TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 14 décembre 2007

14 décembre, 2007

Dans le couloir de la mort – In the death row

Dans le couloir de la mort - In the death row  dans AUTRES REPORTAGES 20minutesblogs

Dans le couloir de la mort – In the death row

Commentez les billets…

… ils apparaîtront quand nous les aurons lus et nous les enverrons à Travis.

Comment ça marche

Travis Runnels attend son exécution dans le couloir de la mort, au Texas. C’est à travers l’une de ses correspondances que ce blog est né. Travis rêvait d’une interface à travers laquelle il pourrait raconter son quotidien, partager ses humeurs… Tous les textes sont de Travis. Il les envoie à l’un de ses correspondants, qui les saisis. Le blog sera mis à jour en fonction des aléas du courrier. Tous les commentaires et les mails lui sont transmis par voie postale. Vous n’aurez qu’à attendre patiemment une réponse.

Liens

Ma vie dans le couloir

Je suis confiné dans une cellule exiguë 22 heures par jour. Parfois, au gré des humeurs des gardiens, je peux même être privé de «promenade». On me permet d’avoir des livres et des magasines dans ma cellule. Selon les règles établies par les autorités pénitentiaires, vous pouvez «cantiner», acheter de la nourriture, du dentifrice, un poste de radio à la supérette du couloir de la mort… à condition de disposer de suffisamment d’argent sur votre «compte épargne de détenu». Les visites sont autorisées. Vos amis, votre famille ou votre avocat -si vous avez les moyens de vous en payer un- peuvent venir vous voir. Mais aucun contact physique n’est permis. Détenus et visiteurs sont séparés par un double vitrage. Les contacts sont également interdits avec les autres prisonniers. Nous sommes enfin autorisés à envoyer et à recevoir du courrier: lettres, cartes postales et photographies. Tout est lu, photocopié et conservé par les autorités pénitentiaires.

Tags populaires

Je suis dans le couloir de la mort pour le meurtre d’un gardien de prison. L’avocat qui m’a représenté au tribunal n’a pas fait correctement son travail et n’a pas appelé le témoin qui aurait pu témoigner en ma faveur et réduire ma sentence. Ainsi, le jury n’a eu aucun élément pour atténuer ma peine pendant les délibérations. La cour d’appel passe actuellement mon cas en revue, mais, une fois encore, j’ai un avocat commis d’office. Du coup, l’enquête est de nouveau bâclée. Pour obtenir plus d’informations à mon sujet, contactez-moi (par mail ou par voie postale, je suis anglophone).

Décembre 2007

12.12.2007

Ma réponse: Rêves Brisés

A l’attention des intéressés…

J’aimerais commencer cette lettre en vous saluant tous et en vous remerciant pour tous vos commentaires, messages et mails. En raison de l’important nombre de mails, je ne peux me permettre de formuler de réponses individualisées. Cette lettre constituera une réponse globale. Si vous souhaitez une réponse directe et précise à l’une de vos questions, je vous invite à m’écrire à mon adresse postale, en prison.

A ceux qui n’avaient pas de bonnes choses à dire, à ceux qui ont laisé des messages de haine et de méchanceté, je vous respecte pour votre franchise et votre honneteté.
En découvrant vos positions à travers vos messages, je peux me faire une idée de l’étendue de vos connaissances, des clichés que vous avez en France… Je vous prierai s’il vous plaît de ne pas m’étiqueter ou de faire de moi un stéréotype trop rapidement.

Est-ce si commun de nous juger moi et les miens aussi rapidement, sans prendre en compte les préjudices ou les élements qui nous auraient conduit à l’endroit où nous nous trouvons? Pour ceux qui me soutiennent et qui croient en moi, je vous demande de me juger le plus honnêtement et sans scrupules.

Je n’ai rien à cacher et je vous exposerai volontier les raisons qui m’ont mené à mon emprisonnement dans le couloir de la mort.

J’ai fait appel de ma condamnation, cet appel vient d’être rejeté.
J’ai été emprisonné dans un quartier de prisonniers de la société civile où je purgeais une peine de 70 pour vol (pour récidive, j’avais pris 5 ans pour cambriolage). J’étais libre de mes mouvements en journée, je pouvais aller vaquer à mes occupations et j’avais la possibilité de travailler, le tout dans l’enceinte de la prison. Je disposais du statut de “résident”. Pour accéder à ce statut, il faut avoir une conduite irréprochable, ne pas jouer au perturbateur. Pour obtenir un permis de travail en prison, les autorités pénitentiaires consulte l’historique de vos incarcérations, elles vous interrogent de manière à définir si on peut vous faire confiance. On vous fait ensuite passer une serie de test psychologiques. J’ai passé tous ces tests. Pourquoi? Parceque je ne suis pas une mauvaise personne. Mon coeur n’est pas mauvais, et ne le sera jamais. Je ne suis ni diabolique, ni machiavelique. Je dois admettre que j’ai commis de nombreuses erreurs et j’ai fais de mauvais choix aussi, mais cela fait t’il de moi une mauvaise personne? Si j’étais parfait je ne serais pas humain pour autant.

