines clauses du code minier, six ans après sa mise en application, à l’issue de cinq jours de travaux.

« Le (socle) fondamental du code minier reste encore valable, mais le réexamen de certaines de ses clauses s’impose pour l’adapter à l’environnement socio-politique du moment », estime un rapport de synthèse lu à l’issue des « états généraux » du secteur, organisés du 12 au 17 mars à Kinshasa.

Le rapport demande notamment « l’extension de la part de l’Etat dans le capital social des sociétés minières » mixtes, la spécification de la « répartition des compétences entre le ministre des Mines et les ministres provinciaux » de ce secteur, la « prise en compte des intérêts des populations locales », le « gel des concessions » et une « lutte implacable » contre la fraude.

Selon les participants, la fraude minière prive le pays d’importantes ressource financières. Selon certains experts, plus de 90% des exportations sont illégales ou non contrôlées.
Un cahier des charges type définissant les relations entre les titulaires des droits miniers et les populations doit être créé, recommande ce forum.

Le ministre des Mines Martin Kabwelulu avait rappelé, à l’ouverture des travaux, que l’objectif poursuivi par la révision des contrats miniers lancée en 2007 était de permettre à l’Etat – lésé dans de nombreux cas – de chercher « l’équilibre des avantages » entre l’Etat et les partenaires privés, dont certains ne respectent pas le code minier.

Sur 60 premiers contrats miniers examinés par une commission nationale depuis juin 2007, « cinq seulement sont en production », « six en étude de faisabilité » et les titres couvrant les 49 autres contrats devront faire l’objet d’un « examen approfondi », pouvant aboutir à une renégociation ou une résiliation, avait affirmé M. Kabwelulu.

Un total de 4.542 titres miniers ont été octroyés à 642 sociétés sur l’ensemble du territoire national. Les concessions couvertes par ces titres représentent 33 % de la superficie du pays, selon le ministre, qui déplore que les régions concernées soient restées pauvres et enclavées en dépit de leurs ressources.

Publié le 18 mars 2008.

« INTERVIEW – «Entre Hillary et Obama, ça va se jouer sur un coup de poker» [20minutes]

« INTERVIEW – «Entre Hillary et Obama, ça va se jouer sur un coup de poker» | After the speech »

14 mars 2008

BREVES DE CAMPAGNE – Mrs. Clinton, M.McCain and M. Obama au Sénat / Spin doctor ou docteur Maboul ?

Jeudi 13 mars

 

Au boulot. Battre la campagne c’est bien, mais trop sécher ses devoirs au Sénat, c’est mal. Nos trois candidats s’y sont donc rendus tous ensemble pour la première fois depuis octobre. D’abord parce qu’il s’agissait du vote du budget fédéral, et ensuite parce qu’il y a peu d’endroit aux Etats-Unis qui réunissent autant de superdélégués sur un ausssi petit périmètre. McCain forcément a fait moins d’effet mais les leaders démocrates n’ont pu voulu se montrer trop conciliant en le laissant repartir trop vite à un fundraiser prévu dans la soirée. Hillary et Barack ont échangé quelques mots.

Peut-être ont-ils parlé de Geraldine Ferraro ? Celle-ci (voir plus bas) a finalement fait ses valises de l’équipe de campagne de Clinton. Sans renier d’un iota ses propos et en enfonçant même le clou. « L’équipe de campagne d’Obama m’attaque pour vous [Hillary Clinton, ndlr] faire du mal. Je ne laisserai pas cela arriver », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Autre exemple du masochisme croissant de deux campagnes qui semblent bien décidés à infuser au sein de l’électorat démocrate les divisions partisanes qui ont tant fait pour pourrir le débat politique et scinder l’Amérique en deux : Mark Penn, le stratégiste d’Hillary Clinton dont on vous a déjà parlé ici, a apporté une nouvelle preuve que si Hillary Clinton décroche la nomination, ce sera davantage en dépit de son équipe que grâce à elle. Lors d’un conference call avec la presse, celui dont on sait qu’il fait l’objet d’une détestation quasi unanime au sein même du staff de campagne en a rajouté une couche en avançant que si Obama perdait la primaire de Pennsylvanie, il ne pourrait jamais remporter les élections face à McCain. Sûr, ça va calmer le climat délétère de cette campagne.

