TEBAWALITO

blog de la fraternité avec la diaspora noire. Ceux a qui cet appel fait echo, venez et matez mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 5 septembre 2007

5 septembre, 2007

WHITNEY tout simplement

Classé dans : MES MUSIQUES ELUES — tebawalito @ 13:14

92hbodiguard.jpg95bigwaitingtoexhale.jpg

96whitneylafemmedupasteur.jpg05whitney1986.jpg03whitney.jpg03whitneygrammyawards.jpg03whitney1984.jpguntitledcollinezongo.bmp92lplesdifferentsalbumdewhitney.gif04whitney1994.jpgWhitney (1987)

  1. Didn’t We Almost Have It All
  2. I Wanna Dance With Somebody
  3. So Emotional
  4. Where Do Broken Hearts Go

 

I’m your baby tonight (1990)

  1. After We Make Love
  2. All The Man That I Need
  3. I’m Your Baby Tonight
  4. Miracle
  5. My Name Is Not Susan
  6. We Didn’t Know
  7. Who Do You Love

 

B.O. Bodyguard (1992)

  1. I Have Nothing
  2. I’m Every Woman
  3. I Will Always Love You
  4. Jesus Loves Me
  5. Queen Of The Night
  6. Run To You

 

B.O. Waiting to exhale (1995)

  1. Count On Me
  2. Exhale (Shoop Shoop)
  3. Why Does It Hurt So Bad

 

B.O. Preacher’s wife (1996)

  1. He’s All Over Me
  2. Hold On, Help Is On The Way
  3. I Believe In You And Me
  4. I Go To The Rock
  5. I Love The Lord
  6. Joy
  7. Joy To The World
  8. Lord Is My Shepherd, The (Cissy Houston)
  9. My Heart Is Calling
  10. Somebody Bigger Than You And I
  11. Step By Step
  12. Who Would Imagine A King
  13. You Were Loved

 

My love is your love (1998)

  1. Get It Back
  2. Heartbreak Hotel
  3. I Bow Out
  4. I Learned From The Best
  5. In My Business
  6. It’s Not Right But It’s Okay
  7. I Was Made To Love Him
  8. My Love Is Your Love
  9. Oh Yes
  10. Until You Come Back
  11. When You Believe (avec Mariah Carey)

 

Whitney the greatest hits (2000)

  1. Could I Have This Kiss Forever
  2. Fine
  3. If I Told You That
  4. If You Say My Eyes Are Beautiful
  5. One Moment In Time
  6. Same Script, Different Cast
  7. Star Spangled Banner 
  8. All At Once
  9. All The Man That I Need
  10. Count On Me
  11. Didn’t We Amost Have It All
  12. Exhale (Shoop Shoop)
  13. Greatest Love Of All
  14. Heartbreak Hotel
  15. How Will I Know
  16. I Believe In You And Me
  17. I Have Nothing
  18. I Learned From The Best
  19. I’m Every Woman
  20. It’s Not Right But It’s Okay
  21. I Will Always Love You
  22. I’m Your Baby Tonight
  23. I Wanna Dance With Somebody
  24. My Love Is Your Love
  25. Queen Of The Night
  26. Saving All My Love For You
  27. Step By Step
  28. Where Do Broken Hearts Go
  29. You Give Good Love

 

Just Whitney (2002)

  1. Dear John Letter
  2. Love That Man
  3. My Love Featuring Bobby Brown
  4. One Of Those Days
  5. On My Own
  6. Tell Me No
  7. Things You Say
  8. Unashamed
  9. WhatchuLookinAt
  10. WhatchuLookinAt (P. Diddy Remix)
  11. You Light Up My Life

 

Autres

  1. Ain’t No Way
  2. Something In Common

WAITING TO EXHALE 1995 – USA – 121 min.