Tous ceux d’entre vous qui souhaiteraient me connaître en tant qu’individu lambda doivent le faire en essayant de déceler la part de bon qu’il y a en moi. Je ne vous pousse pas à tirer de quelconques conclusions bien qu’en général, elles viennent d’elles-mêmes. Chaque jour qui passe est une bataille que je mène contre moi-même pour faire de moi un meilleur homme qu’hier.

Ce que je suis sur le point de partager avec vous, je m’étais convaincu de ne pas le faire sur ce blog. Mais avec tous les remous, les émois provoqués par certains commentaires, je dois vous confier quelques-uns de mes sentiments.

Je ne suis pas un sans coeur, je ne suis pas un assassin sanguinaire. Je suis quelqu’un à votre image, j’ai des sentiments, des émotions qui me pèsent chaque jour depuis le décés de cet homme que je suis accusé d’avoir tué.

Que je sois coupable ou non, le fait est qu’un homme est mort. Aujourd’hui, il y a des enfants privés de père, d’autres privés d’oncle, une soeur sans son frère, et une mère et un père qui pleurent leur fils. Ces pensées m’obsèdent. Je connais la peine de cette blessure, je connais également la peine d’une telle perte! Ce qui m’interloque, c’est que beaucoup de gens ne comprennent pas ces pensées.

Vivre cloîtré dans une cellule exigue 23 heures sur 24 entouré de gens qui ne savent rien de moi, de mon histoire et de ma situation, mais qui se sont fait une opinion trés précise de ce que je suis, me mine.

Avez-vous déjà croisé le regard de la mort? Moi oui et je ne l’oublierai jamais. Il y a quelques mois, alors que j’avais rendez-vous avec un avocat et que je me trouvais dans l’un des box destinés aux visites, le box voisin était occupé par un gars dont l’éxecution était prévue le lendemain. Nos regards se sont croisés, il m’a salué d’un clin d’oeil, et au même instant je découvris la mort dans ce regard.  Il est mort par injection létale le lendemain.

Ne souhaitez jamais à quelqu’un une chose dont vous n’avez pas connaissance.
Même si je sais c’est tiré d’un bouquin:”ça nécessite beaucoup de travail, de la chance, pas mal de sacrifice et une bonne dose de patience;”

PS: La phrase du moment dans mon unité, A méditer!
 “Plus on traîne à se trouver un avocat, moins il a de temps pour nous sauver la vie”
 
BROKEN VISIONSTo everyone who inquired…Let me start off by greating everyone with a hello and thank you for all the comments and messages. Due to a large number of e-mails I cannot respond to each one individualy and wiil do it as one. But if you wish a direct response to me you have to write to me at my prison address. Those that didn’t have good things to say, I respect you for your honesty and want to know how evryone feels. But knowing evryone’s thoughts I can begin to understand the things you may not know about or are aware about. Please do not be so quick to label or stereotype that type of person I am.
Are your prejudices and bases so deeplys ingrained that you judge me and my hole being as a person baseds soley on one incident
Even those who believe in me I ask you alos to judge me by hox I present and conduct myself. I have nothing to hide and would gladly tell everyone the whole situation that lead to my confinement on death-row. Being that my case is still in court on appeal I don’t think that would be a decesions.
I’m not gonna let my want for acceptance averule my common sense. This much I will tell you is that I was a inmate in genral population that was allowed to walk around and work at different jobs. (a trustee inmate).

To get this status you must not be a trouble maket and cause problems. Before you are allowed to work or do this type of  things, they chack your prison history, interview you and ask you all type of questions to be sure you can be trusted. They even have you take psch. tests. I passed all these tests. You know why? Because I am not a bad personn at heart and never will be. The fact is it’s not just in me to be an evil person.
I will admit I’ve made some bad decisions in my life but does that define me as a person? If a I was perfect, I wouldn’t be a human then.

Everyone that gets to know me as a person gets to see the good that exists within me. It’s not something I push upon people but a conclusion they come to themselves.  Everyday is a battle for myself to make myself better today than I was yesterday.
What I’m about to share with you is something I said I wasn’t gonna put on this blog. But with there being so many emotions in people’s comments I’ve decided to reveal to you some of my feelings. I am not some heartless and cold blooded killer that loves the sight of blood. I am a personn with feelings and emotions that struggle everyday with the death of the man Im accused of killing.  If I am guilty or not the bottom line is a life has been lost. There are kids without a father, kids without an uncle, a sister missing her brother, a mom and dadwithout there son.