Délétère toujours, et la question va suivre longtemps Obama : dans quelle mesure partage-t-il les prêches enflammés du Révérend Jeremiah Wright Jr., pasteur de la Trinity United church of Christ de Chicago où Obama a ses habitudes ? Les prêches enflammés du révérend cadrent mal avec l’image de candidat post-racial sur laquelle repose la candidature d’Obama et ce dernier va devoir ramer pour gommer l’impression négative de cet encombrant soutien. Les commentateurs conservateurs se sont emparés de l’affaire et comptent bien la marteler jusqu’en novembre :

Preacher
envoyé par krs601

Gilles Bouvaist, à New York

Mercredi 12 mars

 

Obama rebondit. Mardi dernier, il a raté l’occasion de plier l’affaire en concédant l’Ohio et le Texas (enfin c’est plus compliqué pour le Texas: il a perdu la primaire, qui comptait pour deux tiers, mais il a gagné –largement- le caucus, qui comptait pour un tiers; au final, il devrait donc s’en sortir avec plus de délégués). Hier, il s’est repris, balayant Hillary dans le Mississippi. Au pays de Tom Sawyer, où environ 70% des démocrates enregistrés sont noirs, Obama l’a emporté par 61% contre 37% à Hillary (en même temps il n’y avait que 33 délégués en jeu). Dans le décompte national, ça donne, d’après CNN, Obama 1611 vs 1480 Clinton, en comptant les intentions des Super Délégués et 1404 vs 1243 sans.

 

Chacun son tour. Il y a quelques jours, c’est Samantha Power, de l’équipe d’Obama, qui s’égarait, disant off the record que Clinton était «un monstre prêt à tout pour gagner». Ca lui a coûté sa place. Aujourd’hui, tout le monde s’enflamme autour des mots de Geraldine Ferraro, du financial comitee d’Hillary. «Si Obama était blanc, il ne serait pas dans la position dans laquelle il est aujourd’hui», a-t-elle lâché. Elle n’en est pas à son coup d’essai vu qu’elle avait déjà dit à peu près la même chose de Jesse Jackson. Alors que la polémique enfle, elle refuse de s’excuser, défendant sa position. De son côté, Hillary a exprimé son désaccord sur les propos, mais pour l’instant, garde Ferraro dans son équipe.

Marre de la campagne? Rien de tel qu’un bon vieux scandale mêlant sex’n’politics pour faire un break. Où comment Eliot Spitzer, gouverneur démocrate de l’Etat de New York, ancien mister clean du parti, se voit obligé de démissionner, après son implication supposée comme client dans un réseau de prostitution de luxe. Pour tout comprendre, lire les articles de Gilles ici et .

Image de prévisualisation YouTube

Philippe Berry, à San Diego

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2684118/27042332

C’est très drôle de voir comment les médias tentent de sauver un Obama que l’Amérique vient de découvrir particulièrement raciste et extrémiste.

C’est pathétique. On dirait la gauche qui tente de sauver Ségolène quand elle commençait à déraper sévère.

Pas un mot sur le pasteur d’Obama qui a officié jusqu’en décember dernier, pas une vidéo sur lui, pas un mot sur cette Trinity United Church, pas un mot sur le prix décerné à Farrakhan qui traite les Juifs de « suceurs de sang »…

Pathétique, disais-je. Mais les Américains ont compris qu’Obama parlait un double langage. Il est grillé.

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17783225.html

Personne ne commente les propos de Wright… Personne ne dit son effarement qu’Obama puisse faire partie d’une église aussi haineuse que la Trinity United.

Silence complet. Certains lui pardonnent déjà.

Obama était membre d’une église qui vomit les Etats-Unis ? Pas important, il se présente seulement pour briguer la présidence américaine…

Obama a fait baptisé ses enfants par un prêtre qui clame que le Sida est une invention de l’Amérique pour tuer les Noirs ? Pas de réaction à gauche et en Europe. C’est pas important le racisme, s’il est dirigé à l’égard de Blancs.

Obama avait comme confident et ami (« mon oncle » a-t-il dit) un prêtre qui a décerné un prix à Louis Farrakhan, qualifié de « Hitler noir » par la LICRA américaine ? Pas un mot. C’est pas important, l’antisémitisme.

Ah, la gauche dans toute sa splendeur. Obama est tout pardonné. Il aurait pu s’inscrire dans un parti néonazi, personne ne lui en tiendrait rigueur. Et c’est précisément ce qu’il a fait.

drzz
http://leblogdrzz.over-blog.com/article-17783225.html

Le néonazi!!! c’est vous monsieur. Dans tous les blogs ou vous avez fait des commentaires les lecteurs ont découvert ce salle raciste que vous êtes. Haineux bêtes et méchant. Vous servant de votre venin contre les noirs et métisses pour pourrir les vrais débats dans les blogs. C’est par des personnes comme vous, qui prônez la supériorité des races que les crimes contres l’humanité et les génocides arrivent. J’espère que les personnes qui prônent la fraternité comme moi vous enverront en enfer dans leurs commentaires. Vous reniez toutes les atrocités vécus dans le passé par les noirs, en transformant le disours d’OBAMA à celui d’un néonazi. Le monde change, la majorité des blancs veulent ce changement et leur sincérité les oblige à regarder en face ce passé commun d’améliorer le présent pour avancer vers une commune direction. Quelle tristesse de constater qu’il existe encore dans notre monde des êtres immondes du kukluxklan comme vous!!!!!!!!!Assassin!!!!