WHITNEY tout simplement dans MES MUSIQUES ELUES clr
 Whitney Houston et Angela Bassett sont les vedettes de ce film drôle et émouvant à propos de quatre femmes d’une trentaine d’années qui puisent force dans leur amitié rare et spéciale. Savannah, Bernadine, Robin et Gloria cherchent toutes le vrai truc, le grand amour. Bernadine pensait l’avoir, jusqu’à ce que son mari la quitte pour une autre femme. Savannah et Robin réussissent très bien dans leur carrière, mais leur vie amoureuse est désastreuse. Et la divorcée Gloria revient dans la partie en flirtant avec son nouveau et très potable voisin. D’après le roman best-seller de Terry McMillan. CRITIQUE :
L’adaptation au cinéma par Forrest Whitaker du best-seller de Terry McMillan sur les malheurs sentimentaux de quatre femmes noire-américaines est un soap opera distrayant. Chacune de ces femmes de classe moyenne ou moyenne-supérieure (Whitney Houston, Angela Bassett, Lela Rochon et Loretta Devine) ont des raisons de se lamenter sur la qualité des hommes qu’elles fréquentent, et elles donnent ici libre cours à leur colère. Le film de Whitaker donne à ces femmes beaucoup d’espace pour se défouler, certains diront qu’il leur en donne trop. Le film contient de merveilleux moments, comme celui où Bassett brûle la garde-robe de son riche mari lorsqu’il la quitte, ainsi que des passages hilarants sur les défauts sexuels de leurs divers amants, mais il y a aussi quelques séquences banales qui auraient pu facilement être coupées. Aucune des liaisons n’est étudiée en profondeur; pertinemment, la plupart des personnages masculins ne sont là que pour illustrer un point. Parmi les quelques exceptions, il y a Gregory Hines, qui a le joli rôle d’un bricoleur qui drague Devine. Malgré leurs problème avec les hommes, le film est surtout un hommage chaleureux à l’indépendance et à l’amitié de ces quatre femmes. – Michael Costello (allmovie)AUTRES CRITIQUES :
« … Exhale » est dans une classe à lui seul. Ce film porte un regard sans complaisance sur la vie de quatre femmes noires extraordinaires qui partagent les succès et les échecs tout en poursuivant ce rêve inssaisissable qu’est l’amour parfait. (Movie Reviewer, 12/95)
Houston la dure-à-cuire joue son rôle avec un détachement si calme qu’on en est souvent bouleversé. Sa glaciale beauté laisse pantois. Son charisme enflamme l’écran (Filmplex, 01/96)

‘WTE’ nous offre personnages forts et situations vraisemblables qui sont à la fois culturellemnt particulières et applicables universellement. Les femmes de toutes les races tomberont amoureuses de ces femmes noires et se reconnaitront dans chaque larme et promesse rompue. Angela Bassett et Whitney Houston devraient remporter des Oscars pour leurs prestations stupéfiantes – 21/20 ! (Kastle – Siskel & Ebert, 01/96)

 

RECETTES :
66 217 473 $ (USA), le budget était de
14 000 000 $SORTIE :
USA 22 déc. 1995
France jan. 1996

DISTRIBUTION :
Whitney Houston ….. Savannah Jackson
Angela Bassett ….. Bernadine Harris
Loretta Devine ….. Gloria Matthews
Lela Rochon ….. Robin Stokes
Gregory Hines ….. Marvin King
Dennis Haysbert ….. Kenneth
Mykelti Williamson ….. Troy
Michael Beach ….. John Harris, Sr.
Leon ….. Russell
Wendell Pierce ….. Michael
Donald Adeosun Faison ….. Tarik Matthews
Jeffrey D. Sams ….. Lionel
Jazz Raycole ….. Onika Harris
Brandon Hammond ….. John Harris, Jr.
Starletta DuPois ….. Savannah’s Mother
Wesley Snipes ….. James Wheeler (uncredited)
Kelly Preston ….. Kathleen (uncredited)

PRODUCTION :
Forest Whitaker – Réalisateur
Deborah Schindler – Producteur
Ezra Swerdlow – Producteur
Ronald Bass – Producteur exécutif
Terry McMillan – Producteur exécutif
Caron K – Associate Producer
Terry McMillan – Scénariste
Ronald Bass – Scénariste
Kenneth ‘Babyface’ Edmonds – Musique
Toyomichi Kurita – Photographie
Richard Chew – Montage
Jaki Brown – Casting
David Gropman – Dessinateur des décors
Marc Fisichella – Art Direction
Michael W. Foxworthy – Set Decoration
Judy L. Ruskin – Costume Design
Thomas C. Ford – Special Effects