These thoughts are constantly on my mind. I know the pain of hurt, the pain of lost ! What’s so strange to me is a lot people who don’t understand this logic of thought. To walk around a cell 23 hours a day with people who know nothing about you or your situation but yet convinct you with personal opinion. Have you ever looked in to eyes with death in them? I have and it’s something you never forget. A few months ago, I was ging to visit with my lawyer and as I was going in the both the one next to mine was occupied by a guy who had an execution date the next day.  We made eye contact and right at the same time I saw the death in his eyes. First time in my life I saw death and sorrow as one. He was executed the next day. Never wish something one someone you have no concept of. A quote from a book I read : “It requires hard work, a bit of luck, a fair amount of self sacrifice, and a lot of patience.”

#1 bolg quote:
“The longer it takes to hire an attorney, the less time he has to save my life;”

15:50 Lien permanent | Commentaires (19) | Envoyer cette note | Tags : réponse

23.11.2007

Une sensation unique

Quand je reçois du courrier, je reste un moment à observer la lettre entre mes mains et je profite de cette sensation unique…
Cela vous arrive-t-il? Ca me fait cet effet probablement parce que ça me donne l’impression d’avoir des gens et des choses auxquelles je dois penser. Ça me donne aussi la certitude qu’on ne m’oublie pas. Il y a ces jours où on ne reçoit rien, pas une lettre, pas un mot. Ces jours sont terribles, et d’une tristesse absolue. Je déteste ces jours – là.
Je suis dans le couloir de la mort depuis le 25 novembre 2005 et personne ne m’a rendu visite avant février 2007. Mon premier contact avec l’extérieur a été la visite d’une  française.
Ensuite , j’ai vu mon père, une fois. C’était bon de le voir. A vrai dire,  je ne l’avais pas vu depuis mon procès. A cette époque, mon père, ma mère et ma grand-mère avaient assisté à mon procès. Quand j’ai été jugé coupable, lorsque le jury a réfléchi à ma peine, « mort ou perpétuité », ma famille est partie. Donc, quand on m’a annoncé que j’écopais de la peine de mort, ma famille n’était pas là… je me suis senti si seul… entouré d’étrangers.
Mon parcours : 
 J’ai été emprisonné une première fois pour cambriolage. J’ai purgé de 5 ans de prison. J’ai récidivé et j’ai pris cette fois une peine de 70 ans. Alors que je purgeais ma peine, je travaillais dans une usine à chaussure. A l’usine, je me suis battu avec un garde. Je l’ai tué. Aujourd’hui, je suis dans le couloir de la mort pour le meurtre de ce gardien de prison.
J’ai grandit à Dallas. Quand j’étais jeune, j’ai eu une belle vie avec mes parents. En 1992, j’ai voyagé. J’ai rendu visite à mon oncle à Tokyo. Ensuite, nous nous sommes rendus en Thaïlande, puis à Singapour. Plus tard, mes parents se sont séparés. J’ai été confié à ma mère, qui sombra dans la dépression, la drogue et l’alcool. Elle se mit en ménage avec un mec que je ne supportais pas… Moi qui avait une relation exclusive avec ma mère, je ne voulais la voir avec aucun autre homme. Notre relation s’est dégradée … J’ai rencontré la rue, les gangs, la drogue & les vols…  Voici le résultat…
De nombreux prisonniers du couloir de la mort n’ont pas de contact avec l’extérieur. La correspondance représente beaucoup pour eux. Si vous souhaitez vous investir dans un échange de ce type, ce lien vous propose des candidats à la correspondance. (anglophone/hispanophone)

377f71782138477bffc455f071d832b8.jpg
When I get letters I just sometimes stare at the envelope for a while just enjoying the feeling of getting a mail. Do you do that? It is probably just like that for me because it gives you something to look forward too. It also let you know you are not forgotten. There are days when you don’t get any mail and it makes you really feel sad that you didn’t get any that day. I hate those days. I was in death row since 25 November 2005 and no one had come to visit me until February 2007. The first visit was from a French lady. And after I saw my dad once. It was good for me because I did not see him since my trial. Actually, dad, mom and grandma were at my court date when I was found guilty of this crime, while the jury was thinking to give me life or death my family left. So when they told me I have death penalty my family was not here and I felt so alone with only strangers around me.
I come to prison for Robbery. I have been sentenced first time for 5 years, after released I came back for robbery and have been sentenced for 70 years. During my prison stay I have been working in a boot factory. There I had a fight with a guard which resulted by his death. Now I am in death row for the killing of a guard.
I used to live in Dallas. When I was teenager I had a nice life with my parents. I have travelled in 1992. I visited my uncle in Tokyo, after I have been to thailand and Singapour. A few years after, my parents divorced. I stayed with Mom. She made a nervous breakdown. She became a drug addicted and alcoholic. She met a guy, and brought him at home so that I became a little bit sad. I use to have a very close relation with mom. And I didn’t want her to have any relation with anyone. So our relation became hard. I met gang, drug and started to make robbery.
For pen friend relationship: http://www.deathrow-usa.com/