After the speech : USA 2008 [20minutes]

After the speech

Il y a plusieurs façons de regarder le discours prononcé hier par Barack Obama depuis Philadelphie sur le thème de la question raciale aux Etats-Unis (voir ci-dessous).

D’abord, en dépit de la nécessité de contenir l’inquiétude suscitée par les images du révérend Wright accusant les Etats-Unis d’être responsable du 11 septembre, il faut une grosse dose d’ambition, voire de courage, à évoquer de front le sujet de la question raciale aux Etats-Unis. Et ce en pleine campagne, avec un long discours, plutôt que de glisser le sujet sous le tapis en reniant purement et simplement le révérend Wright pour ses déclarations.

Néanmoins, plusieurs attitudes sont possibles face à ce discours.

Vous êtes un républicain convaincu, spectateur assidu des talks show de Fox News (Hannity and Colmes, Bill O’Reilly) et un auditeur avide des émissions de Rush Limbaugh et de Laura Ingraham ? Un discours d’Obama de plus, vous dites vous, et une tentative grossière pour maquiller derrière de jolis mots un gauchisme anti-américain qui ne veut pas dire son nom. C‘est la conclusion à laquelle sont parvenus les rédacteurs de la National Review sur leur blog The Corner.

Vous êtes un républicain modéré ? Vous vous dites qu’il s’en est très bien sorti, vous appréciez le damage control mais vous trouvez qu’un discours sur la question  raciale ne suffit pas à gommer l’association dévastatrice de sa campagne avec une amitié de vingt ans le liant à un révérend Wright accusant le gouvernement américain d’avoir, entre autres, amené le sida aux Afro-Américains. Ross Douthat, journaliste de The Atlantic, résume bien ce point de vue sur son blog : « Le problème que pose Jeremiah Wright à la campagne d’Obama reste en partie irrésolu, parce qu’un seul discours ne pouvait suffire à effacer la perception créée par sa longue affiliation avec Wright et son église – qu’il n’affronte le problème posé par la style de black politics du révérend Wright que parce que les médias le poussent à le faire. (…) Mais en utilisant la controverse Wright comme une opportunité pour jouer sur les forces de leur candidat –comme orateur, mais aussi comme l’un des rares politiciens capables de délivrer un discours réfléchi et nuancé, en vous donnant l’impression qu’il le pense vraiment– la campagne d’Obama a fait une délicate limonade à partir de citrons terriblement amers. »      

Vous êtes un fan d’Obama terrifié à l’idée de voir sa campagne réduite en miettes par les prêches enflammés d’un pasteur déclarant qu’Hillary ne s’est jamais faite traiter de nigger ? Vous trouvez qu’il a livré un discours historique et balancé. Andrew Sullivan, l’un des fans les plus fervents du web américain et journaliste également à The Atlantic, s’enthousiasme sans réserve : « nuancé, remuant, loyal et profondément, profondément chrétien, c’est le discours le plus honnête sur la question de la race aux Etats-Unis que j’ai entendu de ma vie d’adulte. Sa capacité à embrasser les peurs et les haines des blancs
avec la colère compréhensible  et les espoirs brisés des noirs sont uniques dans l’histoire récente des Etats-Unis. »

Vous êtes un supporter d’Hillary Clinton ? Pas sûr que cette histoire ait vraiment glorifié le candidat d’en face. D’ailleurs l’équipe Clinton se garde bien de revenir sur le sujet en espérant compter les points en avril prochain.

Vous êtes un électeur démocrate, plutôt conservateur ou working class, de Pennsylvannie ou d’ailleurs ? Le parti démocrate et la presse vous regardent dans les yeux en attendant sérieusement de savoir ce que vous allez bien pouvoir penser de cet épisode.  Quant aux électeurs indépendants, n’en parlons même pas.

Gilles Bouvaist, à New York

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2684118/27270966

Voici les sites qui parlent de After the speech:

Commentaires

ce qu’on peut accusé à quelqu’un c’est de fréquenter l’église quelqu’elle soit dans cet amérique folle

La fin de campagne sera loin d’être facile pour lui…

cela permettra au moins d’arrêter la stupide rumeur disant que Barack Obama était un islamiste infiltré.

J’espere que ca ne lui portera pas prejudice !!!

Je suis un fervent supporter de Clinton, et j’ai pourtant trouvé ce discours très très bon. C’est grave?

Le sénateur Obama a effectivement fait un discours historique le 18 mars sur la race. Il faut le voir. C’est incroyable !

Voici sa traduction en français :
http://www.pour-obama.fr/Traduction.html

Bonne lecture!

Samuel Solvit
Comité français de soutien à Barack Obama

12345...15
 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...