95_2 dans MES MUSIQUES ELUES

OU SONT LES HOMMES © 1995 20th Century Fox

 

THE BODYGUARD 1992 – USA – 130 min.

clr
 Un couple irrésistible… -
Kevin Costner face aux premiers pas au cinéma de la magnifique Whitney Houston, c’est déjà excitant. Elle est ici une vedette de la chanson et du grand écran, presque dans son propre rôle. Lui est un garde du corps qui reprend du service, un homme de l’ombre, presque en contre-emploi. Il est chargé de veiller sur la sécurité de la star qui a reçu des menaces de mort. Elle vit dans une somptueuse villa, entourée de sa soeur, qui est aussi sa secrétaire, de son fils et d’une petite cour propre au milieu du show-biz. Très vite une relation amoureuse se noue entre la star et son employé, qui n’en demeure pas moins sur ses gardes…A la fois love story et suspense policier, « Bodyguard » pourrait se situer entre « Bullit » et « Pretty Woman », c’est dire si c’est un vrai plaisir de cinéma. KevinCostner y fait une belle composition toute en retenue. Il est plus que jamais le petit frère de Steve McQueen. Whitney Houston, elle, se révèle une actrice tout à fait crédible, et surtout au charme irrésistible. Bien sûr, la mise en scène et l’histoire sont hollywoodiennes en diable. Mais on aurait tort de bouder le plaisir d’un film comme celui-ci qui, s’il ne prétend pas être personnel, n’en reste pas moins une excellente distraction. Et le dénouement, qui met en scène la reconstitution d’une cérémonie des Oscars, est tout de même assez gonflé – Gabrielle Devernon (Studio Magazine, 12/92) -
CRITIQUES :
Dans « Bodyguard », Whitney Houston chante et joue la comédie à merveille. Première, Décembre 1992
Outre son charme rare, Whitney Houston se révèle très à l’aise pour jouer la comédie – Télé 7 Jours, Décembre 1992.

Whitney Houston fait un début plaisant sur grand écran; ce sont ses premiers pas dans ce qui pourrait bien devenir une course longue et bien menée – Time, Decembre 1992.

Whitney Houston fait des débuts impressionnants au cinéma, révélant un étonnant talent d’actrice – MTV Europe, janvier 1993.

Avec « Bodyguard », Whitney fait son entrée au cinéma par la grande porte – TF1, decembre 1992.

Réalisation tonique, rythme d’enfer et pauses tendresse au menu de ce suspense qui marqua les débuts à l’écran de Whitney Houston, aussi à l’aise dans la comédie que sur scène – Ciné Revue, février 2004

Whitney est mignonne comme tout et elle a l’oeil qui pétille encore plus que son whisky. Et j’adore la chanson. Que serait « La nouvelle star » et « Star Academy » sans cette chanson? – France Bleu, novembre 2006

 Qu’arrive-t-il lorsque Hollywood associe l’une de ses stars masculines les plus populaires avec l’une des plus populaires divas pop, espérant gagner beaucoup d’argent avec, et la bande originale, et les recettes du box office? Cette combinaison étrange peut parfois s’avérer un désastre complet, mais elle peut aussi parfois créer un trou énorme entre les critiques snobs et le grand public. Alors que les critiques assassinent ces films à cause de leur nature commerciale plus qu’évidente, le grand public succombe souvent aux campagnes de pub intelligentes et va voir le film en masse. C’est ce qui est arrivé à BODYGUARD, thriller romantique de 1992 réalisé par Mick Jackson, qui fut à la fois immensément populaire dans les salles de cinéma et grillé avec passion par les critiques.

Le scenario du film est basé sur un script de Lawrence Kasdan, qui fut écrit en 1975 avec à l’esprit les vedettes Steve McQueen et Diana Ross. Le protagoniste est Frank Farmer (joué par Kevin Costner), ancien agent des services secrets passé dans le secteur privé et travaillant comme garde du corps pour divers riches clients. Sa prochaine cliente est Rachel Marron (jouée par Whitney Houston), diva pop, récemment la cible d’un mystérieux mais très déterminé et potentiellement dangereux stalker. Farmer accepte le job à contre-coeur et très vite, une mésentente naît entre lui et la diva. Alors que Farmer, en tant que professionnel, essaie de fournir la meilleure protection possible en imposant de nouvelles mesures de sécurité, plus strictes et souvent déplaisantes, Marron ne veut pas changer son style de vie ou compromettre sa popularité en limitant ses apparitions publiques. Mais ce n’est pas la seule chose qui crée des tensions dans la relation entre Farmer et Marron – les deux découvrent vite qu’ils sont attirés l’un par l’autre. Alors que leur relation devient plus romantique, le stalker se rapproche de plus en plus.