14:09 Lien permanent | Commentaires (54) | Envoyer cette note | Tags : lettre, lettres

19.11.2007

Un dessin

Un dessin réalisé avec mon codétenu Vincent. Le texte: «L’état du Texas est recherché par les militants anti-peine de mort pour le meurtre de plus de 250 êtres humains»

bb8274337062839d14cc8857c09a86a2.jpg

 

17:36 Lien permanent | Commentaires (13) | Envoyer cette note | Tags : dessin, photo, image, mort

Le Combat de ma vie

Fermez vos yeux et prenez ma main, venez maintenant dans mon monde. Là, où des hommes sont condamnés à mourir et où chaque jour qui s’éteint est un jour qui nous rapproche de  mon  exécution. Chaque jour, je regarde à l’extérieur de ma cellule et j’observe ces gardes armés de bâtons qui me dévisagent et je me demande:  «Qu’est ce que la LIBERTÉ SANS JUSTICE? Qu’est ce que la  JUSTICE SANS LIBERTÉ?»

Ces deux questions font l’objet  constant de mes pensées ,  quand je m’assieds dans cette toute petite cellule. Le jury qui m’a jugé a également dû répondre à deux questions pour décider si  je devais recevoir la prison à vie ou la peine de mort. Le jury a répondu aux questions basées sur les preuves qu’ont leur avait présentées .  (Mon avocat n’en présenta aucune). La question deux (atténuation) est :  « Où l’injustice se commence-t’elle? » Un jury doit avoir un certain genre de preuves de la défense pour qu’ils puissent envisager de répondre « oui » sur ces circonstances. Mon avocat (R.I.P, il est mort d’une crise cardiaque)  n’a absolument rien présenté. Ceci a laissé le jury avec seulement une option pour répondre à cette question. Je ne peux pas blâmer le jury puisque ses membres ont établi leur jugement sur les éléments qu’ont leur a présentés. Suis-je dans le couloir de la mort parce que mon avocat ne m’a pas représenté correctement et que,  dans un sens,  mes droits ont été violés? La constitution de ce pays ne me garantit-elle pas le droit à une vraie défense? N’est-ce pas un exemple flagrant de la mascarade de la justice américaine ? Le système juridique reconnaîtra-t-il cette erreur avec mon cas, celui d’un homme entre la vie et la mort? Pas pour le moment…  Jusqu’ici mes procédures d’appels ont été rejetées. Est-ce que je ne mérite pas quelqu’un  qui se batte en mon nom devant les tribunaux pour tout faire  afin  que je ne sois pas tué par l’ Etat. Ainsi ,  pas à pas, allons de l’avant. J’appelle toutes les personnes et citoyens du monde  à me soutenir et  à  m’accompagner dans… le combat de ma vie.

The fight of my life

Close your eyes and take my hand, now come along in my world. Where men are condemned to die and every day the sun goes down it is one day closer to our execution. As I look out my cell cage everyday and watch guards pass with frowns, mace and night sticks I ask myself “WHAT IS LIBERTY WITHOUT JUSTICE? WHAT IS JUSTICE WITHOUT LIBERTY?” These are two questions that are the constant object of my thoughts as I sit in a 9×12 cage. It was also two questions that were answered by a jury that decided if I was to receive life or death. The jury answered the questions based on the evidence presented to them. (Zero by my lawyer) For future dangerousness and on mitigating evidence. Question two (Mitigating) is where the injustice happens. A jury has to have some kind of evidence from the defense for them to even consider answering yes on mitigating circumstances. My lawyer (R.I.P, he is dead from a heart attack)  presented absolutely nothing. This left the jury with only one option for an answer to this question. I can’t blame the jury they were only working within the evidence they were given. Should I be sitting on death row because my lawyer failed to make sure my rights of proper representation were not violated? Does not the constitution of this country guarantee me this right? Is this not a blatant example of a miscarriage of justice? Will the judicial system acknowledge this mistake with a man’s life on the line? Not so far because my first appeals in the CCA were denied. Yet the district attorney fights diligently for me to make sure this sentence is upheld. Don’t I deserve someone to fight diligently for me to make sure I am not killed by the state. So I step forward and I ask the people and citizens of the world to stand with me in… the fight of my life.

11:55 Lien permanent | Commentaires (8) | Envoyer cette note | Tags : liberté, combat

15.11.2007

To All Parties concerned

Texte datant de quelques mois: Ceci est la prière de mon âme pour moi et mes amis du couloir de la mort. Maintenant, je suis si frustré qu’il est dur pour moi de fonctionner. Quelque chose doit être fait. Là, je suis assis et Robert Perez a été tué. Il est le numéro 7 cette année et un autre est à l’agenda demain. Je ne peux plus rester assis et me taire, plongé dans mes pensées.

Il faut absolument que les groupes anti-peine de mort se rencontrent vite et disent au monde ce qui se passe ici au Texas. Ensemble, nous pouvons réfléchir sur ce qui peut être fait à ce sujet et ce au plus vite. C’est une situation grave dont les conséquences sont et seront terribles pour ceux qui sont comme moi concernés par cette peine au Texas et dans d’autres états. Si nous parvenons à mettre en place un mouvement de protestation massive guidé par la détermination et la force, ça nous permettra à tous d’en finir avec la peine de mort.

Chacune des personnes concernées peuvent prendre part «à la lutte»: en manifestant devant les tribunaux, les institutions publiques, même devant les bureaux de poste et aux intersections de rue… il ne reste qu’à déterminer un jour, une heure… puis se mobiliser corps et âmes. Ceci crée le désordre sans violence. Ceci devrait être fait sans interruption jusqu’ aux élections ou jusqu’à ce que le gouverneur accepte d’avoir des auditions sur la pénalité de mort. Bon nombre de personnes peuvent trouver cette idée extrême, mais nous parlons de vie ou de mort pour nous captifs avec des menaces d’exécutions. Nous n’avons aucune idée si ceci fonctionnera mais quelque chose de différent doit être essayé parce que les méthodes courantes ne font rien pour ceux qui ont déjà été exécutés hélas ou ceux qui vont l’être. Les évènements de ces dernier mois m’ont affecté tellement profondément que je ressens que beaucoup d’efforts ont été menés pour en finir avec cette pratique barbare. Le Texas m’a ramené à la réalité cette année avec ces nombreuses exécutions en 2 mois et semaine. Par ces exécutions, aucun progrès significatif n’a été accompli dans cet état du Texas, ni moi ou quiconque autrement ne pouvons être fier de ce qui se passe ici. Je ne critique pas ma situation mais je fais une critique constructive de la réalité de la situation. Le Texas ne fait il pas assez l’objet de pressions pour envisager de supprimer la peine de mort?

Quand le moment de parler à ce fonctionnaire ou cet officiel arrivera, celui-ci tentera d’arriver à ses fins. Tandis qu’il vous expliquera que des gens meurent partout, il sera temps pour vous de mener votre action non-violente. Pourquoi n’y aurait t’il pas des centaines ou des milliers de personnes qui  convergent sur Huntsville en plein jour, pour faire un sit-in, bloquer les rues et le trafic ? Essayer de sauver quelqu’un est ce commettre un délit, assez grave pour se faire arrêter ? Combien de personnes espèrent elle se sacrifier et se consacrer pour ce en quoi ils ou elles croient, que ce soit bien ou mal, d’ailleurs ? Je pense que c’est une question que chacun doit se poser. Je souffre de savoir que demain l’un de mes codétenus aura été tué, et qu’il n’y a rien que je puisse faire à ce sujet. J’étouffe mes larmes, et me réfugie dans le silence. C’est cette douleur qui me motive pour envoyer cette lettre avec l’espoir qu’elle affectera des personnes de telle sorte qu’elle  les incite à vouloir agir et participer à une rupture de système juridique. Je sais que chacun ne va pas être d’accord avec ces méthodes, tellement il y a d’autres choses qui doivent être faites comme le harcèlement des autorités par courriers, mails, fax et coups de téléphones… Tout ce que je demande est que chacun s’investisse pour sauver des vies.  

bacd51d649788911a56a85330c866688.jpg

 

This is a plea from my soul for me and my fellow Death Row inmates. I’m so frustrated right now it’s hard for me to function at any level. Something has to be done right now and there’s no question about it. As I’m sitting here tonight it is 7:30 pm and Robert Perez has been killed a little over an hour ago. He makes number 7 this year and another one is scheduled for tomorrow I can no longer sit idle and not make my thoughts heard. An emergency meeting needs to take place immediately between the organizers from all anti-death penalty groups. It needs to be recognized what’s going on right now in Texas and the priority of it. With everyone together there can be brainstorming on what can be done about this right now. This is a dire situation in which slow progress is devastating to those needs to take place all across Texas and other states. This mass protest will test the determination and strength of everyone involved in the fight to end the death penalty.