Au premier abord, BODYGUARD semble juste être un produit de « concept élevé » de Hollywood – mélange des genres « thriller » et « film romantique à l’ancienne », employant tous les clichés propres à ce type de films. Ainsi, les futurs amants commencent leur relation en se méprisant l’un l’autre, après de fausses pistes plus qu’évidentes, l’identité du vrai « bandit » est révélée au milieu du film, et le final nous donne une tentative d’assassinat spectaculaire, mais ridiculement incroyable. Pourtant, BODYGUARD arrive à fonctionner à l’intérieur de ces limites, surtout grâce au script de Kasdan qui est davantage basé sur les personnages que sur l’histoire. Mick Jackson, réalisateur peu connu, choisit délibérément un rythme lent, allouant ainsi davantage de temps pour l’étude des personnages, ainsi que pour les observations de Kasdan sur la nature de la célébrité dans le monde moderne. Le conflit dramatique principal du film – entre le désir de Farmer de préserver la vie de Rachel à tout prix et le désir de Rachel de rester dans la lumière des projecteurs à tout prix – est un dilemme qui est très réel pour les célébrités de ce monde. D’un côté, leurs vies dépend de l’exposition médiatique, mais, d’un autre côté, cette exposition est sûre de leur apporter de l’attention non désirée et d’en faire la cible de divers individus dangereux. Cinq ans après la sortie de BODYGUARD, avec les décès de Gianni Versace et de la Princesse Diana, le grand public est devenu conscient du dilemme présenté dans ce film.

Les acteurs dans BODYGUARD sont excellents. Kevin Costner, sachant de toute évidence pour qui le rôle avait été écrit, fait beaucoup d’efforts dans sa personnification de Steve McQueen et le résultat est plus qu’impressionnant. Whitney Houston, d’un autre côté, a un travail légèrement plus facile consistant à jouer un personnage semblable en beaucoup de points à elle-même et n’a donc pas besoin de montrer de talent d’actrice. Les seconds rôles sont également bons, en particulier Michele Lamar Richards dans le rôle de la soeur de Rachel et il est agréable de voir pour une fois Mike Starr jouant un gentil. La musique du film composée par Alan Silvestri est tout aussi excellente, mais presque personne ne s’en souviendra, contrairement aux inoubliables chansons de Houston qui passent tout le long du film. Pour terminer, le final du film, qui est à la fois réaliste et original par rapport aux films Hollywoodiens standards, nous laisse de BODYGUARD une impression de petit film distrayant, bien meilleur que sa réputation initiale.

- Dragan Antulov, rottentomatoes.com – Note: 6/10 (++) (Fresh) – critique écrite le 29 janvier 2002

 

RECETTES :
(monde) 410 945 700 $,
dont (USA) 121 936 132 $DATE SORTIE :
USA 25 nov 1992,
France 9 déc 1992

DISTRIBUTION :
Kevin Costner …. Frank Farmer
Whitney Houston …. Rachel Marron
Gary Kemp …. Sy Spector
Bill Cobbs …. Bill Devaney
Ralph Waite …. Herb Farmer
Tomas Arana …. Greg Portman
Michele Lamar Richards …. Nicki Marron
Mike Starr …. Tony Scipelli
Christopher Birt …. Henry
DeVaughn Nixon …. Fletcher Marron
Nathaniel Parker …. Clive Healy
Richard Schiff …. Skip Thomas

PRODUCTION :
Mick Jackson – Réalisateur
Kevin Costner – Producteur
Lawrence Kasdan – Producteur
Jim Wilson – Producteur
Lawrence Kasdan – Scénariste
David Foster – Chansons
Jud Friedman – Chansons
Dolly Parton – Chanson (« I Will Always Love You »)
Alan Silvestri – Compositeur (Musique du film)
Alan Dennis Rich – Musique (« Run to you »)
Andrew Dunn – Directeur de la photo
Donn Cambern – Monteur
Richard A. Harris – Monteur
Elisabeth Leustig – Casting
Jeffrey Beecroft – Décors
William Ladd Skinner – Art Decoration
Rodney M. Byrd – Effets spéciaux
Maureen Crowe – Superviseur musique