Everyone who wants to take part can go to court houses, government buildings, post offices and street intersections on a certain date to lay down on the floors of these buildings, in door ways and hallways until arrested. This creates disorder without violence. This should be done continuously until the legislature or the governor agrees to have hearings on the death penalty. A lot of people will think this extreme, but we are talking life or death situation for my fellow captive’s with execution dates. We have no idea if this will work but something different must be tried because current methods are doing nothing for those executed or ones scheduled. The last few month have affected me so deeply because I really felt like a lot of progress had been made toward ending this barbarous practice. Texas has snapped me back to reality this year with executions in 2 months and a week, to start the year off. By these numbers no significant progress has been made in this state of Texas that me or anybody else that’s a part of this fight should be proud of. The conditions of my confinement are irrelevant if they plan on caring out my death sentence. I’m not being critical of my moment, but offering constructive criticism on the reality of the situation. Which Texas is not being pressured enough to even consider ending the death penalty.  


The time for talking to this official and that official has come to an end. While talking is going on people are dying. It’s time for non-violent action on a never seen before scale. Why can’t hundredths or even thousands converge on Huntsville in the middle of the day and all lay down in the streets and block of traffic. Is trying to save someone’s life enough to get arrested for? How much are willing to sacrifice for what we believe is right or wrong? I think it’s a question everyone involved needs to ask themselves. It pains me so to sit here tonight and know tomorrow one of my fellow captives will be killed and there’s nothing I can do about it. So I offer a silent tear and a moment of silence. This pain motivates me to send out this letter in hopes it will affect people in a way that makes them want to act and participate in a disruption of judicial system. I know everyone is not going to be comfortable with these methods, so there are other things that need to be done like flooding the officials with constant emails, faxes and phone calls like at a telethon. All I ask is that everyone put more effort into this then anything they’ve ever done in life because lives depend on it. Drastic times calls for drastic measures.      

12:00 Lien permanent | Commentaires (11) | Envoyer cette note | Tags : amis, tué, texas

14.11.2007

Mon quotidien dans le couloir de la mort

Voici un petit programme qui vous permettra d’avoir une idée de la journée type d’un condamné à mort.
 
03 : 00 AM              Petit Déjeuner
05 : 00 AM              Ramassage du courrier
07 : 00 AM              Réveil
08 : 00 AM             Lecture, réponse au courrier
09:00 AM               Recherches d’info pour promenade
09:30 AM               Déjeuner
10:30 AM               Promenade
01:00 P.M.              Douche
01:30 P.M.              Ecoute des infos à la radio
03:00 P.M.              Echecs
04:00 P.M.              Dîner
05:00 P.M.             Lecture, réponse au courrier
 08:00 P.M.             Distribution du courrier
08:30 P.M.              Passage de la blanchisserie
09:00 P.M.             Activités diverses
09:45 P.M.              Repos pour la nuit
 
Le temps qui passe me donne une idée de la valeur d’une journée et de ce qui diffère d’un jour à l’autre. Après le petit-déjeuner, parfois je ne me rendors pas, et je vaque mes occupations. Parfois, la distribution des lettres et des colis tarde jusque 7h00.  La promenade dure deux heures. Elle est parfois plus courte et commence au gré des humeurs des gardiens.
Pour avoir un peu de bon temps, j’écris des lettres à mes correspondants et j’écris des poésies. Chaque fois que je sors de ma cellule, je dois porter des menottes et je suis escortés par deux gardes. On nous permet de prendre des douches chaque jour. Quand j’écoute la radio, j’écoute les informations ou les émissions sportives. Le meilleur moment de la journée, c’est la distribution du  courrier, c’est un moment que chacun attend avec intérêt. Le passage de la blanchisserie concerne les chaussettes, les sous-vêtements, les serviettes… Pour me détendre, je rêvasse, je pense ou je fais de la poésie. Une fois par semaine, nous sommes autorisés à remplir notre liste de courses pour la supérette et nous pouvons  acheter les choses dont nous avons besoin : produits d’hygiène, nourriture, vêtements… Dans ma petite cellule, il y a une table, une couchette, des toilettes, un évier et un matelas. Je suis propriétaire d’une radio, d’une machine à écrire, d’un chauffe-plat et d’un ventilateur. Pas un jour ne se passe sans que je ne rêve ou prie pour une autre chance de vivre et faire bien les choses…. J’ai tellement de projets, je voudrais juste une chance…
 
My day on death row
03 :00 am              Breakfast
05 :00 am              Mail pick up
07 :00 am              Wake up for day
08 :00 am              Read or write time
09:00 am               Find out what time is recreation
09:30 am               Lunch time
10:30 am               Go to recreation
01:00 pm                Take shower
01:30 pm               Listen to radio
03:00 pm                Play chest
04:00 pm                Eat dinner
05:00 pm                Read or Write time
08:00 pm                Mail call
08:30 pm                Laundry change
09:00 pm               Thinking and relaxing  time
09:45 pm                Ley down for the night
 
 
 
The time line gives a general idea of what days or like but some days can be different. After breakfast sometimes I will not go back to sleep, but do a work out. There are mornings when the mailroom people will come around and pass out packages at 07:00 am. The times you come out for 2 hours of recreation can vary on where the officers start. During my righting time I write letters to my penpals and I write poems. When I come out the cell, we have to wear handcuffs and we are escorted by two guards. Showers are allowed everyday. When I listen to radio it is sports or world news, a little music sometimes. The most exciting time of the day is when they pass out mail. Something, everyone looks forward to. The laundry change is for socks, boxers, sheets and towels. During my relaxing time, I will just do a lot of thinking for poems or ideas. Once a week, we will have a day for us to turn in a commissary list to buy the things we need: from hygiene, to food, to clothes. In my small cell, there is a table, bunk, toilet/sink and mattress. My property is a radio, typewriter, hot pot and fan. There are lots of days when I dream and plea for just another chance at life to make things right… with so many plans just one chance.

08:35 Lien permanent | Commentaires (31) | Envoyer cette note | Tags : journée, cellule, heures, promenade

13.11.2007

My eyes are closed and I’m reaching out for help

A ceux qui ont pris le temps de me lire. Avez-vous déjà été enfermés dans une armoire sans porte, juste faite de 4 murs et d’un plafond à huit pieds? Depuis un an et demi, c’est mon cas. C’est un endroit que je n’aurais jamais cru possible mais c’est devenu ma réalité. Parfois je ne sais plus vraiment si je crois en Dieu et pourquoi je suis ici. Je regarde en arrière, je vois quelques choses que j’ai faites pendant ma vie et je me dis que peut-être j’avais besoin d’être ici pendant quelques temps… Je suis quelqu’un de très énergique et j’aime partager mon point de vue. Qui peut m’aider sur mon chemin pour devenir une meilleure personne?


Rappelez-vous, je ne suis qu’à une lettre de distance… 

So to all that have took the time to read up on me. Have you ever been trapped in a closet with no doors just 4 walls and an 8ft high ceiling. I have for the last 1 and ½ years. It’s a place I never thought possible but has become a living breathing reality. Sometimes I’m confused about my faith and why I’m here. I look back on some of the things I did in my life and maybe I needed to be here for a while. I know the nature of my heart so I sometimes have doubts about my confinement. I’m very energetic person and would like to share my mind and thoughts with likewise individuals with positive lifestyles. Who can help me on my journey to be a better person? I don’t sit around and blame others for my predicament; I look within to find the person at fault. Once I understand why I’m at fault then I can move on to understanding myself better. I’m never biased nor judgmental, although I’m very opinionated at times. There are others in life who have experienced or seen things that I would like to be knowledgeable about. I’ve experienced different cultures from Tokyo , Japan to Bangkok , Thailand . That was one of the most revealing times of my life to watch how people live in other countries and the way they treat each other with utmost respect. These impressions have never left me. From whatever walk of life you’re from if you would like to share your thoughts with me feel free to do so. And since the state plans on killing me I’m at a point my life where my strength and determination is going to be tested.Remember if one care’s somebody care’s and I’m only one letter away.Travis Runnels

14:35 Lien permanent | Commentaires (19) | Envoyer cette note | Tags : solitude, cell, cellule

Correspondance

Correspondre est pour moi une porte ouverte sur le monde.
Je peux recevoir du courrier, mais pour les livres, magasines ou autre, il faut passer par un magasin, une maison d’édition ou l’Internet, via des sites comme amazon.com. Voici les Règles de correspondance établies par les autorités pénitentiaires du Texas: Les lettres envoyées à un prisonnier doivent inclure son nom, son matricule et son adresse d’unité ou de service sur l’enveloppe. Des matériaux ou de la contrebande non autorisés trouvés dans le courrier adressé aux détenus seront rejetés et pourront poser de graves au destinataires. Journaux, magasines et livres ne peuvent être expédiés directement aux prisonniers que par l’éditeur, le fournisseur de publication ou la librairie. Les matériaux du type papeterie peuvent également être expédiés aux prisonniers par l’intermédiaire de fournisseurs officiels (web). Il est interdit d’envoyer des articles tels que la nourriture, les vêtements, les bijoux et les articles de toilette. 

 

As I have said before, I can receive, letter, postal cards and pictures.

Things I am allowed to receive, I can receive threw www.amazon.com to my postal address, magazines threw the publisher, supplies threw stores or on internet and money threw www.jpay.com.

Correspondence Rules established by Jail authotities are stricts: Letters sent to a prisoner should include his name, TDCJ number , and unit/facility address on the envelope. Unauthorized materials or contraband found in mail addressed to prisonners will be rejected. Newspapers, magazines, and books may be mailed directly to offenders only by the publisher, publication supplier or bookstore; subject to review and rejection in accordance with the correspondence rules. Stationery (defined as paper, unstamped envelopes, carbon paper, but excluding paper or envelopes with names, addresses or letterhead) may be mailed to offenders only from legitimate vendors or suppliers of stationery. Items such as food, clothing, jewelry, and toiletries may not be mailed to offenders. Individuals may not mail packages to offenders.