AWARDS :
MTV Movie Award Meilleure chanson,
« I will always love you » (gagné) (1993)
MTV Movie Award Meilleur film (gagné) (1993)
Oscar Meilleure chanson, « I have nothing » (nom) (1992)
Oscar Meilleure chanson, « Run to you » (nom) (1992)

 

clr
BODYGUARD © 1992 Warner Bros

WHITNEY  » DIVA MALGRE TOUT » HOMMAGE A TOI [Mon coup de coeur et clin d'oeil à une diva]

Classé dans : MES MUSIQUES ELUES — tebawalito @ 12:10

01grammyawhitney.jpgmedium0ba1blogdipitadidia.jpg02grandewhitney.jpgBelle la DIVA

 

02whitneyy.jpg01whitneyy.jpg01whitneygrammy2000.jpgtout simplement femme belle et fragile. Douce et humaine

Whitney, nièce de la grande chanteuse afro américaine Dionne WARWICK , a eu un parcours dabord exemplaire, avant de sombrer par amour dans la déchéance. Jeune, whitney chantait dans un groupe de gospel. Remarquée  et très talentueuse whitney a su très vite percée l’écran. Son premier album un énorme succès, c’est à croire, que tout ce que touchait la diva se transformait en or. On ne lui a pas connu de petit ami avant Bobby. Certaines mauvaises langues à défaut d’information, vont créer l’intox en lui prêtant une relation homosexuelle avec sa meilleure amie. Courtisée par Eddy MURPHY sans résultat, Whitney crée la surprise en choisissant Bobby BROWN le roi de la new jack. Plus jeune qu’elle de 6 ans, les ragots vont bon train. Il sera soupçonné d’être  gigolo, qui n’en voudrait, qu’à l’argent de la madonne. Whitney, lors des démarches du mariage avait hésité et a fait le choix d’imposer un contrat de mariage. Néanmoins, après de longues tractations, le mariage eu lieu. Les médias ne donnaient pas à leur couple une longue vie. Les prévisions étaient térrifiantes à cause du caractère dissolu du mari. On attendait d’elle un mariage mixte, comme l’a fait Diana Ross. Mais, comme elle l’a précisé dans le show de Diane SAWYER « je n’ai pas pu, car c’est mon coeur, qui a parlé  ». Hé oui whitney le coeur a ses raisons, que même la raison ne connait. Tu avais toi aussi le droit d’aimer passionnement et de faire des erreurs. (c’était une parenthèse). Whitney battue par son mari, revenait l’accueillir à sa sortie de prison en lui sautant au cou. Femme amoureuse elle a été et reste encore l’une des plus belle et grande voix que le monde ait connu avec des vibes langoureuses et même capricieuse à vous donner le frisson. Elle savait et sait porter l’amour dans son corps, son âme et sa voix est pénétrante. Une diva unique, malgré ses déboires amoureux avec Bobby, partie de sa vie qui lui appartient. Whitney aurait pu faire autrement, ne jamais se marier et mener la grande vie, avoir tous les hommes qu’elle voulait à ses pieds, car c’était une icône. Mais elle a choisi d’être une femme et pas à moitié. Elle voulait fondée une famille, elle a su préserver son passé pour porter son mariage avec légitimité et pureté. Sa vie de femme a commencé réellement avec Bobby. Elle voulait être la femme de son mari tout simplement, la mère de sa fille tout simplement. Malheureusement, ce choix lui coûtera  cher. Après de nombreux déboires de ce mari, qu’elle aimait tant et suivi dans l’addiction, après, plusieurs tentatives de divorce, Whitney fini par reprendre sa liberté à 43 ans, après 10 ans de mariage. Contrairement aux prévisions médiatiques. A la suite d’une ènième tromperie de son mari avec une certaine Alicia. Whitney tentera une nouvelle histoire amoureuse avec le frère de la chanteuse BRANDY, Ray.J âgé de 26 ans jeune et peut-être encore immature. Whitney reprendra à nouveau le chemin de la liberté. Se reconstruire sera une dure épreuve. D’après la famille de la chanteuse Brandy, Whitney est sobre à 100%.