07:35 Lien permanent | Commentaires (12) | Envoyer cette note | Tags : correspondance, lettre, lettres, amis

12.11.2007

Death Row in Texas

Les prisonniers du couloir de la mort au Texas sont confinés en isolation, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ils sont autorisés à sortir de leur cellule pour aller en « promenade » (menottés, entourés de deux gardes) ou pour se rendre à la salle de visite, quand ils ont des visiteurs. Les repas sont apportés aux portes de cellules.

 

medium_drapeauusagrand.jpg
Les prisonniers du quartier des condamnés à mort du Texas sont classifiés et confinés dans 3 catégories : les niveaux I, II et III. Les prisonniers du niveau I ont des privilèges qui sont supprimés une fois transféré au niveau II et III, comme décrit ci-dessous.
Prisonniers du niveau I (il s’agit ici de généralités et ne s’applique donc pas à toutes les unités texanes) :
- Douche quotidienne et promenade (une heure par jour dans la dayroom et deux fois une semaine extérieure en cour si le temps le permet)
- Accès bimensuel à la superette (avec un maximum autorisé de $75 de l’achat chaque fois)
- Achat de nourriture, appareils électriques comme une radio, un ventilateur, un chauffe-eau et une machine à écrire, papeterie (enveloppes, stylos, timbres)
- Nombre de visites autorisées : une visite de deux heures par semaine et une visite spéciale par mois (2 visite de 4hr plus de deux jours consécutifs pour des visiteurs venant de très loin). On ne permet pas une visite régulière et une visite spéciale en même semaine.
 
Prisonniers du niveau II et III :
- Achats à la supérette limités aux produits d’hygiène seulement
- Visite limitée à deux visites régulières (2 heures maximum) par mois, aucune visites spéciale permise
- Un rasoir sera remis à l’entrée dans la douche, puis retourné au personnel de sécurité, avant le retour du prisonnier à sa cellule.
- Suspension du courrier pour une semaine pour les Level III.

Prisoners on Texas Death Row are confined in isolation, 24hrs/day, 7 days/week. They only leave their cell to go to recreation, to shower or to the visiting room when they have visitors. Meals are brought to the cell doors.Texas Death Row prisoners are classified and confined in 3 categories, level I, II and III. Level I prisoners have privileges that are taken away when transferred to level II and III as described below:What Level I prisoners can do or have:
-          Daily shower and recreation (one hour per day in the dayroom and twice a week outdoor in the yard if weather permits)
-          Bi-monthly access to the commissary (with an authorized maximum of $75 of purchase each time)
-          Purchase food, electrical appliances like a radio, a fan, a water heater and a typewriter, paper supplies (envelopes, pads, stamps)
-          One two hour visit per week and one special visit per month (2 x 4hr visit over two consecutive days for visitors coming from beyond a 300-mile radius). A regular visit and a special visit are not allowed in the same week.

Level II prisoners can do or have:
 -          Commissary purchases restricted to paper supplies and hygiene products only
-          Visitation restricted to two regular visits (2 hour-visit) per month, no special visits allowed
-          A razor shall be issued after the offender enters the shower, the razor shall be returned to the security staff by the offender before he returns to his cell.

Level III prisoners can do or have:
-          A razor shall be issued after the offender enters the shower, the razor shall be returned to the security staff by the offender before he returns to his cell.

-        No mail for a week. 

17:35 Lien permanent | Commentaires (1) | Envoyer cette note | Tags : règles, texas, isolation, niveau, level, argent, dollars

Things allowed in the cell for all levels

Legal and research material (no metal fasteners/paper clips), approved religious books or articles necessary for the practice of offenders religion that does not violate the security of the institution; TDCJ approved publications in accordance with correspondence rules; photographs; letters; correspondence supplies; Keep-on-person medications per Health Service Policy (until 30 days prior to date of execution): health care devices and supplies prescribed for the offender; one small comb or brush; one bar of state-issued soap; one pair of shower slides; one pair of TDCJ authorized or issued shoes (non steel toe); one roll of toilet tissue; one toothbrush; one tube of toothpaste or tooth powder; personal jewelry items in accordance with current rules; gender related items to include bras, panties, sanitary napkin belt, sanitary napkins, tampons, douche items; small amount of cleaning supplies; mattress and pillow.

Additional property allowed for Level I Prisoners only:

Items purchased through the commissary to include approved electrical appliances (fan, typewriter and other similar items); one razor to be replaced weekly; general library books; in-cell arts and crafts items in accordance with the rules: gender related items in accordance with the rules. Thirty days prior to an execution date, razors shall be issued to level I offenders in the same manner as Level II and III offenders.

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...