Beauté sans frontière Whitney l’est et le restera. L’immensité de sa beauté à traverser le monde et effleuré Oussama BEN LADEN, qui la trouve belle et islamique, un beau sourire. Mais, il la trouvait en même pervertie par la culture américaine et son mari , a qui il devait la soustraire. Cette hitoire créera une sorte de paranoïa chez Bobby(*).

De la chanson, Whitney est passée aisement au cinéma. On peut parler du succès de « bodiguard », de « la femme du pasteur ».etc.. En dépit de tout, Whitney reste une diva avec une sa grandeur et son humanité. Si elle a souffert, c’est parcequ’elle a été capable de rester une femme entière et pleine d’amour. C’est, cette image de la femme, que le monde entier devra retenir et non ses déboires amoureux. Elle n’est pas une superwoman, mais un être humain et une superstar. Bien à toi Whitney et reviens nous très bientôt.

* source miss ebène de sept2007

Pensé et ecrit pour vous par TEBAWALITO une fervente fan de W.Y

 SAVOUREZ CES AIRS LANGOUREUX OU RN’B (NB. pour les vidéos qui ne marche pas directement sur le blog, double cliquer pour les voir sur YOUTUBE car elles restent sa proprieté merci)

 

Image de prévisualisation YouTube

ON MOMENT IN TIME AUX GRAMMY AWARDS

Image de prévisualisation YouTube

I WANNA DANCA WITH SOMEBODY

Image de prévisualisation YouTube

WHITNEY ET GAINSBOURG LE REFUS DE LA VULGARITE

Image de prévisualisation YouTube

INTERVIEW PART 1 WITH DIANE SAWYER

Image de prévisualisation YouTube

INTERVIEW PART 2 WITH D. SAWYER

  Image de prévisualisation YouTube

ONE OF THOSE DAYS

 Image de prévisualisation YouTube

TRY IT ON MY OWN

Image de prévisualisation YouTube

Waiting to exhale

Image de prévisualisation YouTube

IT’S NO RIGHT BUT IT’S OK

 Whitney the greatest hits (2000)

  1. Could I Have This Kiss Forever
  2. Fine
  3. If I Told You That
  4. If You Say My Eyes Are Beautiful
  5. One Moment In Time
  6. Same Script, Different Cast
  7. Star Spangled Banner 
  8. All At Once
  9. All The Man That I Need
  10. Count On Me
  11. Didn’t We Amost Have It All
  12. Exhale (Shoop Shoop)
  13. Greatest Love Of All
  14. Heartbreak Hotel
  15. How Will I Know
  16. I Believe In You And Me
  17. I Have Nothing
  18. I Learned From The Best
  19. I’m Every Woman
  20. It’s Not Right But It’s Okay
  21. I Will Always Love You
  22. I’m Your Baby Tonight
  23. I Wanna Dance With Somebody
  24. My Love Is Your Love
  25. Queen Of The Night
  26. Saving All My Love For You
  27. Step By Step
  28. Where Do Broken Hearts Go
  29. You Give Good Love

 

Just Whitney (2002)

  1. Dear John Letter
  2. Love That Man
  3. My Love Featuring Bobby Brown
  4. One Of Those Days
  5. On My Own
  6. Tell Me No
  7. Things You Say
  8. Unashamed
  9. WhatchuLookinAt
  10. WhatchuLookinAt (P. Diddy Remix)
  11. You Light Up My Life

 

Autres

  1. Ain’t No Way
  2. Something In Common

 

SIDA NOUS SOMMES TOUS CONCERNES : LE GRAND MADIBA (N.MANDELA) A PARIS

Classé dans : HOMME NOIRE DANS L'HISTOIRE — tebawalito @ 3:31

Le grand Madiba est à Paris !

Nelson Mandela Le seul homme d’Etat africain dont la simple
évocation de son nom force l’admiration et la sympathie du public est
à Paris en France, à l’occasion d’une tournée mondiale de collecte
des fonds pour lutter contre la pandémie de l’heure, le SIDA. Nelson
Mandela, l’ancien président de la nation arc-en-ciel, l’Afrique du
Sud, a été accueilli ce lundi 3 septembres par le président français,
Nicolas Sarkozy, avec les égards dus à un Chef d’Etat en exercice. Un
petit coup d’œil sur le parcours exceptionnel, sinon, extraordinaire
de celui qui fut l’un des plus célèbres prisonniers politiques du XXe
siècle.
Alors que ses homologues du continent africain s’obstinent à
s’accrocher comme des vulgaires laminaires au pouvoir, le 46 664 son
matricule du temps où il était encore en prison, même huit ans après
avoir passé le flambeau à son successeur, Thabo Mbéki, continue de
fasciner non seulement les dirigeants du monde entier, mais aussi
l’ensemble des masses laborieuses de la planète. L’ancien président
français, Jacques Chirac dit « qu’il représente l’image même de la
sagesse, de la détermination et de l’avenir ». Pour le premier
ministre britannique, Gordon Brown, c’est « le plus grand et le plus
courageux des dirigeants de notre génération ». Le prix Nobel de la
paix 1993 qui, une fois libéré, après 27 ans de prison n’a eu qu’une
seule obsession, qui est celle de conduire son pays vers une
réconciliation nationale véritable, et la tolérance. Tout comme le
Mahatma Gandhi, ou Martin Luther King, Nelson Mandela a offert sa vie
pour la lutte contre le régime d’apartheid, synonyme d’oppression de
la majorité noire sud-africaine. Celui qui avait à la surprise
générale, renoncé de rempiler, comme le font les tyrans et autres
dictateurs africains, après avoir perdu un fils, frappé par le Sida,
a décidé de s’engager pour la lutte contre cette maladie qui touche
au moins cinq millions de personnes en Afrique du Sud. Celui qui fut
la figure emblématique de la lutte contre l’apartheid dans son pays,
a fait du combat contre le virus du Sida, son nouveau cheval de
batail. C’est donc pour lever des fonds pour cette noble cause qu’il
a fait une escale parisienne.
Evoquer le parcours exceptionnel de Nelson Mandela, sans faire un
parallèle, ou plutôt une perpendiculaire avec l’actualité
sociopolitique de la république centrafricaine de ces cinq dernières
années, c’est faire preuve de naïveté et cela est une négligence
intolérable. Cette démarque n’a pour seul but que de donner de la
matière à réfléchir, aux princes qui gouvernent notre pays et qui
pense qu’il n’ya que le pouvoir qui peut ouvrir les portes des grands
de ce monde. En confisquant le pouvoir de l’Etat, ils optent à leurs
corps défendant pour le suicide collectif. Ce faisant, ils plongent
le pays dans une situation désastreuse aux conséquences
incalculables. Pour peu qu’il a été visionnaire ou patriotes,
François Bozizé, aurait pu inscrire son nom sur la liste des
illustres personnalités de mama africa, à l’instar des Mandela et
Thomas Sankara, pour ne citer que ces deux, en organisant des
élections libres et transparentes à l’époque. Si celui-ci n’avait pas
manqué de tacts, et de sagesse, il ne se serait pas présenté aux
élections générales de 2005. Hélas, il a préféré le déshonneur,
l’appétit du pouvoir à l’honneur et l’estime populaire, signes
distinctifs des grands hommes d’Etat. Le 15 mars 2003 qui se devait
être un rendez-vous avec l’histoire s’est révélé contre productif du
fait de l’obscurantisme et de l’ignorance de François Bozizé. Car
Bozizé et les siens ont lamentablement échoué. Ils conduisent notre
pays, la République centrafricaine, à vau-l’eau depuis qu’ils se sont
emparer du pouvoir de l’Etat le 15 mars 2003.
Nelson Mandela a cédé le pouvoir sous prétexte d’être gagné par le
fainéantisme. À quand le tour de Bozizé de s’en aller pour n’avoir
apporté que de malheurs au peuple centrafricain ?

Mardi 04 Septembre 2007
Adrien Poussou

Source :
http://www.lindepen dant-cf.com

 

dartagnan |
D A T A F O R U M |
Génération Citoyenne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | machinesabois
| 1954-1962 : "Hed Thnin !"
| Elayam.3 ا...